Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mar 1 Mar - 21:05
Incroyable mais vrai, à peine quelques semaines après être entrée en fonction, Robin voyait revenir à Poudlard son prédécesseur, Aylen Nott.

Mais ça, ce n'était pas extraordinaire. Ce qui l'était, c'est que cette dernière avait subi... comme une cure de jouvence un poil trop performante. À tel point que, femme adulte, elle se retrouvait soudain dans les bancs des élèves. De SES élèves.

Comment était-ce possible ?

C'était la directrice qui lui avait expliqué, autant qu'elle l'avait pu, l'étrange incident qui avait frappé l'ancienne Auror. Robin en avait été abasourdie : jamais elle n'avait entendu parler d'un précédent dans l'histoire de la magie. Et aucun de ses collègues, non plus. Il s'agissait là d'une magie à laquelle personne ne semblait avoir encore été confronté. De toute évidence, Miss Nott avait dû avoir affaire à un mage noir exceptionnel qui lui avait lancé ce sortilège de nature inconnue. Et maintenant, elle allait l'avoir en cours. Robin rangea les copies qu'elle venait de corriger dans son tiroir, alluma la deuxième lampe sur son bureau, car la nuit tombait au-dehors, et renversa la tête sur son fauteuil, les mains jointes, les oreilles guettant le bruit de pas de sa... nouvelle élève. Comment celle-ci réagissait-elle à cette étrange situation ? Elle ne pouvait s'empêcher de se sentir piquée par la curiosité. Elle ne s'attendait guère à des événements aussi palpitants pour le début de son enseignement à l'école de magie.

En même temps, bien sûr, ça pouvait créer quelques problèmes.

Déjà, cela causerait certainement de l'agitation chez les élèves dans la classe d'Aylen Nott — voir revenir leur ancienne prof sous les traits d'une adolescente ! — mais ça, ça ne l'inquiétait guère. Elle saurait bien vite les rappeler à l'ordre, certainement, et ils finiraient par passer à autre chose. D'ailleurs, il en irait de même pour Miss Nott si celle-ci devait s'aviser de créer du désordre dans son cours. C'était précisément pour cette raison qu'elle l'avait convoquée ce soir : prendre la température. Clarifier leur relation. Ancienne professeur ou pas, elle ne devait pas s'imaginer qu'elle aurait des privilèges particuliers.

Robin se massa les tempes du bout des doigts, les yeux fermés. Elle aurait bien aimé pouvoir finir la journée de manière plus relaxante, ayant encore fait de l'insomnie cette nuit-là. Fichues insomnies. Elle ne s'était pas endormie avant quatre heures du matin, et d'un sommeil troublé encore. Elle avait rêvé de guerre, de Mangemorts. Cela faisait pourtant longtemps qu'on n'entendait plus parler d'eux, mais ils avaient laissé une marque indélébile sur sa mémoire. En y repensant, elle entendait encore les cris de terreur qui avaient déchiré la nuit de l'école, cette fois où ils s'y étaient infiltrés et avaient tué Dumbledore. On n'oublie pas ces choses-là. Aussi, parfois, ils ressurgissaient encore dans ses cauchemars comme la forme que prenaient ses démons. La journée avait été longue, elle avait mis presque toute son énergie dans ses cours. Pour se revigorer avant de rencontrer Nott, elle s'était préparé un café avec un remontant spécial qu'elle préparait elle-même à l'aide de quelques ingrédients magiques. Elle le but à petites gorgées, se concentrant sur son goût amer. Le problème avec ce genre de petits remontants, c'était qu'avec le temps, à force d'en prendre régulièrement, on finissait fatalement par s'y habituer. Elle évitait donc d'en abuser. Mais là, ça se justifiait.

Enfin, on toqua à la porte.


— Entrez, dit-elle en posant sa tasse.

La voilà donc, la jeune Aylen Nott. Une grande fille rousse, plutôt jolie, qui arborait les couleurs de Serpentard ainsi que quelques vêtements moldus — à sa surprise. Elle-même était complètement habillée dans un style moldu comme à son habitude : un chemisier blanc, un veston bleu marine, un pantalon noir. Classique. Elle avait remarqué qu'elle n'était pas la seule dans la faune enseignante, mais n'avait encore jamais vu un élève partager sa marotte. Il était clair que depuis la fin de la guerre, le monde sorcier s'était ouvert à la culture moldue. Trop bien, parfois, même. Mais pour ce qui était de la mode, ça ne lui déplaisait pas. Elle pouvait enfin se dispenser des robes de sorcière sans qu'on la regarde de travers.

Tout ceci, elle l'observa en une seconde. Elle la salua en hochant la tête et lui dit avec son flegme un peu froid habituel, du moins lorsqu'elle faisait son travail :


— Bonsoir, Miss Nott. Asseyez-vous.

Elle joignit les mains dans une posture qui lui était familière, les coudes sur la table, tout en la regardant attentivement.

— Je vous ai convoquée ce soir pour que nous puissions discuter ensemble de votre retour, poursuivit-elle sur le même ton. Il est évident que la situation qui vous affecte est tout à fait exceptionnelle et sans doute inconfortable pour vous. À ma connaissance, c'est sans précédent dans l'histoire de la magie. J'ai l'intention de mener des recherches à ce sujet, ne serait-ce que parce que cela m'intéresse à un titre personnel. Et je vous souhaite de vaincre cette malédiction. Mais je tiens à vous signaler une chose : à mes yeux, vous êtes une élève comme les autres. Ne vous attendez donc à aucun traitement de faveur de ma part.

Robin se tut. Il lui semblait qu'elle avait dit tout ce qu'elle avait à dire pour l'instant, et elle n'aimait pas faire dans la guimauve, surtout que quelque chose lui disait que la demoiselle en face n'était pas venue dans un état d'esprit accommodant. Quelque chose dans ses yeux lui signalait qu'elle avait particulièrement intérêt à se montrer ferme.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mar 1 Mar - 22:07


La vie est pleine de mystères


Lundi 15 Janvier 2018,
Poudlard

Revenir à Poudlard avait semblé être la chose la plus naturelle du monde pour Aylen, mais en même temps terriblement étrange. Elle était arrivée le vendredi au soir et avait été réintroduite aux élèves. Leur ancienne professeur, désormais camarade... la situation est étrange pour l'adolescente. Elle sent leurs regards curieux et interrogateurs, comme s'ils s'attendaient à ce qu'elle leur révèle ce qu'il s'était passé pour qu'elle finisse dans cet état. Si elle le savait elle-même... Elle aurait sans doute déjà inversé le sort et serait redevenue adulte.
Et elle aurait repris son travail.
Son vrai travail.
Pas celui de professeur. Franchement, qu'est-ce qui lui avait pris de revenir enseigner ici ? A croire qu'elle avait oublié qui elle était, ce qu'elle était, et plus important encore ce à quoi elle était destinée.
Malheureusement, elle se trouvait dans l'ignorance totale et ne pouvait pas y faire grand chose. Alors elle supportait les chuchotements sur son passage, les visages déçus lorsqu'elle ne reconnaissait pas un élève ou blessé si elle se montrait un peu trop véhémente ou froide.
Hé, c'est qu'elle avait une réputation à entretenir.
Ou plutôt à regagner.

Évidemment, la nouvelle professeur de métamorphose avait demandé à la voir.
La rousse n'avait aucun mal à deviner la raison pour laquelle elle pourrait vouloir ça. Et malheureusement ça n'avait certainement rien à voir avec simplement vouloir partager un thé autour d'une table afin de discuter de la meilleure façon de transformer de façon efficace un élève de premier année en dragée surprise de Bertie Crochu.
Elle avait accepté bien sûr, un peu à contrecœur, de se rendre à ce rendez-vous.

C'est ainsi qu'elle avait quitté sa salle commune rapidement une fois l'heure du rendez-vous proche. Elle avait passé sa cape de sorcière à l'intérieur vert brodé d'argenté – le tissu était poussiéreux quand elle l'avait récupéré – et elle avait gagné les murs froids des cachots. Aucun frisson ne parcourut son corps même si elle referma les pans de tissu autour d'elle et rentra la tête dans son écharpe aux couleurs de sa maison.
Dessous, elle portait des habits normaux : un pull de cachemire blanc cassé, une un sous-pull simple et un t-shirt qui n'apparaissait pas sous tout ça ainsi qu'un jean neuf.
Elle monta les – nombreux – étages jusqu'au bureau de la professeure.
Une fois devant elle regarda l'heure à son poignet sur une montre richement décorée mais encore une fois usée. Elle l'avait eu pour ses dix-sept ans lui avait-on dit. Les dix-sept ans qu'elle n'avait pas encore.
Elle avait failli la jeter, l'avait fait, puis elle l'avait ramassé et remis à son poignet.

19 heures.
Elle frappa contre le bois de la porte trois coups bien distincts.

On lui dit d'entrer et elle s'exécuta en poussant les lourdes planches rivetées. Elle observa le bureau autour d'elle. Elle ne l'organiserait pas comme il l'était actuellement, pour sa part. Mais ce n'était pas son bureau.
Plus.
Le visage neutre, elle vint s'asseoir, répondant un rapide « Bonsoir, professeure » à sa remplaçante.

Elle posa ses mains sur ses genoux liés – mais pas croisés – et attendit de savoir ce qu'elle lui voulait.
Tout ce que dit la professeur sembla la laisser de marbre au delà d'un haussement de sourcil en penchant un peu la tête sur le côté. Droite, elle se pencha un peu en avait et posa ses bras sur le bord su bureau en regardant Robin droit dans les yeux.

« Vos intentions sont très louables, miss Featherstonhaugh, » elle n'eut aucun problème à prononcer le nom imprononçable de l'enseignante et son ton s'avérait plus glacial que le lac noir en hiver, « malheureusement, je suis dans le regret de vous informer que votre démarche était inutile. J'aurais pensé qu'en tant que professeure vous seriez suffisamment intelligente pour le comprendre. »
Elle se laissa aller au fond de la chaise dans laquelle elle se trouvait et croisa les jambes sans s'interrompre, n'ayant clairement pas fini.
« Déjà, j'apprécierai que vous ne me preniez pas pour un cobaye. Je ne suis pas un cas de métamorphose à étudier. Et même si c'était le cas, je n'aurais certainement pas besoin pour le faire. Ce qui m'amène à vos histoires de... traitement de faveur. » Un léger sourire étira le coin de ses lèvres. « Je n'ai jamais eu besoin de l'aide de qui que ce soit pour arriver où j'en suis aujourd'hui et certainement pas plus pour là où j'en étais par le passé de mon futur. Et par ailleurs, je doute fort de votre capacité à m'instruire en métamorphose. N'y voyez là rien de personnel, évidemment. »

L'arrogance d'Aylen était palpable et elle semblait clairement penser ce qu'elle disait.
Elle ne comptait pas accepter l'aide de quoi que ce soit.
Aussi fucked up puisse être la situation...
Elle n'avait besoin de personne pour s'en sortir. Pas même sa sœur, plus maintenant.





Dernière édition par Aylen Nott le Mer 2 Mar - 13:07, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mer 2 Mar - 8:38
Aucun doute, Robin ne s'était pas trompée en s'attendant à lui découvrir un sale caractère. Elle l'avait bien senti à sa manière de jauger son bureau du regard, de pencher la tête en haussant un sourcil tandis qu'elle parlait, à un petit quelque chose de hautain dans le fond de ses yeux et dans son expression, comme si son visage avait été durablement transformé par les moues méprisantes, et même à sa manière de frapper distinctement à la porte. Tout en elle dégoulinait l'assurance mal placée, la certitude de sa supériorité et l'habitude de prendre les gens de haut. Mais en toute honnêteté, elle ne s'attendait guère à ce que ça aille jusque-là. C'était certainement le premier cas d'élève aussi prétentieux qu'elle avait rencontré dans sa carrière de professeur et d'ancienne préceptrice. Miss Nott était clairement hors compétition.

Cependant, elle ne doutait pas que son arrogance égale sa brillance en cours. Il s'agissait d'une ancienne professeur à Poudlard et d'une ancienne Auror, réputée de surcroît, après tout. Cela ne faisait aucun doute, mais en ce qui la concernait, ça ne changerait rien. Robin n'entretenait jamais de relation d'affectivité avec ses élèves. Cela lui permettait de rester royalement indifférente face à leurs exploits comme face à leurs méfaits. Les bons et les mauvais, les sages et les rebelles, tous les élèves étaient à la même enseigne dans sa classe. Certains ne l'aimaient pas pour cette raison, trouvant que sa froideur frôlait l'inhumanité, et peut-être aussi habitués à davantage d'éloges dans d'autres matières. Mais ceux qui se plaisaient à jouer les agitateurs n'avaient que deux options : ou ils apprenaient à se contrôler, ou ils subissaient sanctions et exclusion dans le pire des cas. Robin était tellement certaine d'avoir le dernier mot à son poste qu'elle n'éprouvait jamais aucune crainte, c'était de là que lui venait son autorité. Avec un spécimen comme la jeune Nott, on saurait vite si cette prétention était justifiée.

Elle la laissa remettre en question ses compétences et son intelligence sans l'interrompre, sans se mettre en colère, sans se défaire de son calme imperturbable impressionnant, haussant seulement un sourcil devant tant d'insolence, dans une attitude qui rappelait de façon troublante Aylen Nott elle-même, les mains toujours jointes, ses yeux marron froids rivés aux prunelles vertes défiantes de celle-ci. Tout de même, difficile de croire que c'était celle-là qui l'avait précédée, celle-là même qui lui avait envoyé ses notes personnelles en cours pour lui permettre de mieux reprendre sa place, accompagnées d'un petit mot raisonnablement poli. Elle aurait même pu facilement les retrouver dans un des tas de parchemins qui encombraient déjà son bureau — ce n'était pas la plus ordonnée des femmes, loin s'en fallait. Le côté artiste, si on voulait rester poli. De toute façon, elle s'y retrouvait toujours, alors pourquoi en faire une maladie ? Bon, il serait peut-être temps de mettre de l'ordre dans cette pièce un de ces quatre... quand elle n'aurait rien de mieux à faire. En tout cas, si Nott avait eu le même caractère à l'âge adulte qu'au jour d'aujourd'hui, par Merlin, ses élèves devaient se sentir en vacances ! Mais elle ne pouvait pas avoir que des défauts. On ne décidait pas de risquer sa vie au service de la lutte contre les mages noirs sans avoir un bon fond. N'est-ce pas ? Pas plus que de mettre un terme à une carrière florissante pour enseigner aux jeunes. En même temps, il y avait de tout en ce monde et elle ne savait rien de l'ancienne Aylen Nott. Rien d'autre qu'un visage rajeuni et le comportement de celle qui lui faisait face.

Il se pouvait aussi très bien que le choc de ce qui lui était arrivé influe sur son attitude.

Elle réserva donc son jugement, ce n'était de toute façon pas son rôle. Du même ton qu'elle avait employé précédemment, elle déclara :


— Dans ce cas, je suis heureuse que les choses soient claires entre nous. Excepté sur un point : je pense que vous m'avez mal comprise. Il n'est pas question que qui que ce soit vous utilise comme cobaye. Par ailleurs, votre opinion sur mes compétences m'indiffère, et si vous êtes aussi intelligente que vous semblez le penser, vous éviterez de m'en faire part à l'avenir.

Si elle ne voulait pas comprendre, elle apprendrait à la dure. Mais Robin avait le sentiment qu'Aylen n'était pas sotte — loin de là — au point d'aller trop loin sur cette lancée. Ce serait plutôt le genre à garder des manières polies tout en cherchant subtilement à la ridiculiser. Sauf qu'étant donné que cette attitude risquait fort, d'après elle, de se heurter à jamais à un mur d'indifférence, elle finirait peut-être par se lasser. Quittant le regard de Nott pour reporter son attention sur sa tasse de café, dont elle aurait volontiers repris une gorgée, elle touilla le liquide avec sa cuillère en poursuivant :

— Il se peut qu'il y ait quelques différences entre le programme de métamorphose tel que vous le suiviez à l'époque et celui que je dispense. Pensez donc à vous mettre à jour sur vos camarades si ce n'est pas déjà fait. Nous nous reverrons jeudi à quinze heures trente, Miss Nott : soyez à l'heure, je ne tolère pas les retards.

Secouant vaguement sa cuillère au-dessus de son café pour en laisser tomber les quelques gouttes, elle conclut :

— Vous pouvez y aller.



HJ a écrit:
Comme t'as remarqué, j'ai pris la liberté de la faire mettre fin à l'entretien parce que ça m'est venu comme ça dans le RP, mais si tu penses qu'il y a matière à le prolonger, je peux supprimer cette dernière partie. Smile
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mer 2 Mar - 12:47


La vie est pleine de mystères


Aylen adulte avait gagné une sagesse inaccessible pour l'adolescente qui se trouvait face à Robin à travers l'humilité qu'apporte de multiples expériences mortelles. Elle avait su s'adoucir au contact de la femme qu'elle avait aimé des années là où la fille de seize ans était encore tranchante sur les bords et prompt à repousser une aide qu'elle percevait comme humiliante.
Son arrogance se mettait sur le chemin de tout ce qu'il y avait de grand à découvrir dans le monde pour elle.
Et elle ne s'en rendait même pas compte désormais.
En tout cas, elle semblait satisfaite avec elle-même, jambes toujours croisées, mains posées sur son genou et le regard perçant dirigé vers Robin sans hésitation aucune.

Le calme dont faisait preuve sa vis-à-vis était en tout cas admirable. Plus d'un professeur se serait offusqué et aurait mis quelques heures de colles à la malotrue.
Un bon point pour Robin.
Mais bien évidemment, ce n'était pas ça qui la sauverait de l'arrogance crasse d'Aylen qui écouta calmement ce qu'elle avait à dire. Elle se disait indifférée par les commentaires de l'adolescente. Grand bien lui fasse. Quant à son conseil... elle allait probablement l'ignorer superbement pour le moment.

Son regard suivit les mouvements de la femme face à elle en ignorant le désordre du bureau. Le cliquetis du métal contre la porcelaine de la tasse était discret, à peine audible. Aylen décroisa les jambes, croisa de nouveau les mains devant elle en relevant son regard sur le visage aux traits ambiguës de la brune et attendit qu'elle poursuive.
Changement de programme, ponctualité et au revoir.
Aylen hocha doucement la tête :
« Bien, professeure, au revoir et passez une bonne nuit. »
Elle aurait plutôt dû dire soirée, mais les cernes sous les yeux de la femme ne lui avait pas échappé, ni les veinules rouges qui ressortaient au bord de ses yeux. Elle les reconnaissait sans mal, le signe de nuits courtes comme elle-même avait tendance à en faire.
Elle se leva dans un bruissement de cape qu'elle réajusta rapidement, ses cheveux tombant en cascade ondulée autour de son visage d'albâtre. Elle se détourna du bureau et se dirigea vers la porte sans hésitation, le port toujours altier. Elle posa les doigts sur la poignet.
Hésita.
Tapota son index contre le cuivre.
Puis elle se retourna de nouveau vers le bureau. Croisa les bras.

« En fait vous savez quoi, pendant que je suis ici, vous pourriez tout à faire me faire rattraper le programme. Au moins cela annulerait la perte de temps qu'a été ce rendez-vous où vous vouliez mettre les choses au clair alors que c'était visiblement inutile. » Elle n'attendit pas de réponse pour commencer à revenir vers le bureau en se débarrassant de sa cape, la déposant sur la chaise. Elle ne s'assit pas pour autant et continua tranquillement à parler, commençant à ouvrir un livre au hasard posé non loin. « Je veux dire, c'est votre rôle en tant que professeure n'est-ce pas ? En plus, je n'ai pas suffisamment confiance en la prise de note de mes... camarades pour leur demander. » Elle referma la couverture du livre et l'écarta pour prendre le suivant dans la pile.
Là elle s'assit tranquillement dans la chaise et commença à le feuilleter.
« Aussi, je serais curieuse de connaître les méthodes que vous emploieriez si j'acceptais d'être votre cobaye. »
Non, elle ne comptait pas abandonner l'idée que la femme face à elle ne voyait son cas que comme quelque chose d'intéressant à étudier et non pas comme quelqu'un qui se trouvait dans une situation difficile. Après tout, si c'était le cas, ça signifiait qu'elle laissait de côté son indifférence, et l'adolescente préférait largement conserver une certaine distance. Question d'efficacité.

Elle s'était installée de façon plus confortable que précédemment, prenant visiblement ses aises en se laissant complètement aller contre le dossier, les fesses plus proches du bord de la chaise. Son regard parcourait les pages du grimoires mais clairement elle restait attentive à son environnement et à ce qu'avait à dire la professeure.



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mer 2 Mar - 17:15
Évidemment, et bien qu'elle ne la regarda pas jusqu'au bout puisqu'elle avait reporté son attention sur sa tasse de café à mi-chemin de sa tirade, la jeune Aylen Nott ne se défit pas de son petit air suffisant tout en l'écoutant. Ça l'aurait étonnée, aussi, qu'elle se mette à genoux pour implorer pardon. Charmant entretien. Au moins, il avait eu le mérite d'être court. Robin avait hâte de rejoindre son lit, même si elle ne trouverait sûrement pas le sommeil avant des heures. Dire que ce n'était que le début de la semaine... Elle pensait qu'elle aurait eu l'occasion de se reposer ce week-end, et pour finir elle avait eu des journées et des nuits totalement chaotiques, dormant à quatre heures de l'après-midi, les yeux grands ouverts s'abîmant sur des livres et des peintures à trois heures du matin. Bref, rien que de l'ordinaire pour une insomniaque.

Nott hocha la tête, lui lança un au revoir et bonne nuit sûrement sarcastiques. Elle avait dû noter son air échevelé, il se remarquait. Après l'insolence dont elle avait fait preuve en moins de deux minutes, Robin s'estima dispensée de lui retourner la politesse. Polie, oui, hypocrite, non. Elle n'avait qu'à partir. La professeure savourait une gorgée de café et s'attendait à l'entendre ouvrir la porte pour partir, quand un flottement se fit sentir. Nott ne semblait pas décidée à s'en aller. La jeune fille se retourna vers elle, les bras croisés. Que lui voulait-elle tout à coup ? Craignait-elle d'avoir été trop aimable ? Robin leva les yeux vers son étrange élève et avant qu'elle ait eu le temps de l'interroger, celle-ci lui lança qu'elle pourrait aussi bien lui faire rattraper le programme elle-même, histoire d'
« annuler cette perte de temps », comme elle le formula gracieusement. Sans douter de rien, elle revint vers le bureau, déposa sa cape, sortit un livre en glosant sur son supposé rôle de professeure. À nouveau, Robin posa sa tasse et croisa les bras sur son bureau en poussant un petit soupir vaguement incrédule. Cette fille était incroyable. Un vrai concentré de prétention. Elle commençait même à lui faire un peu pitié. Robin n'était pas un ange elle-même, elle le savait ô combien, mais pousser l'insolence et le mépris à ce point envers une simple inconnue, pour la seule raison que... c'était quelqu'un d'autre ? ça devenait du sport. Ça devait être fatigant de vivre ainsi. L'adolescence était une période difficile. Sans doute trouvait-elle un plaisir pervers à asticoter les gens, mais on ne pouvait certainement pas jouir d'une joie de vivre durable à ce petit jeu-là. Enfin, parler de joie de vivre à l'adolescence... et surtout à cette adolescence-... Sûrement qu'Aylen Nott s'était bonifiée avec les années et le travail d'Auror, car elle ne pouvait pas imaginer que quelqu'un d'aussi imbuvable ait été nommé professeur de Poudlard.

Ouvrant déjà son grimoire, l'intéressée lui fit part de son généreux intérêt pour ses intentions concernant l'étude de son cas.

Bon, il était temps de remettre les pendules à l'heure.

Toujours aussi calme, elle répondit :


— Miss Nott, j'ignore quelle était la politique de Poudlard à votre époque, mais en ce qui me concerne, en tant que professeure, je n'ai à satisfaire aucune demande qui ne soit pas polie. En particulier quand ce n'est pas vraiment une demande. Vous avez bien plus de chances de finir en retenue dès demain que de m'amener à vous aider à ce rythme-là. Si vous n'êtes pas disposée à me montrer du respect, ni à demander assistance à vos camarades, tant pis pour vous. Pour ma part, je vous ai conseillée sur la manière de vous mettre à niveau et si vous n'êtes pas en ordre à mon cours, ce sera votre problème.

Après une petite pause, elle poursuivit :

— Et je vous le répète : je n'ai pas songé une seconde à pratiquer des expériences sur vous ou à vous étudier. Mon intention est simplement de me renseigner sur la magie noire associée à la métamorphose et peut-être également au voyage dans le temps, enfin à tout ce qui pourrait s'assimiler à votre situation, dans la Réserve de Poudlard qui contient les ouvrages interdits aux élèves. Elle est bien assez grande pour m'assurer des heures de recherches. À défaut de contenir la réponse, elle donnera peut-être des pistes. Ça, et m'informer sur les mages noirs en activité. Rien de plus. Et maintenant, Miss Nott, je vous laisse choisir entre ranger vos affaires et partir ou changer de manières.

Elle estima inutile de le préciser, mais pour elle c'était le dernier avertissement avant une sanction. Ayant tout dit, elle guetta simplement la réaction de la jeune Nott sur son visage, prête à réagir en fonction de sa réponse.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mer 2 Mar - 18:35


La vie est pleine de mystères


Aylen continuait de feuilleter le livre entre ses mains alors qu'elle écoutait la voix de la professeure, froide et détachée. Quelque part elle trouvait un écho familier chez la brune sans parvenir à mettre son doigt dessus exactement, mais c'était là. Et c'était peut-être pour ça qu'elle avait hésité. Pour cette familiarité rassurante. Désagréable, certes, mais... était-ce vraiment important si elle y trouvait son compte.
Elle prit une inspiration un peu difficile, plus longue que les précédentes, juste à peine.
Aylen se contrôlait toujours.
Alors elle se reprit rapidement, relevant la tête vers Robin.
Son problème à elle.
Ce n'était pas le plus important à ses yeux pour le moment pour être honnête. Elle avait bien d'autres choses en tête et elle savait qu'elle avait une bonne avance sur le programme de métamorphose en général, aussi elle n'aurait aucun mal à s'y retrouver même si elle ne reprenait pas le programme sur quelqu'un. Mais peut-être le ferait-elle quand même. Au cas où.
Elle ne savait juste pas à qui demander.
Elle ne connaissait personne après tout.
Mais elle y songerait.

En attendant, elle ferma le livre en écoutant toujours ce que disait la femme en face d'elle. Elle ne la voyait pas comme un sujet d'expérience. Elle voulait juste se renseigner sur la magie à l'oeuvre. Etait-ce vraiment mieux ?
Elle ne savait pas.
Une ombre passa sur son visage alors qu'elle serrait la mâchoire et resserrait sa prise sur le livre resté sur ses genoux pour le moment. Elle ne la quittait plus du regard et ne le détourna pas lorsque l'ultimatum fut posé.
Partir ou laisser tomber l'arrogance.
Choix cornélien pour elle.
Ce qui ne devrait pas être le cas. A son époque, elle n'aurait pas hésité une seconde parce qu'elle savait ce qui l'attendait derrière les pierres de ce bureau, dans les couloirs froids. Elle savait qui elle aurait dû croiser, mais les visages familiers n'étaient plus là, pas plus que les enseignants qu'elle avait appris à respecter tout au long des années.
Mais ici...
Ici ce n'était que des murs et des étrangers, et chaque fois qu'elle se retournait pour parler elle ne trouvait personne. Sa sœur n'était pas là, les quelques personnes qui avaient su s'approcher d'elle avaient disparus.
Elle était seule, incroyablement seule.
Et toutes les personnes en qui elle voudrait avoir confiance avaient cette ombre au fond des yeux qui lui murmuraient qu'ils ne voulaient pas la voir. Que celle qui devrait être là n'y était pas et que elle n'était pas désirée, qu'elle était un problème, un soucis à régler de plus. Dans les yeux de sa sœur jumelle elle n'était que la meurtrière de celle qu'elle aimait aujourd'hui.
Une pâle copie.

Elle prit le livre et le posa doucement sur le bureau avant de lentement se lever, ses mains se posant sur le bureau pour dominer de toute sa hauteur l'enseignante face à elle.
Elle avait tout perdu déjà. Il était hors de question qu'elle se perde elle-même.

« A l'époque, à mon époque, je connaissais les professeurs que j'avais en face de moi. Alors désolée de ne pas avoir déjà une confiance aveugle en vous et vos méthodes. Désolée de vous décevoir, professeure. Quoique non c'est vrai, vous êtes indifférente à tout ça, n'est-ce pas ? » Le ton était calme et contrôlé, si on oubliait une légère vibration dans sa voix. « Clairement, l'indifférence est la meilleure qualité d'un enseignant. »
Ironie, ironie.
« Au revoir, miss Featherstonhaugh, » conclut-elle froidement.
Elle attrapa sa cape de sorcière et se retourna pour quitter les lieux, arrivant à la porte qu'elle ouvrit d'un geste sec pour s’engouffrer dans le couloir sombre.



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Mer 2 Mar - 20:14
C'est alors que la jeune Nott manifesta une émotion qu'elle semblait soigneusement refouler jusqu'à présent. Tandis qu'elle parlait, il semblait à Robin qu'elle voyait son expression hautaine se fissurer, s'anéantir, dévoiler une vulnérabilité criante. Sa mâchoire se contracta, elle ferma le livre, l'écouta sans la lâcher des yeux. Pour la première fois, elle semblait prendre ses paroles au sérieux. Pas comme si elle avait raison, elle, Robin, mais comme si cet entretien comptait. Et puis elle explosa. L'âme humaine blessée en-dessous de l'arrogance. Elle se redressa de toute sa hauteur et l'incendia. Robin soutint son regard, immobile, jusqu'à ce qu'elle mette fin à la discussion d'un ton glacial et parte.

Elle ne bougea pas un long moment, fixant pensivement le léger entrebâillement de la porte qu'Aylen Nott n'avait pas pris la peine de refermer correctement. Ce qui venait d'arriver était triste. Elle s'en rendait compte. Cette jeune fille était sûrement effrayée et déprimée par ce qui lui arrivait, et elle-même n'avait pas pris de gants, c'était le moins qu'on puisse dire. Avait-elle mal rempli son rôle ? Aurait-il été de son devoir de se montrer plus humaine envers une pauvre adolescente esseulée ? Cela n'aurait certainement pas fait de mal dans son approche. D'un côté comme de l'autre, la faiblesse psychologique et la jeunesse n'étaient à ses yeux pas des excuses pour manquer ouvertement de respect, ni pour considérer la compassion comme un dû. Elle n'avait jamais demandé à Nott de lui témoigner de la confiance, simplement le minimum de respect qui était de mise à Poudlard pour les enseignants. Et qui était indispensable à la bonne marche du système.

Et cependant, cette fin de discussion si lamentable lui restait en travers de la gorge. Même avec ses élèves, avec lesquels elle gardait toujours une distance professionnelle en gestes et en paroles, elle ne pouvait se vanter d'une insensibilité sans failles. Qui le pouvait, hormis les cailloux ? Et il aurait fallu au minimum être de pierre pour ne pas se questionner, repasser rapidement la discussion dans sa tête, chercher ce qu'elle aurait pu dire ou faire pour éviter ce semblant de désastre. Elle n'était pourtant pas du genre à culpabiliser facilement, loin de là, surtout pas à son travail, mais face à un cri de détresse et de rage aussi assourdissant, elle ne pouvait rester tout à fait de marbre. Lentement, tandis que chaque mot de Nott continuait à faire son chemin sous sa peau, dans sa tête, bien après qu'elle eut fini de parler, le sang reflua de son visage. Elle baissa les yeux sur ses mains toujours jointes et les vit trembler légèrement. C'était quelque chose qui lui arrivait lorsqu'elle était réellement émue.

Incapable. Inapte. Si elle n'avait jamais su se faire de véritables amis et s'attacher aux gens, c'était peut-être bien qu'il y avait une raison. Son cœur devait présenter un défaut de fabrication. Elle était pourtant loin de toujours se comporter avec les autres de la même manière qu'avec ses élèves — sa personnalité avait plein de facettes, de la plus glaciale à la plus chaleureuse, si contradictoire qu'elle avait du mal à la définir — mais derrière la bonne humeur et la fantaisie qu'elle pouvait affecter, il y avait toujours cette solitude qui grandissait en elle comme un trou noir vertigineux, la tenait éveillée la nuit, l'empêchait de trouver sa place dans l'existence. Depuis son entrée dans la vie adulte, sortie du circuit rassurant et plutôt facile de Poudlard, elle n'avait cessé de se chercher. Elle avait trente-quatre ans maintenant et ne s'était jamais trouvée. Elle n'avait jamais aimé. Finalement, elle n'était même pas sûre d'en être capable. Cela présentait des avantages : personne pour qui s'inquiéter, personne de qui dépendre. Personne tout court. Elle ne se faisait pas l'effet d'être une femme adulte, juste une éternelle gamine sortie de Poudlard qui se demandait ce qu'elle pourrait faire de sa vie. Une impression qu'elle avait rarement ressentie aussi intensément que lorsque cette jeune fille lui avait jeté ses reproches à la face.

Au bout d'un moment qui lui parut interminable, elle se leva et vida sa tasse d'un coup de baguette magique. Plus de raison de se donner des forces. Elle n'avait plus qu'à aller se coucher. Demain, elle commencerait ses recherches à la Réserve. Si elle s'était mal comportée envers son élève en tant qu'adulte, alors peut-être pourrait-elle compenser son erreur en tentant de l'aider, qu'elle l'accepte ou non. Au moins, elle aurait la possibilité d'en profiter si elle le voulait. Pas une seconde Robin Featherstonhaugh ne pensa à lui présenter des excuses. Cela ne se justifiait pas à ses yeux et ne résoudrait rien. L'idée ne la traversa même pas.
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]
Page 1 sur 1

La vie est pleine de mystères | Aylen Nott [Terminé]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: