Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Dim 10 Juil - 21:16


Chers élèves, futurs adultes…



La professeure d’Étude des Moldus était… En classe ? Non, elle était près du Lac noir, depuis sept heure du matin. Elle était couverte, comme il faisait froid en avril... C’était, aujourd’hui, le cours sur la culture pop et les spécificités britanniques pour les Cinquièmes années. Que dire… ? La programme pour l’Étude des Moldus – si ça ne tenait qu’à elle, elle changerait le titre de la matière : on dirait une étude sur des animaux ! – fût parmi les meilleurs selon elle.

Normalement, on devrait la retrouver à son bureau, dans la salle des professeurs… Non. Pour une fois, elle n’avait rien à faire… Et ça faisait assez drôle, à cette femme toujours active. Par réflexe, elle regarda sa montre : celle-ci marquait sept heure quarante. Alors elle se leva d’un bond, son sac à côté d’elle. Elle tendit la main pour
que Sabrina, sa furette, monte sur son épaule puis s’en allèrent.

Comme à son habitude, Catherine venait d’entrer dans la salle. Elle avait fait une décoration particulière, pour ce cours uniquement, en décorant la salle comme une pièce des années 50-60 puis elle s’était contentée de marquer le cours avec des dessins de hippies et des Beatles au tableau. Le cours étant le suivant :



Spécificités britanniques et pop-culture



Les élèves commencèrent à s’agglutiner près du mur et à discuter, plaisanter, jouer… Catherine arriva, l’air sévère qu’elle hérita de ses années politiques. Maintenant qu’elle y repensait, elle avait l’air de retrouver ses anciens et anciennes collaborateurs et collaboratrices peu avant les réunions.
Un
« Silence ! Vous vous croyez où ?! Au Ministère ? » eut vite fait de les calmer pour la majorité et de les placer en rang, deux par deux puis le monde s’installa.

« Bonjour à tous ! » lança-t-elle joyeusement à la ronde. « J’espère que tout le monde va bien. Y a intérêt, c’est bientôt les B.U.S.E. J’espère que le programme fût des plus intéressant pour vous » dit-t-elle en pointant un doigt vers le tableau. « Vous le voyez au tableau, nous allons parler de l’histoire des Moldus de notre pays durant les années 50-60  avec la « culture pop » mais nous allons faire un petit cours de révision et de définition… Et je suis gentille car normalement, si vous avez bien travaillés, je serais pas obligée de faire cela. »

Catherine restait debout à son bureau, les bras derrières le dos, montrant qu’elle était dans la communication avec ses élèves, puis elle commença à passer dans les rangs, vérifiant que tout le monde était attentif et donnant ses indications dans le même temps.

« Mais cela s’impose, car le Brevet Universel de Sorcellerie Élémentaire sera très important pour votre avenir ! Les amateurs et amatrices de musique seront les plus vernis : ça vas swinguer si l’on peut dire… » Elle laissa à ses élèves le temps de se réjouir puis reprit d’une voix plus forte.
« L’année passé, vous aviez vu la mode et les principaux styles vestimentaires et œuvres d’art Moldues donc vous devez avoir des bases sur l’époque. » Elle marqua une pose et continua son monologue « Durant cette époque, la « culture pop » fût un mouvement spécial où les personnes de l'époque possédaient un styles que l'on peux qualifier d'exubérants, avec des design nouveaux en matière d'architecture, par exemple... Car la pop culture comme on l'appelle aussi, ce n’est pas que ce mouvement uniquement, et nous allons justement commencer par définir ce qu'est la « culture pop » au sens propre, avant les années 50-60.  N'est-ce pas ?! » Son intonation était devenue plus rigide envers une rangée de jeunes Serpentard qui n’avaient pas l’air de se fouler pour prendre des notes. Elle s'adressa à l'un d'eux : Je vois que vous prenez des notes avec assiduité donc vous serez le premier à passer à la question… Eh bien tiens : qu’est ce que sont que les définitions de pop culture, jeune élève ?  »

Un sourire mesquin se dessina sur son agréable visage et, penchant la tête sur le côté, elle attendit la propositions de son élève de Serpentard. Ce n’est pas très difficile…

made by roller coaster


Pour les Serpentards:

Pour tout le monde:


Dernière édition par Catherine Benji le Mar 12 Juil - 16:41, édité 3 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Lun 11 Juil - 12:52



Don't let the muggles get you down
Jade Heaton + Professeur Benji+ Pouffys et Serpys
« Cours d’Étude des Moldus : Spécificités britanniques et pop culture »

C'était mardi, et comme tous les mardis, Jade avait décidé que le matin-même, elle sécherait la permanence obligatoire. Comme ça, elle pouvait faire une grasse matinée bien méritée et rattraper le sommeil qui lui manquait depuis une semaine. Elle était malheureusement toujours très pâle, et tout le monde pensait qu'elle pouvait s'évanouir à tous moment. Ça a aussi un bon côté, les professeurs, qui sont tous au courant de ce « problème », sont plutôt compréhensifs est la laisse tranquille lorsqu'elle revient de sa nuit éprouvante et des quelques jours qui la suivent et la précèdent.

Les cours qu'elle avait à subir à partir d'1h30 pm, étaient tous les deux, les pires cours de la journée. Si on ne compte pas quelques cours de potion. Jade avait laissé tomber l'Histoire de la Magie depuis longtemps, elle faisait acte de présence, c'était déjà ça. Et pour ce qui concernait l’Étude des Moldus, plus elle avait ce cours, et plus elle devenait détestable. C'était une des après-midi les plus longues de la semaine. Mais enfin, la dernier cours arriva et Jade s'est tout de suite rendue au premier éatge pour rejoindre la classe.

Quand Jade entra dans la salle et qu'elle se posta à sa table habituelle, elle jeta un coup d’œil au tableau et leva les yeux au ciel. Spécificités britanniques et pop culture. Eh bien, encore un cours qui promettait d'être bien ennuyeux. Dans un soupir, elle sortit ses affaires de cours, cahiers, crayons et livre, elle remarqua que la décoration de la classe avait encore changé et c'était e pire en pire. Elle avait toujours l'impression d'être une moldue pendant ces cours, où les élèves étaient presque obligés de venir avec les fournitures scolaires moldues. Autant dire que Jade haïssait ça.

Le professeur d’Étude des Moldus fit son entrée et pria les élèves qui se comportaient comme des enfants, de se taire. Ce qui choqua, Jade fut l'illusion au Ministère. Toutes les fois où elle s'y était rendu avec ses parents, jamais elle n'avait entendu un raffut comme celui-ci dans les couloirs ou dans des salles. Et faut se réveiller à un moment ou un autre. Ce n'était pas aux élèves de ne pas ressembler au gens du Ministère, mais c'était plutôt aux gens du Ministère d'arrêter de se comporter comme des gosses. Faut pas qu'elle oublie qu'elle est dans une école, maintenant. Donc va bien falloir qu'elle se fasse au fait qu'il y a des gosses autour d'elle. Si elle réagit comme ça avec les 5e années, Jade se demandait bien comment ça se passerait avec les 1ère années !

Et voilà, maintenant, elle balançait tout le blabla sur les BUSEs comme si on ne savait pas ce que ce diplôme engendrait par la suite. Les profs leur en parlaient déjà l'année d'avant et la Poufsouffle était prête à parier que l'année prochaine, ils commenceraient à rabâcher aux élèves qu'il y aurait les ASPICs. Donc comme d'habitude, elle n'écouta que d'une oreille, réfléchissant avec plus d'attention à ce qu'elle ferait de sa soirée.

La professeur reprocha le manque de note à des Serpentards, Jade ne savait pas lesquels étaient en faute et s'en fichait les yeux fixant le tableau sans le voir. Mais elle comprit bien vite que le professeur Benji allait passait aussi près d'elle et elle sortit doucement un quart de sa baguette qu'elle agita en murmurant quelque chose d'à peine audible et ses feuilles se remplir de note sur ce qu'elle venait de dire en rouge et d'autres notes sur le sujet « pop culture » en bleu. Elle rangea sa baguette et se demanda si elle ne pouvait pas formuler un autre sortilège, celui d'illusion, comme ça elle pourrait transformer ses feuilles en oreillers et la prof continuerait de voir des pages. Mais non, ce serait bien trop dangereux, alors elle abandonna l'idée et reprit sa fixation sur le tableau en écoutant d'une oreille ce que le professeur racontait.    

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mar 12 Juil - 16:45
Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année
Gryffondor&Serdaigle



Le vendredi, le vendredi était le jour préféré de Molly Weasley. La Préfète des Gryffondor adorait cette journée en particulier car elle annonçait comme toutes les semaines la fin des cours et par conséquent le début du week-end. Elle se réveilla donc tranquillement ce matin-là. Après quelques étirements, elle décida tout de même de se lever, il était 9 heures. Dans une heure, elle devait se rendre au premier étage, pour son cours d'étude des moldus. Molly n'aimait pas beaucoup cette matière, mais elle devait y aller, pour elle et pour son avenir (à contrecœur).

Les BUSEs devaient avoir lieu bientôt à présent et elle devait commencer à étudier et à réviser. C'est pourquoi, elle essaya de se motiver. Quelques minutes plus tard, Molly était dans la salle de bain et elle cherchait une coiffure convenable pour la journée. Elle opta finalement pour un simple chignon, puis elle quitta la salle de bain. La Rouge et Or se saisit de ses affaires de cours, puis elle se rendit dans la Grande Salle afin de prendre son petit-déjeuner. Quelques minutes plus tard et la rouquine était en chemin, en chemin pour se rendre au premier étage où devait avoir lieu son premier cours de la journée. La porte était déjà ouverte, de ce fait la Gryffondor entra sans frapper. Elle s'installa rapidement à sa place et elle commençait à rêvasser jusqu'à ce que son professeur fasse une entrée fracassante dans la salle. Molly en sursauta même, comme quoi elle commençait déjà à s'endormir, il ne fallait surtout pas qu'elle dorme surtout pas maintenant. À l'évocation du ministère la Préfète soupira, si cette professeur n'aimait pas les élèves, il fallait vite qu'elle retourne chez elle vraiment. Cependant, elle n'en tint pas rigueur et elle écouta attentivement le cours.

Citation :
« Spécificités Britanniques et Pop culture »

Et bien, ce cours pourrait s'avérer beaucoup plus intéressant que prévu. Molly ouvrit ses oreilles et elle écouta la professeure parler. Et c'était reparti, un énième discours sur les BUSEs Molly sentit sa tête rejoindre le bureau très rapidement comme si elle n'avait déjà pas assez son père sur le dos, il fallait que la professeure s'y mette à présent. De ce fait, elle n'écouta quasiment pas la suite des paroles de son professeur. Mais lorsqu'elle entendit son professeur passer entre les rangs, Molly releva la tête rapidement ne voulant pas se prendre une énième remontrance. Toujours dans son monde, elle écouta à moitié les explications de son professeur. Mais cela ne l'empêcha pas de sursauter lorsque son professeur posa une question à l'ensemble de la classe. Molly suite à cela, essaya de se faire toute petite. s'était-elle seulement rendu compte qu'elle s'engouffrait progressivement dans sa chais ? Elle aurait mieux fait d'écouter et elle espérait à présent qu'elle passerait inaperçu aux yeux de son professeur et de l'ensemble de la classe. Pour cela, elle essaya de faire semblant de prendre quelques notes. Même si celles-ci n'étaient pas totalement complètes, elle pourrait compter sur sa sœur qui elle était une vraie passionnée tout comme son grand-père Arthur. Tous les deux en connaissaient un rayon question moldu.




© Gasmask
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mer 13 Juil - 1:29
Cours d'Étude des Moldus - Cinquième année
Poufsouffle & Serpentard

Plus d'un mois s'était écoulé depuis le désastre de la St-Valentin. Quelques jours après les faits, suite à la promesse faite à Aylen et poussée par sa conscience, Domi avait rassemblé tout son courage pour faire ses excuses publiques dans la Grande Salle, théâtre même de leur humiliation à elle et Molly. Le temps avait paru plus sûrement apaiser les rancunes et les commentaires, la jeune Weasley avait fait la paix avec elle-même et aurait retrouvé sa joie de vivre si leurs profs ne persistaient pas à les faire crouler sous le travail en les agonisant de tirades sur les BUSES. Elle s'en plaignait plus fort que n'importe qui et bruyamment au milieu de sa bande de copines habituelles, tandis qu'elles rivalisaient les unes les autres d'ingéniosité et de procédés plus ou moins éthiquement discutables pour amoindrir leur fardeau.

Ce mardi après-midi-là, Domi se montrait fidèle à elle-même : traînant la patte en bavardant avec ses copines des mérites comparés des garçons qui avaient le plus récemment attiré leur œil sûr en gloussant comme une poule, tout en se dirigeant bon gré mal gré vers l'un des cours qu'elle aimait le moins : étude des Moldus. Certes, c'était un cours important. Sans avoir connu la guerre, elle en avait entendu, vu, su les conséquences sur ses parents et les proches de ceux-ci. Elle en avait entendu parler sans excès depuis qu'elle était petite, son vilain fantôme rôdait dans tous ses souvenirs, elle considérait donc comme important que ce cours existe. Ce qu'il y avait, c'était que la prof ne lui plaisait pas. Du tout. Il en fallait beaucoup, du reste, pour qu'un prof lui plaise. Un exploit que Mme Benji était loin d'accomplir.

Bref, après avoir quitté l'ambiance plus détendue et loufoque du cours du professeur Bowers, lequel s'attirait un peu plus ses faveurs partiellement parce qu'il était drôle et sympathique et partiellement parce que... ce n'était pas un vilain spécimen d'homme, il fallait le reconnaître, Domi et ses copines se placèrent devant la salle de classe juste à temps pour que Benji ait l'occasion de leur aboyer quelque chose, à elles et ceux qui faisaient du bruit, en les comparant aux gens du ministère. Tout le monde savait que Benji avait fait de la politique — du moins, Domi le savait — et qu'elle avait été surnommée « la Gorgone », ce qui ne l'étonnait pas vu son amabilité. Moins gentiment, elle l'appelait « la Harpie » dans son dos et se plaça vers les derniers rangs avec mauvaise humeur. Moins elle se ferait remarquer de Benji et mieux cela vaudrait, elle ne plaisantait pas. Sans surprise, le mot « BUSES » ne tarda pas à jaillir des lèvres de leur professeure comme si décidément cela les amusait tous de le leur rappeler constamment et Domi leva les yeux au ciel. Elle n'avait pas assez de deux yeux pour exprimer toute la lassitude que lui inspirait cette manie. Elle aurait bien plongé la tête dans ses bras croisés sur son bureau en signe de désespoir, mais ç'aurait été un coup à s'attirer une remarque ironique de la harpie de service qui la détestait personnellement, du moins elle en était convaincue. Bien tristement, elle sortit ses affaires d'écriture moldues de son sac — que son grand-père s'était fait un plaisir de lui offrir comme si c'était vraiment un cadeau. Il n'y avait bien que lui pour s'amuser avec des trucs pareils ! Avec quelque difficulté, Domi trouva une bonne prise sur ce bout de bois à la pointe grise qu'on appelait crayon : même après tant d'années de cours, elle ne s'était jamais complètement habituée à cette manière moldue d'écrire. Comme si ce n'était pas assez difficile de s'intéresser à cette matière ennuyeuse... Grommelant dans son esprit, elle inscrivit le titre du cours, spécificités britanniques et pop culture, qui s'annonçait ennuyeux à mourir. En jetant un coup d’œil sur la classe, son regard s'arrêta sur sa copine de dortoir et copine d'équipe de Quidditch, Jade, et elle la trouva une énième fois terriblement pâlotte. Que lui arrivait-il ? Elle s'en inquiétait un peu, il faudrait qu'elle lui pose la question, mais Jade avait été si occupée ces derniers temps entre son travail d'élève, de joueuse de Quidditch et de préfète qu'elle en avait à peine trouvé l'occasion — il fallait dire qu'elle-même ne chômait pas en dépit de sa paresse, elle avait à peine le temps de poursuivre ses activités de fouine — oh, à peine... elle le trouvait toujours. Outre son air maladif, Jade paraissait s'ennuyer au moins autant qu'elle et Domi tenta d'attraper son regard pour échanger une grimace de compassion.

Elle se réveilla un peu à l'allusion aux cours sur les modes vestimentaires moldues, l'un des rares qui l'avaient jamais intéressée dans cette funeste salle de classe, et pour cause : tout ce qui avait trait à la mode suscitait forcément un brin son intérêt. Avec la perfidie qui la caractérisait, la prof s'en prit à un malheureux Serpentard qui ne s'était rendu coupable que de ne pas écrire et le somma de donner la définition de la culture pop. La jeune fille grommela encore en pensée : ils étaient ici pour l'apprendre, non, cette définition ? Elle jeta quelques notes dans son cahier moldu, puis, en attendant la réponse de l'élève, elle se mit à gribouiller un chat dans la marge, une partie de son esprit prêtant attention au cours — car en dépit de tout, Domi voulait réussir, sans pour autant se fatiguer — et l'autre songeant à son chat chéri, son adorable Cheshire qu'elle avait câliné le matin même. Encore deux heures de torture et elle serait libre.

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mer 13 Juil - 13:14

Cours d'Etude des Moldus
Serpentard & Poufsouffle.


Mardi après-midi sans grande fantaisie, cette semaine. La permanence de ce matin avait été particulièrement longue, puisque notre jeune protagoniste s'était forcé – je dis bien forcé – à réviser pour ses BUSEs. Chose qui n'était pas franchement évidente, lorsque l'on savait qu'il souffrait d'un léger trouble de l'attention non diagnostiqué. Lui-même ne s'en rendait pas vraiment compte. Pour lui, il avait juste plus de difficultés que les autres, qui paraissaient impossible à pallier. Deux heures complètes passées à essayer de se concentrer sur ses révisions avait été une véritable épreuve pour lui, qui aurait préféré se plonger dans un bon livre plutôt que de se soucier de son avenir. Avenir qu'il prévoyait déjà pourtant. Devenir Auror. Un rêve ironique mais pas impossible à atteindre, pensait-il si bien. Il suffisait de travailler suffisamment, quitte à se bourrer le crâne, c'est-ce pas ?

La pause du midi l'avait soulagé d'un immense poids. Il avait juste l'impression d'avoir le cerveau engourdi. Ses livres sur l'Occlumencie parlait d'un besoin certain d'une concentration sérieuse et permanente. C'était un exercice rudement difficile pour le jeune Serpentard. Autant dire que le cours de Potion fit les frais de son mal de crâne naissant. Au lieu de créer un Philtre Miroitant convenable, il avait faillis faire fondre son chaudron, ce qui non seulement lui avait valus une frayeur inutile mais également les moqueries et vannes de Yulrick qui lui, bien entendant avait presque terminé sans encombre sa préparation.

C'était donc déjà profondément agacé qu'Absolan se rendait devant la salle d'Etude des Moldus située au premier étage durant l'interclasse. Il avait déjeuné en solitaire – enfin, si c'était vraiment possible -, en tout cas, il n'avait adressé la parole à presque personne de la journée, si ce n'était à Eileen en début de journée, en Salle Commune. Leur échange avait été plutôt bref, d'ailleurs, et Absolan s'était rapidement éclipsé en bafouillant quelque chose à propos d'une fiche de cours qu'il ne retrouvait pas.

Il s'installa dans le fond de la salle, sortant ses affaires tout à fait moldues à savoir un stylo bic noir ainsi qu'une feuille petits carreaux grand format. Il nota le titre en gros caractères, sur la pop culture, chose qui ne lui disait absolument rien, bien entendu. Il avait beau forcer dans cette matière, jamais il ne parvenait à se souvenir des cours sur le long terme, comme si son cerveau refusait de retenir. Il prenait quelques notes, en toute bonne foi, lorsqu'il entendit la remarque sur les Serpentard qui lui fit légèrement crisper la mâchoire. Jusqu'ici il s'était contenté d'ignorer royalement les dires de miss Benji sur le petit manque d'assiduité de la classe. Il fallait dire que aussi bien du côté de la maison Poufsouffle ou de sa maison, peu de personnes s'intéressaient réellement à son cours. Il y avait quelque chose au-delà de son contenu qui l'agaçait, à savoir le petit air pédant qu'il trouvait – à tort ou à raison – chez la personne qui leur tenait un discours sur les pratiques culturelles des Moldus dans leur pays. Il releva le regard de sa feuille lorsqu'il sentit la présence de la miss près de lui, et croisa son regard qu'il soutint quelques instants... avant de finalement le dévier. « Je ne sais pas. » avoua-t-il après quelques secondes de réflexions. Rien ne lui venait, tout simplement. Il évita soigneusement de croiser le regard de Benji, mais il bouillonnait de l'intérieur. Qu'est-ce qu'elle avait, à presque systématiquement l'attaquer à chaque cours alors qu'elle savait pertinemment qu'il ne retenait rien dans cette matière ? A force des années, il s'était fait une raison, refrénant son envie de balancer quelques remarques acides à la figure de la dame brune. Cette fois-ci, il n'y tint pas, et ajouta d'une voix basse. « Nous ne sommes pas censés être là pour ça, justement ? Apprendre. »

En soit sa phrase n'avait rien d'insolent, mais le petit détail qui dérangerait probablement le tout était la légère pointe d'insolence à la fois dans son regard et dans sa voix lorsqu'il reporta son attention sur son professeur. Il aurait eu envie de se coudre les lèvres entre elles, mais désormais les mots étaient sortis. Étonnamment plus vite que d'ordinaire, comme si elles avaient franchis le philtre qu'il s'imposait d'ordinaire. Certains pourraient dire que son attitude relevait de la mauvaise foi, puisqu'ils étaient censés connaître les bases de ce thème, mais en cet instant il était loin d'un état d'esprit conciliant. Il croisa le regard de quelques uns de ses camarades, avant de le reporter sur sa feuille.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mer 13 Juil - 18:35


Chers élèves, futurs adultes…



Catherine était toujours en train d’attendre la réponse du jeune Serpentard. Une certaines tristesse envahi son esprit quand il lui appris qu’il ne savait pas quelles étaient les définitions de « pop culture ». Quel dommage, se dit-elle, ce pauvre garçon me fait bien de la peine. Je le connais assez pour savoir que son manque d’attention est grande, mais j’aurais essayé… Encore. Un soupir de lassitude s’échappa et elle fut immédiatement surprise de la phrase du jeune homme, que l’on pourrait qualifier d’insolente ! Mais elle lui répondit avec sympathie. C’est vrai, Absolan. J’ai aussi l’envie de vous faire participer sinon rien ne sert de copier bêtement ou même de faire cours, et bien que cela ferais plaisir à certaines, je ne le ferais pas ! assura-t-elle avec humour.
D’un geste sec de la tête, elle repris :
Bon, alors « pop culture », ou « culture pop », est la contraction de « culture populaire ». continua Catherine. Par « culture populaire », j’entends par là, Noël, la Saint-Valentin ou Halloween… La « pop culture » est aussi désignée par « floklore » ou « traditions ». C’est une culture qui se diffuse pour être appréciée du plus grand monde, qui est vulgarisé et s’oppose à l’élitisme. Elle s’arrêta de parler, pour sourire à ses élèves qui étaient en train d’écrire… Pour celles et ceux qui n’avaient pas baissés les bras et qui écoutaient assidument. Pour exemple avec notre monde de la sorcellerie, Salazar Serpentard… (elle eut sa nouvelle pensée envers eux)souhaitait cultiver l’élitisme alors que les autres Fondateurs voulaient que l’apprentissage se fait à un plus grand nombre, qu’il soit vulgarisé, pour faire partir de la culture populaire.



****



Du côté des Gryffondors et des Serdaigles, c’était plus calme. Elle continua, pour les deux, avec la mode, le mode de vie, l’art et la musique. Dans les deux cas, elle faisait défiler des diapositives au tableau. La « pop culture » dont nous allons parler, est un mouvement réactionnaire des années 50-60, je l’ai dit plus tôt, face aux hommes politiques qui semblaient faire n’importe quoi.
Cette « pop culture » se développa majoritairement aux États-Unis d’Amérique avec Elvis Presley à la chanson du moment que l’on appel « rock n’ roll », et Andy Warhol dans le « pop art » tel que cette photo ; et en Angleterre avec, par exemple, les Beatles.


Les images:


Les années 1960 ont étés l'une des périodes les plus créatives de l'histoire de l'Humanité moderne. Bien qu'il y ait plusieurs revers tragiques , les droits civils ont fait une quantité incroyable de progrès, aboutissant finalement à l'adoption de certaines justices, qui a rendues illégales les discriminations fondées sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l'origine.
« Paix et amour » fut une devise très populaire à l’époque, ainsi que « Sexe, amour et rock & roll » qui était un mode de vie. Il était un moyen de faire face à la frustration du monde après la dernière guerre mondiale et d’autres guerres suivantes. Il y avait le signe hippie, la mode du moment, suivant, qui provient de Gerald Holtom, le designer britannique membre de la Campagne pour le désarmement nucléaire, le 21 février 1958. Il s'est inspiré de l'alphabet sémaphore, utilisée dans la Marine, pour représenter un N et un D, les initiales de Nuclear Disarmament dans un cercle. Des questions sur ce sujet ?


Le signe:

Les jeunes élèves étaient, pour certains toujours, en train d’écrire leurs notes ; elle marqua une certaine pose pour ses poulains du B.U.S.E.
Maintenant, nous allons évoquer la mode vestimentaire. Mes demoiselles, ce sera votre quart d’heure ! Avec ce que je vous ait dit, auriez-vous des idées qui vous viendraient en tête avant que je ne passe les diapositives suivantes ? Hum ? demanda agréablement Catherine

made by roller coaster


Pour tout le monde:


Dernière édition par Catherine Benji le Jeu 14 Juil - 23:21, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mer 13 Juil - 21:18



Don't let the muggles get you down
Jade Heaton + Professeur Benji+ Pouffys et Serpys
« Cours d’Étude des Moldus : Spécificités britannique et pop culture »

Pfff plus elle parlait et plus Jade s'ennuyait à mourir. Culture populaire blah blah blah Noël, blah blah blah Saint-Valentin... Saint-Valentin ! Sérieusement ? Elle ne souhaitait qu'une chose depuis ce jour maudit, se dire que ce jour n'existait pas. Il fallait évidemment qu'elle en entende parlait tout le temps. Et à chaque fois, elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'il s'était passé deux mois auparavant. Elle n'avait pas recroisé Fred depuis, et même si elle n'avait pas le moindre sentiment amoureux pour lui, elle redoutait cette confrontation. Mais au fond, chacun avait quelque chose à se reprocher à cause de ces deux greluches.

Voilà ! Elle avait enfin trouvé ce qu'elle allait faire pendant ce cours ! Chercher comment leur faire payer cette mésaventure. Quelque chose de semblable ou de pire. Une potion, pour égaler la leur ? Dans ce cas-là, il fallait une potion illégale ou du moins. Mais aucune des potions qu'elle connaissait ne pouvait leur infliger une souffrance quelconque. Il faudrait peut-être penser à sortilège pour le coup... Là, il y en avait une multitude qui s'offraient à elle.

La brune jeta un regard vers le professeur et nota quelques-unes de ses paroles. Andy Warhol ça lui disait quelque chose... Ah oui ! C'était son père, un grand fan de cet artiste. Il disait avoir une Marilyn dans le salon en montrant une femme représentait exactement comme l'exemple du professeur. Jade avait toujours trouvé ça d'une laideur... Mais si ce n'était que ça ! Son frère apprécie particulièrement la musique moldue et il disait à qui voulait l'entendre que « les Beatles », c'est la base. Tiens, le signe aussi lui disait quelque chose... Elle fronça les sourcils essayant de se souvenir d'où ça lui venait. Mais bien sûr ! C'était princesse Lawford qui avait un t-shirt avec ce truc en plein milieu.

Jade attrapa le stylo noir et commença à griffonner des mots par-ci par-là, sur sa copie. Elle s'amusait également à dessiner inconsciemment dans la marge, tout en regardant le tableau. Normal que ces « dessins » ne ressemblaient à rien.

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mer 13 Juil - 22:15
Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année
Gryffondor&Serdaigle



Papier et stylo à la main Molly faisait tout bonnement semblant d'écrire, elle voulait se faire discrète et espérait que son professeur n'ait pas remarqué son « assoupissement » passager. En revanche, après quelques minutes de réflexion intense, elle inspira un bon coup et elle entreprit de prendre de vrai note sur le cours. Ainsi, la Préfète nota quelques mots-clés : « culture populaire » sans vraiment comprendre. Enfin, elle ne comprenait pas jusqu'à ce que son professeur explique ses propos : « Noël, Saint-Valentin, Halloween ». Elle comprit enfin, mais elle ne put s'empêcher de grimacer lorsqu'elle entendit le mot « Saint-Valentin », à cet instant précis, le coup foireux qu'elle avait fait accidentellement avec Dominique lui revenait en mémoire. Elle se frappa mentalement afin qu'elle puisse donc penser à autre chose.

Ensuite, elle prit quelques notes sur les traditions, elle n'oublia d'ailleurs pas l'exemple de Salazar Serpentard afin d'illustrer l'idée de l'élitisme. À cet instant précis, la Gryffondor bénissait sa sœur intérieurement puisqu'elle savait enfin de quoi parler son professeur. Combien de fois Lucy lui avait parlé d'Elvis Presley et de ses merveilleuses musiques,  sans oublier Andy Warhol, c'était un artiste incroyable, enfin il l'était  à ses yeux et tout ça grâce à sa petite sœur. Il faudrait qu'elle la remercie d'ailleurs, sans elle, elle n'aurait certainement jamais compris cette partie du cours. Molly venait de repartir dans le magnifique monde où se trouvaient ses propres pensées et ses propres souvenirs de ce fait, elle ne capta pas la suite du cours. Enfin pas totalement, puisqu'elle revint sur la terre ferme (à nouveau). Sa professeure venait de marquer une pause, une pause. Elle n'en avait jamais fait jusque là, il fallait en profiter, même si le bonheur ne dura pas.

À cet instant précis, la rouquine s'attendait au pire de la part de son professeur. Mais elle soupira de soulagement lorsqu'elle évoqua la mode vestimentaire, enfin quelque chose d'intéressant à ses yeux. Enfin c'est ce qu'elle croyait, puisqu'elle pensait que son professeur allait continuer à parler, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Contre toute attente, c'étaient eux à présent qui allaient devoir parler. Voyant que personne ne levait la main, la Préfète des Rouges et Or leva la sienne à contrecœur. Lorsque son professeur eut remarqué la main de la jeune fille, elle l’interrogea. Molly hésita un instant avant de parler, mais elle s'obligea à le faire, d'une voix très peu sûre d'elle contrairement à d'habitude.

« Et bien, je ne suis pas certaine, mais grâce à la guerre, les femmes arrivent bien à s'émanciper. Leurs styles vestimentaires évoluent lui aussi. Je ne sais plus comment ce couturier s'appelle, mais je sais par exemple qu'il créait la minijupe. Je sais qu'elle a commencé à se raccourcir à partir des années 50, mais en 1960 elle arrive à présent au-dessus du genou. Après il n'y a pas que les vêtements qui changent, les chaussures changent, les bottes plates font leur apparition. Contre toute attente, la mode masculine arrive même à être transposée chez les femmes. Par exemple, les femmes peuvent donc porter des pantalons de tailleur, des smokings et j'en passe. »
termina-t-elle.

Elle n'avait à présent plus qu'à attendre le verdict de son professeur. Stylo en main, elle n'arrêtait pas de le bouger de droite à gauche. C'était particulièrement stressant pour elle d'attendre si oui ou non elle avait raison. Mais le plus stressant dans tout ça, c'était de sentir le regard de sa professeure sur soi. Elle en avait presque des frissons dans le dos. Mais elle était sûre d'une chose, Lucy serait certainement fière d'elle à cet instant précis, ce n'est pas tous les jours que Molly Weasley participe à un cours et encore moins à un cours d'étude des moldus.



© Gasmask
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Mar 9 Aoû - 21:59


Chers élèves, futurs adultes…



Catherine avait l’impression de faire cours à des statues. Pour rendre la chose plus réelle, elle aurait utilisé un « Pétrificus Totalus » (ou alors n’avoir aucun élève), la seule chose qui lui aurait manqué, ça aurait été les grattements de plumes sur le papier. « Bien… En préambule, sachez, messieurs, qu’une femme, ce n’est pas que des seins et du cul… Pardon : une poitrine et un derrière.
Durant les années à la fin de la Seconde Guerre Mondiale – qui fera 65 millions de morts, soit la quasi-totalité de la population française – les femmes troquèrent les uniformes de travaille de leurs maris revenus du front contre des vêtements donnant plus le chic, plus d’élégance et de féminité. Le « New look » comme on l’appelle, est inventé par un célèbre haut couturier Français dénommé Christian Dior, symbolisé par des vestes cintrées aux épaules arrondies, sur des jupes amples sous les genoux. Sur cette photo, je trouve qu’elle ressemble à une lampe avec son chapeau, ah ah !
Il se concentre sur le trio « taille, fesse, poitrine » invente la guêpière dans la continuité du corset, pour affiner au maximum la taille des femmes. Voyez ici deux photos : la première d’une création Dior de 1947, la seconde d’une actrice et chanteuse Française nommée « Polaire », codétentrice du record de tour de taille le plus fin.
Elle avait, en effet, seulement 32 cm, autant vous dire que les problèmes médicaux, gastriques et respiratoires étaient monnaie courante pour ses femmes. Elle s’arrêta pour souffler un peu : il y avait tellement de choses à dire. »


Les images:


****



Quand la jeune Molly Weasley prit la parole, notre professeure ne fut pas de joie. Enfin ! quelqu’un prenait la parole. A son cours, c’était un événement. Mais bravo Molly ! J’applaudis et donne disons… Quinze points pour Gryffondor ! J’aurais donné vingt points si tu m’avais dis « couturière » et non pas « couturier », mais c’est formidable. Je vois bien la fibre de la famille Weasley en ce qui concerne les Moldus.
Cette fois, ce n’est pas la France qui l’inventa mais Marie Quant, une de nos compatriotes, en 1965 qui fut la première a commercialiser cette jupe, trouvant provoquant de montrer ses jambes nues. D’abord droite elle finira par avoir des bords évasés.
Notez ou ne notez pas, mais je souhaiterais faire une petite parenthèse : cela peux sembler surprenant, mais depuis l’Antiquité jusqu’à cette époque, sur notre continent d’Eurasie, montrer les pieds était un geste fortement érotique.
Par exemple, quand sur la plage, nous les femmes, portons un décolleté plongeant ; ou vous les hommes, montrer votre tronc et baisser votre pantalon jusqu’au dessus de votre pubis. Enfin voilà, petite parenthèse sur la pudeur de notre société et la minijupe peut-être considérée comme l’un des symboles de la libération sexuelle, et aussi celle de la femme. C’était aussi l’époque des pin-up : de jolies femmes avec des vêtements plus ou moins « sexy » et dans des poses évocatrices. On peut notamment citer Gil Elvgren, illustrateur emblématique de cette période. À cette époque, elles apparaissent sur des magazines, journaux, posters, calendriers ; pour vous donnez une idée, ceci est une image de l’ancienne princesse de Monaco, la renommée Grace Kelly, non pas pin-up mais qui aurait put et dont le « style Grace Kelly » mêlant bourgeois et glamour est l’un des styles du « New Look ». Ce sont les femmes idéales sans être vulgaires ; je pense malgré tout que les personnes qui achetaient ces dessins ou photographies ne faisaient pas seulement ça pour regarder une belle femme, si vous voyez ce que je veux dire.
Je commençais à tomber dans le grivois, moi. Je devrais revenir au cours, sinon, nous allons trop nous égarer.
Reprenons. Sachez que la minijupe existe depuis l’Antiquité où elle était portée par des guerriers quand ils partaient à la guerre ; le succès de la minijupe est malgré tout dut au couturier Français, encore, André Courrège qui présenta la jupe durant sa collection en 1965 en lui donnant des bords plus évasés, et non plus droit comme celle que Quant.


Les images:

Fiou… Je vais m’arrêter là, je pense qu’ils en ont assez.
Dans les prochaine diapositives, nous passerons aux coiffures et aux chaussures ; j’espère que ceux qui sont encore éveillés seront toujours aussi intéressés. N’hésitez pas à poser des questions comme le font certains d’entre-vous.

made by roller coaster


HRPG:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Dim 27 Nov - 17:34
Si aucune réponse à ce cours le 4 décembre, le cours sera clôturé.
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cours d'Etude des Moldus -Quatrième année (Moldus : la vie sans Magie)
» Programme du cours d'Etude des Moldus
» Cours N°1 - 4ème année - Poufsouffle / Serdaigle
» Cours SCM #1 - 6éme année - Abandonné
» Cours SCM #1 - 7éme année - Abandonné

Cours d'Etude des Moldus -Cinquième année (Spécificités britannique et pop culture)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: