Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-43%
Le deal à ne pas rater :
Trampoline 244cm – Woodsun (6-9 ans)
79 € 139 €
Voir le deal

Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mar 17 Mai - 22:59
Dominique venait de voir Absolan à l'infirmerie. Une discussion mouvementée plus tard, ponctuée par au moins une intervention de l'infirmière qui intimait à la jeune fille d'arrêter de crier son désespoir à tort et à travers sous peine d'exclusion, plusieurs phases d'intense dépression sur le désastre de sa réputation, de son rendez-vous manqué avec Saul, de la ruine de sa dignité et de sa vie entière en général, ils en étaient venus à la conclusion qu'ils ne s'en voulaient pas et qu'ils n'évoqueraient plus jamais cet incident. Bon. Mais maintenant que la question avec Absolan semblait à peu près réglée, il restait le cas de Molly.

Tout en précédant Absolan sur le chemin de la Grande Salle au pas de charge, Domi instruisait le procès de Molly dans sa tête et à haute voix : « tout est de sa faute ! » accusa-t-elle entre autres, ce qui poussa son ami à l'interroger et celle-ci à esquiver et glisser sur autre chose d'un air embarrassé, car il n'était toujours pas au courant de leur part de responsabilité dans les événements. En effet, Domi n'avait guère pu en parler ni à l'infirmerie, où d'autres auraient pu l'entendre, ni dans les couloirs qui offraient le même problème. Pour l'instant, seule Victoire savait tout en plus de Molly elle-même qui n'avait sans doute pas tardé à prendre conscience elle aussi du lien entre leurs dérives de la veille et du philtre qu'elles avaient préparé... et qu'avait volé Peeves. Ce fichu esprit frappeur, il ne perdait rien pour attendre. En tout cas, même si elle savait désormais sous quelle influence ils s'étaient tous trouvés, elle n'était pas près de pardonner à sa cousine ni son idée stupide, ni sa conduite de la veille. D'abord, elle l'avait injuriée. Elle l'avait traitée de « pimbêche stupide et complètement irréfléchie », Domi s'en souvenait mot pour mot. Une potion n'excusait pas tout. Ensuite, elle avait jeté un sort à Absolan et aidé cette brute d'Oliver Prescott (qu'elle arrangerait de belle manière au prochain match) à le brutaliser. Certes, le philtre ne faisait plus effet, sa tête avait été remise à l'endroit, Absouninounet était redevenu Absolan et tout le bazar, mais il restait un de ses meilleurs amis et c'était INTOLÉRABLE, surtout pour une prétendue préfète. Il avait passé le reste de la journée et la nuit à l'infirmerie, en observation. Dominique s'en était voulu, d'ailleurs, de l'avoir quitté pour chercher de l'aide sans penser à lever le maléfice auparavant et elle s'en était copieusement excusée par la suite, mais le stress et l'émotion lui avaient quelque peu fait perdre la tête. Du reste, les premiers coupables restaient Molly et Oliver et
ils allaient le lui payer.

Ayant déroulé cette partie de ses pensées à Absolan, Domi entra comme une furie dans la Grande Salle et s'empressa de fouiller la table des Gryffondor du regard, à la recherche de sa cousine. Tous les élèves semblaient déjà présents ou presque, la plupart mornes et silencieux, car elle s'était mise en retard en faisant un détour par l'infirmerie. Molly se trouvait bien là. Domi fonça sur elle et rugit à voix basse — si cela avait le moindre sens :


— Molly ! Tu vas me le payer ! Toi et ton idée stupide ! (elle ne pouvait évidemment pas expliciter l'idée en question en public, c'était pourquoi elle se forçait à ne pas crier.) C'est de ta faute si je me suis retrouvée dans ce pétrin. Et en plus, tu m'as insultée, tu as jeté un sort à Absolan et tu... tu... Espèce d'idiote violente et ingrate, dire que je t'ai soutenue pour le jour de la St-Valentin jusqu'à proposer de te relooker, te donner des conseils de drague et même enfreindre le règlement — elle baissa la voix à nouveau sur ces derniers mots — et c'est comme ça que tu me remercies ? En me traitant de pimbêche stupide et en attaquant mon meilleur ami ? Philtre ou pas, ça ne change rien ! Enfin, tu aurais quand même pu m'empêcher d'embrasser Absolan — oh, Merlin, je ne veux plus y penser — mais tu aurais pu te douter de quelque chose, non ? À croire que tu t'en fichais ! J'ai passé toute la journée à me ridiculiser en face de tout le monde, j'ai ruiné mon histoire avec Saul — je ne veux même pas savoir ce qu'il pense de moi maintenant — et toi, tu as ensorcelé et battu mon ami, il a passé la nuit à l'infirmerie à cause de toi et de ce sombre fils de troll de Prescott et je ne te le pardonnerai jamais !

Sa tirade partait un peu dans tous les sens, elle perdait presque ses mots sous les effets conjugués de la honte et de la colère qui rougissaient ses joues et faisaient serrer ses poings. Dur, dur d'exploser tout en gardant un niveau sonore relativement bas. Mais vu le silence morose ambiant, elle n'avait pas le choix.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Dim 22 Mai - 11:39
Molly s'était réveillée de très mauvaise humeur ce matin. Non pas parce qu'elle était énervée contre quelqu'un mais parce qu'elle s'en voulait à elle-même. La cause ? Son comportement de la veille, en effet, la jeune Préfète avait été victime de son propre philtre d'amour qui l'aurait eu cru ? Personne. Non seulement elle s'était affichée devant tout le monde à courir derrière Oliver, mais en plus elle avait blessé Absolan. Elle lui avait jeté un sortilège, bon sang, quand elle y repensait, elle se sentait coupable, le pire dans tout ça c'est que cela avait terni à sa réputation. Par ailleurs, elle en avait complètement oublié son fameux rendez-vous avec Aymeric Vance. La Gryffondor n'osait à présent plus l'approcher, sans oublier qu'elle ne voulait pas croiser sa cousine aujourd'hui. Et pour cela, elle aurait mieux fait de rester dans son dortoir toute la journée.

Mais elle ne pouvait pas éternellement rester cloîtrée ici, c'est pour cette raison qu'elle se résigna à se lever et allait affronter le « monde extérieur ». Car après tout, mis à part Dominique, qui était au courant de la vérité? Personne et elle ne voulait pas que ça se sache. Quelques minutes plus tard, Molly quitta enfin la salle commune de Gryffondor. De nombreuses personnes l'avaient regardé de travers, mais la Rouge et Or avait fait son possible pour ne pas les regardait et pour les ignorait. Arrivée à la Grande salle, Molly s'installa tranquillement à la table des Gryffondor. Le petit déjeuner avait certes l'air pas mauvais, mais elle n'arrivait pas à manger. Elle n'avait pas d'appétit, mais il fallait qu'elle se force à manger.

C'est donc avec une motivation déconcertante qu'elle se força à manger tout en pensant à Absolan. Il fallait qu'elle s'excuse mais comment ? Après quelques minutes, elle se dit mentalement qu'elle irait le voir à l'infirmerie. En espérant qu'il lui pardonne. Tout d'un coup, Molly se mit à sourire, mais son sourire disparut à la vue d'Oliver. Étrangement, d'autres souvenirs refaisaient surface. Elle se rappela donc parfaitement et mot pour mot ce qu'elle avait sorti à Oliver sur sa cousine. Elle l'avait traité de « pimbêche complètement stupide et réfléchit ». À cet instant précis, Molly éprouvait des remords. En plus, elle était sûre d'une chose, c'est que sa cousine ne lui pardonnerait pas aussi facilement. En parlant du loup, celle-ci entra dans la Grande Salle telle une furie à la recherche de Molly. La préfète ne l'ayant pas encore remarqué, croqua dans sa tartine pleine de confiture. Elle la fit d'ailleurs tomber lorsqu'elle entendit cette dernière lui criait dessus. Molly s'abstint de dire quoique se soit pour l'instant et elle se laissa agresser par sa cousine, après tout, elle l'avait bien méritée et elle le savait.

-Molly ! Tu vas me le payer ! Toi et ton idée stupide ! (elle ne pouvait évidemment pas expliciter l'idée en question en public, c'était pourquoi elle se forçait à ne pas crier.) C'est de ta faute si je me suis retrouvée dans ce pétrin. Et en plus, tu m'as insultée, tu as jeté un sort à Absolan et tu... tu... Espèce d'idiote violente et ingrate, dire que je t'ai soutenue pour le jour de la St-Valentin jusqu'à proposer de te relooker, te donner des conseils de drague et même enfreindre le règlement — elle baissa la voix à nouveau sur ces derniers mots — et c'est comme ça que tu me remercies ? En me traitant de pimbêche stupide et en attaquant mon meilleur ami ? Philtre ou pas, ça ne change rien ! Enfin, tu aurais quand même pum'empêcher d'embrasser Absolan — oh, Merlin, je ne veux plus y penser — mais tu aurais pu te douter de quelque chose, non ? À croire que tu t'en fichais ! J'ai passé toute la journée à me ridiculiser en face de tout le monde, j'ai ruiné mon histoire avec Saul — je ne veux même pas savoir ce qu'il pense de moi maintenant — et toi, tu as ensorcelé et battu mon ami, il a passé la nuit à l'infirmerie à cause de toi et de ce sombre fils de troll de Prescott et je ne te le pardonnerai jamais !

Les mots de Dominique sonnèrent des échos dans sa tête. Sur le coup, la Préfète ne répondit rien. Mais lorsqu'elle comprit l'ensemble de la tirade de sa cousine, Molly craqua, sans le savoir elle se mit à crier dans la Grande Salle et ce sous les regards subjugués de tous les étudiants du château.

« ET TU CROIS QUE JE NE ME SENS PAS COUPABLE ? »
demanda-t-elle à sa cousine. « MOI AUSSI J'AI RUINÉ MON HISTOIRE AVEC AYMERIC, TU CROIS QUE J'EN SUIS FIÈRE ? MOI AUSSI JE ME SUIS RIDICULISÉE DEVANT TOUS LE MONDE. ARRÊTE DE CROIRE QUE TOUT TOURNE AUTOUR DE TOI. JE SUIS DÉSOLÉE DE T'AVOIR INSULTÉ MAIS JE N'ÉTAIS PAS MOINS MÊME ALORS » fit-elle. Molly tenta avec difficulté de se calmer. Elle était à présent elle aussi devenue toute rouge sous la colère et sous la honte qu'elle éprouvait à cet instant. Elle venait une nouvelle fois de se donner en spectacle et elle détestait ça. Elle sentait le regard de ses camarades sur elle, Dominique aussi devait les sentir. Ainsi, elle reprit constistance et s'adressa à nouveau à Dominique calmement « Je suis désolée de t'avoir embarqué dedans, mais tu le sais très bien que ce n'est pas de ma faute si on s'est fait piquée le chaudron. C'est à cause de Peeves » fit-elle en chuchotant à Dominique. Elle enchaîna « Et puis tu sais très bien qu'on ne l'aurait pas utilisé, c'était juste pour s'amuser, j'en avais pas vraiment besoin et je l'ai compris grâce à toi lorsque Vances m'a invité. S'il te plaît pardonne-moi.» fit-elle en chuchotant à sa cousine d'un ton des plus sincères.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Dim 22 Mai - 12:48
*Comme tous les matins, Albus se rendait dans la grande Salle qui était déjà à moitié pleine, en même temps normal allez-vous me dire, il marchait le long des cachots pour arriver avec sa petite bande au Rez-de-chaussée, ensuite il marchèrent en direction des grandes portes de la grande salle, et y entrèrent, Albus, bon dernier de la petite troupe marchait le long de la table des Gryffondor et celle de sa maison, Serpentard, avec la tête d'endormi et ses cheveux en pagaille pour une fois, ce qui fait honneur à son père, il s'assied à sa place, entouré de ses quelques amis, il se servit en jus de citrouille, lait et pour finir, prit son assiette vide pour prendre un toast et deux tranches de Bacon, faut dire qu'il n'avait pas vraiment fin. Il redéposa son assiette par la suite et commença à manger lorsque soudain une dispute s'enclencha, manquait plus que ça, il sursauta lorsqu'il reconnut les deux voix familières, rouge de honte oui il releva la tête fixant ses cousines, apparemment c'était un règlement de compte, il roula les yeux lorsqu'il entendit le prénom d'Absolan, il savait de qui elles parlaient, de Lestrange, petit froncement des sourcils, mine de rien, il insistait juste aux échanges verbales de leurs cousines qui pour finir diminuèrent de niveau d'intonation. Par la barbe de Serpentard, quelle mouche leurs ont piquée? Lorsque ses cousines se disputaient, jamais il n'osait s'intégrer, de peur que cela se retourne contre lui.*
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Lun 23 Mai - 23:31
Il sentait quelque chose qui lui mordillait les doigts de pieds au fond du lit. Comme à son habitude, Mylo, le furet de Erwan était déjà réveillé alors que le soleil n'avait pas encore pointé le bout de son nez. Il grommela, voulant signifier à son ami fait de poil qu'il n'était pas encore l'heure et qu'il devait le laisser tranquille. C'était sans compter sur la pugnacité du furet. Ce dernier se faufila et attrapa à l'aide de ses petites dents, la couette de son maître. Il entreprit de la retirer jusqu'au bout. Erwan fût parcouru d'un frisson et maudit son animal. Il se leva finalement. Assit sur son lit, il regarda ses camarades de chambre qui dormaient encore. L'un ronflait tellement fort qu'Erwan fût étonné de ne pas voir les autres se réveiller. Il se leva et s’étirât de tout son long tout en baillant, la bouche grande ouverte. Il entreprit de faire rapidement sa toilette et s'habilla. Mylo pour sa part trépignait et sautait partout. Il poussait à l'aide de son museau la petite gamelle dans laquelle il mangeait. Le furet regardait son maître avec un style de "Oh mon pote, donne-moi à manger là!". Le jeune homme entendit même l'un de ses camarades lui dire dans un demi sommeil "Tu vas le nourrir ou quoi ce furet de malheur!". Erwan ne le fît pas attendre plus longtemps. Il versa le "spécial croquette light pour furet" dans la gamelle. Mylo se précipita dessus et les dévora. Le jeune homme laissa la petite terreur finir son repas pour aller lui-même prendre son petit-déjeuner. La chambre commençait à s'éveiller doucement. Il entendait des "Bonjour Erwan" par-ci, par là, auquel il répondait par un signe de tête, un "Salut" ou un sourire. Il descendit dans la salle commune , mais ne croisa pas grand monde de bien réveillé. Il sorti dans les cachots et commença à parcourir les couloirs en direction de la Grande Salle. L'école s'éveillait paisiblement. Dans les couloirs, il voyait des élèves, qui comme lui, se dirigeaient vers le petit-déjeuner. Certains avaient des parchemins en main. Ils étaient sûrement en train de réviser leurs cours, peut-être des serdaigles. Erwan crût un instanct que l'un d'entre eux allait finir par se prendre une armure ou un autre élève , mais il ne se passa rien d'intéressant. Les tableaux, que le jeune homme croisait, s'éveillaient doucement eux-aussi. Certains saluaient au passage du sorcier, d'autres lui demandaient de faire moins de bruit en marchant. Au loin, il crût voir l'esprit frappeur Peeves.
Il pénétra dans la Grande Salle et se dirigea droit vers la table des Poufsoufle. Il récupéra dans son assiette un toast et des œufs le tout accompagné d'un verre de jus. Il entreprit d'imiter les serdaigles qu'il avait croisé. Il sorti un parchemin sur lequel avait été inscrit avec grand soin un cours de sortilège. Leur professeur avait entrepris l'apprentissage du sort "Oppugno". Ce dernier était destiné à faire apparaître des oiseaux sortant de l'extrémité de la baguette. Erwan n'avait pas réussi du premier coup , mais grâce à la pratique y était parvenu rapidement.

Une dispute éclata dans la Grande Salle. Absorbé dans la lecture du parchemin, Erwan n'y prêta au début aucune attention.  A vrai dire il n'entendait pas grand chose de ce qui se disait jusqu'à ce qu'une voix hausse fortement le ton.


"ET TU CROIS QUE JE NE ME SENS PAS COUPABLE ? MOI AUSSI J'AI RUINÉ MON HISTOIRE AVEC AYMERIC, TU CROIS QUE J'EN SUIS FIÈRE ? MOI AUSSI JE ME SUIS RIDICULISÉE DEVANT TOUS LE MONDE. ARRÊTE DE CROIRE QUE TOUT TOURNE AUTOUR DE TOI. JE SUIS DÉSOLÉE DE T'AVOIR INSULTÉ MAIS JE N'ÉTAIS PAS MOINS MÊME ALORS "

Erwan retira son nez du parchemin et reconnut Molly et Dominique Wesley qui se disputait. Que c'était-il passé pour que ces deux cousines qui d'habitude étaient très proches se hurlent dessus? Il l'ignorait. Tout ce qu'il savait, c'est que tout le monde les fixait et qu'il entendait des jeunes premières et deuxièmes années qui disaient "t'as vu c'est la préfète des Gryffondor qui hurle !". Erwan regarda le jeune poufsoufle qui avait dit cela et d'un regard lui intima de se taire. Il reprit son parchemin, les cris avaient cessé, on ne les entendait plus. Cependant, la curiosité du jeune homme avait été piqué. Il fît mine de continuer à lire son cours , mais regarda d'un œil les deux cousines.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mar 24 Mai - 19:15

Jeudi 15 Février 2018
All ~



Règlement de comptes dans 3... 2... 1...


La rousse avait eu une nuit calme. Un réveil agité et la gueule dans le cul. Chose qu'elle avait réussi à rattraper pour paraître à peu près présentable. Et Merlin soit loué, elle s'en félicitait. Comme elle rêvait d'autres début de matinée comme celle-ci. Ironie quand tu nous tiens. Quoique depuis le réveil, la Serdaigle se sentait un peu dans les vapes et avait un marteau piqueur dans la tête. Lacey lui avait innocemment demandé où elle avait caché sa bouteille de whisky Pur feu. Comme si c'était son genre de picoler en cachette. Franchement. Elle avait autre chose à foutre de sa vie que de devenir alcoolique. Elle n'était pas malheureuse pour en arriver à de telles extrémités. Non, mais elle ne comprenait pas d'où pouvait bien venir se foutu mal de tête. Même l'aspirine qu'elle avait pris avant de descendre n'avait pas eu l'effet escompté. Le marteau piqueur n'avait en rien diminué d'intensité. Que nenni.

C'est donc dans un état limite larvaire que se trouvait Jordan en ce petit déjeuné bruyant dans la grande salle. Parce qu'un repas par définition ça n'était pas calme. Pas à Poudlard. Sauf le matin tôt pour le petit déjeuné pendant les vacances. Autant dire que c'était pas Jordan qui allait se lever à cette heure ni se priver de vacances bien méritées. Oh non.

Néanmoins, elle fut sortie de ses sombres pensées de bricolage par un éclat de voix à la table des Gryffondors. Ils pouvaient pas gueuler moins fort eux ?! Ou se taire tout simplement ? Il fallait toujours qu'ils se fassent remarquer. Avant que Jordan ne se détourne de ce pitoyable spectacle, une parole retint son attention. Depuis quand la préfète des rouges et ors avait des vues sur un mec ? Pas qu'elle soit vexée de ne pas le savoir, mais les potins faisaient toujours son plus grand plaisir. Et qui donc était le mec en question ? Là était la vraie question. Il faudrait qu'elle demande à Fred. Peut-être serait-il au courant lui. Cependant, la suite fut tellement bruyante que sa tête ne le supporta pas. Elle devait aller à l'infirmerie avant de ne plus pouvoir bouger. La rousse était têtue et préférait habituellement utiliser ses aspirines pour ses maux de tête plutôt que d'aller voir l'infirmière. Pourtant elle savait parfaitement que cette dernière était d'une efficacité irréprochable. Les potions cependant avaient un goût tellement affreux qu'elle préférait la bonne vieille méthode moldue.

Elle n'attendit pas qu'un éclat de voix supplémentaire se fasse entendre pour quitter sa table. Elle glissa un vague « infirmerie » à ses voisins de table avant de se lever et de sortir de la grande salle. Même le silence extérieur ne calmait pas son marteau piqueur. À cet instant Jordan aurait largement préféré avoir la gueule de bois. Au moins ça, elle en connaîtrait l'origine.



Dernière édition par Jordan Lawford le Mar 24 Mai - 21:12, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mar 24 Mai - 20:53


Règlement de Comptes
dans 3 - 2 - 1


Jeudi 15 Février 2018

Aylen avait passé à la fois une excellente et une très mauvaise journée hier. Le quatorze février était un jour particulier pour beaucoup de monde, il fallait bien l'avouer, mais pas pour elle, aussi lorsqu'elle s'était retrouvée sous l'emprise d'un philtre d'amour...
Rien que d'y repenser, elle pinça les lèvres.
Elle avait embrassé Charlie.
Bon point.
Elle l'avait fait sous l'emprise du philtre et alors que Charlie elle-même était amoureuse de Caleb à cause du dit philtre.
Mauvais points.
Les commentaires sur sa possible homosexualité et surtout la façon dont c'était moqué par certains élèves...
Très mauvais points.

Et le pire ? Elle n'avait pas vraiment eu le temps de parler avec elle de tout ça et n'avait aucune idée des retombées qu'il y aurait à cause de ça. Charlie lui avait rendu son baiser, c'était vrai, mais et si ça avait été un effet secondaire du philtre ? Parce qu'Aylen savait que ses propres sentiments s'étaient accordés avec la potion, mais ce n'était pas le cas de tout le monde.
Alors quoi ?
Elle jeta un regard aux carafes de jus de citrouille et poussa un soupir avant de se servir un café. Elle but une gorgée rapidement et ignora son cœur qui cognait dans sa poitrine. D'autant plus que quelque chose semblait éclater plus loin pendant qu'elle fulminait dans son coin.

Les deux coupables étaient en train de s'engueuler et de râler. Attentive, la Serpentard comprit assez rapidement de quoi il retournait. Est-ce que ça voulait dire ce que ça voulait dire ? Elle n'avait pas saisi l'entière discussion, mais quand Molly avait crié... Elle avait ruiné elle-même son histoire avec un garçon alors qu'elle était sous l'effet du philtre, mais dans ce cas ce n'était pas vraiment sa faute à elle, surtout qu'elle acceptait le fait de ne pas avoir été elle-même en disant qu'elle ne l'avait pas insulté parce qu'elle le voulait mais sous l'effet du philtre. Se contredisait-elle donc ou...
Non.
Non elle ne se contredisait pas. Elle était claire dans ses propos et savait ce qu'elle disait, se montrant logique et raisonnée puisqu'elle baissa la voix. Sans parler du fait qu'elle se désignait comme coupable. Avec qui ? Avec sa cousine ?
No fucking way. C'était donc elles. Autant dire que cela agaça d'autant plus Aylen qui non seulement aimait prendre son petit déjeuner tranquillement, mais en plus leur en voulait désormais beaucoup. Autant dire que si elles ne se dépêchez pas d'aller régler leur différent ailleurs...
Quoique.
Non.
Aylen n'avait pas envie d'attendre.
Elle en avait assez d'être sage et calme et de devoir être mature. Aylen leur en voulait.

Elle se leva alors, traversa toute la grande salle d'un pas déterminé et mesuré pour enfin arrivé à la table des Gryffondor. Elle ne s'y était jamais arrêté auparavant, elle ne s'en était même jamais approchée. Sous les protestations des élèves vers lesquels elle passait, elle attrapa deux carafes de jus de citrouilles et profita qu'elles soient concentrées l'une sur l'autre à chuchoter pour s'arrêter à leur niveau et leur déverser dessus.
Hé, l'avantage de faire un mètre quatre-vingt : elle n'avait presque pas à lever les bras.

« C'était vous. Tu dis ne pas être coupable de ce que tu as fait à Weasley blonde mais tu es coupable d'avoir ruiné les choses avec un mec. C'était vous. »

Le ton était glaciale et empli de colère. Et elle ne comptait pas leur laisser le temps de protester.

« Fermez les trous qui vous servent de bouche les Weasmoches, personne n'a envie de vous écouter vous engueuler après le petit tour que vous nous avez joué. A cause de vous maintenant toute cette putain d'école est au courant que je suis lesbienne – ou tout du moins semble trouver très drôle d'en faire des blagues. Et ce n'est pas exactement comme ça que je voulais faire mon coming out. » Elle les regardait tour à tour, les pointant d'un doigt accusateur qu'elle laissa finalement retomber, son ton étant progressivement monté à mesure que ses paroles s'enchaînaient. « Vous avez des emmerdes à cause de VOS propres conneries ? Assumez au lieu d'emmerder tout le monde dès le matin alors que personne n'a rien demandé. Vous êtes toutes les deux des connasses, félicitations ! Vous pouvez vous serrer dans les bras l'une de l'autre et récupérer vos médailles au fond du lac ! » Aylen criait presque désormais, sa voix portant sans mal d'autant plus que l'attention de la plupart des élèves était portée sur le conflit en court.
Puis avec un sourire des plus charmants elle ajoute :
« Oh, et la prochaine fois ? Je prendrais du café. »


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mar 24 Mai - 21:27

Règlement de compte!

Charlie & les autres


Je vais vous faire boire du jus de citrouille jusqu'à votre mort!
Charlie avait un mal de crâne abominable, c’était à peine si elle supportait les miaulements de son chat. La matinée fut donc difficile pour la jeune fille, qui ne savait pas vraiment comme interpréter les événements de la veille. Alors qu’elle quittait la salle commune de sa maison, elle passa ses doigts sur ses lèvres au souvenir du baiser échangé avec Aylen. Un sourire idiot illumina son visage alors que son cœur tambourinait dans sa poitrine. La rouquine était intéressée par les filles, la brunette avait donc une chance de conquérir son cœur et de la faire sienne. Toute pensée sur les recherches d’Aylen fut chassée de son esprit d’un revers de main. Il fallait qu’elle retrouve son amie, une discussion devait avoir lieu. Avec elle, et avec Caleb. Elle n’allait pas le laisser s’en sortir de la sorte.

La préfète en chef entra en trombe dans la grande salle, ses cheveux fouettant l’air derrière elle, certains premières années sursautant en la voyant débarquer de la sorte. Elle devait sûrement avoir faim, c’était ce qu’ils pensaient. Mais la nourriture n’avait rien à voir avec l’air si joyeux de la jeune fille. Son regard émeraude balaya la salle du regard à la recherche d’une tignasse rousse plus que familière. Hélas, la salle était bien trop remplie pour qu’elle puisse mettre la main sur elle aussi facilement. Dans un soupir déçu, elle vint s’asseoir à sa table pour mordre dans une brioche, ignorant les regards trop curieux de ses camarades sur elle. Le baiser n’avait pas été discret, mais elle s’en fichait.

Elle manqua de s’étouffer dans son chocolat quand des cris provinrent d’une des tables voisines. Charlie pivota sur son banc pour chercher d’où provenaient les éclats de voix. C’était, encore une fois, la maison des Lions prétentieux qui perturbait la tranquillité du matin. La brunette voulut se faire toute petite, mais toute l’attention des serdaigles était posée sur elle. La fuite était donc impossible. Balançant sa miche de pain dans son assiette, elle se leva, profondément agacée.

Jouant des coudes, elle se fraya facilement un chemin dans cette foule d’adolescents trop curieux pour enfin arriver sur les lieux du crime. Son cœur rata un battement lorsqu’elle reconnut Aylen, visiblement furieuse. Ses paroles l’atteignirent comme une pierre en pleine figure. Elle n’avait jamais fait son… La culpabilité lui laissa un goût amer dans le fond de sa gorge. Elle n’avait, certes, pas initié le baiser, mais elle l’avait prolongé. Elle avait donc une part de responsabilité dans l’histoire. « Bougez-vous ! Je suis préfète en chef ! » Charlie était prête à leur faire manger son insigne s’il le fallait.

Elle attrapa Aylen par le bras sans ménagement, la forçant à reculer, non sans lâcher un regard noir à la préfère gryffondor. «Va falloir qu’on parle Molly. » Son ton était cassant et plus que furieux. Elle ne lui ferait pas de cadeaux, il n’y avait pas de doute là-dessus.


code by ORICYA.

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mar 24 Mai - 22:49


Action...Réaction...


“Je définirais un professeur un homme qui pense mieux devant les autres, avec les autres et pour les autres, que seul et pour lui seul.”

La veille avait été une journée étrange. Plein d'adolescents avec les hormones en ébullition. Trop en ébullition. Et certains collègues aussi.

« Je suis presque certain que quelqu'un a mis de l'Armotensia dans une boisson que les élèves et certains d'entre nous ont bu. Reste à savoir quelle boisson... » commença le professeur de potion alors que les professeurs s'étaient réunis de bon matin dans la salle des professeurs.

« Du jus de citrouille ? » tenta Adriel, faisant ainsi retourner ses collègues vers lui.

« Comment peux-tu en être sûr ? »

« Eh bien je n'en suis pas certain mais c'est la boisson la plus bue au déjeuner. Sauf que je trouve ça écœurant et comme par hasard j'ai échappé à cette mauvaise blague. »

Et encore bien. Il s'imaginait déjà draguer Noham toute la journée. Ou quelqu'un d'autre. Mais Noham fut sa première pensée. C'était gênant. De toute façon il n'aimerait jamais plus personne.

« En attendant, on ouvre les yeux et on réfléchit à une retenue constructive pour ces chenapans. »

Les autres professeurs hochèrent globalement la tête tandis qu'Adriel soupçonnait d'ors et déjà Félix. C'était sa dernière année après tout, il cherchait sans doute un coup d'éclat. Et connaissant son humour particulier, c'était tout à fait le genre de coup qu'il pourrait faire. En attendant, cela allait être l'heure du déjeuner.

Le professeur Morrison était donc calmement attablé avec ses collègues, occupé à parcourir les visages des élèves tout en mangeant une tartine de confiture lorsqu'une jeune poufsouffle débarqua comme une furie dans la grande salle. Tiens tiens. Intéressant. Échangeant des regards entendus, les professeurs restèrent un moment à observer la scène.

« Des idées de retenues pour nos deux Weasley ? », demanda Adriel tout en croquant sa tartine avec appétit. « Qu'est-ce qui pourrait être drôle ? ».

Laissant ses collègues faire leurs propositions, le 'pas si jeune que ça' professeur continua son déjeuner, prêt à intervenir au moment le plus opportun. En attendant, il trouvait cela divertissant. Seulement, il ressentit un terrible malaise quelques secondes plus tard lorsqu'une jeune serpentard intervint.  Il ne pouvait s'empêcher de se mettre à sa place. C'était chaud ça. La mauvaise blague était finie. On ne jouait pas avec les secrets et les sentiments des autres jamais.

« Bon, j'vais m'en charger... »

Se levant de table, Adriel traversa l'allée principale et posa une main sur l'épaule de la jeune Nott.

« Bien parlé mademoiselle Nott. Ne vous en faites pas, elles n'auront d'autre choix d'assumer. En attendant si vous avez besoin de parler n'oubliez pas que vous n'êtes pas seule. »

Se retournant vers les deux Weasley, Adriel ouvrit la bouche quand une autre furie débarqua dans la grande salle. Charlie. La préfète en chef. Elle avait l'air tellement en colère que le professeur eut un instant peur qu'elle leur lance un maléfice. Mais ce ne fut pas le cas.

« Bonjour mademoiselle Williams. Si vous voulez bien, je vous emprunterais la très chère préfète des Gryffondor après votre discussion. Essayez donc de me la rendre en état car elle aura besoin de toutes ses facultés motrice pour la...ou les... retenue(s) que nous lui réservons. »

Regardant à tour de rôle Dominique et Molly, Adriel eut un regard glacial presque effrayant avant de reprendre d'une voix doucereuse.

« Je peux d'ors et déjà de vous annoncer que vous êtes en retenue ce week-end. Vous recevrez plus d'informations ce soir. Quant à vous Molly, vous devriez avoir honte de donner un tel exemple avec une telle responsabilité. Sachez donc que si vous avez tant de mal à vous comporter en préfète, l'insigne peut très bien se retrouver sur l'uniforme d'une élève plus sérieuse. »

Sur ces mots, Adriel croisa les bras, attendant une quelconque réaction de la part des coupables. Finalement, cela avait été facile de les trouver même si le professeur ne s'attendait pas du tout à ça.
- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mer 25 Mai - 22:02
Pour une explosion, c'était une explosion. Alors que Dominique avait tant bien que mal tenté de contrôler le son de sa voix pour ne pas se faire repérer des professeurs en parlant ouvertement de leur méfait (qui ne résultait pas entièrement d'elles d'ailleurs, détail ô combien important), Molly, qui semblait déjà torturée par le remords et devait s'être bien attendue à cette avalanche de reproches de sa cousine, réagit en poussant des cris qui firent tourner la tête à une bonne partie des étudiants dans la salle. Malgré sa colère, toujours aussi vive, Domi comprit immédiatement le danger qu'il y avait à laisser Molly parler ainsi. Des élèves ou pire, des professeurs pouvaient déjà s'être doutés de ce qu'il s'était passé et inférer la vérité de ce qu'elle venait de dire. Elle parla en même temps qu'elle en conservant un volume sonore moyen, pour l'inciter à faire de même :

Molly ! Mollyyyy ! Tais-toi ! Tais-toi, nom de Merlin ! siffla-t-elle entre ses dents, ses yeux jetant des éclairs.

Trop tard. Mais cela, elles ne pouvaient encore le savoir. Des paires d'yeux un peu trop perspicaces s'étaient posées sur elles, des esprits vindicatifs méditaient leur vengeance et des professeurs pensaient déjà punition. Quand sa cousine eût enfin recouvert la raison, elle se mit à lui chuchoter des excuses mais il en fallait bien davantage pour apaiser une âme colérique comme celle de Domi. Celle-ci croisa les bras, nullement décidée à cesser de "croire que le monde tournait autour d'elle", comme l'avait crié Molly.


— En ce qui me concerne, c'est autant de ta faute que celle de Peeves, chuchota-t-elle furieusement. Et m'avoir insultée, ce n'est même pas le plus grave — mais ne te méprends pas, ça reste très grave, extrêmement grave, seulement je te parle de MON MEILLEUR AMI dans un LIT à l'INFIRMERIE toute la journée et toute la nuit à cause de tes bêtises et tu pleurniches sur ton histoire avec Aymeric, mais bon Merlin, comme si c'était le plus grave ! Tu t'en fiches, c'est ça ? Et ton insigne de préfète, tu l'as trouvé dans un paquet de Bertie Crochue ? Tu as des responsabilités et tu as préféré laisser cette brute d'Oliver le bat...

Mais à cet instant, Domi fut interrompue par une douche. Froide. Mais pas d'eau. L'odeur qui monta à ses narines, la couleur orangée du liquide qui imprégnait sa robe la renseignèrent vite : du jus de citrouille. Une voix, froide comme un glas, leur balança : "c'était vous".

Elles étaient grillées. Enfin, étrange ironie de dire ça vu qu'elles avaient moins chaud que froid, là tout de suite, en raison de la fraîcheur du breuvage dont elles étaient recouvertes. Bouche bée, les yeux écarquillés, en état de choc, Domi ne put qu'écouter jusqu'au bout la tirade haineuse de cette horrible Aylen Nott. Elle raconta quelque chose à propos de son coming-out, les insulta, mais avant que Domi n'ait pu rassembler toute sa dignité pour braver la multitude de regards qui les épiaient et répliquer, un professeur, Morrison, contre lequel elle n'avait rien eu jusqu'à ce jour funeste, posa une main sur l'épaule de Nott et osa l'approuver. Cette fois, Domi explosa à nouveau, au comble de la fureur :


— "Bien parlé" ? "BIEN PARLÉ" ? Et vous vous prétendez prof ? C'est comme ça que vous faites respecter les règles à Poudlard ? Vous osez nous condamner sans la moindre preuve ? Vous... vous...

Domi prit à peine conscience que Charlie Williams, une préfète-en-chef, déboulait à cet instant. Ce fut seulement lorsque cette dernière apostropha Molly qu'elle se retourna pour la foudroyer du regard à son tour : elle avait beau rester en colère contre sa cousine, elle ne l'abandonnerait pas à une meute de chiens enragés prêts à se défouler sur elles deux. Si quelqu'un avait le droit de l'incendier, c'était elle ! Mais avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit, Morrison se chargea de la faire taire et les toisa d'un air effrayant. Domi lui renvoya un regard de mort. Elle était tellement en rogne que ses lèvres pincées tremblaient de manière incontrôlable, ses poings toujours serrés sans qu'elle s'en rende compte. Elle l'écouta sans rien dire, un rictus de rage tordant peu à peu ses superbes traits jusqu'à ce que sa riposte jaillisse :

— Vous n'avez AUCUNE preuve ! Je ne sais MÊME PAS de quoi vous nous accusez ! Et vous êtes bien placé pour parler de sérieux, vous ! Cette fille nous a renversé du jus de citrouille sur nos uniformes et injuriées, vous vous en fichez ? Ou vous l'épargnez parce que c'est votre ancienne collègue ? C'est sûrement ça. Bonjour la partialité ! Vous pouvez bien nous donner toutes les retenues que vous voulez, je vais en parler à mon directeur de maison et—

À cet instant, Domi fut interrompue dans sa magnifique défense peut-être un chouïa teintée de mauvaise foi — bien sûr qu'elle savait ce dont Morrison les accusait, comme tout le monde, mais après tout il n'en avait pas la preuve — par Peeves qui faisait irruption dans la Grande Salle au pire moment, s'il y avait un pire moment, parce que peu importe à quel moment il aurait fait son annonce, franchement, Domi et Molly auraient été mal barrées de toute façon.

Il beugla dans un dictaphone enchanté : « Bonjoooooooooooour Poudlard ! Quel plaisir de vous voir en si bonne forme ! Et pour les glorieuses aventures d'hier, mesdames, mesdemoiselles, messieurs, vous pouvez chaleureusement remercier... ces chères Mollarve et Dominusque Weasmoches !!! ». Quelques Bombabouses, un éclat de rire railleur, et Peeves avait disparu, laissant les deux filles dans leur malaise. Vexée comme un pou, humiliée, furieuse et embarrassée, Domi s'empressa de jeter au visage du professeur — mais d'un ton sur la défensive qui ne pouvait que la trahir, un brin moins fier et éclatant qu'il y avait une minute :


— OK, ça n'est PAS une preuve ! Ça ne compte pas ! Peeves ment tout le temps — bon, OK, j'avoue ! céda-t-elle rapidement, comprenant que ça ne les mènerait à rien de mentir. J'avoue que Molly et moi y sommes partiellement pour quelque chose ! On a bien préparé un philtre d'amour mais on n'a jamais eu l'intention de s'en servir, Peeves nous l'a volé sous notre nez, on n'avait aucune idée de ce qu'il comptait en faire ! La preuve, c'est qu'on en a bu nous-mêmes ! Absolan et cette andouille d'Oliver Prescott peuvent vous le confirmer ! Et quant à toi, Nott, je te signale que je me fiche de ton coming-out, je n'avais aucune idée du genre que tu préférais jusqu'à maintenant et tous ceux qui te jugent pour ça sont encore plus stupides que toi, alors la prochaine fois que je te croise—

Domi s'arrêta là, consciente que le moment n'était pas bien choisi pour des menaces. Mais le menaçant professeur n'en avait pas fini avec elles. Et sans doute que d'autres personnes lésées avaient leur mot à dire dans cette salle...
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Mer 25 Mai - 23:22


Règlement de Comptes
dans 3 - 2 - 1


Aylen n'était pas quelqu'un de nature particulièrement sanguine. Calme, silencieuse, froide... voilà des mots qui la qualifiaient dans la vie de tous les jours. Mais clairement elle n'était pas de ceux qui se laissaient aller à leurs pulsions. C'est sans doute pour ça qu'elle se calma rapidement lorsque quelqu'un vint intervenir.
De toute façon, elle n'avait pas grand chose d'autre à ajouter.
Oh, elle avait bien d'autres choses à dire, pour être honnête, mais ça pouvait attendre un autre jour et elle aurait certainement une façon plus sournoise de le faire que la confrontation directe.Ce n'était pas son modus operandi favoris.
Elle s'écarta lorsque le professeur arriva, retenant une moue de dégoût à son contact. Elle ne supportait pas quand des gens croyaient avoir le droit de la toucher comme ça sans son autorisation. D'autant plus lorsqu'il s'agissait d'un homme. Elle se contenta de serrer la mâchoire et de se laisser entraîner un peu en retrait par Charlie.

Elle écouta à peine ce que le professeur dit aux deux coupables et se contenta de les foudroyer du regard, refusant de quitter la scène pour le moment malgré la tentative de Charlie. Elle voulait des excuses. Elle voulait que les filles se rendent compte de la stupidité de ce qu'elles avaient fait – même si Aylen pourrait découvrir que leur culpabilité n'était pas entière par la suite.
Elle fronça les sourcils lorsque Dominique suggéra qu'Adriel faisait du favoritisme.
Sérieusement ?
Elle croyait quoi ?
Qu'elle avait un passe club professeur inscrit sur son front à cause de son ancien statut ? Bah voyons. Si c'était le cas elle aurait eu le droit de simplement mener ses recherches dans son coin et n'assisterait même pas aux cours. En attendant, Dominique continuait de se défendre avant d'être interrompue par l'arrivée de Peeves.

En un instant, il confirma les soupçons et les accusations qui étaient en train d'être portées. Mais de nouveau Dominique tenta de se défendre. Évidemment. Parce que Peeves était connu pour ses mensonges et calomnies.
Une des raisons pour lesquelles ce qu'il disait était souvent cru était qu'il y avait toujours un fond de vérité dans ses paroles. Alors autant dire qu'elles étaient dans le pétrin. Le partiellement fit tiquer Aylen mais ce fut vite balayé lorsque la jauneet noir admis avoir préparé le philtre à l'origine. Dans quel monde avaient-elles besoin de fabriquer un philtre en dehors des cours ? Elles ne comptaient pas l'utiliser ?
Bah voyons.
A d'autres.
Mais encore, elle aurait pu laisser passer ça, honnêtement, même si la colère en elle n'était pas vraiment redescendu. Qu'on l'accuse de profiter de favoritisme, qu'on la prenne pour une idiote à dire qu'on ne compte pas se servir du philtre, pourquoi pas, ce n'était pas son problème, c'était celui des professeurs.
Mais là... Son sang ne ft qu'un tour.

Elle s'en foutait ? Vraiment ?
Elle ne se rendait pas compte.
D'un geste précipité – et pas vraiment calculé – elle se rapprocha de Dominique en se dégageant de la prise de Charlie, détendit son bras gauche et cueillit sa mâchoire du poing. Elle ignora la douleur qui se propagea dans les os de sa main alors qu'elle levait la voix pour être certaine de se faire entendre et de ne pas être interrompue.

« T'en as rien à foutre ?! Vraiment ?! Alors c'est toi qui vas recevoir les lettres de menace de ton père ? C'est toi qui va risquer de te faire foutre à la porte ? Tu dis que je suis stupide mais un Troll a un QI plus élevé que le tiens ! » Elle l'attrapa pas le col et la repoussa contre la table avec violence, profitant du moment de choc que son éclat de violence avait provoqué. « Tu veux une raison plus valable pour pas faire de putain de philtre d'amour sans supervision ? Le consentement ! Tu aurais fait quoi si quelqu'un avait couché avec une autre personne – disons-le clairement si quelqu'un s'était fait violer – à cause de ton incompétence congénitale ? Hein ?! Tu aurais justifié ça comment ? Par un 'je m'en fiche les gens sont stupides' ? » Elle se recula d'un pas et rajusta sa cape de sorcière, son regard glacial posé sur Dominique. « Tu me dégoûtes. »


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Jeu 26 Mai - 11:07

règlement de comptes
Le débat est un échange de connaissances, la dispute, un échange d'émotions.


La Grande avait été plutôt calme, jusqu'à ce que ses cousines nuancent le calme ambiant. James Potter était attablé avec les Gryffondor, avalant quelques toats en ruminant à propos de la prochaine évaluation d'histoire de la magie. Le chapitre était ennuyeux, la voix du professeur était soporifique. Ce cours était une vraie plaie et il n'était absolument pas motivé pour réviser les quelques dizaines de dates qu'il leur donnait dans chaque chapitre. Il n'avait pas la mémoire des chiffres, ce qui était un vrai problème pour ce genre de matière. Trop théorique. Trop pénible.

C'est lorsque sa cousine Molly haussa définitivement le ton que James cessa de discuter avec ses amis, comme la plupart des personnes présentes dans la Grande Salle. En tout cas, celles qui étaient les plus proches des deux jeunes femmes qui se trouvaient tout à côté de la table des griffons. Le jeune Potter avait eu la chance de ne pas être la victime de ce fameux philtre d'amour, mais avit vite compris qu'il s'était passé quelque chose d'étrange la veille. Les gens étaient trop... pas naturels. Quand cela se fut confirmé, il se félicita de ne pas être un grand fanatique du jus de citrouille. Il préférait l'eau et les nectars, ce qui lui avait sauvé la mise pour cette fois. De qui serait-il tombé amoureux, sinon ?

Il essaya de ne pas faire davantage attention, jetant un regard noir à l'une de ses camarades qui regardait avec un peu trop d'insistance les membres de sa famille. « Tu pourrais être un peu plus discrète. » lui intima-t-il. De toute façon, même en parlant normalement il aurait toujours été au-dessous du volume de ses cousines. Il savait que Dominique pouvait monter dans les tours facilement, mais ne l'avait jamais vue aussi énervée en dehors des discussions concernant le Quidditch. Ceci dit, cela le surprenait davantage que Molly ait autant de coffre, elle qui était si discrète, d'habitude. « Elles, elles ne le sont pas. » lui répliqua son amie avec un sourire taquin. James soupira, mais la suite le surprit encore plus. L'ancienne professeur Nott s'approcha du duo avec des carafes, et avant que James eut le temps de prévenir ses cousines – puisqu'elles étaient trop occupées à se disputer -, elles se retrouvèrent trempées de jus de citrouille.

La tension se fit de plus en plus palpable, et Nott déchaîna une rage venue d'il-ne-savait-où sur ses deux cousines. Visiblement, leur philtre d'amour avait fait pas mal de dégâts d'un point de vue relationnel à Poudlard la veille. Par la suite, un professeur intervint également, prenant visiblement le parti de la Serpentard. Ses cousines ne furent pas les seules à s'en étonner. Pourquoi un professeur prenait-il parti pour une élève ainsi ? Après tout c'était elle qui les avait agressée à l'instant, non ? Et même si elles avaient fais une erreur, n'était-il pas mieux placé en tant qu'adulte pour raisonner avec plus de maturité ? Il fut déçu de constater qu'il s'agissait du professeur Morisson, qu'il appréciait beaucoup.

Tout dérapa ensuite, suite à la dernière tirade de Dominique à propos d'un coming out. Nott l'agressa physiquement, pour de vrai. James crut voir la scène au ralentit, et la vit frapper sa cousine. Grossière erreur. « Eh ! Eh ! » s'écria-t-il en se levant de la table des Gryffondor. Son amie lui dit quelque chose, mais il ne l'écoutait pas. S'en prendre à sa famille, même si ils étaient en tort, c'était la pire erreur que quelqu'un puisse faire. Mais le mal était fait, malheureusement. Elle avait déjà repoussé sa cousine sur la table, et lorsque le jeune Potter parvint à leur hauteur, il la bouscula brutalement pour rejoindre Dominique. Ses mains tremblaient, tandis qu'il l'aidait à se relever. Il lança un regard noir à la Serpentard, sans rien trouver à dire sur le moment, tant il en avait à dire. Puis, il jeta son dévolu sur le professeur qui était resté planté là, à regarder. « Et vous, vous ne dites rien ? Vous ne faites rien ? Vous dites à Molly qu'elle devrait avoir honte, mais qu'en est-il de vous ? Est-ce qu'on vous paie à regarder les élèves se faire frapper ? » C'était à son tour de crier, désormais. Il était ému, particulièrement déçu, mais n'en montra rien. Il n'y avait qu'une rage franchement perceptible dans son attitude, qu'il avait tourné vers son professeur de Soins aux Créatures Magiques. Il l'avait imaginé autrement jusque là. Il l'avait vu comme quelqu'un de responsable, qui se souciait un minimum de l'intégrité d'autrui au moins en tant que professeur. «  Et toi Nott, tu te plains d'avoir été humiliée, mais qu'est-ce que tu es en train de faire maintenant ? Tu t'enfonces sale vipère ! Tu ferais mieux de dégager d'ici avant d'être définitivement ridicule et pathétique. Garde tes discours de martyr pour la psychomage. » Jamais il n'était aussi violent dans ses paroles. Jamais il ne se montrait insultant. Mais là c'était la goutte de trop. L'adolescent jeta un regard furieux en direction de McGonagall. Et que fait-elle elle aussi, à rester assise sur son trône ? Il en voulait au monde entier, incapable de contrôler les émotions qui le parcouraient.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Jeu 26 Mai - 12:24
Sans le vouloir, molly s'était tout bonnement emportée par ses propres émotions, mélangeant colère et culpabilité. Pour preuve, la préfète des gryffondor venait de crier sur sa cousine Dominique alors qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant. Le ton était très vite monté et elle avait eu beaucoup de mal à se calmer. Tellement que Dominique dû lui dire de baisser le ton. Molly n'avait pas percuté sur le coup qu'il était dangereux pour elle et sa cousine de crier ainsi dans la grande salle. En effet, certains élèves et ou professeur auraient pu très rapidement faire le rapprochement entre elles et le philtre d'amour. Mais il était trop tard, car toute l'attention était à présent tournée vers elle et vers sa cousine Dominique. C'est pour cette raison qu'elle avait très vite baissé le son. C'est donc en chuchotant que Molly marmonna ses excuses  auprès de Dominique. Cette dernière y répliqua aussitôt, mais elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'une certaine Verte et Argent leur balança deux carafes de jus de citrouille tout en les accusant sans preuve la moindre preuve de ce qu'il s'était passé la veille.

Molly se retourna automatiquement et jeta un regard noir à la Serpentard qui n'était autre que son ancienne professeur de métamorphose redevenue adolescente. Elle lui jeta rapidement un regard noir, Molly voyait rouge très rouge. Elle voulait se venger et tout de suite, mais alors qu'elle s'apprêtait à parler elle fut interrompue par ladite Serpentard qui semblait bien plus en colère qu'elle. Elle était bien obligée de l'écouter jusqu'au bout. Lorsqu'elle eut terminé, Molly s'apprêtait de nouveau à parler, mais elle n'eut de nouveau pas le temps puisqu'un professeur arriva sur la scène de crime. Celui-ci à son grand désarroi, donnait raison à Nott. Molly fulminait intérieurement et dire que les professeurs étaient censés être impartial et ne jamais prendre parti. Elle s'apprêtait à lui en faire de nouveau la réflexion mais elle fut devancée (encore) par sa cousine. Décidément, jamais elle ne pourrait en placer une, mais d'un autre, Molly était ravie que sa cousine prennes leurs défenses. Elle s'apprêtait de nouveau à en placer une, mais elle fut de nouveau devancée. Bon, jamais elle ne pourrait en placer une purée, s'il fallait qu'elle hurle pour se faire entendre c'est ce qu'elle allait faire, mais la préfète-en-chef déboula à cet instant. Poudlard s'était passé le mot ma parole ou quoi ? Tout le monde était contre elle aujourd'hui, d'abord Dominique, Nott et ensuite Williams et pour couronner le tout, le professeur. Ce n'était pas sa journée, mais alors pas du tout, elle aurait mieux fait de rester dans son dortoir aujourd'hui, mais maintenant il était trop tard pour reculer. Il fallait qu'elle assume ses actes et c'était ce qu'elle allait faire. La menace était bien présente, non seulement elle était sûre qu'elle finirait en colle, mais elle avait peur de se faire renvoyer. Alors qu'elle s'apprêtait à tout avouer, Dominique la devança non pas pour avouer comme elle s’apprêtait à le faire il y a quelques instants mais pour tout nier, une nouvelle fois. Elle n'eut pas le temps de terminé qu'elle fut interrompue par l'esprit frappeur de Poudlard. La merde allait pouvoir commencer et Molly le savait très bien, Dominique aussi semblait s'en douter vu la tête qu'elle faisait à cet instant précis. La Rouge et Or se sentait de plus en plus mal surtout après la révélation de Peeves, elle voulait tout avouer, c'est pour cette raison qu'elle regarda sa cousine du coin de l'oeil. Cette dernière semblait avoir remarqué le regard de la Préfète et elle avoua tout.

Molly semblait soulager suite aux révélations de sa cousine et elle s'excusa elle aussi tout en appuyant sur le fait qu'elle n'aurait jamais utilisé le philtre :

« On est désolée, à la base il n'aurait pas dû être utilisé, mais Peeves nous l'a volé sous nos yeux. On se savait pas ce qu'il allait en faire. » finit-elle par dire sincèrement.

Mais les excuses de la Préfète et de la jaune et noir ne suffirent point. En effet, pris d'un élan de colère, Aylen frappa Dominique et ce sous ses yeux et les yeux d'un professeur et des autres élèves. Sans oublier qu'elle ne s'en arrêta pas là bien au contraire. Elle l'attrapa par le col et la repoussa rapidement contre la table avec violence tout en se justifiant. Molly n'en supporta pas d'avantage et s'interposa rapidement entre Dominique et Nott tout en répliquant :

« Mais t'es complètement folle. Va te faire soigner sérieusement Nott. C'est pas une raison pour t'en prendre à Dominique» fit-elle tout en regardant la Serpentard d'un mauvais œil.  Molly s'apprêtait à répliquer contre la Serpentard, mais elle fut devancée par James. Il aida rapidement Dominique à se relever et agressa le professeur, qui ne disait et ne faisait absolument rien pour arranger les choses. Molly ne pouvait qu’approuver ses paroles. Elle attendit donc qu'il eut terminé pour en rajouter une couche :

« James a raison professeur. Et n'allez pas nous dire qu'elle ne mérite pas de punition pour avoir fait ça. Je veux bien être punie pour ce que j'ai fait, mais je n'accepterai pas que cette sorcière ne le soit pas pour ce qu'elle a osé faire à Dominique. Elle aurait pu sincèrement la blesser. »

Molly tenait à présent la main de sa cousine et espérait que cette dernière n'est rien. Tout en étant très inquiète, elle n'écouta pas les paroles de James, préférant s'occuper de sa cousine : « ça va Dominique ? Tu n'as rien ? Tu veux aller à l'infirmerie ? » fit-elle d'une voix particulièrement douce. Molly était toujours en colère certes, mais plus contre elle. Elle en voulait à présent à Nott et à leur professeur d'avoir laissé ceci se produire. Elle savait certes qu'une punition l'attendrait, mais elle ne laisserait pas les actes de Nott sans conséquence.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Sam 28 Mai - 10:58

Règlement de compte!

Charlie & les autres


Je vais vous faire boire du jus de citrouille jusqu'à votre mort!
Charlie perdait tout contrôle de la situation, plus personne ne l’écoutait désormais. Les murmures de conversations se faisaient plus intenses, plus excités, plus perturbateurs. La migraine la guettait alors qu’elle cherchait à garder la tête à la surface. Hélas, son cerveau refusait de coopérer, il ne savait plus à quoi penser, à quoi réfléchir. Les élèves ne faisaient plus attention à son statut supérieur au leur et la poussèrent pour être au premier rang.

Et puis, alors qu’elle pensait que rien de pire ne pouvait arriver en cet instant, Peeves fit son apparition et brisa tous les espoirs de la jeune fille. Mensonge. Supercherie, un cœur trompé qu’elle devait désormais porter. Dominique tenta de se justifier, mais ce fut un véritable échec aux yeux de la Serdaigle, qui ne voulait plus qu’une chose : Lui refaire la façade. Charlie n’avait jamais été violente auparavant, elle se jurait de ne pas l’être, d’échapper à cette facilité humaine qui pouvait briser des vies, mais l’instinct protecteur était plus fort que tout.

Sa prise se relâcha sur le bras d’Aylen et celle-ci en profita pour la fuir, échapper à cet aide gracieusement offert. Elle n’avait pas besoin d’elle. Une expression douloureuse emplâtra les traits de la brunette qui esquissa quelques pas en arrière avant que le poing de la rousse ne vienne dire bonjour à la Weasley. Charlie ne pouvait s’empêcher de dire que ce coup était mérité, que la famille Weasley avait dépassé les bornes et qu’elle méritait de se faire mater comme jamais. Hélas, il fallait aussi se souvenir qu’ils étaient nombreux, et que pour eux, ils ne seraient jamais coupables.

Les paroles d’Aylen l’atteignirent comme une flèche en plein cœur et sa respiration se bloqua dans sa poitrine, les larmes bataillant contre ses barrières pour venir inonder ses joues, mais elle les retint de justesse, serrant les poings pour ne pas craquer. Tout avait volé en éclats ce matin. Tout espoir lui avait été enlevé. Aylen n’avait jamais souhaité ce baiser, elle n’avait jamais souhaité ce soudain rapprochement. Tout ça, ce n’était que de la magie. Sa rage envers le monde des sorciers fut brusquement trop vive pour être contenue, et elle se força à reculer pour ne pas commettre de meurtres.

Elle n’était pas comme lui. Son père n’avait rien à voir avec elle. Jamais elle n’irait frapper ceux qui l’avaient déçue et brisée, elle se vengerait de façon verbale, calmement, pas comme ces bêtes de foire qui se donnaient en spectacle dans la Grande Salle. Charlie ne prenait plus le parti de personnes, ils étaient tous complètements stupides, des singes dans un Zoo. Elle voulait leur hurler de s’écouter, d’arrêter de gueuler de la sorte, ça n’arrangeait rien.

Et puis James fit son entrée, enfonçant le clou dans le cœur de la préfète en chef. Pourquoi s’en prenaient-ils tous à Aylen ? Elle n’avait rien fait, elle avait seulement subi la stupidité ! Tout le monde l’avait subi, qu’est-ce qu’on s’en foutait qu’elle avait frappé Dominique ? On ne pouvait pas contrôler son impulsivité devant tant de déception. Les sœurs Weasley étaient les seules responsables, mais voilà qu’on les défendait pour pointer du doigt les innocents.

C’en était trop. Charlie ne pouvait plus supporter cet échange absurde. Elle poussa violement un élève pour se frayer un chemin vers la sortie. On n’avait pas besoin d’elle, que cette dispute finissent en bain de sang, elle n’en avait rien à faire. C’était leur problème, elle avait essayé d’aider, on l’avait envoyé bouler. Charlie avait décidément besoin de changer d’air. Besoin de changer de monde quelques instants. La salle aux appareils moldus serait son refuge.


code by ORICYA.

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Jeu 2 Juin - 23:54


Action...Réaction...


“Je définirais un professeur un homme qui pense mieux devant les autres, avec les autres et pour les autres, que seul et pour lui seul.”

Adriel sentit les regards désabusés des élèves sur lui lorsqu'il prit la défense d'Aylen. Peu importait. Peut-être que ça avait été sa collègue et qu'il l'aurait auparavant laissé se défendre mais en attendant c'était une gamine de seize ans, qui ne se souvenait en rien de son passé. Une gamine paumée comme il y en avait encore entre ces murs. Et certains avaient joués avec elle. Il ne pouvait tolérer cela. Regard vrillant, le professeur Morrison soutint le regard de la jeune Dominique, un léger sourire sarcastique aux lèvres.

« Je... je ... ? Vous perdez les mots de vos inepties mademoiselle Weasley ? En tout cas moi je les fait respecter les règles. Pas comme vous qui passez votre temps à les enfreindre avec votre cousine qui est préfète, je vous le rappelle... »

La pique était sortie des lèvres d'Adriel un peu trop vite mais ce qui était dit était dit. Il n'avait pas aimé que la jeune Dominique tente de le rappeler à l'ordre. C'était un manque de respect qu'il ne supportait pas. Surtout comme cela devant tout le monde. En attendant les esprits s'échauffaient et voici déjà que d'autres élèves entraient en jeu. Légèrement débordé, le professeur tenta de garder la main, signalant à la préfète en chef de lui laisser sa camarade en état pour les retenues à venir. Une fois cela fait, il s'enquit d'informer les deux principales intéressées du sort qui leur serait réservé. A peine avait-il finit son discours que la jeune poufsouffle s'emporta à nouveau. Décidément, c'était toujours les coupables qui s'énervaient le plus. Ils brassaient l'air et l'embaumait de leur culpabilité. Elle parla un instant du jus de citrouille et le professeur haussa un instant les épaules. « Cela s'efface, pas comme le coming out forcé que vous lui avez fait subir ». Mais la jeune Weasley parlait en même temps que lui et elle continuait à rager. Finissant par éclater de rire à la fin de sa phrase, Adriel se mit à l'applaudir deux trois fois.

« Oh oui, j'ai la certitude que c'est une bonne idée. Si vous voulez, votre directeur de maison est là. Allez-y... Mais petit conseil : apprenez le respect d'ici là si vous ne voulez pas continuer de vous ridiculiser bêtement... »

C'est à cet instant que Peeves débarqua, dévoilant le pot aux roses. Evidemment... Deux élèves seules n'avaient pas pu faire ce coup... Cela était trop brillant. Au moins, leur culpabilité était évidente.  Et pourtant Dominique semblait encore oser prétendre le contraire. Elle jacassait encore, arrachant des soupirs au professeur qui se contenta d'un « Cinq points en moins pour ... » Mais il n'eut pas le temps de finir que la jeune Nott avait elle aussi exploser. Adriel quant à lui pataugeait littéralement.

« Mademoiselle Nott, du calme ! »

Mais c'était trop tard : elle avait déjà bondit au cou de la jeune Weasley. Décidément, elle n'était plus rien de ce qu'elle était adulte... En attendant Adriel se tirait les cheveux, ne sachant plus où donner de la tête. Soupirant de tout son cœur, Adriel secoua la tête...sentant le regard de certains collègues peser sur lui. Bon ok, les années d'expérience ça ne faisait pas tout dans la vie... En plus, le jeune Potter (l'aîné) venait de bondir pour aider sa cousine, sortant un rien Adriel de sa torpeur. Il commença à s'énerver contre lui avec une rage inouïe. Bras ballant, le professeur Morrison ne put que hausser les mains en signe d'incompréhension. Tout allait vraiment trop vite. En attendant, les mots du jeune gryffondor allaient quant à eux trop loin aussi. Se ressaisissant, Adriel voulut reprendre la parole mais il fut couper par Molly cette fois-ci. Tout ça commençait sévèrement à l'énerver. Tapant du pied au sol, son regard se figea avant de passer d'élève en élève. Regardant la jeune préfète en chef partir en rage, le professeur repris (enfin) la parole d'une voix sèche et froide.

« Bon vous TOUS. Vous allez m'écouter. De un. Faire un philtre d'amour c'est pas quelque chose de normal compris ? Il vous passe quoi dans la tête ? Vous êtes assez grandes pour savoir que c'est débile non ? » Peu importait les gros mots, cela devait sortir et cela sortirait. « Quant à vous monsieur Potter, vous pensez être parfait et ne pas avoir de langue de vipère ? En tout cas votre objectivité s'est fait la malle. Certes mademoiselle Nott à mal agi envers votre cousine mais pensez d'abord aux causes avant de réagir aux conséquences. En attendant cela fera cinq points en moins pour gryffondor pour votre impolitesse et votre manque de respect. Puis un petit rendez-vous chez le psychomage vous ferait du bien aussi pour remettre vos neurones en place. Si tant est qu'ils ne soient pas tous grillés. » C'était violent, méchant mais les élèves l'avaient mis hors de lui. Passant son regard à Dominique qui était juste à ses côtés, il continua sur sa lancée. « Vous... Pour votre manque de respect éhonté, cela fera déjà cinq points en moins pour Poufsouffle...Et sachez que le reste des punitions suivra après le conseil de classe. Et que si jamais l'envie vous reprend de parler aussi mal, je vous laverai la bouche au savon ! Et si cela vous empoisonne tant pis pour vous.»  Son regard passa ensuite sur Molly. « Madame la préfète, indigne préfète... Je peux déjà vous dire que votre impolitesse est une honte ! Vous êtes censée montrer l'exemple. Cinq points en moins pour gryffondor, et je peux vous promettre qu'il y en aura encore plus après le conseil de classe. Si vous tenez à votre insigne vous avez intérêt à vous ressaisir ! »  Puis il y avait Aylen. Il avait tellement envie de l'épargner. Mais c'était son rôle, son obligation... Sa voix s'apaisa et son regard se fit plus conciliant lorsqu'il repris la parole. « Quant à vous mademoiselle Nott, bien que je comprenne votre réaction je ne peux tolérer de tels actes de violence. Ce sera dix points en moins pour Serpentard. La prochaine fois, ignorez les imbéciles au lieu de leur faire le plaisir de réagir à leurs actes odieux. »

Il se tut, fusillant du regard quiconque osait commencer à protester. Une fois que le silence sembla revenir, il reprit d'une voix on ne peut plus glaciale. « Maintenant retournez à vos places. Et que le prochain ou la prochaine que j'attrape à torturer ses camarades de la sorte sache d'avance que je n'hésiterai pas à lui rendre la pareille. »

Tournant les talons, Adriel sortit de la grande salle en claquant la porte. Il avait besoin de sortir loin, dehors, loin de ces gamins sans respect et sans réflexion. Il était hors de lui.
- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Dim 5 Juin - 1:01
Dominique était plus furieuse que jamais. Non seulement elle était déjà bien remontée contre sa cousine à la base, non seulement elle venait de se faire renverser du jus de citrouille sur la tête et injurier par une fille qu'elle n'avait, en plus, jamais aimée, devant tous les élèves réunis pour le petit déjeuner, mais encore ce prof de pacotille osait approuver ouvertement Nott — sûrement parce que c'était son ancienne collègue, quel faux-jeton ! — et parler de les punir avant d'avoir la moindre preuve. Après tout, qu'elles fussent réellement coupables en la circonstance ne justifiait pas — à ses yeux — qu'un prof condamne sur des apparences, la moindre des choses aurait été qu'il leur demande des explications, leur permette de se défendre et qu'il inclue Nott dans ses allusions à des punitions — pas qu'il la félicite ! C'était son avis et elle était bien loin d'avoir la moitié du sang-froid, du recul, et accessoirement de la volonté nécessaires pour se remettre en question et admettre des nuances. Comme si ça ne suffisait pas, au lieu de se comporter en adulte et de réagir avec dignité, ce sale type se moqua d'elle ouvertement, qualifia son discours d'inepties et alla jusqu'à affirmer qu'elle et sa cousine enfreignaient les règles en permanence. Quoi ? Quoi ? Depuis quand elle et Molly enfreignaient les règles en permanence ? Depuis QUAND ? Il pensait que Molly avait trouvé son insigne dans une pochette-surprise ? Il trouvait courant qu'elle, Dominique, se retrouve en retenue ou fasse perdre des points à sa maison ? Il inventait tout bonnement ce qu'il voulait et qui pourrait donner du sens à sa conduite délirante. Quel taré !

Domi n'eut même pas le loisir de répondre. Il enchaîna directement sur la description de leurs futures retenues avec une mauvaise foi déconcertante quand il reprocha à Molly de manquer de sens des responsabilités. Et lui, alors ? Domi s'empressa de réagir vertement, c'était le moins qu'on puisse dire. Il y avait à présent tant de gaz dans l'air qu'il aurait probablement suffi de penser à une étincelle pour que la Grande Salle explose. Morrison ne trouva rien de mieux à dire que le jus de citrouille s'éliminait, contrairement au « coming-out forcé » qu'elles auraient fait subir à Nott. Pauvre chérie ! Elle venait de les humilier, de les insulter en public et le mec s'en foutait à cent pour cent, il se contentait de se moquer d'elle encore plus, comme s'il avait tout à fait oublié l'idée de calmer qui que ce fût. Il pouvait y compter, qu'elle en parlerait à son directeur de maison. C'était impossible qu'il fût d'accord avec une conduite aussi irresponsable de la part d'un prof. Comment quelqu'un pouvait-il prétendre enseigner le sens des responsabilités à des jeunes en se montrant aussi partial ?

C'est toujours beaucoup plus confortable de se trouver dans la peau du juge que du coupable.

À cet instant, Peeves débarqua et les dénonça toutes deux. Échauffée par la rage et l'humiliation, Domi commença à nier avant de faire marche arrière rapidement et de tout avouer en prenant soin de présenter les faits sous le meilleur angle possible. Molly l'appuya. Et c'est alors que tout bouscula.

Une douleur aiguë à la mâchoire. Le goût du sang dans la bouche. Abasourdie, Domi porta la main à sa lèvre qui saignait, les yeux fixés sur le visage déformé par la colère de Nott. Elle eut à peine le temps de comprendre ce qu'elle lui criait dessus que son ancienne prof la saisissait par le col et la plaquait contre une table. Lettres de menaces. Se faire flanquer dehors. Consentement. Et qu'est-ce qu'elle aurait fait si quelqu'un avait subi un viol...

La violence, la gravité des faits tels que Nott les présentait la laissèrent absolument sans voix, le sang battant douloureusement à ses tempes. Elle prit à peine conscience que James entrait dans la bataille et s'en prenait à ses bourreaux. Molly joignit ses protestations aux siennes et elle sentit sa main prendre la sienne, entendit sa voix gentille lui demander si ça allait et si elle voulait aller à l'infirmerie. Dominique restait bouche bée, haletante comme si elle avait couru le cent mètres, quelques gouttes de sang ruisselant sur son menton. Elle ne trouva rien à répondre, se redressa tant bien que mal, un peu tremblante, beaucoup plus meurtrie psychologiquement que physiquement. Dans le coin de son champ visuel, elle vit la préfète-en-chef de Serdaigle qui s'en allait comme une furie, comme sous le coup d'une douleur trop importante. Aucun mot ne put franchir les lèvres de Domi. Mais qu'est-ce qu'elle avait fait ? Qu'est-ce qu'elles avaient fait ?

Lorsqu'elle avait dit qu'elle se fichait de ce coming-out, elle pensait naïvement, en fille privilégiée issue d'une famille équilibrée et aimante, qu'il ne représentait qu'un inconfort mineur pour Nott. Une sorte de révélation désagréable en raison de la bêtise des gens, sans plus. Mais celle-ci venait de lui crier qu'elle risquait de se faire harceler et jeter dehors par son propre père. En plus, elle n'avait jamais pensé que des viols pouvaient être commis sous l'influence d'un simple petit philtre comme celui qu'elles avaient préparé. C'était un simple petit philtre des plus basiques dont l'effet ne durait qu'une journée. Rien de dangereux. Qui n'avait jamais eu envie de préparer un philtre d'amour ? C'était courant, non ? Non ?

Elle n'en savait plus rien.

Elle ne put qu'écouter Morrison pousser son coup de gueule — le mot était gentil. Il qualifia leur action de débile, leur retira des points à tous, accusa James d'avoir les neurones grillés et finit par les traiter d'imbéciles, tout en leur promettant des sanctions plus dures à venir, mais à cette seconde seuls la blessaient les mots, les accusations, les condamnations jointes d'Aylen, de Morrison et de sa propre conscience. Il leur ordonna de retourner à leurs places, ce à quoi elle ne pensa pas obtempérer un instant. Hébétée, étourdie par l'ascenseur émotionnel dans lequel elle semblait être montée et qui l'avait menée en quelques secondes de la colère la plus noire à une honte sans nom, elle essuya une larme sur sa joue maculée de jus de fruit et commença à se diriger vers les grandes portes — c'était vraiment la journée apparemment — sous les regards de tous, regards dont elle ne pouvait affronter un seul, même ceux des membres de sa famille.


— Laissez-moi tranquille... gémit-elle plutôt confusément à l'adresse de Molly, de James ou des deux qui continuaient à vouloir l'entourer de leur sollicitude.

La gorge pleine de sanglots, elle quitta la Grande Salle.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Jeu 16 Juin - 13:28
Molly était énervée, désemparée face au comportement de la Serpentard. Celle-ci venait de blesser sa cousine, en parlant de celle-ci elle resta complètement hébétée de ce qui venait de lui arriver. La Rouge et Or était tellement préoccupée par la santé de sa cousine, qu'elle en oublia complètement le professeur Morisson. En parlant de ce vieux bougre, il venait tout juste de se mettre en colère. Molly se retint sincèrement de lui en foutre une, non seulement il avait osé insulter son cousin, mais il s'en prenait aussi à Dominique. C'était elle la fautive et non ses cousins et cousines, alors qu'elle s'apprêtait à protester de nouveau, le professeur s'en prit à présent à elle. Molly fulminait intérieurement, elle était en colère, mais la Préfète réussie à se retenir, après tout, la menace avait été très claire : elle devait se ressaisir si elle voulait conserver son insigne de préfète.  Son attention revint aussitôt sur Dominique, elle écouta à peine le professeur enlever dix points à Serpentard. Le professeur partit aussitôt, laissant Dominique, Molly, James, Nott et Molly en plan. La Gryffondor redemanda aussitôt à sa cousine si elle allait bien.

En revanche, Molly ne se serait jamais attendue à la réaction de sa cousine. Tout en essuyant ses larmes, Dominique se releva tout en repoussant Molly et James. Elle demanda de les laisser tranquille et elle partit en larmes en dehors de la Grande Salle. Molly était encore plus gênée à présent, elle sentait les regards de plus en plus pesant des élèves, mais aussi de James et de Nott. Elle ne put en supporter elle aussi d'avantage et elle les laissa en plan couverte de honte et toujours à moitié trempée de jus de citrouille. En franchissant la porte de la Grande Salle, Molly soupira, elle se contempla à nouveau et elle décida de se rendre directement dans la salle commune des Gryffondor. Tant pis si elle sécherait les cours aujourd'hui, elle avait bien besoin de se reposer et surtout d'évacuer toute cette colère qu'elle éprouvait non seulement contre Nott mais aussi contre le professeur Morisson. Celui-ci venait clairement de baisser dans son estime, elle espérait que cela n'impacterait pas sur les cours de Soins aux créatures magiques.

Sur le chemin menant à la salle commune des Rouges et Ors, Molly pesta : « C'est un vieux fou, un vieux bougre ». Elle arriva rapidement à la salle commune et elle rentra. Elle se dirigea vers le dortoir sans adresser le moindre regard aux élèves présents dans la salle. À l'intérieure du dortoir, Molly prit un nouvel uniforme dans ses affaires et elle se rendit dans la salle de bain afin de reprendre une bonne douche, il fallait qu'elle fasse partir cette ignoble odeur de jus de citrouille qu'elle avait sur elle. Lorsqu'elle eut terminé, la rouquine s'installa dans son lit et elle ne bougea point.

HRP:
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Règlement de comptes [Molly]
» We are the champions ! - Ouvert à tous
» Les Gradins (Ouvert à tous les spectateurs)
» Les Poufsouffle font les fifous [Ouvert à tous]
» Banquet de début d'année - Ouvert à TOUS [Terminé]

Règlement de comptes dans 3... 2... 1... [ft. Molly + ouvert à tous]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: