Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-42%
Le deal à ne pas rater :
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable 14″ (via ODR 50€)
319.99 € 549.99 €
Voir le deal

Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard
Dim 12 Mar - 16:38
Lundi 4 Septembre, (10h12h)

Contrairement aux élèves, Phyllis bénissait la rentrée. Le premier jour de cours, lundi 3 septembre 2018, était un jour magnifique. Le visage des élèves étant tantôt en accord tantôt en total contradiction avec ça, mais toujours était-il que pour la professeure la rentrée était source de réjouissance, de joie et de travail supplémentaire. Le temps n'était pas forcément en accord avec son humeur, mais Phyllis se rendait en classe avec l'intime espoir d'avoir des élèves plus motivés que le soleil.
Tout était parfait pour une rentrée qui commençait avec un cours des cinquièmes années, poufsouffles et serpentards. Sur les coups de dix heures, elle releva la tête du bilan élémentaire qu'elle lisait jusque là et agita sa baguette en direction de son bureau, particulièrement désordonné pour le coup. Les parchemins s'empilèrent les uns sur les autres. Laissant la porte entrouverte au cas où certains élèves aient une l'idée d'arriver en avance, la professeure repartit dans son bureau chercher le support matériel nécessaire à ce premier cours. La porte de la salle étant ouverte, les voix des premiers arrivants la ramenèrent dans la salle, elle déposa sur son bureau trois objets quasi identiques à l’œil nu. Si les troisièmes années avaient toujours peur de se faire crier dessus pour une potentielle erreur, les cinquièmes étaient moins dupes. Une porte ouverte était une permission d'entrer.
Assise sur le bord de son bureau, Phyllis attendait que les élèves s'installent en silence. Une notion très relative pour une classe d'élèves de quinze ans, alors elle patienta jusqu'à ce que les élèves se taisent d'eux-mêmes. Elle quitta alors son assise et tapa dans ses mains une fois pour attirer leur attention à tous.

« Rebienvenue à tous. J'espère que ces vacances vous auront été profitables et que vous êtes tous plus en forme que jamais. Étant pour une partie d'entre vous votre premier cours de l'année, je me permets de vous faire un topo de rentrée à propos de vos B.U.S.Es. Ces examens arrivent très tôt puisque la cinquième année reste une année jeune pour déjà choisir votre avenir mais vous devez comprendre que l'échec à certaines B.U.S.Es vous fermera définitivement les portes de certaines professions. Aussi je ne peux que conseiller aux élèves ne sachant pas ce qu'ils veulent faire plus tard à réussir le maximum de B.U.S.Es. Je ne pourrai cependant pas reprocher aux autres de faire un choix dans les matières à travailler avec plus d'urgence que les autres.
En revanche, même pour ceux et celles dont la cinquième année va de paire avec l'arrêt de l'alchimie, je ne tolérerai ni l'oisiveté ni les bavardages en cours quand vous n'aurez pas à travailler en binôme.  J'attends de tous le minimum syndical de travail et ne peux que vous encourager à donner le meilleur de vous même peu importe la matière. »


Ce discours d'introduction étant long mais néanmoins nécessaire, la professeure attrapa les trois objets posés sur son bureau. Trois bracelets, de formes et de tailles identiques, tous en or en apparence, mais seulement en apparence.

« Approchez, les bracelets sont assez petits, vous verrez mieux de près. »
Une fois ses élèves réunis, Phyllis continua : « Grâce à vos devoirs de vacances vous savez que les alchimistes alexandrins utilisaient quatre techniques pour sublimer les métaux brut en or : les alliages, principalement le cuivre et le zinc, l'altération de l'or en lui incorporant des métaux dits bruts et la dorure superficielle des métaux. La quatrième étant légèrement plus compliquée à mettre en place, nous ne l'évoquerons que plus tard dans l'année. Bien sûr ces techniques ne permettaient d'atteindre qu'un or falsifié, même si très réaliste. Quelqu'un ici pourrait-il me différencier à l’œil quel bracelet est associé à chaque technique que je viens de vous rappeler ? »

Bien sûr, le but entier du cours n'était pas de leur faire observer des bracelets, mais cette introduction était nécessaire pour rattraper les élèves déjà perdus.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard
Mar 25 Avr - 22:43

Alchimie : l'Or
Feat. Phyllis & 5e S/P


03 Septembre 2018
10 - 12h

Dans les couloirs, des pas pressés se font entendre. Ils résonnent. Leurs claquements ricochant sur les parois. Ces pas, ce sont ceux de Galahad qui s'empresse de joie. Il s'en va pour son premier cours de l'année. Son tout premier cours en tant que cinquième année ! N'est-ce pas génial, ça ? Si ses camarades traînent des pieds, encore nostalgiques des vacances tout justes passées, lui n'a qu'une hâte : apprendre de nouvelles choses et retrouver ses professeurs préférés ! Bien sûr, il regrette les vacances. Elles sont passées drôlement vite à son goût, mais bon... Il n'est pas en possession de retourne-temps. Se plaindre ne changera pas le présent.

Avec son rythme frénétique, le voilà déjà devant la salle. Bien en avance. Il n'y a pas un chat et la porte est encore fermée. Galahad rit, gêné. Si cela se trouve, son impatience fait qu'il est arrivée avant madame Coleridge... Il allait devoir canaliser sa hâte.
Les minutes passent et les abords de la classe se remplissent progressivement. Le Poufsouffle aperçoit, de loin, son meilleur ami. Ils se mettent à discuter, joyeux, parlant une fois de plus de leur été, leur famille, de la pluie et du beau temps, avant que la porte ne s'ouvre. Depuis le temps les élèves connaissaient cette façon de faire. Porte ouverte = "entrez, je vous pries." dans le langage  Coleridge. Ils entrent donc en saluant chaleureusement leur enseignante.

S'installant au même rang et à la même table, que tous les ans, le Sylwyn tapote la place libre à sa droite.
- Fred ? Tu viens à côté ? Demande-t-il d'une voix douce et d'un air enfantin, digne du regard craquant du chat botté. Avant que leur attention ne soit captée par le professeur, frappant dans ses mains.

Suite à une introduction au sujet des BUSEs, leurs premiers examens sorciers, elle invite ses étudiants à se lever et la rejoindre, près du bureau où se trouvaient trois bracelets dorés. Trois bijoux imitant à merveille ce métal jaune si cher et recherché. Car oui, ce n'était pas vraiment de l'or... Ne sont-ils pas en cours d'alchimie ?
Miss Coleridge rappelle, alors, les trois techniques étudiées pour passer d'un métal brut à de l'or, puis, leurs demande de déterminer, à l’œil nu, chacune des méthodes à travers les trois bracelets.

Concentré, Galahad observe avec minutie les objets sous ses yeux avant de répondre. Il serait dommage d'être complètement à côté de la plaque ! Se ridiculiser dès les premières heures de l'année, ce n'est pas sa tasse de thé...
Il finit par lever la main. Il est le premier à proposer une hypothèse, visiblement.
- Le bracelet du milieu, dit-il en le pointant du doigt, est une dorure superficielle. On peut remarquer, si on regarde vraiment attentivement, qu'il est légèrement plus foncé que les autres. Je dirais que, vu la nuance orangée plus prononcée dans ses reflets que dans ceux des deux autres, ce bracelet est en fait du cuivre. La dorure artificielle n'est pas parfaite, sur ce bijou. Pour les deux autres, j'ai un doute. Je vais laisser mes camarades participer !

Souriant au professeur, il espère ne pas s'être trompé et s'être bien exprimé. Parfois, il a conscience que l'on peine à comprendre ce qu'il entend par ses explications...
code (c) acidbrain



Dernière édition par Galahad D. Sylwyn le Mar 9 Mai - 20:34, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard
Mer 3 Mai - 22:54
Aurèle avait complètement et sciemment séché son cours d'astronomie (à huit heures, le lundi matin ? Au bout d'un moment, ça va bien). Du coup, il avait eu accès à la salle de bain pour lui tout seul (ce qui est considéré comme la moindre des choses dans le monde civilisé, mais pas ici. Qu'on en tire les conclusions qui s'imposent), et il était de plutôt moins mauvaise humeur que d'habitude. Après avoir trouvé la salle, et fidèle à sa politique de discrétion absolue, il partit s'asseoir dans les escaliers qui faisaient l'angle du couloir en attendant le début de l'heure. De là, personne ne pouvait le voir. Il sortit son tableau de Nicolas Flamel de sa poche et lui parla en français, à voix basse.

« -Psssssst, Monsieur Flamel.
- Qu'est ce qu'il y a, mon garçon ? Appelle moi Nicolas s'il te plaît, tu me fais me sentir vieux.
- Vous êtes mort. À 665 ans.
- Qu'est ce que tu essaies de dire par là ?
- Rien d'important, Nico.
- Nicolas. Je t'aime bien, mais on a pas gardé les cochons ensemble.
- Nicolas alors.
- Et bien, tu ne me déranges pas juste pour le plaisir de ma conversation, n'est ce pas ? Ce n'est pas vraiment ton genre.
- Mais non, je vous assure que je vous trouve absolument fab …
- Qu'est ce que tu veux, garçon ?
- Je pensais à l'alchimie ...
- Oui, c'est un sujet qui m'est familier. Et ?
- Justement, je me disais, ça fait peut être longtemps que vous n'avez pas pu en parler avec quelqu'un que ça intéresse vraiment … Comme vous êtes mort …
-Et tu te proposes ?
- Absolument.
- De façon parfaitement altruiste.
- Voila.
- Et ça n'a aucun rapport avec le cours que tu vas avoir dans quelques minutes.
- …
- Tu réalises que je suis accroché sur les murs de cette école depuis plus de 25 ans, n'est ce pas ?
- Je réalise bien, là tout de suite.
- Bon, mon grand. Je t'aiderais, mais tu sais que ce n'est pas gratuit. L'imbécile de peintre m'a peint dans mon époque de naissance. Au Moyen-Age. Avant l'invention du bon vin et du fauteuil confortable.
- J'ai compris, je vais sérieusement me mettre au dessin. Mais en attendant …
- En attendant je te conseille de prendre des notes, mon garçon.
- Maaaaiiiiiiiisss … Nicolas ? Nicolas, revenez ... »


Aurèle poussa un soupir alors que le sujet du portrait sortait du cadre. Pendant sa conversation le couloir s'était rempli d'élèves et le professeur venait d'ouvrir la porte. Il attendit que tout le monde entre dans la salle pour venir en dernier et s'asseoir à une des tables du fond. Malheureusement, le professeur après une introduction rapide qu'il écouta à peine, déjà fatigué de devoir tout traduire au fur et à mesure, demanda à tout le monde de se relever pour venir voir trois bracelets. Aurèle n'en vit pas vraiment l'intérêt. Ils n'étaient pas dingues. Pas de quoi faire déplacer toute une classe. Il en avait des bien mieux autour des poignets à ce moment même. Le professeur posa une question et c'est un grand blond maigrichon avec une cravate jaune et une vrai tête de bébé qui répondit. Le cours continua et alors lorsque tout le monde retourna s’asseoir, Aurèle changea de place mine de rien, pour s'asseoir derrière le garçon qui avait les réponses aux questions. Il jeta un œil sur la feuille où le blond prenait des notes et nota que son écriture était totalement lisible.
ça arrangeait ses affaires, tout ça.
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cours de Potions Cinquièmes années - Poufsouffle / Serdaigle
» Cours de Potions Cinquièmes années - Gryffondor / Serpentard
» Cours cinquièmes années, Gryffondor&Serdaigle
» Premier cours de vol - [Poufsouffle/Serpentard]
» Cours de Potions Deuxièmes années - Gryffondor / Serpentard

Cours cinquièmes années, Poufsouffle&Serpentard

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: