Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -25%
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro ...
Voir le deal
599 €

Vous ne passerez pas ! [Terminé]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Lun 18 Juil - 0:00



« Vous ne passerez pas ! »
Jade Heaton + Aleister De Fiennes + Robin Featherstonhaugh


La matinée avait était difficile. Son mal de tête perpétuel ne voulait toujours pas la laisser en paix et c'était les cours de la journée qui en payaient le prix. Elle restait assise, le regard vide et attendait que le temps passe, toujours perdue dans ses pensées. Même avec la potion Tue-Loup, les nuits de pleine lune étaient toujours insupportables pour elle. Lorsqu'elle se faisait interroger, elle lançait instinctivement un regard noir au prof, peu importe devant lequel elle se trouvait. Ils savaient tous. Alors pourquoi continuaient-ils à l'interroger en voyant qu'elle avait constamment un visage de déterrée ? Mais bon, elle essayait de ne pas trop leur en vouloir, ils faisaient leur boulot après tout. Et puis, c'est vrai que c'était plus réaliste pour les autres élèves pour qu'ils ne commencent pas à se mettre en tête que Jade est privilégiée.

Le reste de la journée passa à une vitesse hallucinante, au plus grand désespoir de Jade. Elle redoutait tellement d'avoir à se transformer... Si quelqu'un venait à être présent lors d'une de ses transformations, il serait fort possible que cette personne décide d'abréger les souffrances de la Poufsouffle. Elle s'assit sur son lit en regardant son oreiller. Qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour pouvoir dormir ici cette nuit-là.

7h pm. Il était temps pour Jade de se préparer à partir. Comme d'habitude, elle trouverait une excuse pour ses camarades de dortoirs ou bien ses amis si elle les croisait. Elle devenait très créative dans ce domaine, la brune savait pertinemment qu'il fallait les effrayer un minimum pour ne pas qu'elles insistent pour l'accompagner, mais pas trop non plus afin qu'elles ne gâchent pas ses plans pour sortir du château. C'est pour cette raison que, plus les années passaient, plus Jade partait tôt du château, comme ça elle n'avait pas besoin de répondre à  leurs questions. Elle aurait pu s'en vouloir, de mentir sans cesse à ce sujet. Mais la jeune fille avait arrêté de s'en faire pour les autres depuis longtemps maintenant. Elle jeta un dernier regard à son lit, dépitée par son manque de sommeil. Même transformée, elle restait lucide et les planches de la cabane hurlante étaient loin du confort de son lit à baldaquin. Une odeur pestilentielle régnait là-bas et elle était d'autant plus importante quand la jaune et noir était transformée. Elle ignorait ce qui s'était passé là-bas pour que ça ait une odeur pareille, mais pour se rassurer, elle s'inventait des raisons plus improbables les unes que les autres. Au moins ça faisait passer le temps.

Elle prit une longue inspiration et sortit de la salle commune pour rejoindre la Grande Salle. Pour une fois, elle avait décidé de manger quelque chose avant de partir. C'était « plus sage » d'après certains. Elle, ça la dégoûtait. Rien que l'odeur de tous les plats lui donnait des nausées. En constatant que ça n'allait pas en s'arrangeant, elle posa d'un geste vif sa main sur sa bouche et son nez pour faire obstacle à l'odeur et courut en dehors de la salle. Arrivée dans le hall d'entrée, elle s'assit un instant sur les marches, le temps de se calmer. Mais quand elle se releva pour le traverser jusqu'à la Grande Porte, elle aperçut le professeur De Fiennes qui venait dans sa direction. Elle ferma les yeux et respira profondément. Il allait encore lui faire perdre son temps... Elle aimait profiter du fait que les élèves soient tous dans la Grande Salle pour partir discrètement, Jade espérait vraiment qu'il ferait vite. Elle se tourna vers lui et lui adressa un sourire faux, plein de sous-entendus.

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Mar 19 Juil - 2:40

Vous ne passerez pas


avec Jade Heaton & Robin Featherstonhaugh







L’air était frais. Aleister de Fiennes traversait le parc du château comme une ombre. Non pas qu’il tâchait particulièrement d’être discret mais plutôt que cela semblait faire partie intégrante de son être. Son regard planait sur l’herbe qui se couvrait doucement d’obscurité. Les lumières de Poudlard s’allumaient déjà alors que la journée mourrait doucement, le parc était vide, et silencieux. On entendait seulement au loin le vent soufflant dans les arbres, et parfois quelques hululements de chouette. Le gravier craquait et se mouvait sous les pas du jeune professeur qui corrigea l’ange de son col en haussant les épaules. Il approchait doucement du château, profitant de la solitude et la tranquillité de ce moment nocturne. Quelques dizaines de minutes auparavant, il se taillait un chemin à travers la forêt interdite, y officiant en secret, ayant évité Rubens Hagrid, le gardien des clés, de justesse. Il devait à présent se rendre dans la réserve de la bibliothèque de l’école, et c’était important. Ses pas résonnèrent alors sur le bois du pont qui menait au château, semblant menacer chaque jour un peu plus de s’écrouler puis pénétra dans la cour carrée et poussa d’un revers de bras les lourdes portes de bois massif. La lumière l’aveugla quelques secondes puis il se glissa dans le hall d’entrée, refermant la porte gigantesque dans le plus grand des silences. Relevant la tête, il aperçut une silhouette, assise sur les marches, seule. Dans la grande salle, on entendait le dîner battre son plein. Un rapide coup d’oeil lui permit de savoir, non seulement, à qui il avait à faire, mais aussi que la réserve attendrait bien quelques minutes encore, car Aleister venait de se trouver un jouet parfait. Fondant alors vers elle, un sourire de démon aux lèvres, il mima vaguement une révérence des plus moqueuses à la jeune fille isolée :

« Bonsoir Miss Heaton. Vous êtes radieuse ces temps-ci… Votre vue m’emplit de bonheur. »

Il se redressa lentement et la scruta de bas en haut. Fouillant dans la poche de son grand manteau noir, il en sorti une vieille montre qu’il n’examina pas même une seconde. Il releva lentement la tête vers son élève dans un mouvement théâtral, lui souriant plus encore. On aurait dit un loup noir et vicieu se léchant les babines en tournant autour d’un pauvre petit agneau perdu. La pauvre Poufsouffle allait avoir du mal à s’en sortir ce soir.

« Je suis étonné de ne pas vous trouver en train de dévorer votre repas vu l’heure… Vous ne mangez plus rien dernièrement lors des repas à ce que j’ai pût remarquer… Laissez-moi deviner, vous mangez la nuit en cachette, c’est ça ? »

Il imita le rire le plus faux possible qui résonna sur la pierre ancestrale du hall d’entrée et se répercuta plus loin, dans un canon à vous glacer le sang. Il se mit alors à fixer la jeune fille avec un regard noir, son sourire venait de disparaitre en un éclair. Son visage était terrifiant et l’angle de la lumière des torches sur celui-ci accentuait morbidement les cernes creusées du professeur. S’écartant légèrement du passage vers la grande porte, il tendit lentement le bras vers celle-ci, comme pour la montrer :

« Marchons-donc un peu, voulez vous ? »

Ses yeux brillèrent alors sous la danse des flammes des torches. Il était effrayant. Et le plaisir sadique se lisait si clairement dans ses yeux qu’il aurait pût ainsi hanter les cauchemars du plus brave des hommes. Oh oui, la Poufsouffle allait avoir du mal à s’en sortir ce soir.


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Jeu 21 Juil - 1:21
Vous ne passerez pas !
Une journée négative. Il en était de la vie à Poudlard comme il en avait été de la quasi-totalité du reste de sa vie adulte : intéressante au mieux, insatisfaisante au pire. Cette journée-là avait été insatisfaisante de bout en bout : mauvais lever, petit déjeuner pris sans appétit, conversations des collègues lui semblant sans saveur. Une matinée de cours sans intérêt, le grattement des plumes sur les parchemins, les éclairs fusant lorsque les élèves essayaient de nouveaux sortilèges avec des résultats plus ou moins chaotiques. Et puis, une longue, interminable après-midi, où elle avait senti la fatigue accumulée durant des semaines de nuits ingrates peser sur ses paupières, fatigue qu'elle combattait à grand-peine par des cafés et des infusions revigorantes.

Au bout de la dernière heure de cours, écœurée par le train-train quotidien, elle se réfugia dans ses appartements et se choisit une tenue (toujours moldue) d'allure un peu plus décontractée que celle qu'elle avait arborée dans le strict cadre de ses cours. Traînant les pieds, évitant de se faire voir par quiconque, excepté le fantôme de Poufsouffle, le Moine Gras, qui lui lança une salutation enjouée en passant au-dessus d'elle, elle se rendit sans conviction à la Grande Salle, ne comptant guère manger davantage que le matin et le midi. Là-bas, elle s'assit à table, picora quelques grains de riz, répondit à ses voisins de manière à faire comprendre qu'elle n'était pas d'humeur à discuter, expédia le repas et quitta prématurément la table, prise d'une vague envie de prendre l'air avant de finir cette longue journée dans ses appartements, plongée dans ses livres, peintures, journal intime et autres occupations.

Elle quitta la Grande Salle. Au bout de quelques pas vifs, le son d'une voix familière lui fit tourner la tête vers les escaliers.


— Marchons donc un peu, voulez vous ?

Ah, lui.

Un coup d’œil suffit à Robin pour se renseigner : Aleister de Fiennes, le plus mal famé de tous les professeurs de Poudlard, en train de harceler Jade Heaton, pauvre silhouette assise sur les marches, préfète de Poufsouffle, joueuse de l'équipe de Quidditch et louve-garou entre autres qualités. Pour quelque raison inconnue de ses services, Heaton semblait en outre la détester. Des regards mauvais et une insolence très mesurée dans ses répliques le lui avaient fait comprendre depuis belle lurette, bien qu'elle ne dépassât évidemment jamais les bornes de la bienséance. La raison de cette antipathie ? Mystère. Dans un lieu clos comme Poudlard, les ressentiments et les haines fermentaient d'autant plus aisément, des conflits interminables pouvaient partir à la première étincelle. Robin ne s'intéressait pas aux sentiments de ses élèves. Qu'ils l'adorent ou la détestent, ils étaient tous logés à la même enseigne.

Ce soir-là, rien qu'à voir son visage livide et ses traits tirés qui devaient lui donner l'air aussi fraîche qu'une rose par comparaison, Robin sut que la pleine lune allait se lever : d'ailleurs, elle pouvait même extrapoler et supposer qu'elle avait quitté très tôt la Grande Salle pour ne pas se faire remarquer. Mais c'était compter sans de Fiennes. Encore un drôle de numéro, celui-là — peut-être le plus intéressant de ses collègues d'une certaine façon, et « d'une certaine façon » signifiait ici « dans le sens le plus malsain et dérangeant que pouvait revêtir le terme "intéressant" ». Semblable à un stéréotype de croque-mort, de Fiennes enseignait la défense contre les Forces du Mal, matière qui allait bien avec sa personnalité sinistre. Il terrorisait les élèves, se faisait détester de tout le monde, mais il était compétent et intelligent, ça ne faisait aucun doute. Sans cautionner ses actes subtilement sadiques, Robin le trouvait malgré elle fascinant et par une soirée vide comme celle-là, il lui offrait peut-être une distraction.

Ce qui ne changeait rien au fait qu'elle avait un devoir à accomplir. Elle se redressa légèrement pour mieux masquer sa fatigue, se composa une expression sévère et neutre de professeure et s'approcha d'eux, sa voix claquant comme un coup de fouet :


— Aleister !

Un tiers aurait pu objecter que rien de ce qu'elle avait vu pour l'instant ne semblait vraiment appeler à une remontrance, mais Robin connaissait le personnage. Il ne l'avait pas invitée à aller marcher innocemment, il suffisait de jeter un regard à son sourire de fou pour comprendre qu'il voulait s'amuser de sa souffrance — si la lumière de l'expérience n'avait pas suffi. Ils avaient tous un secret professionnel à respecter. Aleister ne devait pas retenir Heaton alors qu'elle était censée partir se cacher. Elle se planta en face de lui, vrilla un regard froid dans le sien et lança d'un ton calme, presque détaché :

— Épargnez-nous votre numéro et laissez-la partir. Allez-y, Heaton.

Ces derniers mots s'adressaient à Heaton mais Robin n'avait pas cessé de toiser Aleister pour autant, prête à intervenir s'il prétendait barrer le passage à cette dernière.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Robin Featherstonhaugh le Jeu 21 Juil - 15:47, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Jeu 21 Juil - 2:16

Vous ne passerez pas


avec Jade Heaton & Robin Featherstonhaugh






Il ne l’avait presque pas vu arriver. Pourtant, ses poils auraient dût se dresser, son coeur aurait dût battre plus vite et fort, du moins son corps aurait dût réagir à la présence de Featherstonhaugh. Elle était pire que tous. Pire même que ce rabat-joie de Morrison. Pire, car elle semblait y prendre du plaisir. Non pas qu’elle ne l’exprime le moins du monde, mais Aleister croyait bien discerner dans son attitude et son regard comme une « once » d’intérêt et de plaisir à chacune de leurs rencontres souvent « très passionnantes ». La soirée était définitivement magnifique.

« Bonsoir Professeur Featherstonhaugh. Tentée par une petite promenade au clair de lune ? »

Il mima une vulgaire révérence ainsi qu’un baise-main moqueur et se redressa lentement en souriant à sa collègue, le séparant à présent de sa proie.

« Quoi de plus romantique n’est-ce pas ? Vous, moi et une bête vicieuse et sanguinaire qui se ferait un plaisir de briser nos os et déchirer nos chairs dans un vacarme assourdissant… Se réveillant le lendemain terrifiée, comme la pauvre petite Jade Heaton, couverte du sang de deux de ses professeurs… Oh, quel bonheur pour la Gazette du Sorcier ! »

Disant cela, il mima vaguement de ses longs doigts immaculés la situation qu’il décrivait. Son sourire se faisait de plus large et insistant à chaque mot et il finit sa phrase penché sur le côté, souriant morbidement à la pauvre Jade, réfugiée derrière son professeur, imitant théâtralement un loup-garou se nourrissant. On aurait véritablement dit un prédateur narguant et observant avec envie une proie facile et appétissante.

Puis son regard revint sur sa collègue et son sourire s’effaça doucement alors qu’il faisait quelques pas en arrière, jouant avec sa baguette.

« En tant que Professeur de Poudlard, je ne pourrais tolérer de mettre en danger la vie des élèves de l’école Miss Heaton. Aussi, j’insiste pour vous accompagner cette nuit afin de m’assurer qu’aucun de vos petits camarades ne tente de découvrir votre doux secret ou bien que vous ne dévoriez par inadvertance ou oublie de potion tue-loup un pauvre voyageur perdu et frigorifié cherchant refuge dans notre belle cabane hurlante… »

Il commença alors à tourner en rond autour des deux jeunes femmes, avec vitesse et élégance, sa voix se faisant de plus en plus hypnotique. C’était un requin tournant autour de deux naufragés, observant avec froideur et malice la moindre réaction, le moindre fait et geste. Elle était là. Devant lui. Celle qui semblait bien être la seule capable de lui donner réellement du fil à retordre, celle qui semblait comme lui chercher désespérément un moyen de s’amuser, ou du moins, d’apporter un minimum d’intérêt aux journées si fades et tristes de leurs vies de professeurs. Il devait trouver un moyen de l’obliger à venir avec eux. C’était une trop belle occasion, la nuit s’annonçait si passionnante. Il fallait qu’elle vienne. Ils allaient rire. Oh oui !

S’arrêtant devant elle, il se figea, la dévisagea longuement et lui sourit de toutes ses dents pointues et parfaites. Il écarta son long manteau et indiqua la porte d’entrée d’un revers de la main.

« Chère collègue, Miss Heaton… Je crois qu’il serait judicieux que nous nous hâtions de sortir avant que nos précieux petits camarades sortent repus de la grande salle dans quelques minutes… »

Sa veste vola alors derrière lui et, allumant le bout de sa baguette, il entre-ouvrit la grande et lourde porte du château, la maintenant comme par politesse en attendant les dames…

« Après-vous mesdames … »

Et son sourire n’en fût que plus terrifiant.


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Jeu 21 Juil - 12:38



« Vous ne passerez pas !»
Jade Heaton + Aleister De Fiennes + Robin Featherstonhaugh



Elle scruta le visage de son professeur avec un regard mauvais. Elle le sentait mal. S'il avait quelque chose à lui dire, il devait le faire à la fin de son cours, pas quand la brune était en état d'urgence. Radieuse ? Mais il s'était vu lui ?! À la connaissance de Jade, il n'y avait pas de loup-garou parmi les enseignants et pourtant sa mine déconfite était semblable à la pâleur de la jeune Poufsouffle. Elle ignorait quand les rayons de la lune se montreraient, elle ne savait donc même pas combien de temps il lui restait avant sa transformation. Elle déglutit difficilement, Jade savait très bien remettre les élèves à leur place, mais un professeur... Mais le ton sarcastique qu'elle employait habituellement avait du mal à ne pas paraître dans la tonalité de sa voix. Elle s'assura qu'aucun élève ne se trouvait dans les parages, mais préféra tout de même baisser la voix, il y avait beaucoup de fouineurs à Poudlard.

« Oui, c'est ça. Et avec tout le respect que je vous dois professeur, si vous ne voulez pas être mon repas de ce soir, je vous conseillerais de me laisser partir, maintenant.  » Elle marqua une pause et lui sourit, dévoilant ses dents blanches qui, plus tard, seraient bien plus tranchantes. «  Au moins, j'espère que c'est le professeur McGonagall qui vous envoie. »

Si tel était le cas, elle pouvait bien lui accorder quelques minutes. Mais la façon dont le professeur lui avait montré la grande porte, elle était persuadée que ça n'avait aucun rapport avec les ordres de la Directrice des lieux. Elle n'eut pas le temps de lui répondre quoi que ce soit que le professeur Featherstonhaugh scanda le nom de son collègue et lui fit comprendre qu'elle pouvait partir. Un choix s'offrait à la brune. Rester par curiosité, ou obéir. À sa plus grande surprise, elle choisit la seconde proposition. Mais la réponse du professeur De Fiennes lui fit changer d'avis. « Une bête vicieuse et sanguinaire qui se ferait un plaisir de briser nos os et déchirer nos chairs dans un vacarme assourdissant » Comment osait-il parlait d'elle de cette façon ?! Jade se tourna vers lui et le fusilla du regard. En plus, son imitation en était offensante, c'était déprimant. Elle leva les yeux au ciel et essaya de s'exprimer de façon calme et canaliser la colère qui bouillonnait en elle.  

« Croyez-moi, monsieur, si je pouvais devenir cette bête que vous décrivez si bien, je me ferais un plaisir de m'occuper de vous. Et ça m'étonnerait fort que je sois si « terrifiée » après cela. Et puis, je serais innocente n'est-ce pas ? De toute façon, je prends toujours la potion Tue-Loup que me prépare votre collègue professeur de Potions, alors n'ayez crainte, il serait peu probable que j'agisse de la sorte cette nuit, même si, à votre expression, on pourrait croire que ça vous plairait bien. »

Était-elle allée trop loin ? Parce qu'à ce moment-là, c'était le plus petit de ses problèmes. Entre le professeur de Fiennes qui semblait prendre un malin plaisir à l'idée de voir la bête qui sommeil en elle et le professeur Featherstonhaugh qui la prenait clairement pour une élève fragile et sans défense, Jade ne savait plus vraiment comment agir avec ces deux-là. Même lorsque le professeur de Défense contre les Force du Mal assurait ses bonnes intentions, elle n'arrivait pas à le croire. D'habitude, elle n'avait pas besoin d'escorte et tout se passait très bien.

« Comme je vous l'ai dit, fit-elle en serrant les dents, agacée par l'attitude de son professeur, je prends la potion tous les mois, donc je ne risque pas de m'en prendre à qui que ce soit. Et je suis certaine que si un élève venait à découvrir mon secret, le professeur McGonagall ferait le nécessaire pour lui faire oublier cela. Comme le Ministère de la Magie avec les moldus. »

En constatant que son professeur semblait bien décidé à la suivre, Jade soupira et avança vers la porte qu'il avait ouvert d'un coup de baguette. Plus vite elle serait en sécurité à la cabane hurlante, plus vite ces deux-là la laisseraient tranquille pour la nuit. Déjà que c'était éprouvant en temps normal, elle ne supportait pas que des professeurs l'accompagnent.

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Lun 25 Juil - 0:53
Vous ne passerez pas !
À l'image de son charmant collègue, Heaton négligea d'obéir à son injonction, comme si le charisme douteux et la condescendance avouée de de Fiennes la fascinaient elle aussi. Ou alors tout simplement par désir de défier son ordre, ce qui était très probable, bien qu'en l'occurrence cette attitude ne semblait pas la servir. Ou les deux. Quoi qu'il en fût, elle resta sur place et Aleister fit exactement ce que Robin venait de lui ordonner de ne pas faire : son numéro. Robin le trouvait aussi ridicule qu'attirant de manière agaçante, à la saluer de manière sarcastique et à mimer l'attitude du parfait gentleman. Il simula même un baisemain, mais elle se garda bien de laisser sa propre main à sa portée et la lui arracha, l'air toujours impassible et vaguement dégoûtée. Ses sourcils se froncèrent progressivement, lui donnant un air sévère tandis que le spectacle de M. de Fiennes se poursuivait — il y mettait une telle verve qu'il aurait probablement été heureux de se faire applaudir par un public de deux cents personnes. Sauf qu'il n'en était pas question. Elle ne pouvait le laisser gloser sur la lycanthropie de Jade — il le savait pertinemment — et intervint avant même qu'il eût fini de parler :

— Ça suffit ! Aleister, vous n'avez pas le droit de parler de ça—

Elle n'eut pas le loisir de poursuivre : Heaton venait de prendre l'initiative en répondant à sa façon à son professeur. Robin eut envie de rire en l'écoutant... ce qu'elle garda soigneusement pour elle. Ce n'était certainement pas l'heure et l'endroit de rire, mais la scène à laquelle elle assistait était tellement hors du commun ! Voilà qui la changeait d'une longue journée de routine ennuyeuse : une lycanthrope de Poufsouffle qui la détestait pour une raison incompréhensible et menaçait de bouffer tout cru le croque-mort de Poudlard, lequel se comportait comme une sorte de Monsieur Loyal de l'enfer au cirque. N'importe quoi ! Et plutôt amusant, il fallait l'avouer... Mais la part la plus morale de sa personnalité continuait à songer à faire son devoir et elle s'adressa à elle, en baissant la voix comparativement à ses deux interlocuteurs, sur le ton d'un avertissement dénué de jugement :

— Miss Heaton, je vous rappelle que nous sommes séparés de tous les élèves de Poudlard par une double-porte. Si vous tenez à votre secret, essayez de vous contrôler... Et vous, Aleister, reprit-elle plus fortement et froidement en se tournant vers l'intéressé...

Mais cette fois-ci encore, elle se fit couper la parole, cette fois par ledit Aleister qui venait de changer de ton, imitant le "professeur modèle" ou du moins l'idée qu'il s'en faisait. Et alors qu'elle ouvrait la bouche pour répliquer, Heaton repassa à l'attaque en affirmant qu'il n'y avait aucun danger et que si qui que ce soit entendait parler de son infortune à l'école, McGonagall tâcherait de le lui faire oublier. Robin doutait fortement — très fortement même — que ce fut aussi simple, mais enfin, l'adolescente avait sans doute eu besoin de se défouler. Enfin elle reprit avec la même inflexion impatientée que précédemment, ignorant les circonvolutions que le cher Aleister exécutait autour d'elles deux :

— Aleister, je ne devrais pas avoir besoin de vous rappeler vos devoirs vu que votre fiche de paie en dépend, vous y tenez un peu, j'imagine ? N'importe qui peut débouler de la Grande Salle à tout instant, fermez-la !

Bien sûr, "fermez-la" était une façon peu conventionnelle pour un professeur de s'adresser à un collègue pile en face d'une élève, mais lorsque le collègue en question se comportait de manière odieuse et anti-professionnelle, on pouvait encore l'excuser. Ce faisant, elle lui jeta un regard noir, un mélange d'avertissement et de défi auquel de Fiennes répondit par un large sourire moqueur. Elle était consciente de l'espèce de jeu malsain auxquels ils se livraient tous les deux — ce besoin de se divertir qui les occupait pareillement, même s'ils avaient des manières différentes d'y répondre. Même si elle avait toute l'allure de la professeure juste et sévère, elle aurait pu en faire davantage pour mettre le sinistre de Fiennes dehors, un peu comme Morrison dont elle savait qu'il le haïssait viscéralement, à peu près comme une personne normale, et allait régulièrement lui passer un savon dans son bureau. Mais pour l'amour du ciel, après une journée vide et frustrante comme celle-là, un horrible personnage comme de Fiennes ressemblait à un don du ciel. Au moins, il ne l'ennuyait pas. Et voilà qu'il les invitait toutes deux à le suivre.

— Je crois qu’il serait judicieux que nous nous hâtions de sortir avant que nos précieux petits camarades sortent repus de la Grande Salle dans quelques minutes…
— Non, vraiment ? grinça-t-elle, sarcastique, si je ne vous connaissais pas mieux, j'aurais pu croire que vous étiez enfin revenu au bon sens...

Heaton poussa un soupir et se dirigea vers l'entrée de guerre lasse. Robin secoua la tête en levant brièvement les yeux au ciel et la suivit, non sans lâcher :

— Vu votre état d'excitation douteux de ce soir, ça vaut certainement mieux que je vous accompagne, oui. On ne vous a jamais dit que vous étiez trop bavard ? Ne répondez pas, pour l'amour du ciel, on vous a assez entendu...

Tout ce qu'elle venait de lui lancer ressemblait davantage à leurs échanges de piques assez coutumiers dans le privé, loin de leurs élèves, bien qu'elle se montrât inévitablement froide et distante dans ce cadre-ci. Au fond, elle se réjouissait presque d'avoir quelque chose d'amusant à faire cette nuit. Sans ce numéro de son collègue, elle aurait probablement passé une longue nuit ennuyeuse et frustrante à chercher le sommeil et s'occuper à son bureau. Maintenant, elle semblait bien partie pour une nuit tout au plus légèrement plus intéressante. Elle ne se doutait pas d'à quel point.
© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Mar 26 Juil - 4:16

Vous ne passerez pas


avec Jade Heaton & Robin Featherstonhaugh






Ainsi tous les trois passèrent-ils les lourdes et massives portes de bois sombres du château, laissant là les autres, trop occupés à dévorer un délicieux diner pour deviner ce qui se tramait à quelques mètres d’eux. S’ils avaient sût…

Aleister referma doucement la porte dans un léger claquement sonore qui se répercuta sur les pierres de la cour et emboita ensuite gaiement le pas du professeur Featherstonhaugh et de miss Heaton qui se dirigeaient déjà toutes deux vers le grand pont de pois, visiblement impatientes (si l’on peut dire) de rejoindre la cabane hurlante. Le jeune homme se mit alors à la hauteur de sa collègue et lui sourit de toutes ses dents, d’un sourire narquois et fière, allumant au passage l’extrémité de sa baguette afin de leur éclairer la route à travers l’obscurité tombante.

Très vite, leurs pas se mirent à chanter sur le vieux bois du pont et ils purent apercevoir en contre-bas Hagrid, le garde-chasse, qui sembler s’afférer à combattre les quelques corbeaux qui avaient décidé de s’attaquer à ses plantations. Ses cris et ses jurons résonnaient dans le parc de Poudlard. Celui-ci commençait d’ailleurs à être envahi de brume, une brume épaisse et claire qui se répandait comme par vagues sur l’herbe humide et sombre. Passant les pierres levées, ils prirent la route du saule cogneur, comme instinctivement, tous trois étant pertinemment au courant que celui-ci proposait un passage rapide et simple vers la maison « la plus hantée de Grande-Bretagne ». Aleister n’avait d’ailleurs pas attendu d’être nommé professeur pour le découvrir, utilisant la voie secrète durant sa scolarité pour divers trafics et autres sombres projets dont il n’est pas, pour le moment, venu le temps d’en dire plus.

L’herbe était glissante et épaisse, on avait du mal à discerner le mince chemin de terre menant à l’arbre. Un bruit résonna derrière eux, et Aleister, qui fermait la marche, se retourna lentement, laissant les deux jeunes femmes prendre de l’avance. Lentement, il observa le tapis de brume qui s’était formé derrière eux… Soudain, une silhouette en émergea. On aurait dit une bête, semblable à un chien très mince, fait de brume et de fumée. La forme n’était pas très nette mais on pouvait voir deux grands yeux briller dans la demie-obscurité du parc. Sans paniquer le moins du monde, le jeune Professeur tourna alors le dos à la créature en souriant et éteignit sa baguette, laissant ses yeux s’habituer à l’obscurité avant de reprendre la route, rattrapant doucement ses camarades de fortune : jamais il n’aurait crût que la soirée allait être aussi intéressante !

Arrivant à la hauteur de sa collègue, il élèva la voix, et dans un geste théâtral, parfaitement exagéré :

« Il semblerait qu’un Gytrash s’intéresse à nous. Comme c’est excitant, n’est-ce pas ?! Nous devrions nous hâter de rejoindre ce cher saule cogneur si nous ne voulons pas que les cours pratiques de Défense Contre Les Forces Du Mal de mademoiselle Heaton soient avancés de quelques semaines…À moins que vous n’ayez l’envie soudaine de risquer votre peau pendant que nous observons avec délice le spectacle d’un chien fantôme vous réduisant « enfin » au silence dans un grondement lugubre et caverneux ? J’en salive d’avance ! »

Finissant sa phrase, il indiqua la direction dont ils venaient du bout de sa baguette et prononça doucement et très faiblement :

« Lumos ! »

Et alors qu’une forte lumière émanait à présent de l’extrémité de la baguette, tous les trois purent observer le chien fantôme, à quelques dizaines de mètres de là, les suivant et les observant à distance, comme un funeste présage se riant de leur sort…

« Avançons mesdemoiselles ! Avançons ! Le Gytrash ne peut vous tuer, mais il me semble que ce n’est pas le seul CHIEN que nous risquons de croiser ce soir si nous nous attardons trop, n’est-ce pas miss Heaton ? »

Il rit alors bruyamment. D’un rire clair et subtile mais qui sembla se propager à des lieux à la ronde. Passant devant sa collègue et son élève, il prit la tête du groupe et s’enfonça dans la brume qui commençait à s’épaissir lentement, cachant progressivement l’énorme saule cogneur dont les formes se dessinaient déjà un peu plus loin…



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Mar 26 Juil - 14:59



« Vous ne passerez pas !»
Jade Heaton + Aleister De Fiennes + Robin Featherstonhaugh


Elle sortit du château et la fraîcheur de la soirée se fit sentir immédiatement. Jade se forçait ignorait les deux professeurs qui la suivaient, elle se disait que c'était sûrement la meilleure chose à faire. « Ils feront moins les malins quand ils me verront sous ma forme de loup-garou » pensa-t-elle en jetant un regard aux deux adultes. Ses pas se faisaient plus rapide, elle était impatiente d'arriver à la cabane hurlante pour se débarrasser d'eux. Elle passa le pont de bois en réfléchissant à une excuse pour prétexter le fait qu'elle veuille rester seule. Mais la jeune Poufsouffle ne trouvait aucune raison valable. Elle n'avait rien à leur cacher et ils se méfieraient probablement si elle les empêchait d'accéder au Saule Cogneur. Perdue dans ses pensées, elle continua de marcher à l'aveugle, ses yeux fixaient un point devant elle sans réellement le voir. Ses pas connaissaient bien la route qui menait à son enfer, alors qu'elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour oublier l'existence de cet endroit.

Lors des sorties à Pré-au-Lard, il y a toujours une bande de débiles à vouloir se rendre là-bas. Pensant qu'un monstre vit à l'intérieur, que c'est un endroit maudit et dangereux. Ce n'était pas entièrement faux. Ses camarades lui avaient demandé un jour de les accompagner là-bas sans que les professeurs ne les voient et elle avait refusé, évidemment, mais c'était aussi une bonne chose, ça renforçait la personnalité naïve et timide qu'elle s'était fabriquée pendant ces cinq années. Elle se retourna afin de voir où en étaient ses professeurs pendant cette petite traversée. Ils s'étaient arrêtés tous les deux et regardez derrière eux. Jade leva es yeux au ciel et le rejoignit, essayant de voir ce que le professeur De Fiennes montrait avec son Lumos. Un spectre de chien, on dirait. Un Gytrash à en croire ce que disait son professeur de Défense contre les Forces du Mal. D'après lui, c'était inoffensif, mais Jade releva seulement fait qu'il lui avait encore manqué de respect en sous-entendant qu'elle aussi était qu'une espèce de chien.

Celui-ci se mit à rire et les devança. Jade essaya de se calmer et se remis à marcher en compagnie du professeur Featherstonhaugh. Comment en était-elle arrivée là ? Un soir de pleine lune, accompagnée de deux cinglés qui ne se supportent même pas. Heureusement que les nuages cachaient la lune pour le moment. Jade n'avait qu'une hâte, être en sécurité et surtout, seule. Bientôt, ils arrivaient devant le Saule dont les branches commençaient déjà à s'agiter. Jade eut un frisson qui parcourut tout son corps. Elle ramassa une branche et s'en servit pour appuyer sur le nœud de la racine qui, immédiatement, immobilisa le Saule Cogneur. Elle se retourna au niveau de l'entrée du tunnel pour empêcher tout passage.  

« Bon, eh bien voilà, on y est. Merci pour la ballade, c'était cool. Au revoir.  »

Elle espérait sérieusement qu'ils feraient demi-tour, mais le regard du professeur De Fiennes n'indiquait rien de bon à la brune.
© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Vous ne passerez pas ! [Terminé]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vous échouerez, c'est certain [terminé]
» [terminé] Un artiste pour vous servir
» Rancune ? Je ne vois pas de quoi vous parlez ! | Aylen Nott [Terminé]
» Edmund Wagner - Combattant, collectionneur, amateur, je suis de tout pour vous et vous, qu'êtes-vous donc pour moi ?
» Je vous aime même si vous ne le voyez pas toujours - Albus S. Potter

Vous ne passerez pas ! [Terminé]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: