Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Ven 12 Fév - 22:48
Pour les tout premiers jours suivant son entrée en fonction à Poudlard, elle se retrouvait déjà à satisfaire des demandes bien singulières.

Ce soir-là, après avoir soupé, elle ne se prépara pas immédiatement à rentrer dans ses appartements pour élaborer ses cours, corriger des devoirs, puis choisir une ou plusieurs activités au choix entre lire/écrire/dessiner/peindre/chanter/écouter de la musique/se promener sans but dans le château à l'affût d'événements originaux/aller directement au lit et tenter de dormir. Ce soir, elle devait donner un cours très particulier à une Serdaigle de quatrième année.

Robin avait été plutôt surprise lorsque la jeune Gwendoline Mirena avait été la trouver à la fin d'un cours pour lui demander de l'aider à devenir Animagus. Elle semblait douée, bien décidée et très passionnée par la métamorphose. À voir son comportement en cours et sa manière de parler, Robin comprit que sa requête était sérieuse et elle y accéda. C'était bien pour ça qu'elle était là après tout, apprendre à ses élèves la métamorphose, et il valait largement mieux que Mirena s'entraîne à cet art délicat sous sa supervision plutôt que de se lancer dans l'aventure toute seule. D'ailleurs, elle était assez curieuse de voir comment elle allait progresser, ne s'étant elle-même jamais lancée dans l'entreprise. Par contre elle savait quasiment tout ce qu'il y avait à savoir de la théorie, pour autant qu'on puisse jamais affirmer avoir vraiment fait le tour d'une question.

Ses pensées s'égarèrent rapidement de cette leçon spéciale pour vagabonder sur plusieurs sujets, tandis qu'elle gravissait les escaliers magiques et mouvants jusqu'au sixième étage. Elle était tellement habituée à leurs caprices qu'elle ne sursautait même pas lorsqu'ils viraient brusquement de bord sous ses pieds. Presque instinctivement, elle se contentait de rétablir son équilibre et poursuivait son ascension en méditant à la journée du lendemain, à son intégration à Poudlard, au temps qui avait été clément toute la journée pour un mois de janvier, plein de soleil dans un ciel froid et pur au-dessus de la couche de neige gelée, à ce qu'elle avait envie de faire, à ce qu'elle ne pouvait pas faire, à son livre en cours de lecture, à une chanson précise. Ses pieds traînaient un peu, son humeur était morose, il fallait qu'elle s'occupe. Elle ne cessa pas de réfléchir à tout cela lorsqu'elle chassa Peeves au quatrième étage, qui était en train d'embêter des petits Poufsouffle. Les personnages des tableaux bavardaient entre eux sur son passage, un chevalier taré la défiait en duel en la poursuivant de toile en toile. Enfin elle parvint au sixième étage, à son bureau, s'enferma et se laissa tomber sur son fauteuil, après avoir jeté sa veste en cuir sur le dossier. Ce jour-là encore, elle était habillée comme une Moldue.

Son bureau était de taille moyenne et bien éclairé, grâce à la grande baie vitrée derrière elle. Le soleil s'était déjà couché et la vue ne donnait que sur le parc désert, les étoiles et le croissant de lune, mais deux lampes antiques trônaient sur son bureau, ainsi qu'une multitude de cierges sur les meubles alentour, qu'elle alluma d'un coup de baguette. Elle n'avait pas pris la peine de décorer ou de réarranger son repaire de manière spéciale. Un désordre latent commençait déjà à prendre ses droits sur le bureau, les armoires et la petite table derrière elle, dans les tiroirs et même à ses pieds : des piles de vieux journaux (qui pouvaient lui servir soit à son instruction personnelle, soit pour ses peintures), quelques livres, encyclopédies, notes, cartes, croquis qui traînaient mais aussi des objets magiques, comme une boule de cuivre enchantée qui se transformait successivement en plomb et en bronze, du matériel d'alchimiste et des flacons mystérieux. L'ensemble était encore assez ordonné et pas vraiment honteux, mais Robin savait que si elle continuait à laisser cours à ses penchants naturels, l'état général de cette pièce empirerait rapidement. Même si elle avait souvent pensé à prévoir quelque chose pour empêcher cela, dans l'instant immédiat, elle s'en moquait. Elle se sentait seule et un peu déprimée, un état qu'elle connaissait bien. Il lui aurait fallu de la musique. Il lui faudrait installer un gramophone ici. Encore que non, ça ne valait pas vraiment la peine d'en acheter un deuxième rien que pour ça, celui qu'elle avait déjà lui était rigoureusement indispensable pour dans sa chambre. Elle jeta un coup d’œil à l'heure : soit l'horloge était en avance, soit Mirena était en retard. La première option lui paraissait plus probable. Mirena lui avait vraiment semblé la bonne élève par excellence jusqu'ici, le genre à ne pas marcher sur la pelouse sans permission. Si elle n'avait pas été super motivée, elle ne lui aurait pas fait cette demande du tout. Elle se pointerait donc sans doute à l'heure, sauf circonstances contraires ou accident, peut-être même en avance.

Pour se soulager l'esprit, Robin se mit à fredonner à mi-voix une de ses chansons préférées, à la fois rythmée et mélancolique. Elle aurait bien chanté tout fort si elle n'avait pas craint qu'on l'entende depuis le couloir, même si les portes étaient épaisses à Poudlard. Ce n'était pas tant par timidité, car elle avait assez confiance en son beau timbre de voix et son aptitude à chanter, que par pudeur : la musique lui permettait d'exprimer des émotions qu'elle dissimulait en général. De plus, elle tenait à ce que ses vies professionnelle et privée restent bien séparées. Pas question que le bruit se répande dans l'école que le professeur Featherstonhaugh aimait pousser la chansonnette dans son coin. Ceci dit, comme les minutes passaient et que son élève n'arrivait toujours pas, elle s'enhardit, éleva un peu la voix et se tut brusquement en tressaillant lorsqu'on frappa à la porte. Se traitant mentalement de tous les noms, même s'il était peu probable qu'on l'ait entendue, elle lança :


- Entrez. Et prit un air très sérieux et presque majestueux pour compenser, en se redressant dans son fauteuil et en rangeant quelques papiers.

Elle salua la jeune fille d'une inclinaison de tête :


- Bonsoir, Mirena. Asseyez-vous. Je pense que mon horloge est en avance, poursuivit-elle d'un ton calme en désignant l'objet accroché derrière elle au mur. À moins que vous ne soyez arrivée en retard, même si cela m'étonnerait un peu.

Il y avait une question tacite dans sa déclaration. Robin était certaine que si Mirena était réellement en retard, son embarras serait visible à l’œil nu. Elle n'appréciait guère le manque de ponctualité et ne manquerait pas de noter le fait, le cas échéant, surtout qu'elle prenait de son temps hors de ses horaires. Mais il était tout à fait possible que son horloge soit détraquée. Ou qu'une bombe ait explosé sur le chemin de son bureau et que Mirena ait lutté pour sa vie.

- Bien. Pour notre première leçon particulière, je veux commencer par vous interroger sur tout ce que vous savez déjà sur les Animagi et la manière d'en devenir un. Déjà pour faire le point sur vos connaissances actuelles, mais aussi pour déterminer votre motivation. Depuis combien de temps rêvez-vous de développer cette faculté ? Qu'espérez-vous faire avec ? Quels livres avez-vous lus ? Vous est-il déjà arrivé de vous entraîner en solitaire - ce que je vous interdis formellement à partir de maintenant, d'ailleurs ? Avez-vous conscience des risques d'un apprentissage sauvage, pouvez-vous me citer des accidents qui sont arrivés à des apprentis Animagi imprudents ? Vous ne courrez aucun risque avec moi si vous suivez parfaitement mes instructions, mais je vous pose cette question en particulier pour que vous ne soyez pas tentée d'outrepasser mes consignes.

La jeune Serdaigle avait déjà partiellement prouvé qu'elle pouvait répondre à nombre de ces questions lorsqu'elle l'avait abordée à la fin du cours, mais Robin voulait le topo complet sur la question. Son ton laissait clairement entendre qu'il n'était pas question, pour aucune d'entre elles, de prendre ces leçons à la légère. Elle voulait que Mirena sache qu'en commençant cet apprentissage avec elle, elle prenait un engagement sérieux. Celle-ci semblait réellement passionnée, mais elle n'avait encore que quatorze ans.

Tout en lui parlant et en lui accordant toute son attention, un comportement qui lui était familier lorsqu'elle donnait cours, l'esprit de Robin était incapable de rester focalisé sur un seul sujet. Ou plus exactement, c'était comme s'il était divisé en plusieurs parties : une partie qui guettait la réaction de la jeune fille, observait par habitude irrépressible son apparence et les menus détails qui pouvaient jeter un nouvel éclairage sur elle, une autre qui préparait la suite du cours et même un peu les suivants, et puis d'autres qui contrôlaient sciemment les muscles de son visage, ses gestes, son attitude, sa voix et son discours pour se donner l'air qu'elle voulait : celui d'une professeur à l'écoute et consciencieuse, d'ailleurs, ce n'était pas qu'un air. Elle n'était jamais capable d'agir en société sans réfléchir à tout ce qu'elle faisait et à l'effet que cela produirait sur les gens, et même si c'était un peu pareil pour tout le monde, cela lui pesait. Elle aurait donné beaucoup pour pouvoir mettre son esprit en pause de temps en temps, ou au moins ralentir le rythme.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Dim 14 Fév - 10:50
Aujourd'hui était un jour important pour Gwendoline. En effet, elle avait rendez-vous ce soir pour son premier cours particulier avec son professeur de métamorphose. Mais un cours de quoi ? Miss Featherstonhaugh, la nouvelle professeur de métamorphose arrivée début janvier suite au départ de l'ancienne professeur avait accepté de lui donner quelques cours particuliers sur les animagi et de faire tout son possible pour l'aider à en devenir un. En effet, Gwen avait profité à la fin d'un de ces cours pour le lui demander et contre toute attente, elle avait accepté. Depuis ce jour, Gwen était toute excitée et elle ne pensait plus qu'à ça.  Cependant, Gwen était restée très secrète avec son entourage, raison pour laquelle personne n'était encore au courant de ce qu'elle s'apprêtait à faire à l'exception de son professeur bien entendu.

La matinée de Gwendoline passa très rapidement, car la jeune Serdaigle n'avait pas cours de la matinée. De ce fait, elle avait préparé quelques affaires (livre y comprit) pour le rendez-vous de tout à l'heure. À 13h30 précise, elle s'était rendue à son cours de potion avec Harmony sa meilleure amie. Ce cours de potion avec les poufsouffles passa très rapidement comparer à d'habitude, Gwen était de plus en plus excitée en vue de l'approche de ce fameux rendez-vous. Gwen était tellement contente de l'approche de son rendez-vous qu'elle n'écouta pas le cours d'aujourd'hui sur les antidotes, cours qui était très important en vue des examens de fin d'année. Mais tant pis, Gwen rattraperait au moment voulu le cours, mais pour le moment elle ne pensait qu'à ce fameux cours particulier.

À la fin de l'heure, Gwen trouva une excuse à Harmony, lui prétextant qu'elle devait finir un devoir à la bibliothèque. Cette dernière ne lui posa pas davantage de questions et rejoint rapidement le dortoir des quatrièmes années.  Sur son passage, Gwen se rendit rapidement en cuisine histoire de prendre quelques forces puis elle se dirigea ensuite au bureau de son professeur de métamorphose qui se situait au sixième étage. Elle se dépêcha un peu pour ne pas arriver en retard et faire mauvaise impression dès le premier cours.

Par chance, la bleue et bronze arriva pile à l'heure et toqua rapidement à la porte. Lorsqu'elle entendit un petit
« Entrez », la jeune fille ouvrit la porte et la referma juste derrière. Alors qu'elle pénétrait de plus en plus dans son bureau, la jeune fille ne put s'empêcher de tout regarder en étant émerveillée par la splendide décoration dont avait fait preuve sa professeur.  Elle s'installa en face de celle-ci rapidement. Elle s'excusa rapidement de son léger "retard", car d'habitude la petite était à l'avance pour ce genre de cours : « Pardonnez-moi d'être légèrement en retard, cela ne se reproduira plus. Je suis très ponctuelle en général. »

Son professeur la scanna rapidement et le cours commença.

"Bien. Pour notre première leçon particulière, je veux commencer par vous interroger sur tout ce que vous savez déjà sur les Animagi et la manière d'en devenir un. Déjà pour faire le point sur vos connaissances actuelles, mais aussi pour déterminer votre motivation. Depuis combien de temps rêvez-vous de développer cette faculté ? Qu'espérez-vous faire avec ? Quels livres avez-vous lus ? Vous est-il déjà arrivé de vous entraîner en solitaire - ce que je vous interdis formellement à partir de maintenant, d'ailleurs ? Avez-vous conscience des risques d'un apprentissage sauvage, pouvez-vous me citer des accidents qui sont arrivés à des apprentis Animagi imprudents ? Vous ne courrez aucun risque avec moi si vous suivez parfaitement mes instructions, mais je vous pose cette question en particulier pour que vous ne soyez pas tentée d'outrepasser mes consignes"

Après quelques minutes de silence, Gwen décida enfin de répondre à son professeur tout en cherchant les bons mots.

« Lors de ma première année j'ai pu découvrir la métamorphose et au cours de certaines recherches je suis tombée sur des livres parlant d'animagus. Au début, il s'agissait seulement de simple recherche mais voyez-vous ces recherches sont devenues de plus en plus intéressantes pour moi et j'ai appris à « envier » ces sorciers. J'ai longuement réfléchi depuis et j'en suis venue aujourd'hui à vous demander votre aide, je veux devenir animagus non pas pour les autres, mais pour moi. Il s'agirait d'une très grande réussite personnelle. Cela me permettra de prouver à moi-même que j'en suis capable ou que j'aurais essayé si je n'y arrive pas. Si je ne tente pas cette expérience, je le regretterais énormément et ce toute ma vie. Devenir une animagus est devenue un rêve, un objectif à atteindre et cet objectif est très personnel. Si j'arrive à devenir animagus, vous pourrez être sûre que je ne ferais rien d'illégal. Comme je vous les dis, il s'agirait d'une grande satisfaction personnelle, je ne l'utiliserais pas pour obtenir quoi que ce soit de la part de quelqu'un. »

Gwen marqua une petite pause puis elle reprit tranquillement tout en prenant son temps pour ne pas se mélanger dans ce qu'elle disait.

« J'ai lu beaucoup de livres dessus Madame. Je ne me souviens plus de tous les noms, mais je me souviens du dernier livre que j'ai emprunté à la bibliothèque, il s'agissait du registre regroupant tous les animagi du siècle précédent. Il y avait aussi l'histoire des animagi à travers les âges, qui parler énormément du tout premier animagus de l'histoire et un livre qui expliquait et qui parlait de la transformation en général. Pour répondre à votre autre question, je ne me suis encore jamais entraînée toute seule. Et j'ai bien conscience de tous les risques. Je sais qu'il y a de nombreux risques comme par exemple rester bloquer sous forme animale pour les plus expérimentés ou encore garder certains membres de l'animal en étant humaine : par exemple, je peux me retrouver coincer sous forme humaine avec une queue de chien ou encore de chat avec des oreilles. Je vous promets d'écouter tous vos conseils et de ne pas vous désobéir ».

Gwen avait enfin terminé de parler et avait presque eu l'impression de monopoliser toute la conversation. Elle regardait à présent son professeur en espérant avoir bien répondu à toutes ses questions. Elle n'attendait à présent qu'une chose, que celle-ci lui explique comment Gwen devait s'y prendre et ce qu'elle devait faire comme exercice afin de pouvoir un jour devenir animagus.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Dim 14 Fév - 20:44
Robin arqua un sourcil, étonnée et même sceptique, lorsque la jeune fille s'excusa de son retard. Il faudrait qu'elle fasse réparer cette horloge. Ou qu'elle achète une montre. Mais elle détestait ces modèles enchantés qui se permettaient de crier à la face du sorcier lorsqu'il était sur le point de se mettre en retard. Si une chose lui était restée de son enfance de Moldue presque ordinaire, entre autres choses, c'était bien l'idée que le seul bruit que devrait émettre une montre était un léger "tic tac" voire, encore mieux, rien du tout. C'était pareil pour les miroirs magiques : pas question qu'un machin se permette de lui faire part de son avis sur son apparence ! Vous parlez d'un moyen de bien commencer la journée... Il y avait largement assez de gens casse-pieds dans le monde sans que les objets s'y mettent aussi. De tels gadgets n'avaient pas sa place chez elle.

Dans le doute, elle s'abstint de faire de commentaire et commença son cours. Elle avait davantage pensé celui-ci comme un long entretien que comme une séance d'exercices, mais tout dépendrait des réponses de Gwendoline. Si elle voulait sérieusement devenir Animagus depuis des années, d'après elle, c'était très bien. Beaucoup de jeunes sorciers naïfs se prenaient à rêver de devenir Animagi pendant un temps, puis passaient à autre chose. Une jeunesse était souvent faite de passions temporaires et d'engouements sans lendemain. Robin l'avait elle-même expérimenté. Elle était donc bien décidée à éprouver la détermination de son élève. Elle la laissa parler en silence.

Sa réponse la surprit. Elle ne répondit pas immédiatement, son regard glissant du visage de Mirena, sur lequel elle pouvait déceler une excitation et une impatience sans bornes, jusqu'à un point indéterminé quelque part au niveau de ses épaules, dans le vide. Ses mains étaient jointes, sa tête renversée sur le dossier.

Enfin elle lâcha :


- Vous voulez donc devenir Animagus... pour vous prouver à vous-même que vous êtes capable d'essayer.

Ce n'était pas une question. En tant que professeur, Robin gardait presque toujours une distance et un ton formel qui pouvaient lui donner l'air un peu froid. Même si elle en avait conscience, elle ne le cherchait pas sciemment, ce qui était sans doute propre à la plupart des gens vraiment froids : ils intimidaient les autres parce qu'ils se moquaient bien de les intimider ou de susciter en eux n'importe quelle autre réaction, tant que ceux-ci ne les contrariaient pas. C'était plus ou moins son cas, au moins dans l'exercice de ses fonctions. Un professeur ne se comportait pas toujours avec ses élèves comme en-dehors de son travail. Son regard s'arrima à nouveau à celui de Mirena, impassible.

- Pourquoi ?

Sa question était simple.

- Si je comprends bien, tout revient à un problème de confiance en vous. Mais il y a une infinité d'autres moyens pour vous prouver votre propre valeur. Ce ne sont pas les exploits à réaliser qui manquent dans le monde. Pourquoi avoir opté pour ce procédé ? Qu'est-ce qui rend l'animagie si spéciale ?

Calmement, Robin se redressa dans son fauteuil.

- Si vous vous mettiez en tête de lire tous les livres de la bibliothèque de Poudlard, Mirena, vous y arriveriez sans doute, du moment que vous auriez assez de temps et de détermination. Et votre récompense serait certaine : la somme de connaissances que vous auriez emmagasinées de cette manière. Mais l'apprentissage pour devenir Animagus représente des centaines d'heures, des années d'investissement, des myriades d'exercices difficiles pour un résultat on ne peut plus incertain. Et quand je dis incertain, je veux dire : potentiellement inexistant. Il n'y a pas de double alternative en animagie : ou vous réussissez brillamment, ou vous échouez lamentablement, soit parce que vous êtes victime d'un accident irrémédiable, soit parce que vous n'y arrivez tout simplement jamais, même si vous y avez passé votre vie. Si vous avez lu les livres dont vous me parlez, vous ne pouvez pas l'ignorer.

Robin marqua une pause.

- Et où est l'urgence dans ce projet ? Vous semblez penser que si vous n'essayez pas maintenant, vous le regretterez toute votre vie. Mais vous pourrez toujours commencer cet apprentissage à n'importe quel âge. Sauf peut-être en toute fin de vie, lorsque la magie se fane, mais vous n'avez que quatorze ans. On peut dire que vous avez de la marge. Votre réponse m'intrigue, Mirena, car vous ne m'avez pas abordée sur un coup de tête. J'en suis certaine et je ne vous aurais pas accordé cette séance autrement. Je pensais que vous aviez de solides raisons de vouloir devenir Animagus. Mais telles que vous me les décrivez actuellement, elles me semblent fumeuses. J'attends de vous que vous m'exposiez les raisons profondes de votre décision. Tant que je ne les aurai pas comprises, je n'ai aucune raison de vous consacrer mon temps.

Elle se tut. C'était son plan. Tester la volonté et la détermination de son élève.


Dernière édition par Robin Featherstonhaugh le Jeu 18 Fév - 19:00, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Jeu 18 Fév - 17:38
Cela faisait maintenant quelques minutes que Gwen était installée sur l'une des chaises présentes en face du bureau du professeur Featherstonhaugh. En effet, elle se trouvait dans cette pièce aujourd'hui pour son tout premier entretien et espérait au bout du compte qu'à la fin de ce dernier, sa professeur accepterait de l'aider. Gwen s'attendait à tout au cours de cet entretien, de ce fait elle n'avait pas été gênée par les questions premières questions de son professeur. Questions qu'elle avait essayées au mieux d'y répondre. Mais comme elle s'y attendait, la petite c'était de nouveau emmêlée les pinceaux dans ce qu'elle disait ce qui lui valut d'autres questions de la part de son professeur. Gwen fut tout d'abord gênée de subir à nouveau cet interrogatoire, mais elle essaya au mieux de camoufler cette gêne puisqu’après tout c'était elle en quelque sorte qui l'avait créé en s'embrouillant dans ses explications. De ce fait, la petite attendit que sa professeur eût terminé de parler afin de pouvoir à nouveau prendre la parole et éclaircir ses propos.

« Certes à première vue, il s'agit d'une perte de confiance en moi-même, cela est dû à mon enfance pour être honnête. Ma mère partait souvent en voyage d'affaires, de ce fait j'étais souvent seule à la maison avec mon frère qui me « surprotégé ». Par sa faute, je n'ai pas pu faire grand-chose moi-même bien qu'aujourd'hui il me soutienne beaucoup dans tout ce que je fais. Il est d'ailleurs au courant de ce que je veux faire et il m'a poussé à aller jusqu'au bout de mon rêve sans m'occuper des autres et de ce qu'ils pourraient penser. »

La petite marqua une pause dans ce qu'elle venait de lui dire. Elle était légèrement émue de lui raconter cela, mais surtout elle espérait qu'elle la comprendrait. Cependant, Gwen était déterminée et reprit son discours de plus belle, car après tout elle l'avait bien compris le but de cet entretien était de la tester elle et sa détermination. Il fallait donc qu'elle lui sorte d'autres arguments et ce n'étaient pas les arguments dont elle manquait.

« Mais ne croyez pas que c'est uniquement pour cela que je veux devenir animagus. En effet, j'aime beaucoup les animaux professeur et je les aime encore plus après avoir étudié les soins aux créatures magiques en cours. Pour moi, ce cours est une merveille tout comme la métamorphose. J'aimerais devenir animagus, car j'aimerais être également plus proche d'eux et je serais même très ravie de pouvoir communiquer avec eux. Les animaux sont des créatures merveilleuses, ce sont des créatures sans conflit du moins presque qui savent vivre en harmonie avec leurs congénères, qui savent se respecter et qui sont en harmonie totale avec la nature qui les entoure. J'aimerais ressentir les mêmes ressentit. Être animagus serait une expérience particulière et cette expérience peut nous ouvrir beaucoup de porte qui nous sont actuellement fermées tant en tant qu'être humain qu'en tant qu'animal. Et pour répondre à votre dernière question, je m'y prends maintenant, car je sais qu'apprendre cette métamorphose n'est pas chose facile et que cela peut même prendre plusieurs années. Je préfère commencer maintenant que d'attendre et de commencer plus tard. Plus je commence tôt, plus j'y serais préparée ».

Gwen termina lentement la fin de sa phrase et se tut un moment. Elle espérait avoir convaincu sa professeur pour de bon. Mais d'un côté, sa conscience lui disait le contraire et que cela ne faisait que commencer.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Lun 22 Fév - 23:50
Que la jeune fille fût gênée par sa petite tirade ne l'étonnait pas. Cela lui était égal, tant qu'elle se montrait capable de la convaincre de sa motivation. Ceci dit, Mirena ne se liquéfia pas sur place et n'implora pas son indulgence. Elle commença à répondre en lui racontant des bribes de son enfance, enchaîna sur son amour des animaux. Robin refoula un sourire ironique lorsqu'elle les décrivit comme « des créatures merveilleuses, des créatures sans conflit, du moins presque, qui savent vivre en harmonie avec leurs congénères, qui savent se respecter et qui sont en harmonie totale avec la nature qui les entoure... ». Une vision naïve d'après elle, et même infantile, qui ne correspondait à aucune réalité. Elle savait cependant que certaines personnes avaient naturellement plus d'affection pour les animaux que pour les êtres humains, souvent pour des raisons éthiques. Un motif qui lui avait toujours paru absurde. Déjà, les animaux étaient loin d'incarner l'innocence et la bonté, il suffisait de les étudier de plus près pour s'en convaincre, d'après elle. De plus, ils étaient bien incapables d'appréhender la moindre notion de contrôle de leurs pulsions, de désintéressement, de bien, de mal, même la moindre notion tout court. Il n'y avait pas de héros chez les animaux, pas de chercheurs, pas de médicomages. Alors, le prétendu jardin d'Eden de la nature, ça allait bien deux minutes pour elle.

Mais tout ceci avait le mérite de répondre précisément à ses questions. Elle était désormais en mesure de comprendre que cette volonté de devenir Animagus chez son élève avait des racines profondes. Intérieurement, elle s'estimait satisfaite. Car elle était assez curieuse de voir jusqu'où la jeune fille pouvait aller, de découvrir l'expérience d'enseigner quelque chose d'aussi délicat que l'animagie à quelqu'un. Elle ne laissa cependant rien paraître de ses pensées sur son visage. Après un silence, ayant écouté toutes les réponses de Mirena sans un geste et sans un mot, elle finit par lâcher :


- Je vois. Comme vous vous en doutez, j'attends de vous une détermination et une assuétude sans faille au cours de ces leçons. Et ce n'est pas seulement parce que je veux éviter de perdre mon temps. C'est parce que tout ce que je pourrais vous enseigner n'aurait aucun intérêt si votre motivation n'est pas solide. Il est essentiel que vous ne me cachiez rien si, en cours de route, vous ressentez des doutes ou des regrets. Vous devrez être capable de vous les avouer à vous-même et de m'en parler, même si ça ne vous plaît pas, même si vous avez peur que je ne mette fin à votre apprentissage. J'insiste sur ce point. Il ne suffit pas que vous travailliez dur, comme durant les cours : il faut que vous soyez honnête avec moi, que vous appreniez à me faire confiance.

L'air impassible, elle hocha la tête, consciente de la difficulté de ce qu'elle lui demandait : une relation de confiance ne se créerait pas en claquant des doigts. Surtout qu'elle savait qu'elle avait l'air froide en tant que professeur, pour ne pas dire insensible, et qu'elle venait à peine d'arriver à l'école, elles ne se connaissaient donc pas encore très bien. Que Mirena lui ait donné des détails sur son enfance lui semblait utile pour cette raison et elle les avait déjà enregistrés dans un coin de sa tête, cela lui permettrait de mieux la cerner. Mais ce n'était pas comme si elle avait envie de lui donner un traitement de faveur. Robin ne chouchoutait jamais aucun élève et n'avait aucune tête de Turc. Ce n'étaient pas dans ses valeurs. Tous ses étudiants se trouvaient à la même place, même si elle pouvait naturellement préférer la personnalité de l'un ou l'autre. Cependant, cela n'intervenait pas dans sa manière de les traiter en cours.

- À mon tour de vous parler un peu de moi. Puisque je vous parle de confiance, il faut bien commencer quelque part. Il s'agit simplement que vous soyez un peu plus au fait de mes compétences et de ma manière de fonctionner. D'abord, il faut que vous sachiez que je ne suis pas moi-même Animagus et que je n'ai jamais tenté de le devenir. J'ai néanmoins étudié de très près la théorie, j'ai aussi lu pratiquement tout ce qui existe sur ce sujet, m'intéressant naturellement à ce qui touche à la métamorphose. Avant de décrocher ce poste de professeur ici, j'ai travaillé pendant plusieurs années comme préceptrice à domicile avec des enfants et adolescents qui, pour diverses raisons, n'allaient pas à Poudlard. Je leur enseignais plusieurs matières, dont la métamorphose. Cette discipline m'avait été essentielle dans certains de mes précédents métiers, comme enchanteuse de métaux et sorcière maquilleuse, créatrice de costumes et décors dans des milieux artistiques, où il était crucial de maîtriser parfaitement la métamorphose humaine entre autres, la plus délicate de toutes. Bien, je pense que l'essentiel a été dit. Avez-vous quelque chose à dire ou à demander avant que nous ne commencions ?

Robin n'aimait guère parler d'elle-même à ses élèves et avait été loin de lui détailler son parcours professionnel par le menu, mais elle avait mentionné sciemment son expérience de préceptrice pour ne pas la laisser s'imaginer qu'elle ne connaissait rien à l'enseignement. En soi, le fait d'avoir été élue professeur à Poudlard était probablement un certificat de qualité suffisant, mais elle n'oubliait pas — et tous les élèves le savaient — qu'elle avait été engagée dans l'urgence. Elle tenait donc à l'assurer de ses compétences.

Après que Mirena eût répondu à sa question et qu'elle eût réagi à toute éventuelle interrogation de sa part, elle estima que l'heure était venue d'entrer dans le vif du sujet. La multitude de cierges magiques autour d'elles, la lumière dorée des lampes qui dispensaient une douce lumière sur le début de désordre hétéroclite qui menaçait la pièce, créaient à ses yeux une atmosphère un peu mystérieuse, quasi mystique. Elle déclara :


- Je suppose que vous n'êtes pas venue sans encre, plume et parchemin. Sortez-les maintenant, vous allez prendre des notes.

Elle lui laissa le temps d'obéir avant de commencer :

- L'une des premières choses que nous allons faire ensemble sera de tenter de déterminer en quel animal vous vous transformerez ou, à défaut, au moins une sélection d'animaux possibles ou approchants. Cela seul peut être très compliqué. Les mécanismes qui attachent un sorcier à une forme animale particulière restent très mystérieux : on sait seulement qu'elle correspond souvent, peut-être même systématiquement, à son Patronus corporel lorsqu'il est capable d'en créer un — c'est pourquoi la maîtrise du sortilège du Patronus facilite grandement ou même supprime cette étape. Au cas où vous ignorez ce dont je parle, le sortilège du Patronus est un sortilège défensif contre les Détraqueurs, ces créatures qui se nourrissent des émotions et sentiments positifs des humains. À son plus haut niveau, il crée une projection fantomatique de forme animale qui représente tout ce qu'il y a de meilleur dans l'individu, on parle alors de Patronus corporel. Mais je ne vais pas entrer dans les détails, ce n'est pas le but du cours. Ce sortilège étant de toute façon beaucoup trop avancé pour votre niveau, nous allons devoir nous y prendre de manière plus classique.

« Votre préférence personnelle n'entre pas en ligne de compte car, comme vous devez le savoir, un Animagus ne choisit pas en quel animal il va se transformer. Ceci dit, l'animal en question semble toujours pouvoir être rapproché de sa personnalité. Cela appartient beaucoup à la sensibilité personnelle, mais par exemple, un individu malin et rusé pourrait se transformer en renard. Bien sûr, je simplifie grossièrement et on n'a jamais pu dégager de règles générales à ce sujet. Cependant, il a été remarqué que les formes animales des Animagi sont presque toujours des créatures terrestres, des mammifères le plus souvent, et familiers de l'environnement où le sorcier a grandi. Ne vous y trompez pas, ce n'est pas systématique. Des Animagi qui se transformaient en insectes, reptiles, batraciens, en créatures ailées, voire en créatures marines ont existé, mais ils ne sont pas les plus fréquents : vous savez par exemple que la faculté de se métamorphoser en animal ailé est extrêmement rare.

« Maintenant que je vous ai donné ces informations générales, je vais vous donner un exercice qui vous semblera peut-être étrange. Un aspect très important de l'animagie est la nécessité de se détendre, plus précisément, de faire sauter ses inhibitions naturelles, de dépasser les pensées parasites, émotions, peurs, conventions, en bref : tout ce qui nous bride et nous commande en général, pour accéder à l'essence même de sa magie. Il faut, en clair, que vous soyez capable de vous mettre dans un état de méditation profond. C'est là aussi un exercice très ardu qui nécessite des années de pratique. Vous aurez des devoirs toute l'année à ce sujet.

« Ce que vous allez faire maintenant est moins simple que ça en a l'air. Vous allez me parler de votre relation avec les animaux, mais avec le moins de structure et de réflexion possible. Pensez au brainstorming : vous devez me dire tout ce qui vous passe par la tête en ce qui concerne les animaux. Vous pouvez dire ce que vous pensez d'eux, quel est votre animal préféré, celui que vous aimez le moins, si vous avez un animal domestique à vous, des souvenirs en lien avec les bêtes, n'importe quoi. Fermez les yeux si vous voulez. Vous pouvez griffonner sur votre parchemin en même temps, aussi : cela augmente la concentration. Vous devez en oublier tout le reste, et même le fait que je suis là. Commencez quand vous voulez.


Lorsque Mirena commença à parler, elle l'interrompit au bout d'une minute :

- Maintenant, taisez-vous.

Et attendit de voir si elle allait obéir. Si elle le faisait, ce qui était très vraisemblable au début, elle devrait apprendre à se concentrer beaucoup plus profondément. Mais c'était bien là le but de l'exercice.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Mer 2 Mar - 20:08
Gwen était maintenant depuis quelques minutes stressée de ce qui l'attendait. Elle ne put s'empêcher de s'entortiller les cheveux afin de ne pas y penser, mais cela était impossible pour la jeune fille qui s'attendait au pire. Mais d'un côté, cela la motivait davantage puisque ceci n'était pas permis à tout le monde et rien que de penser à cela renforça sa motivation. Après réflexion, elle pensa rapidement à ce qu'elle venait d’énoncer précédemment et elle tilta sur le fait qu'elle avait peut-être été trop idéaliste surtout sur le comportement des animaux. Il est vrai qu'elle avait  énormément tendance à voir les choses comme si elles étaient dans un monde utopique. Maintenant, son professeur devait la voir comme une enfant naïve, elle regretta un moment d'en avoir parlé, mais elle essaya de ne pas s'arrêter dessus et essaya de penser à autre chose. Heureusement, Miss Featherstonhaugh n'en tint pas rigueur et poursuivit cet entretien.

Comme elle s'en doutait, la détermination, la volonté et l'assuétude était de rigueur. Gwen était quelqu'un de motiver et elle n'abandonnait jamais dans tout ce qu'elle entreprenait raison pour laquelle elle n'aurait peut-être pas de problème avec la pensée de son professeur. Celle-ci évoqua par ailleurs la confiance, l’honnêteté qui serait, selon elle un peu plus compliqué à mettre en œuvre. Non seulement à l'égard de son professeur mais également à l'égard d'elle-même. Cependant, la petite avait fait un grand pas vers son professeur en lui confiant quelque chose d'assez personnel, elle n'en avait jamais parlé à personne et espérait à présent que son professeur la comprendrait. La conversation qui s'ensuit fut très particulière, puisque Miss Featherstonhaugh lui parla un peu d'elle-même, mais surtout de son parcours.

Elle apprit beaucoup de choses au sujet de son professeur. Tout d'abord, celle-ci n'était pas elle-même animagus : elle n'a jamais tenté de le devenir. Ceci fut un très léger détail pour Gwen qui ne s'attardait pas sur celui-ci. En effet, elle s'intéressait tout d'abord au parcours professionnel de son professeur laissant de côté  le non animagisme de son professeur. Après tout, l'animagisme ne faisait pas tout et n'était pas en lui-même constitutif d'un bon professeur de métamorphose. Elle leva rapidement la main et son professeur l’interrogea.

«  Excusez-moi professeur, j'aimerais en savoir plus sur le métier « d'enchanteresse de métaux » en quoi consiste-t-il exactement ? Je n'en ai pas beaucoup entendu parler. Merci d'avance pour la réponse que vous y apporterez. ».

Avant qu'elle ne lui apporte une réponse, Gwen sortit un de ses parchemins et une plume avec de l'encre et s'apprêtait à prendre note de ce qu'elle allait lui dire. Ensuite, l'entretien se transforma en véritable cours. Son professeur l'invita à prendre des notes, bien qu'elle n'était pas obligée de lui répéter puisque Gwen n'était tout de même pas venue les mains vides surtout pour ce genre de choses.


Elle tenta de prendre le plus de notes possible sur ce que son professeur disait. Tout commencer à devenir très important et très intéressant pour la petite. Miss Featherstonhaugh évoqua le Patronus, en particulier le Patronus corporel qui ressemblait souvent à un mécanisme qui attacher un sorcier et sa forme animale. Mais ceci commençait à devenir bien trop complexe, raison pour laquelle son professeur allait la limiter à quelque chose de plus classique.
Ensuite, elle nota que les préférences personnelles n'entraient pas en ligne de compte, tout simplement car un sorcier ne pouvait pas choisir en quel animal il allait se transformer.  Cependant, il restait très rapproché de notre personnalité et de notre sensibilité. Mais ces idées étaient plus orientées sur des choses abstraites et n'avaient jamais été prouvé de manière générale. Gwen s'arrêta un instant d'écrire afin d'écouter la suite du cours.


Si elle avait bien retenu tout ceci, elle allait avoir des devoirs à faire en dehors de ses cours. Cela ne l'embêta point et elle continua à s’intéresser au cours en écoutant son professeur lui parler d'un exercice qu'elle devait à présent faire.


"Ce que vous allez faire maintenant est moins simple que ça en a l'air. Vous allez me parler de votre relation avec les animaux, mais avec le moins de structure et de réflexion possible. Pensez au brainstorming : vous devez me dire tout ce qui vous passe par la tête en ce qui concerne les animaux. Vous pouvez dire ce que vous pensez d'eux, quel est votre animal préféré, celui que vous aimez le moins, si vous avez un animal domestique à vous, des souvenirs en lien avec les bêtes, n'importe quoi. Fermez les yeux si vous voulez. Vous pouvez griffonner sur votre parchemin en même temps, aussi : cela augmente la concentration. Vous devez en oublier tout le reste, et même le fait que je suis là. Commencez quand vous voulez."


Gwen se concentra et se résigna donc à faire au mieux cet exercice. Elle ferma les yeux tout en tenant sa plume dans sa main droite qui était à présent en train d'écrire sur son parchemin quelques mots. Elle commençait à faire le Brainstorming jusqu'à ce qu'elle s’aperçoive qu'il était plus simple de le faire à voix haute tout en gardant les yeux fermés :


« J'adore en particulier les chiens, ils sont très fidèles à eux-même, ainsi qu'à leurs compagnons et leurs maîtres. Ils sont très attachés à ceux-ci et peuvent même ressortir leurs émotions. Pour certains, ils sont affectueux, pot de colle même  ce qui peut être un peu pénible, mais cela les rend particulièrement mignon. J'ai même un chien chez moi d'ailleurs, elle s'appelle Gingle et elle est très têtue parfois une vraie bourrique, mais je l'adore et elle est très affectueuse. Mon frère dit que c'est une petite vicieuse qui est très intelligente. » dit-elle tout en souriant.

À la fin de ces paroles Gwen s'apprêtait à continuer sauf que son professeur l'en dissuada. Ce qui la fit légèrement sursauter.
:


"Maintenant, taisez-vous".

Gwen se tut automatiquement suite à cet ordre et attendit que son professeur lui fasse un signe de la tête pour qu'elle puisse poursuivre. Elle referma les yeux et se re-concentra.

« Les chats sont aussi pas mal, très indépendant et discret. Je n'ai pas trop d'avis négatif sur eux tout simplement. Non seulement je n'en ai pas chez moi, mais je n'ai jamais eu de problème avec eux. Par contre en ce qui concerne les animaux que j'aime le moins, j'ai de l'expérience. Surtout avec les serpents, eux et moi ce n'est pas l'amour fou. La dernière fois que j'en ai rencontré un, c'était en forêt et j'ai failli me faire mordre. Les oiseaux que dire d'eux ? Je les considère comme des êtres libres puisqu'ils peuvent voler. C'est comme lorsque je joue au Quidditch, j'ai l'impression d'être libre, de voler et d'être en contact avec la nature. Bien qu'ils ne le sont pas totalement. J'adorerais voyager et rencontrer d'autres animaux comme par exemple les tigres ou les lions qui montrent plutôt l'aspect sauvage de certains animaux.»

Elle ré-ouvrit les yeux à cet instant, pour le moment la petite n'avait plus d'idée ou du moins elles allaient sûrement revenir. Elle fut également assez surprise de ce qu'elle venait de faire.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Sam 5 Mar - 20:52
La jeune Mirena leva la main et se montra curieuse de son ex-métier d'enchanteresse des métaux. Avant de répondre à sa question, Robin lui précisa :

— Ce n'est pas nécessaire de lever la main.

Tant qu'elle se montrait polie, il n'y avait pas de problème. La professeure poursuivit :

— Il consiste à enchanter des métaux pour qu'ils puissent être utilisés le plus souvent dans la construction d'objets magiques. Comme l'argent des sorciers, des objets plus ou moins triviaux comme les montres magiques ou des équipements de Quidditch — le Vif d'Or — mais aussi des instruments de mesure et de plus puissants objets, tels que les détecteurs de magie noire. Les implications sont très vastes. Parfois, il faut ensorceler des objets déjà existants ou les réparer, et quand le travail est complexe, on s'adresse à un enchanteur de métaux. Des opérations de métamorphose sont souvent nécessaires.

Robin commença à pianoter sur son bureau en parlant. L'exercice de ce métier n'avait pas vraiment été un plaisir pour elle. Très vite dans l'apprentissage, elle s'était rendue compte que, malgré son intérêt certain, ce métier avait un défaut majeur : il était solitaire. On pouvait passer des journées dans le fond de son atelier à travailler sur une tonne d'or sans parler à personne. Au début, elle pensait que ça lui conviendrait puisqu'elle avait toujours tenu à son indépendance et que le métier sollicitait une certaine créativité, mais elle avait dû s'apercevoir qu'elle n'était quand même pas une solitaire. Au contraire, elle avait désespérément besoin de faire des rencontres, de nouer des liens, même s'ils ne tenaient jamais longtemps. Tout de même, cette expérience de plusieurs années n'avait pas été vaine, elle avait appris beaucoup de choses et c'était pratique d'avoir cette corde à son arc lorsque son Scrutoscope lui claquait entre les doigts. Combien de fois des amis avaient pu faire appel à elle, d'ailleurs.

Son esprit vagabondait un peu en parlant. Plus exactement, c'était comme s'il était divisé en plusieurs parties — c'était souvent comme ça chez elle, et même sûrement pour tout le monde, mais chez elle de manière particulièrement envahissante : une part d'elle-même était concentrée sur tout ce qu'elle racontait, une autre sur Mirena qui avait déjà commencé à prendre des notes — étrange, ça n'avait pourtant aucun rapport avec l'animagie, l'enchantement de métaux l'intéressait à ce point ? —, une autre sur les souvenirs que ranimait en elle le thème de ce métier, une autre encore sur ses soucis et sur ce qu'elle projetait de faire du reste de la soirée. Elle n'arrivait jamais à s'arrêter de penser, ça l'énervait parfois. Enfin, elle entra dans le vif des cours. Elle voyait bien que Mirena buvait chacune de ses paroles, évidemment, elle n'en attendait pas moins. Enfin, la jeune fille s'appliqua à faire l'exercice sans poser de question. Ce fut au tour de Robin de prendre des notes. Ou plutôt, dans un premier temps, un seul mot : « chien ». Puis, elle l'interrompit et comme elle s'y attendait, Mirena eut le réflexe de se taire.


— Vous voyez, commença-t-elle à expliquer. L'état de concentration dont je vous parle exige que vous vous déconnectiez du reste du monde. Vous êtes encore loin d'y être puisque vous vous arrêtez spontanément lorsque je vous l'ordonne. Il faut que vous vous concentriez beaucoup plus profondément. Refermez les yeux et réessayez.

Robin ne jugea pas utile de préciser que de toute façon, elle ne s'était pas attendue à une réussite au premier essai. En fait, il faudrait sûrement des mois de pratique avant d'arriver à l'état proche de la transe dont elle parlait, et l'idée de ce qu'elle décrivait n'était qu'un avant-goût de ce qu'il fallait que Mirena réussisse réellement. Mais si elle paraissait froide et sévère, ça ne faisait rien, un peu de pression ne pourrait que faire progresser son élève. Du moins, c'était son point de vue.

Mirena s'appliqua à nouveau. Sur son parchemin, Robin nota successivement « chat », « serpent », « oiseau », « tigre », « lion ». Puis sa jeune élève rouvrit les yeux, apparemment à court d'idées. Robin haussa vaguement un sourcil :


— C'est tout ? Vous avez parlé à peine une minute.

Son ton n'était pas exactement cassant, mais l'idée qu'elle se faisait d'un enseignement de qualité excluait les excès d'éloges et de compliments. Elle les réduisait même volontiers à presque zéro. D'ailleurs, il y avait d'autres manières d'encourager un élève : ne pas le rabaisser, ne pas s'impatienter, l'accompagner avec un certain respect pouvaient déjà y suffire. Mais ce qu'elle allait tenter d'aider Mirena à apprendre était extraordinairement difficile, alors elle n'hésitait pas à prendre un ton plus sec. Histoire de la bousculer et de la pousser directement à donner encore plus d'elle-même, toujours plus.

— Bon, ça ira pour cette fois. Pouvez-vous me dire quelles races d'animaux vous venez de citer ?

Elle la laissa répondre, puis reprit :

— Évidemment, rien ne dit que votre forme animale se trouve parmi ceux-là, mais ceci va nous servir de point de départ pour l'exercice suivant. Cette fois, il va falloir que vous vous leviez. Et allez vers le centre de la pièce.

Après que Mirena eût obtempéré, elle lui demanda à brûle-pourpoint :

— Dites-moi, à votre avis, comment vais-je vous aider à trouver votre forme animale ?

Elle s'était à nouveau renversée contre son dossier, le bout des doigts pressés les uns contre les autres, l'air prête à attendre tout le temps qu'il faudrait pour qu'elle lui fournisse une réponse satisfaisante. Elle attendait de son élève qu'elle fasse marcher sa tête, même si elle serait sûrement à côté de la plaque vu que l'exercice qu'elle était sur le point de lui donner serait difficile à deviner. Ce n'était pas l'important, l'essentiel étant qu'elle ne relâche pas ses efforts.

Mirena ayant répondu, elle attendit un moment sans rien dire avant d'agiter sa baguette. Un gros chien de type doberman, un chat persan, une vipère, un rouge-gorge perché sur la chaise, un tigre et un lion paisiblement allongés sur le sol surgirent de nulle part devant la jeune fille.


— Regardez bien ces animaux. Pour l'instant, ils sont calmes et n'ont aucun jugement à votre égard, mais cela va évoluer dans les minutes à venir en fonction de ce qu'ils perçoivent de vous — de ce qu'il y a au plus profond de vous. Vous allez devoir interagir avec au moins l'un d'entre eux, celui que vous voulez. Approchez-vous de lui, caressez-le si vous voulez, parlez-lui. Sachez cependant que les autres ne vont pas vous ignorer, alors tenez votre baguette prête au cas où.

Elle ne l'informa pas que la vipère n'avait pas de venin. L'apprentissage de l'animagie demandait d'éprouver tous les aspects de la personnalité, le courage y compris. Pour le reste, Mirena allait devoir lui faire confiance.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Jeu 17 Mar - 21:27
Cela faisait maintenant bientôt une heure que Gwen était présente dans le bureau de son professeur de Métamorphose a essayé d'apprendre l'art qu'était l'animagisme. Bien qu'elle savait que cela ne serait pas une chose facile, elle était très motivée et de ce fait elle accepterait de faire tout ce que son professeur lui demanderait quitte à ce que cela lui prenne la majeure partie de son temps, temps libres y compris. Avant de commencer le cours particulier qu'elle lui avait demandé, Gwen avait été testé par son professeur voulant vérifier la motivation de son élève ainsi que sa volonté. Le professeur de Métamorphose s'était par la suite présentée et avait brièvement parlé de son parcours professionnel. À l'évocation du métier d'enchanteresse des métaux, Gwen fut piquée par la curiosité et elle lui avait donc demandé en quoi consistait ce métier. À l'écoute de l'explication de l'enseignante, Gwen prenait des notes. En particulier les choses qui lui paraissaient intéressantes pour ne rien louper et ainsi pouvoir les conserver et s'y replonger plus tard. Mais rien qu'à l'écoute de celle-ci, Gwen comprit que ce métier n'avait pas véritablement tapé dans l'oeil de son professeur. Sa pensée fut confirmée lorsqu'elle releva la tête pour observer l'expression et les yeux qu'affichait son professeur, mais elle n'en tenu cependant pas compte et décida d'arrêter de poser des questions.

L'heure du premier exercice était enfin venue. Gwen était particulièrement excitée et attentive à ce qu'elle allait à présent devoir faire, raison pour laquelle elle s'arrêta d'écrire et écouta attentivement les consignes. L'exercice était passé plutôt rapidement. Elle avait fermé les yeux et tenté la méditation, chose dont il était en l'occurence question. Et alors qu'elle pensait l'avoir bien réussi, la petite fut quelque peu vexée du commentaire de son professeur, ce qu'elle ne montra bien évidemment pas et recommença une nouvelle fois jusqu'à ce qu'elle décide de l’interrompre d'elle-même par manque d'idée et par conséquent d'inspiration.

Cette fois-ci, Gwen s'était attendue à des félicitations ou encore à des encouragements de la part de l'enseignante, mais elle fut très déçue par la remarque qu'elle lui adressa. En effet, le ton assez cassant que la plus âgée venait d'employer était particulièrement vexant. Pendant un instant, Gwen eut très envie de répliquer, mais elle se résigna et ne dit rien, pour finalement accepter cette "critique" sans broncher, dans l'espoir d'obtenir un compliment un peu plus tard. La Serdaigle écouta donc attentivement les remarques de son professeur et réfléchit par la suite à la question que celle-ci venait de lui poser. La plus jeune réfléchit quelques instants et lui donna sa réponse :


"Hmm... Je pense qu'il y a des mammifères, un reptile et un volatile." répondit-elle très peu sûre de son coup.

Elle écouta donc son enseignante poursuivre disant qu'il n'était pas encore sûr que la forme animagus de la Serdaigle se trouve parmi les animaux qu'elle venait de citer, mais elle précisa cependant que cela allait tout de même servir de point de départ.
Suite à ces explications, le deuxième exercice débuta. Gwen devait donc à présent se positionner au milieu de la pièce.  * Mais pourquoi ? * pensa-t-elle.  Sans se poser d'avantage de questions, Gwen se dirigea au milieu, faisant cependant preuve d'une grande méfiance envers son professeur de Métamorphose s'attendant au pire de la part cette dernière. Qu'allait-elle lui réserver ? Elle ne le savait pas, mais elle n'avait plus qu'une chose à faire : attendre. La Serdaigle regardait donc à présent son professeur dans l'attente du dit exercice, mais celle-ci la pris de court avec l'une de ses fameuses questions :

-"Dites-moi, à votre avis, comment vais-je vous aider à trouver votre forme animale ? "

Alors là... Gwen n'en avait aucune idée et elle ne savait pas quoi répondre, raison pour laquelle elle esquissa un simple non de la tête et attendit la réponse de son professeur. Sans attendre, cette dernière le lui expliqua. La plus expérimentée attendit un moment avant d'agiter sa baguette magique, Gwen se retourna et fit donc face à un gros chien type doberman, un chat persan, une vipère ainsi qu'un rouge-gorge perché sur la chaise, tandis qu'un tigre et un lion étaient paisiblement allongés sur le sol. La Bleue&Bronze était quasiment encerclée et elle s'attendait au pire, comme par exemple à une attaque inattendue de la part de l'un des animaux. Gwen écouta donc par la suite les dernières recommandations de son professeur  :

"Regardez bien ces animaux. Pour l'instant, ils sont calmes et n'ont aucun jugement à votre égard, mais cela va évoluer dans les minutes à venir en fonction de ce qu'ils perçoivent de vous — de ce qu'il y a au plus profond de vous. Vous allez devoir interagir avec au moins l'un d'entre eux, celui que vous voulez. Approchez-vous de lui, caressez-le si vous voulez, parlez-lui. Sachez cependant que les autres ne vont pas vous ignorer, alors tenez votre baguette prête au cas où."

À ces mots, Gwen prit sa baguette dans sa main droite, histoire de pouvoir se défendre au cas où. Gwen prit donc son courage à deux mains et se dirigea vers la "créature" la moins dangereuse selon elle : le rouge-gorge perché sur la chaise. Alors qu'elle s'approchait délicatement de celui-ci, ce dernier s'envola dans la pièce et se percha sur un meuble encore plus haut dans la salle. A priori, elle venait de lui faire peur, raison pour laquelle, la petite chose s'était envolée et éloignée d'elle. Gwen réfléchit un instant à une méthode pour approcher l'oiseau sans forcément lui faire peur. Mais alors qu'elle venait de trouver une idée, la vipère s'approchait dangereusement d'elle.  

Quand aux quatre autres, ils l'observaient avec une attention toute particulière et ils n'avaient pas envie de réagir préférant attendre que les choses évoluent d'avantage. Gwen était particulièrement ravie d'avoir trouvé une solution pour approcher l'oiseau, mais sa joie fut de courte durée. En effet, la jeune Bleue&Bronze  pivota rapidement ayant entendu un sifflement se rapprochant dangereusement d'elle. C'est donc une Gwen horrifiée qui faisait à présent face à la vipère, dos au rouge-gorge. À cet instant précis, son cerveau était resté bloquer sur le serpent qui s'approchait de plus en plus d'elle. Paralysée par la peur, elle avait eu un blocage sur la possibilité de morsure et d'un futur passage à l'infirmerie qui s'offraient à elle.

Pendant ce temps, le chien, le lion et le tigre se tenait prêts à intervenir sentant la détresse de la jeune humaine qui se trouvait face à eux. Ils patientèrent encore un instant afin de tester d'avantage le courage de la petite fille. Allait-elle se reprendre ? C'est en entendant un grognement provenant du chien que Gwen reprit "conscience" de ce qui était en train de se passer. La vipère était à présent en face d'elle et à seulement quelques mètres. Gwendoline prise d'une montée d'adrénaline pointa sa baguette sur le serpent et articula :

"V-Viperaa E-evanesca" dit-elle en bégayant sous l'emprise de la peur.

Sous ses yeux, le Serpent disparut comme par enchantement. Décidément, cette chose ne serait sûrement pas sa forme animale, du moins c'est ce qu'elle espérait puisqu'après tout, c'est parfois les contraires qui ont tendance à s'attirer. Une fois calmée, Gwen se préoccupa de nouveau de l'oiseau qui n'avait pas bougé d'un poil. Elle avait eu une idée géniale sur la façon dont elle allait pouvoir l'attirer vers elle juste avant que la vipère ne "l'attaque", mais l'essentiel était maintenant de s'en souvenir. Ce qui se passa, après quelques minutes de réflexion. Il fallait qu'elle fasse apparaître des petites graines pour que l'oiseau vienne progressivement à elle et qu'elle les positionnent d'une façon à ce qu'elles aillent progressivement dans sa main. Elle avait compris grâce à cette idée, qu'il fallait qu'elle gagne la confiance du rouge-gorge, ce qui n'allait pas être chose facile.

Gwen prit donc sa baguette et jeta un sortilège qu'elle avait appris en première année en cours de sortilège.


« Accio, graine d'oiseau »


Grâce à ce sortilège, quelques petites graines pour oiseaux venaient d'apparaitre par le biais de la fenêtre, elles devaient surement provenir de la volière. Il n'y en avait, certes, pas beaucoup, mais celles qu'elle avait maintenant dans les mains seraient suffisantes pour ce qu'elle s'apprêtait à faire. Ainsi, Gwen en plaça quelques unes près de l'armoire où s'était réfugié l'oiseau.  Ainsi que d'autre un peu plus loin et encore plus loin de telle sorte à ce qu'elles forment un chemin jusqu'à la Serdaigle et en particulier jusqu'à sa paume de main. Elle attendit quelques minutes avant que l'oiseau ne deigne vouloir s'approcher du premier tas avec doute, avançant toujours avec méfiance, il se dirigea vers le second, puis le troisième, le quatrième et s'arrêta un instant en voyant qu'il devait à présent s'envoler dans une paume de main pour récupérer les dernières.  Après quelques minutes d'hésitation l'oiseau s'envola jusqu'à la paume de Gwen, méfiant. Sur le coup la demoiselle était très contente, mais elle ne bougea pas afin de montrer sa joie, dans la crainte d'effrayer le petit rouge-gorge. Une fois qu'il eut terminé son repas, celui-ci ne bougea pas de la main de Gwen, au contraire il semblait l'observer comme s'il attendait quelque chose de sa part. Gwen leva délicatement son autre main et dirigea lentement celle-ci vers l'oiseau dans le but de le caresser. Contre toute attente, celui-ci se laissa faire. Mais ce petit plaisir ne dura pas. En effet, le chat qui se trouvait près de la chaise quelques instants plus tôt, se dirigeait rapidement vers l'oiseau en question afin de le manger mais ce dernier, sous l'effet de la peur, s'envola pour retourner se percher au dessus de l'armoire où il se trouvait juste avant de venir dans la main de Gwendoline.

Sous le coup de la colère et de l'émotion Gwen se tourna vers le chat et le sermona un moment pour ce qu'il venait de faire. Elle jeta ensuite un regard désolé vers l'oiseau qui semblait ne pas rater une miette de ce qu'il se passait sous ses petits yeux. Le chat particulièrement vexé parti un peu plus loin dans la pièce sans jeter le moindre regard à Gwen. La demoiselle fut d'ailleurs attristée de l'avoir disputée, mais s'en détacha et se résigna à faire face aux autres animaux qui semblaient à présent la regarder. Il en restait trois : le chien, le lion et le tigre. Après avoir fait son choix, elle se dirigea maintenant vers le chien. Une fois face à celui-ci, il se mit à grogner. Gwen s'abaissa lentement presque à sa hauteur sans pour autant l'être à proprement parler comme si elle voulait lui faire comprendre qu'elle n'allait pas lui faire de mal. De plus, elle en était incapable,  jamais elle ne ferait du mal à une jolie petite chose sans défense (bien qu'il peut très bien se défendre tout seul). Gwen adorait les chiens depuis toute petite, raison pour laquelle elle n'en avait pas peur. Le chien comprenant que la Serdaigle aimait les chiens et ne lui ferait aucun mal s'arrêta donc de grogner et s'approcha lentement d'elle. Une fois arrivée à sa hauteur, la boule de poils se laissa caresser par Gwen. Il plaça par ailleurs ses deux pattes sur ses jambes afin d'atteindre son visage avec sa petite tête afin de la léchouiller. Gwen rigola un moment sous les léchouilles du chien et le caressa de plus belle sur la tête. Celui-ci appréciait tellement les caresses de Gwen qu'il s'installa confortablement sur le dos, réclamant des caresses sur le torse et le ventre.

Gwen s'arrêta de le caresser après une vingtaine de minutes et l'embrassa sur la tête pour lui dire « À plus tard». Elle se tourna ensuite vers les deux animaux sauvages qu'elle n'avait pas encore approché. Gwen fut quelque peu impressionnée de les voir ainsi, bien que la peur commençait à faire surface, elle l'enfouit au plus profond d'elle et se dirigea à présent avec prudence vers les deux animaux. Voyant Gwen comme un « ennemi » les deux félins se redressèrent et la regardèrent assez méchamment pour ensuite la menacer en la faisant reculer. Le chien sentant sa détresse se dressait à présent aux côtes la demoiselle comme s'il se préparait à la défendre. Les deux animaux approchèrent dangereusement de la petite tandis que le chien s'apprêtait à bondir. Mais Gwen craqua, s'en était trop pour elle. Sous le stress et l'émotion elle perdit rapidement connaissance avec pour seul souvenir la voix de son professeur  et les images du chien qui était venue près d'elle, du chat qui la regardait à présent et ne la boudait plus ainsi que l'oiseau du haut de son armoire.


Spoiler:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Mer 23 Mar - 14:23
Il y avait diverses manières d'apprendre l'animagie. Robin avait choisi une voie parmi d'autres en prenant en compte le niveau de son élève. Il fallait avouer que cet exercice s'annonçait divertissant. Le sortilège qu'elle venait de lancer était plus complexe qu'un simple sort d'Apparition. Il s'agissait d'une formule spécialement dédiée à la découverte de sa forme animale pour les apprentis Animagi et les bêtes qui venaient de surgir de nulle part autour de Mirena n'avaient de commun que l'apparence. Ce qui ne signifiait pas qu'elles n'étaient pas dangereuses, même si la vipère, en l'occurrence, était dépourvue de venin. Le lion et le tigre avaient leurs crocs et leurs griffes, de même que le chat et le chien, et la vipère avait ses crochets. Le seul réellement inoffensif, évidemment, c'était le rouge-gorge. C'était un sortilège subtil, difficile à comprendre et à lancer. Ces bêtes magiques "vibraient" aux fréquences les plus profondes de l'âme d'une personne. Dans le cas où les choses tourneraient mal, bien que toujours assise avec un air indifférent dans son fauteuil, Robin gardait une main dans la poche de son pantalon, serrée sur sa baguette, un geste qui était invisible sous la table. Il fallait avouer que l'exercice s'annonçait divertissant... bien que risqué. Mais tout apprentissage de l'animagie était toujours risqué. En tout cas, elle aurait presque souri en voyant la tête de son élève qui se découvrait subitement cernée par des bêtes sauvages. Ce n'était pas tous les jours qu'on tombait nez à nez avec un tigre et un lion.

Lorsqu'elle lui eut expliqué les consignes, Mirena ne répondit rien et se mit tout de suite à la tâche. Il fallait saluer sa détermination. Elle ne semblait pas particulièrement téméraire et alla directement, plutôt raisonnablement, vers le modeste rouge-gorge, qui, apeuré, s'envola et se percha sur un autre meuble. Robin observa avec attention la réaction de Mirena qui réfléchissait, tout en surveillant les animaux les plus féroces et la vipère qui s'approchait lentement d'elle sans qu'elle le remarque. Robin n'avait pas peur des grosses bêtes. Oh, si elle n'avait pas sa baguette, ce serait différent, elle n'ignorait pas non plus que des fauves sauvages étaient plus menaçants à l'état naturel qu'elle, par exemple, mais en tout cas, elle n'avait pas de crainte irrationnelle envers les animaux ici présents. Ces créatures-ci, de toute façon, ne s'intéresseraient qu'à Mirena et pas à elle. La vipère s'approchait toujours. Peu de chances que ce fut elle, la forme animale de la Serdaigle, puisque celle-ci avait précisé qu'elle avait les serpents en horreur. Il arrivait pourtant que les Patronus soient surprenants et montrent une facette moins assumée de la personnalité d'une personne. Elle n'avait donc rien voulu négliger, et d'ailleurs, la manière dont Mirena composerait avec cette créature qui l'effrayait en dirait long sur une partie de sa personnalité. Le courage était une qualité importante pour qui voulait tenter de devenir Animagus.

Lorsqu'elle repéra enfin la vipère, elle en resta paralysée par la peur. Robin nota avec intérêt que les plus grosses bêtes — le chien, le tigre et le lion — semblaient s'intéresser particulièrement à la jeune fille et presque comme si elles se tenaient prêtes à intervenir. En revanche, le chat restait indifférent. Si elle avait été à sa place, ce serait vers lui qu'elle serait allée, elle avait toujours aimé les chats. Elle pensa ça distraitement en constatant que le chien réagissait plus fort que les autres. Il émit un grondement pour avertir la jeune fille, qui sortit de sa transe. Elle sortit de sa baguette et bégaya une formule pour faire s'évanouir le serpent. Bien. Ensuite, elle fit preuve d'inventivité pour attirer à elle l'oiseau. Par un sortilège d'Attraction, elle amena des graines dans le bureau qui passèrent par une fenêtre entrouverte. Depuis le meuble où l'oiseau était perché jusqu'à la paume de sa main, elle forma une petite piste de graines que l'oiseau emprunta avec prudence. Mirena parvint même à le caresser. Jusqu'ici, c'étaient l'oiseau et le chien qui montraient les réactions les plus intéressantes. Mais c'était vers l'oiseau que Mirena était allée tout de suite.

Ce petit succès fut cependant bref. En effet, ses instincts de chasse se rappelant à lui, le chat s'intéressa forcément à l'oiseau qui, se sentant en danger, s'envola aussitôt. Frustrée, la petite lui passa un savon et le chat s'en alla dignement de son côté. Prête à passer à un autre animal, Mirena se dirigea cette fois vers le chien, ce qui ne surprit pas Robin. Il commença par gronder, mais elle devait avoir l'habitude des chiens, car elle ne se laissa pas impressionner le moins du monde comme pour la vipère. Elle parvint même à gagner sa confiance et lui fit des caresses pendant vingt minutes. Robin admirait cette aisance, elle-même ne connaissant pas grand-chose aux chiens ne se serait pas sentie très à l'aise sans sa baguette à la main. Elle commençait quand même à s'ennuyer un peu et tout en gardant un œil sur les grands fauves, elle traça quelques traits machinalement du bout de sa plume sur le parchemin sur lequel elle avait pris des notes.

Le chien et la Serdaigle étaient maintenant grands copains. Bravement, celle-ci se dirigea enfin vers le tigre et le lion qui ne se montrèrent pas amicaux le moins du monde. Robin reposa sa plume, sentant que quelque chose d'intéressant (et même un peu trop) risquait de se produire. Elle crispa à nouveau la main sur sa baguette. Si elle pouvait éviter de commencer sa carrière à Poudlard par le drame d'une élève réduite en chair à pâté par un grand fauve, ça l'arrangerait. Protecteur, le doberman se posta aux côtés de Mirena. Menaçantes, les bêtes s'approchèrent, le chien allait bondir et Robin remarqua tout à coup que son élève était pâle comme la mort.


— Mirena, appela-t-elle en se levant d'un bond, sur le point de mettre un terme à l'exercice.

Trop tard, la petite tomba purement et simplement dans les pommes et Robin n'eut que le temps de faire le tour de son bureau pour la rattraper avant qu'elle ne s'effondre. Aussitôt, les bêtes existant en partie par la conscience de Mirena, celles-ci se volatilisèrent. Le silence dans le bureau revenu, Robin ne put s'empêcher de rire un peu en voyant la tête livide de la pauvre Serdaigle toujours inconsciente. Ce n'était pas par méchanceté, mais il y avait quand même quelque chose d'amusant à cette scène. Non ? Ce n'était vraiment pas cruel de sa part, n'est-ce pas ? En tout cas, elle avait été à dix mille lieues de s'attendre à cette réaction. Bon, eh bien, l'exercice avait été intéressant. Robin donna quelques tapes sur les joues de Mirena, tout à fait en vain, car elle ne revint pas à elle. Il valait mieux l'emmener à l'infirmerie. Ça commençait bien. Elle passa un bras sous les aisselles de la jeune fille et ouvrit la porte du bureau. En parcourant les couloirs, attirant les regards de tous les élèves avec son chargement et envoyant assez sèchement bouler les questions, répétant que ce n'était qu'un malaise, Robin se dit cependant qu'elle s'attendait à ce que la jeune fille continue malgré tout l'apprentissage. Elle venait peut-être de prouver qu'elle n'était pas la plus courageuse des adolescentes, mais peu importait, elle savait affronter ses peurs, quitte à dépasser ses limites. L'ensemble de la séance n'avait pas été mauvaise. Mais il y avait du travail en perspective.
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]
Page 1 sur 1

Cours très particulier | Gwendoline Mirena [Terminé]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: