Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

• la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Jeu 14 Avr - 22:38

la st-peeves.
L'avantage du philtre d'amour, c'est qu'il fait gagner du temps.


Un matin comme les autres à Poudlard, dans une ambiance parfaitement normale. Assis sur un des banc autour de la table des Serpentard, Absolan prenait son petit déjeuner en compagnie de quelques camarades, sans pour autant leur adresser la parole. Il n'était pas très bavard, le matin, préférant revenir petit à petit des brumes dans lesquelles le manque de sommeil le plongeait toujours. Il écoutait vaguement les conversation qui avaient lieu autour de lui, et la table des Gryffondor semblait bien plus bruyante que les autres... comme d'habitude.

« Du jus de citrouille, Absolan ? »

Le jeune homme hocha brièvement la tête, la voix trop aiguë des filles qui hurlaient de si bon matin à travers la Grande Salle lui faisait un mal fou aux tympans. Lorsque son camarade termina de lui servir le jus de citrouille dans son verre, il le remercia poliment avant de porter le verre à ses lèvres. Manger salé – car il détestait le sucre – lui avait donné envie de se désaltérer. Le goût du jus de citrouille lui faisait toujours du bien au papilles grâce à sa fraîcheur, et il but tout le contenu de son verre à longs traits.
Lorsqu'il reposa son verre, un infime vertige le déstabilisa. Redressant son regard au-delà de la table des Serpentard, il fut attiré par le bruit aigu et repérable d'un rire féminin. Presque d'un fou rire à en juger par le temps qu'il dura. Ses yeux d'un bleu-gris acier se fixèrent sur une silhouette qui lui faisait pour le moment dos. Il demeura fixé sur ce verso, observant les cheveux d'un roux splendide tomber en légère cascade dans le dos d'une adolescente qui arborait les couleurs du griffon. Il reconnut la voix, qu'il connaissait tout de même assez bien.
Molly Weasley.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Ven 15 Avr - 9:35

La St-Peeves


Dominique-Absolan et Oliver




-----------------------------------------------



Après avoir passé tout un Week-end avec Dominique à préparer un philtre d'amour, Molly était complètement déprimée. Et oui, alors qu'elles étaient en train de le préparer dans les toilettes des filles. Un certain esprit frappeur était venu tout gâcher et pour tout dire, même les menaces n'avaient pas suffi à l'éloigner. Sans oublier, que ce maudit fantôme avait piqué le chaudron remplit de Potion. Les deux jeunes filles avaient beau essayer de courir après lui pour essayer de le récupérer, mais elles avaient vite fini par abandonner sans savoir ce que Peeves en ferait.

Aujourd'hui, nous étions le fameux 14 février, jour de la Saint-Valentin. Dire qu'il y a seulement quelques jours, Molly aurait sûrement pu finir le philtre et s'en servir aujourd'hui sur le garçon qu'elle aimait. Mais elle dut changer ses plans à la dernière minute, de ce fait elle devoir aller avouer ses sentiments et ce sans avoir utilisé la moindre Potion d'amour. C'est donc une Molly quelque peu motivée qui se rendit au petit déjeuner dans la grande salle accompagnée de sa petite soeur Lucy.

De bon matin, celle-ci était remplie. Molly s'installa comme d'habitude à la table des Gryffondor et entreprit une discussion avec sa petite soeur. Lucy parlait de son petit ami, et Molly l'écoutait comme d'habitude, mais cette fois-ci elle n'était pas dans son état normal. Voyant que sa soeur n'allait pas très bien sa sœur lui demanda ce qu'elle avait :


-"Qu'est-ce qu'il y a Moumoute ?"

Rapidement la jolie Rousse lui répondit comme si de rien n'était, mais il est évident que sa sœur n'était pas totalement convaincue de sa réponse. Elle laissa tomber tout en sachant pertinemment que si Molly avait envie de parler, elle le ferait.

-"Je vais bien Lulu ne t'en fait pas pour moi, je suis contente pour toi. C'est tout"

Molly décida de faire quelques efforts, ainsi elle se mit à sourire et à bavarder avec son entourage de tout et de rien. Certains lui arrachèrent même un rire, rire qu'il était difficile d'ignorée et encore moins de ne pas entendre. Elle se servit du pain et de la confiture sans savoir qu'elle était en ce moment observée. Après avoir mangé quelques bouchées, la petite Gryffonne avait soif, raison pour laquelle son verre se remplit de jus de citrouille automatiquement comme chaque matin. Décidément, Molly appréciait beaucoup ces elfes de maisons, ils étaient merveilleux et toujours à l'écoute des élèves de l'école.

Sans vraiment savoir qu'il s'agissait de son propre philtre d'amour mélanger avec du jus de citrouille, la Rouge&Or en but une gorgée, puis une autre jusqu'à complètement finir le verre. Elle reposa le verre sur la table, aujourd'hui le jus de citrouille avait un goût très bizarre selon elle, mais elle n'en tint pas compte. Mais c'est ce qu'elle aurait dû faire, car peu de temps après, la Gryffondor venait d'avoir quelques nausées, sa vue s'embrouilla un peu pour redevenir nette quelques secondes plus tard. Que lui arrivait-il ? Molly était d'une humeur très joyeuse tout d'un coup, ses yeux bleus étaient brillants et étincelants. Il était difficile de la reconnaître en cet instant précis. étrangement soit-il, Molly se retourna en direction d'un certain Oliver Prescott. C'était officiel, elle avait flashé sur lui et en un seul regard et ce sans savoir pourquoi ce qui était vraiment bizarre surtout pour son entourage qui trouvait qu'elle agissait bizarrement depuis qu'elle avait bu ce jus de citrouille. La Gryffondor ne pouvait à présent plus le lâcher des yeux, comme si elle était complètement ensorcelée par son regard, en particulier ses beaux yeux marron qui étaient cachés par sa magnifique chevelure brune (Châtain ?). Il n'y avait qu'un mot pour le décrire aujourd'hui selon Molly, Oliver était décidément sexy et elle ne pouvait pas le nier. à ce moment, Molly était complètement attirée par lui, elle s'en foutait qu'il était son propre capitaine de Quidditch, qu'il avait deux ans de plus qu'elle. Elle allait lui parler et lui avouer ce qu'elle ressentait. Molly se leva donc de la table des Gryffondor par réflexe, elle se dirigea donc rapidement vers lui, mais arrivé à sa hauteur, rien ne sortit de sa bouche. Raison pour laquelle, elle se dirigea par la suite à l'extérieure de la grande salle dans le but de le coincer en sortant, peut-être que là elle pourrait donc lui avouer ce qu'elle ressentait et ce devant un "comité réduit".


.


HRP:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Sam 16 Avr - 22:29

La st-peeves~~
Absolan, Molly, Dominique, Oliver

 Avec toute l'énergie qu'il pouvait avoir, Oliver essayait tant bien que mal de se dire qu'aujourd'hui était un jour totalement comme les autres. Il faisait "genre", disant à qui voulait l'entendre qu'il avait "carrément oublié que c'était la Saint-Valentin aujourd'hui". En réalité, il éprouvait un petit pincement au coeur en pensant à Victoire, s'imaginant qu'il pourrait lui proposer de sortir ensemble, l'inviter à aller à Pré-au-Lard, et s'il avait pu, au cinéma comme tout bon Moldu.

 Les mains dans les poches de sa robe, celle-ci balayant légèrement la poussière du sol, il descendit les escaliers pour se rendre dans la Grande Salle, espérant que personne ne lui rappellerait encore que c'était la Saint-Valentin, et plaignant tout les Valentins du monde. Porter ce nom est une farce.

 Il s'installa à la table des Gryffondor, entouré de quelques amis. Alors qu'il se préparait une tartine de confiture, demandait à quelqu'un de lui passer les céréales et à un elf de maison de lui ramener un second verre pour pouvoir y mettre du lait, il réfléchissait à la possibilité d'aller à la rencontre de Victoire et de se jeter à l'eau. Quand il était prêt à se lever de table pour rejoindre celle des Poufsouffle où se trouvait la Weasley (mais laquelle uh ? A ce stade là, la moitié de Poudlard est "une Weasley"), une petite voix lui disait que tout ceci était ridicule et qu'il ne devrait absolument pas le faire.

 A ce moment là, Molly Weasley, la batteuse remplaçante de son équipe, vint la voir. Enfin, elle se planta juste devant lui, ouvrit la bouche, la referma et s'en alla. Très drôle de comportement, se dit-il. Il la soupçonnait d'avoir voulu lui déclarer quelconque flamme, mais espérait vraiment que ce n'était pas le cas.

 Maintenant qu'il avait tout ce dont il avait besoin pour commencer son petit-déjeuner, Oliver se servit un verre de lait (en plus du lait déjà dans son bol de céréales) et un verre de jus de citrouille. Après avoir mangé ses céréales et bu son lait d'une traite, le courage lui revint et avec quelques encouragements d'amis proches, se décida enfin d'aller voir Victoire.

 Dans un élan de courage et de confiance, il se leva, son verre de jus de citrouille à la main et le vida d'une traite. Il se dirigea alors vers la table des Poufsouffle, Victoire dans sa ligne de mire. Mais alors, Oliver se rendit compte de l'arrière goût du jus de citrouille ce matin. Il eu un moment de concentration, et cru deviné pendant un millième de seconde ce dont il s'agissait. Sa vue se troubla légèrement, et il fut dérouté.

  Il ne voulait plus aller voir Victoire finalement, mais sa soeur Dominique. Il trouvait cette décision étrange mais justifiée : Dominique et Victoire avaient toutes les deux du sang de Vélane, elles étaient toutes les deux magnifiques. Pourquoi cette décision soudaine, cependant ? Eh bien, Dominique était plus belle, plus jeune, plus drôle, plus intelligente... Plus jeune, Oliver! Mais on dit que l'amour n'a pas d'âge et que l'âge n'est qu'un chiffre, quelle importance ! Comment ne l'avait-il pas remarqué plus tôt ? Une chose était certaine, c'est avec elle qu'il voulait aller à Pré-au-Lard.

 Mais alors qu'il s'apprêtait à l'aborder, elle se leva de la table des Poufsouffle, sans lui jeter le moindre regard. Oliver fut trop décourager pour la suivre et après être resté planté là comme un crétin pendant quelques secondes, à suivre du regard Dominique, il retourna à sa place, apitoyé, condamné pour toujours à rêver de la fille de ses rêves. Mais il était décider à faire quelque chose, aujourd'hui!



©️ EKKINOX



Hors rp:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 18 Avr - 13:17
Ce mercredi matin-là, même la perspective d'un double cours de botanique à la première heure ne put atténuer l'excitation de Dominique. C'était la Saint-Valentin et c'était le jour de son rendez-vous avec le beau, le brillant, l'adorable, l'inénarrable Saul Blavatsky au sourire étincelant, aux manières suaves et à la discussion éblouissante. Ni le sinistre incident auquel il avait été mêlé avec l'une de ses copines, ni les mises en garde de sa cousine Molly n'avaient pu atténuer ses espérances et son impatience pour cette journée qui s'annonçait, sans le moindre doute, inoubliable. Dominique n'était pas vraiment amoureuse de Saul, ni même de qui que ce soit d'autre mais par contre, elle était pleine d'enthousiasme et très romantique. Depuis des années, elle rêvait au grand amour : un amour qui aurait pris les traits, selon ses propres critères, d'un beau garçon intelligent et riche, si possible. Matérialiste, la Domi ? Disons que si l'homme de sa vie pouvait être fortuné en plus de s'attirer ses faveurs, ça n'aurait certainement pas gâché le tableau à ses yeux ! Quant au Blavatsky, en plus de ses qualités naturelles, il dégageait cette prestance et montrait dans ses manières et son habillement cette classe qui dénotait le milieu social plus qu'aisé. En tout cas, Domi était encline à le croire. Dans la Grande Salle, au milieu de ses pairs Serpentard, Saul se démarquait de loin comme l'un des plus soignés, des mieux habillés, celui dont la voix se détachait de celles d'autres et qui se faisait écouter sans effort.

Toute heureuse, maudissant malgré tout la botanique dans un petit coin de sa tête, Domi alla s'asseoir à la table des Poufsouffle, non loin de Victoire qui était assise à côté de ses amies de sixième, et se mit à bavarder avec animation avec ses voisines, son rire fusant à intervalles réguliers tandis qu'elle commençait à déjeuner. Domi n'avait aucun problème avec la nourriture, sauf quand elle était trop grasse ou indigne de ses papilles au goût sûr. Elle veillait à manger aussi équilibré que possible : comme chaque matin, elle dédaigna donc tout ce qui s'apparentait aux viennoiseries pleines de graisses et autres cochonneries sans intérêt nutritionnel. Elle privilégia un bon bol de porridge aux pommes et à la cannelle, les fruits en général et les... jus de fruits. Tout en mangeant et parlant (mais jamais en même temps, ça aurait été dégoûtant), elle ne pouvait s'empêcher de rêver à son prince charmant et de tenter de le repérer d'où elle était. Hélas, la table des Poufsouffle étant très éloignée de celle des Serpentard, elle ne le voyait pas.

Elle prit donc une décision. Emportant son verre de jus de citrouille pour se donner une contenance, elle arrangea un peu ses beaux cheveux parfaitement coiffés, tira de-ci de-là sur son uniforme pour être parfaitement présentable et fit un tour du côté des Serpentard. D'ailleurs, elle venait d'avoir une brillante idée pour s'approcher d'eux sans donner l'impression de courir après Saul — elle était bien trop fière pour ça ! — : dire bonjour à Absolan. C'était son ami, n'est-ce pas ? Et il fallait vraiment qu'elle sache ce qu'il en était de sa Saint-Valentin à lui... Il aurait grand besoin de ses conseils, le pauvre. Elle repéra discrètement le Blavatsky du coin de l’œil sans s'attarder, se planta à côté d'Absolan alors qu'il semblait regarder ailleurs et ne l'avait pas remarquée, but son verre d'une traite pour s'en débarrasser... et prit conscience d'une chose : Absolan Lestrange était évidemment l'homme de sa vie. Elle l'aimait depuis tout ce temps. Comment avait-elle pu ne jamais le voir ? Comment, elle, la grande experte sentimentale, avait-elle pu ne jamais comprendre ? Domi avait oublié jusqu'au nom de Saul Blavatsky. Les yeux rivés sur ce demi-dieu magnifique à côté d'elle, elle laissa tomber son verre vide qui se brisa à terre avec fracas.


— Aaaaaaaaaaabsooooooooooooooooolaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! piailla-t-elle d'une voix si perçante que bon nombre de Serpentard sursautèrent.

Elle se jeta à son cou et l'embrassa avec fougue jusqu'à risquer de l'asphyxier. Ensuite, elle se mit à parler à toute allure :


— Je t'aiiiiiiiiiiiiiime à la foliiiiiiiiiiie ! Tu es tellement beaaauuuu et intelligeeeeent et merveeeiiiiilleuuuuux et magniiiiifiiiiiiique ! Je n'aime que toiiiiiiii ! Sors avec moi et allons nous balader dans le paaaaaarc ! Les fleurs embaument et le soleil brille ! Le monde est si beau, pour nous deux, Absolaaaaaan ! Il n'attend que nouuuuus !

HRP:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 18 Avr - 18:43

la st-peeves.
L'avantage du philtre d'amour, c'est qu'il fait gagner du temps.


Soudainement, elle bougea, et son univers bougea avec elle. Le Serpentard en était désormais certain, c'était Molly Weasley qui manquait à son épanouissement. Comment avait-il put ne pas s'en rendre compte plus tôt ? Il se donna une gifle mentale. Toutes les fois où elle était venue vers lui, pour essayer de le connaître, et lui qu'avait-il fait ? Il l'avait esquivée, presque rembarrée. Absolan eut une petite moue, un peu triste. La pauvre, elle devait l'aimer, c'était certain. Sinon, elle n'aurait jamais fait autant d'effort pour se rapprocher de lui. Il en était persuadé, aujourd'hui était l'occasion ou jamais de tout lui avouer, de lui expliquer à quel point elle faisait rayonner son quotidien. Mais il en était conscient maintenant, c'était également grâce à l'amour qu'elle lui portait, en secret, elle aussi.

Il se mit activement à préparer un plan dans son esprit, cherchant divers stratagèmes pour l'aborder comme il se devait. Ce n'était pas qu'il avait peur de sa réaction, loin de là, puisqu'elle l'aimait d'un amour fou et passionnel, elle aussi. Il le savait. Absolan réfléchissait seulement à la façon dont il allait lui dire les choses, pour rendre ce jour inoubliable pour lui comme pour elle. Eh oui, il était prit d'une folle envie de romantisme, de déclarations enflammée, de... Elle s'en va ?! Le jeune vert et argent se redressa sur son siège, la voyant partir de la salle. Hum, voilà qui venait contrecarrer ses plans. Il ne pourra plus avouer au grand jour et devant toutes ces personnages présentes que Molly Weasley était l'amour de sa vie. Un petit sourire niais naquit sur ses lèvres. Il était satisfait à l'idée que lui allait vivre sa vie avec la femme la plus extraordinaire qu'il soit, la plus belle et la plus brillante de toutes tandis que ses camarades vivront leur vie avec des personnes qui paraissaient tellement plus.. ternes, tout d'un coup. Il n'avait pas prêté attention à Dominique qui s'était pourtant assise juste à côté de lui, son verre de jus de citrouille à la main. Le jeune Lestrange était trop absorbé par ses pensées, loin d'être perturbées par le brouhaha naissant dans la salle. Il passa une main dans ses cheveux, essayant de les dompter un peu mieux, eux qui demeuraient toujours en désordre. Tant pis, il n'avait plus une minute à perdre. Il fallait qu'il la rattrape avant qu'elle ne parte trop loin.

Seulement voilà, au moment de se lever, il sentit une force s'opposer à son mouvement et un bruit désagréable vint interrompre le fil de ses pensées. Un bruit qui rappelait un peu celui qu'une souris à qui on aurait fait fait respirer de l'hélium. Il n'avait même pas eu le temps de voir le visage de son agresseuse qu'il sentait la proximité avec un corps. Quelque chose d'humide et de chaud s'abattit sur ses propres lèvres. La pression autour de son cou l'empêcha de se dépêtrer de l'étreinte fougueuse de la voleuse de baisers. Ceci dit, il fallait reconnaître que ce n'était pas des plus désagréables. De ce qu'il pouvait voir, cette fille avait les cheveux roux, les yeux bleus, la peau douce. Son odeur était agréable, bien qu'Absolan n'aurait pas sut la décrire. Pendant une fraction de seconde, il voulut se laisser tenter de lui rendre son baiser, mais il se souvint soudainement : Molly était sortie de la Grande Salle. Il le voulait ardemment, mais ce n'était pas elle qui était pendue à son cou et qui l'embrassait de la sorte. Et puis après tout, elle serait assurément plus douce, plus raffinée, encore plus belle... « Dominique ?! Tu fais quoi ? » Il était parvenu à se reculer un peu, assez pour distinguer le visage de son amie de Poufsouffle, et c'était enfin détaché de son étreinte de Boa Constrictor. Elle lui parla de quelque chose, mais avait déjà décroché de la conversation. Un silence s'en suivit des paroles de la rouquine, durant lequel Absolan l'observa d'un air perplexe. Il avait l'air bien moins renfermé, son visage était plus expressif que d'habitude – à croire qu'il suffisait d'un philtre d'amour pour le dévergonder -, et là il était contracté en une moue idiote. « Hein ? » laissa-t-il sortir, hébété. Il n'avait strictement rien compris de son baratin. Passant une nouvelle main dans ses cheveux, il sentit que Dominique avait complètement saccagé ses arrangements pour qu'il soit présentable devant l'amour de sa vie. « T'abuse, t'as ruiné ma coiffure ! Bon aller à plus hein ! » lança-t-il d'un air complètement blasé. Il passa ses mains dans ses cheveux et s'empressa de filer, oubliant même ses affaires de cours à la table occupée par les membres de Serpentard. Dans la Grande Salle, rare étaient ceux qui n'étaient pas piégés par le puissant philtre d'amour, et ce genre de petite scène se répétait un peu partout.

Il se mit à trottiner, espérant ne pas avoir loupé sa douce Molly. Il quitta la Grande Salle, la porte gigantesque qui en marquait la sortie demeurant ouverte durant le service du matin. L'adolescent la franchit et s'orienta dans plusieurs direction avant que son regard se retrouve la silhouette parfaite de son aimée. Attiré par son centre de gravité, il s'empressa de la rejoindre. Là où elle se tenait, la lumière était moins intense, presque tamisée. Il en avait de la chance. Au final, elle avait quitté le réfectoire parce qu'elle avait eu la même idée que lui. Il fallait rendre ce moment inoubliable ! « Salut Molly ! » Enfin, pas très remarquable comme entrée en matière. Il s'approcha. De plus près, elle était encore plus belle, plus qu'il n'avait sut le voir auparavant. « T'es vraiment belle, c'est fou non... ? Eh sinon, tu as bien choisis l'endroit, j'adore ce genre d'ambiance. Hum... Spéciale. Pour un jour spécial, pas vrai? » Il passa une de ses mains, froides, contre la peau brûlante de sa nuque, essayant de se détendre par ce geste. Quand on sait qu'on a trouvé l'amour de sa vie, ça rend toujours tout chose, non ? « Dis, je me demandais si tu voulais sortir avec moi. J'aurais dû te le demander avant, je sais mais.. Baaaaaah tu me connais non ? J'suis du genre à me faire désirer ahahah... » Il était temps qu'il se jette à l'eau, persuadé que sa performance était parfaite. « J'aurais déjà dû te le dire depuis longtemps, et je sais que pour toi c'est pareil alors voilà, maintenant je vais le dire.. Après tout le temps qu'on a passé ensemble, je me suis rendu compte que je.. » Mais elle partit en trombe, il la sentit seulement le frôler. C'était sûrement volontaire, pour qu'il la suive. Il se retourna, la voyant marcher rapidement vers il-ne-savait-quoi. Une myriade d'élèves sortaient de la Grande Salle, et elle s'était confondue parmi eux.

Elle voulait se faire désirer ? Très bien.
La partie de sa vie pouvait commencer.

HRP:
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 18 Avr - 19:58

La St-Peeves


Dominique-Absolan et Oliver




-----------------------------------------------



Molly ne savait pas ce qui lui arriver, lorsqu'elle s'était retrouvée face à Oliver, elle avait eu un léger pincement au cœur. Mais pourquoi donc ? Venait-elle de penser rapidement à un autre garçon qui lui faisait battre son petit cœur ? Elle ne savait pas ce qui s'était passée et elle ne le serait sûrement jamais. Elle ne pensait plus qu'a lui à présent, elle voulait lui avouer ses sentiments, mais elle n'y était pas arrivée y arriverait-elle ? Sachant que la dernière fois qu'elle avait dû dire « je t'aime » à quelqu'un sa cousine Dominique l'y avait poussée. À cet instant précis, elle se remémora ce précieux souvenir, cette fois-ci elle allait se lancer, mais pour cela il fallait que son prince charmant sorte de cette salle. Pendant ce temps, elle s'était calée dans un coin où la lumière était moins intense. Elle se retourna pleine d'espoir lorsqu'elle entendit la porte de la grande salle s'ouvrir, mais elle fut légèrement déçue en voyant qu'il ne s'agissait pas du bel et magnifique Oliver Prescott.

Ce n'est pas le magnifique Gryffon qui sortit, mais Absolan Lestrange qui étrangement se dirigeait vers elle. Que lui voulait-elle ? À moitié dans ses pensées, elle tenta cependant de l'écouter. Contre toute attente, celui-ci lui déclara sa flamme. Était-il seulement normal ou était-ce réellement ses véritables sentiments à l'égard de la Gryffondor. Molly ne savait que faire face à cette soudaine déclaration, jamais il ne lui avait autant parlé. D'habitude, c'est comme si la Rouge&Or parlait à un mur imprenable. Et là, il lui disait qu'elle était jolie, il parlait aussi d'un jour spécial ? Mais quel jour spécial, mis à part qu'il s'agissait de la saint valentin.  Molly fut des plus surprises à la requête suivante du Vert et Argent. Sortir avec lui vraiment ? Mais ce n'est pas avec lui qu'elle voulait sortir : c'était Oliver. Et comment pouvait-il dire qu'il était du genre à se faire désirer, Molly se retint et écouta la suite.

La porte de la grande salle s'ouvrit par la suite, ce qui eut pour effet de faire chavirer le cœur de Molly qui battait à présent à plus de cent à l'heure. L'homme qu'elle aimait aller enfin sortir et ce rien ne pourrait plus l'empêcher de lui déclarer son amour.  C'est donc de cette manière que Molly partit en direction de celui-ci tout en laissant en plan le pauvre Lestrange. Au fond  d'elle-même, Molly espérait qu'il ne lui en voudrait pas trop, mais elle devait à présent faire ce qu'elle devait faire : avouer ses sentiments à Oliver.  Ainsi elle se mit à réfléchir aux mots qu'elle allait lui dire tout en s'approchant de plus en plus de son âme sœur. Molly vit donc rapidement sortir de la salle Dominique sa cousine suivit d'Oliver qui semblait ne pas avoir le moral. Elle se mit donc en tête de lui remonter quelque peu :


« Salut, Oliver. Tu es très beau aujourd'hui et ce comme toujours. » lui sortit-elle à la figure tout en ayant oublié sa propre timidité. « ça te dirait d'aller à pré-au-lard avec moi cet après-midi, rien que tous les deux. Tu vois en fait, j’espérai que tu acceptes de sortir avec moi, tu vas me dire que nous avons deux ans d'écart, mais moi je m'en fous. Aller dit-oui s'il te plaît. »

Suite à ces derniers mots, Molly ne semblait plus contrôler ses mouvements, sans s'en rendre compte, Molly enlaça Oliver. Tout en espérant qu'il ne la rejetterait pas. Elle mit fin rapidement à son étreinte. Elle était à présent soulagée de lui avoir dit. Mais son petit coeur allait rapidement être brisé.

.


HRP:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Mar 19 Avr - 14:41

La st-peeves~~
Absolan, Molly, Dominique, Oliver

 Depuis sa table, la place de Caleb vide deux places plus loin sur sa droite, Oliver suivait du regard Dominique, qui semblait se rendre à la table des Serpentard. Oliver n'avait rien contre les Serpentard d'habitude, il ne pensait pas du mal d'eux, contrairement à certains de ses camarades. Mais là, tout de suite, il les maudissait tous pour avoir écarter Dominique de son chemin. Mais alors quand il la vit embrasser ce Lestrange, sa haine jusqu'alors inexistante pour ce Serpentard devint si grande qu'il se leva d'un coup, prêt à aller* lui casser la figure. A cet instant, il était vraiment chaud pour se bagarrer pour une si jolie fille que Dominique, pour l'amour de sa vie. Il ne pouvait pas la laisser filer comme cela.

 Mais alors qu'il se dirigeait vers le lieu du désastre, Lestrange s'enfuit comme un lâche tandis qu'il laisse la belle Poufsouffle en plan à la table des Serpentard. Oliver ne pouvait s'empêcher d'imaginer ces serpents s'enrouler autour d'elle et l'étouffer. Son instinct voulait donc la protéger. Il voulait d'autant plus la protéger quand ce mouvement de groupe qui venait de la table des serpents se développa sur une partie de la salle et bientôt un cinquième de chaque table quitta la salle. Dominique avec.

 Alors il se rendit compte que depuis tout à l'heure, il était immobile au milieu de la salle, lui qui pensait être juste à côté de Dominique, juste à côté d'Absolvant, prêt à lui refaire la carrosserie. Alors il se précipita pour quitta la salle, assez loin derrière le soleil de ses nuits et la lune des ses jours qu'était la Poufsouffle. Une fois la salle quittée, il retrouva Molly Weasley. Celle-ci fit enfin sortir des mots de sa bouche, mais franchement, Oliver aurait préféré qu'ils ne sortent jamais. Il la laissa cependant la prendre dans ses bras pendant moins d'une seconde, ne voulant pas être trop méchant, ayant un peu pitié de Molly qui allait se faire rembarrer sous peu.

"C'est très gentil Molly, mais non, répondit-il en se passant la main dans les cheveux, gêné, j'y vais avec Domino, quand je lui aurait demander. Donc, tu m'excuses mais j'ai la mère de mes enfants à rattraper !"

 Il prit donc la pas de la course pour aller retrouver Dominique dans le couloir, sans jeter un regard en arrière à Molly, ne se souciant pas beaucoup de son sort mais aussi pour ne pas culpabiliser ou se sentir encore plus gêné. Il ne voulait pas que ces sentiments viennent gâcher celui qui lui faisait pousser des ailes en pensant à Dominique, l'amour sucré et magique.



© EKKINOX


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Dim 24 Avr - 22:19
Sans doute bouleversé par l'émotion, Absolan ne réagit pas à sa déclaration enflammée de la manière qu'elle s'y attendait. Au lieu de lui rendre sauvagement son baiser, de lui prendre la main et de venir avec elle vivre leur amour au soleil sous les chants des oiseaux, il la repoussa tant bien que mal et lui aboya quelque chose au sujet de sa coiffure. Mais, bien sûr, pour l'inviter à la suivre, il fit exprès d'oublier ses affaires de cours à la table des Serpentard. Sans doute n'avait-il pas voulu révéler ses sentiments devant la Grande Salle entière. Il était si timide ! Ils étaient faits l'un pour l'autre. Elle l'aiderait à s'ouvrir aux autres et à ne pas s'inquiéter des jugements. Une autre idée la traversa, follement romantique : il feignait de la repousser pour la protéger ! Bien sûr ! Beaucoup de gens, des sombres crétins, le considéraient encore comme l'héritier de Lestrange le Mangemort. Il ne voulait pas que sa réputation en fût éclaboussée... Comme c'était délicat, protecteur, chevaleresque de sa part ! Toute émotionnée par sa prévenance, Domi se saisit des affaires d'Absolan — qui n'avaient absolument rien à voir avec les affaires de quelqu'un d'ordinaire — et courut à sa suite, car il avait déjà vivement quitté la Grande Salle pour fuir les regards indiscrets. Respectueuse de ses efforts, mais bien décidée à le convaincre de ne se cacher de personne, Domi quitta la Grande Salle à son tour sans prendre le moins du monde conscience qu'elle était observée.

Elle suivit Absolan qui, à sa grande surprise, se dirigeait vers... Molly ! Sa cousine se tenait dans un coin d'ombre — pourquoi était-elle sortie, elle aussi ? À la stupéfaction de Domi et son grand mécontentement, Absolan commença à feindre d'être sous le charme de Molly. Ridicule ! Comme si Domi pouvait se laisser avoir par un artifice aussi futile ! Molly était beaucoup moins belle, beaucoup moins brillante, beaucoup moins... mais alors qu'elle était occupée à dénigrer cette dernière avec perfidie dans sa tête, la vérité se fit jour à nouveau : tout ceci faisait partie de sa stratégie pour la protéger ! Il était si décidé à défendre sa réputation qu'il feignait de se déclarer à la première fille qui passait. Elle voulut le ramener sur terre :


— Aaaaabsooooolaaaaaan !

Sur ce nouveau cri aigu, elle se jeta à son cou tandis que Molly s'éloignait sans répondre à l'amour de sa vie — bien sûr, petite futée qu'elle était, elle avait tout compris, elle ne voulait pas les déranger dans leurs réjouissances ! Domi retirait tout ce qu'elle avait pensé d'elle précédemment, elle n'était certes pas à la hauteur de son futur mari mais elle restait sa cousine aimante. Laissant tomber les affaires d'Absolan par terre — qui se souciait de quelque chose d'aussi trivial dans des telles circonstances ? — les mains jointes autour de son cou, le visage se rapprochant du sien comme si elle allait l'embrasser — mais cette fois, elle s'en abstint, ayant trop de choses à dire — elle lui déclara :

— Absolinouuuuuu, je saiiiiis que tu as peur pour moi et que tu crois devoir me protéger des mauvais commentaires des autres ! Je sais à quel point c'est dur pour toi que tout le monde te prenne pour l'héritier de tes parents et que tu es prêt à dissimuler héroïquement tes sentiments, c'est pour ça que tu t'es jeté sur Molly et que tu as fait comme si tu voulais la draguer alors que tu ne pensais qu'à moi ! Oh Absolineeeeet, tu es siiiii gentil et généreux et plein d'esprit ! Je t'adooooore ! Mais tu dois avoir confiance en notre amour qui est plus fort que tout ! Je me moque de tous ces crétins mal embouchés qui te jugent sans te connaître ! Tu es le garçon le plus merveilleux et le plus romantique que je connaisse ! Nous nous marierons directement à la fin de nos études et nous aurons des enfants, n'est-ce pas Absouninet ? Tu n'as rien contre le fait de devenir père, n'est-ce pas ? J'adorerais avoir des enfants ! Mais si tu n'en as pas envie pour l'instant, ça ne fait rien, ça changera avec le temps ! Et n'aie pas peur de l'avis des autres parce que je suis prête à tout sacrifier pour être avec toi ! Absouuuuneeeeeet !
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Mer 27 Avr - 21:20

la st-peeves.
L'avantage du philtre d'amour, c'est qu'il fait gagner du temps.


Quelque chose s'agrippa à lui, entourant ses tentacules autour de son cou dans le but de l'étouffer. Surprit, Absolan eut un mouvement de recul et manqua même de basculer à cause des grosses fesses de Dominique ¬¬. Il n'avait même pas remarqué qu'il avait oublié ses affaires et que son amie les lui rapportait. A vrai dire, il ne se souciait pas de grand chose, ce qui semblait être le cas de pas mal d'étudiant puisque personne n'avait remarqué que presque tout le château se conduisait d'une étrange façon. Molly filait comme l'étoile qu'elle était, mais Dominique parvint à distraire le jeune brun assez de temps pour qu'il la perde de vue. Elle lui racontait d'ailleurs des choses qui n'avaient ni queue ni têtes. Dissimuler ses sentiments ? Avoir confiance en leur amour ? Se marier ? Des enfants ?! Petit à petit, les yeux du jeune Serpentard s'arrondissaient, jusqu'à être clairement écarquillés. Frappé par les paroles de la rouquine, il demeura stoïque, en parfait contraste  avec l'attitude de la jeune femme. « Euh... sérieux ? » balbutia-t-il, hébété. Mais qu'est-ce qu'elle lui racontait. Elle avait dû passer au moins une heure entière à écouter les cris de Mandragoves pour dire des choses pareilles. « Tu sais, je suis sûr que tu auras des enfants... Mais c'est pas mon truc pour l'instant. » Peut-être qu'elle avait prit un râteau, pour se comporter comme ça avec lui. Qui sait, elle cherchait certainement à évacuer sa frustration en se comportant avec lui comme il l'aurait fait avec le garçon qui lui a brisé le cœur. C'était une théorie étrange mais plausible. Pris de compassion pour la rouquine, il eut l'impression d'avoir été frappé par un éclair de lucidité. « Je comprends, ne t'en fais pas... Tu peux rester avec moi si tu veux. En fait, je cherche Molly, tu n'as pas vu où elle allait ? » Sans attendre de réponse, il se dirigea sans se poser de questions dans la masse d'étudiant, s'y perdant.

Toutes les têtes se noyaient dans la masse, ne formant plus qu'une houle qui finit par étourdir le jeune homme. Il passa une main contre son visage, comme si cela suffirait à gommer les vertiges qui le prenaient soudainement. Absolan n'avait jamais aimé la foule, se sentir oppressé au milieu d'autres personnes. Être noyé parmi autant de d'individus générait quelques symptômes de claustrophobie chez lui, et il avait soudainement envie de se recroqueviller dans un coin en attendant que ça passe. Son visage se fermant, il s'arrangea pour sortir du mouvement, s'adossant contre un mur en essayant de retrouver sa dulcinée dans la foule. Autant dire que ce n'était pas une mince à faire. Il y avait tellement de chevelures rousses ! Les poings serrés dans les poches de sa robe de sorcier, le jeune Lestrange essayait de contenir sa frustration. Molly l'avait battu sur ce coup-là, elle avait réussis à se soustraire à lui. C'était ce qu'elle voulait, qu'il la cherche dans tout le château. Il espérait seulement qu'elle n'ira pas dans la salle commune des Gryffondor, parce qu'il n'avait pas le mot de passe, même s'il savait que e toute façon, elle était plus maligne et subtile que cela. Qui sait, il pourra peut-être soutirer l'information à quelqu'un, ou se faufiler avec quelques Gryffondor ? La tâche relevait de l'impossible, mais aujourd'hui il était prêt à tenter le coup. Pour l'amour de sa vie.

Et là, il la repéra enfin, silhouette statique dans le tumulte de la circulation. Bientôt, la foule se dissipa, et Absolan s'apprêtait à rejoindre sa douce lorsqu'il s'aperçut qu'elle discutait avec un autre garçon. Un Gryffondor, un garçon de sa maison. Hum, qu'est-ce qu'il lui voulait, celui-là ? Le bruit qu'avait généré la circulation s'était estompé, lui permettant d'écouter leur conversation. « C'est qui celui-là? » souffla-t-il à voix basse, juste assez fort pour que son amie Dominique l'entende. Peut-être qu'elle le connaissait. Il en entendit assez pour savoir l'essentiel : elle lui demandait de sortir avec elle. Une véritable boule noua la gorge du jeune homme, qui se sentit blessé. C'était impossible qu'elle en aime un autre, complètement impossible même. Leur amour était évident, d'une rare intensité. Il y avait anguille sous roche. « Ce n'est pas normal qu'elle se comporte ainsi. » bougonna-t-il d'un air renfrogné, jetant un regard à son amie pour y chercher son approbation. Étant proche de Molly, elle devait bien connaître l'amour fou qui les unissait, non ? Après quelques instants, une nouvelle théorie le frappa. « Oh mais je sais ! Il a dû lui faire boire un philtre d'amour... Tu imagines ? C'est pour ça qu'elle se comporte d'une étrange façon. Je ne peux pas laisser faire ça. Quelle enflure ! » Mais il suffisait de demander, puisque le septième année se dirigeait déjà vers eux et même droit vers Dominique. Il s'interposa, presque chevaleresque, le philtre d'amour qu'il avait lui-même avalé stimulant son imagination à un tel point qu'il s'imaginait qu'il allait droguer son amie aussi. « Eh toi ! Oliver c'est ça ? Tu lui as donné quoi à Molly tout à l'heure ? Je sais tout alors ne mens pas ; c'était un philtre d'amour n'est-ce pas ? » Il n'était pas agressif dans sa voix, n'étant pas de ce genre en temps normal. D'habitude, c'était lui qui était agressé, pas le contraire. « C'est comme ça que tu trouves une copine ? En la droguant avec des potions attractives ? C'est très brave de ta part, pour un septième année. C'est ça qu'on vous apprend en cours ? Enfin bon, je comprends que tu sois jaloux de notre relation exceptionnelle mais au moins sois loyal dans ta démarche. » De toute façon il n'avait aucune chance.
Na.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Jeu 28 Avr - 19:59

La St-Peeves


Dominique-Absolan et Oliver




-----------------------------------------------



Molly s'attendait à ce qu'Oliver accepte sa proposition, car après tout,  elle était persuadée qu'ils étaient tous les deux fait l'un pour l'autre, mais celui-ci venait tout bonnement de lui foutre un râteau en prétextant une sortie avec Dominique. Molly en avait plus que marre que tout tourne autour de sa cousine. À croire qu'elle commençait à être jalouse de cette dernière. Ainsi, tout en le rattrapant par le bras, elle ne se rendit pas compte des propos injurieux qu'elle lança à l'égard de sa cousine qui était à présent à seulement quelques mètres d'elle :

« Dominique, mais pourquoi ? Tu veux vraiment y aller avec cette pimbêche complètement stupide et irréfléchie ? Elle n'est pas faite pour toi et regarde-là, elle préfère largement Absolan. » fit-elle à Oliver.

Elle s'apprêtait à rétorquer pour défendre sa cause lorsqu'elle fut interrompue par Absolan. Le jeune Serpenard semblait légèrement remonter selon elle et cela pouvait clairement se ressentir dans les paroles et le ton qu'il employait. Molly fut légèrement surprise lorsqu'il évoqua l'idée qu'elle est pue boire un philtre d'amour et ce sans s'en rendre compte. Se rendait-il compte que cette idée était complètement farfelue, jamais elle n'aurait eu besoin de philtre d'amour pour dire ce qu'elle ressentait ou encore mieux : jamais elle en aurait bu et surtout sans le savoir. Elle l'écouta enchaîner par la suite sans trop l'écouter tellement que ses paroles étaient complètement stupides. Lorsqu'il eut terminé, Molly empêcha tout bonnement Oliver de répondre, tout en se saisissant du bras d'Oliver :

« Comment oses-tu dire ça Absolan ? Moi être sous l'effet d'un philtre d'amour, non c'est impossible. Écoutes j'aime Oliver et cet amour est sincère. J'ai totalement confiance en lui et jamais il ne m'aurait fait boire un philtre d'amour, je le connais. » dit-elle complètement éberluée par son seul et unique amour.

Lorsqu'elle eut terminé, elle le relâcha et ne put s'empêcher de réfléchir aux paroles du Serpentard et du comportement d'Oliver envers elle. Et si le Serpent avait raison et qu'il lui avait fait boire un philtre d'amour à elle et à sa cousine pour justement qu'elles tombent toutes les deux amoureuses de lui ? Et si il les voulait seulement que pour lui. Molly ne put s'empêcher d'être légèrement dégoûtée à cette pensée, mais elle essaya de ne pas le montrer, du moins par pour l'instant. Ce qui l'intrigua encore plus après cela était la soudaine affection d'Absolan envers elle. Il est vrai qu'il ne disait pas souvent grand-chose lorsqu'ils étaient ensemble et ils ne répondaient jamais à ses propres questions. Et du jour au lendemain, il avait tout bonnement décidé de lui parler. Lui avait-il caché ses sentiments depuis tout ce temps. Molly était à présent complètement partagée entre Oliver et Absolan. Que devait-elle faire ? Fallait-elle qu'elle persévère avec Oliver ?

.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Sam 30 Avr - 20:22

La st-peeves~~
Absolan, Molly, Dominique, Oliver

 Elle était juste là, en face de lui, à quelques mètre. Il ne voyait qu'elle tellement sa beauté était éblouissante. Tellement éblouissante qu'Oliver ne remarqua la présence d'Absolvant à ses côté. Cependant, il le remarqua bien trip vite à son goût. En le voyant, Oliver savait qu'il était prêt à se battre. L'adrénaline montait, il se voyait déjà lui foutre une droite dans la mâchoire, le jeter à terre. Lui qui d'habitude, dans les conversation qu'il avait avec certains de ses camarades au moins, prenait son parti et le défendait, cette fois-ci Absolan regretterait d'être né (même si il le regrette probablement déjà).

 Une partie de lui-même cependant, encore rattachée à la réalité que le filtre modifiait, le retint de frapper le cinquième année à la figure et de se contenir assez longtemps pour que le Serpentard termine de l'accuser d'avoir utiliser une "potion attractive" sur Molly. N'importe quoi ! C'en était tellement absurde que l'envie de la frapper disparut presque, laissant place à une envie de l'envoyer voir l'infirmière pour qu'elle lui prescrive un grand repos.

 Mais alors, la dernière phrase le soulagea. Molly et Absolan avaient une "relation exceptionnelle" ? Alors, pourquoi lui avait-elle demandé de sortir avec lui ? Oliver était perdu. Le temps qu'il fasse ses petites réflexions, Molly l'avait pris par le bras et était en train de le défendre. C'était bin gentil tout ça, pensa-t-il, mais il n'avait pas besoin de défense, et il ne voulait surtout pas qu'Absolan croit qu'il n'était pas capable de le frapper.

 Il se défit de l'emprise de Molly sur son bras en le secouant brutalement comme s'il agissait d'un simple chiffon, soucouant par la même occasion la pauvre Gryffondor. Quand son bras fut libre, il fit quelques pas de plus en direction d'Absolan, le poussa violemment de telle sorte qu'il fut séparé de Dominique. Oliver se tourna alors vers elle, un grand sourire sur le visage. Celle-ci était, quant à elle, bouche bée, sûrement inquiète pour Absolan. Mais Oliver était trop drogué pour s'en rendre compte.

 "Ah Domino ! Enfin, je te retrouve !" Il la prit dans ses bras, ne faisant pas attention à la résistance qu'elle opposait. "Domi, il faut qu'on aille à Pré-au-Lard aujourd'hui, tout les deux, en amoureux ! Oh, ça va être super mon coeur tu va voir ! J'ai écrit une chanson pour toi, tu veux l'écouter ? Enfin, c'était pour ta soeur à la base, mais je peux changer le nom, ça marche aussi."

 Et il allait commencer à chanter pour sa belle, mais Absolan le dérangeait encore.




© EKKINOX
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 2 Mai - 23:26
« Sérieux ? » balbutia son Absolan, toujours aussi modeste, certainement incapable de croire qu'il pût susciter des sentiments si profonds chez quelqu'un d'autre. Quel amour !

— Oooh, comment peux-tu encore douter de moi, Absouninet ? Je n'ai jamais été aussi sérieuse... susurra Domi, toujours agrippée à son cou.
— Tu sais, je suis sûr que tu auras des enfants... Mais c'est pas mon truc pour l'instant.
— Mais bien sûr, répondit-elle en gloussant, on est beaucoup trop jeune ! Je te parle pour notre vie adulte future, ensemble...
— Je comprends, ne t'en fais pas... Tu peux rester avec moi si tu veux. En fait, je cherche Molly, tu n'as pas vu où elle allait ?

Domi écarquilla les yeux. Pourquoi diable lui parlait-il de Molly ? Comme elle desserrait enfin sa prise, Absolan put s'échapper et partit vers la foule d'élèves plus ou moins hystériques ou rêveurs qui quittaient à présent la Grande Salle. En fait, il y avait également des professeurs parmi eux, à l'allure tout aussi bizarre que les autres. Mais Domi, habituellement si curieuse, ne se posa pas la moindre question au sujet de cet événement. Naturellement, elle suivit Absolan mais eut le grand déplaisir de le perdre de vue. Et cette cohue ! Elle se mit à l'appeler :

— Absounineeeeet, où es-tuuuuuu ? Absolaaaaaanou d'amouuuur ! Abso chériiiiii ! Mais écartez-vous donc, bande de grosses brutes ! rugit-elle en distribuant des tapes à droite à gauche, car elle se laissait littéralement emporter par le flux de la foule.

Elle s'inquiétait, en outre, car elle connaissait le dégoût d'Absouninet pour la foule. Pauvre chéri, il devait être tout perdu et malheureux. Il fallait qu'elle le retrouve pour le réconforter. Mais elle ne parvint à le repérer que quand la foule commença à se disperser, adossé contre un mur, ayant manifestement tenté de se soustraire à l'agitation générale. Pauvre petit chou !


— Enfiiiiin, te voilàààààà, Absoninouneeeeeet !

Elle gambada vers lui et lui fit à nouveau un gros câlin. Absolan lui chuchota quelque chose et le sens de ce qu'il venait de dire mit un instant à percuter son cerveau tant elle s'attendait à des mots d'amour :

— C'est qui, celui-là ?
— Hmmmm ? ronronna-t-elle, aux anges.

Puis, quand elle voulut enfin prêter attention au spectacle qui semblait absorber son amoureux, elle en fut si surprise qu'à nouveau sa prise se desserra. Molly en train de discuter avec le capitaine de son équipe... et elle disait :


— ... avec cette pimbêche complètement stupide et irréfléchie ? Elle n'est pas faite pour toi et regarde-la, elle préfère largement Absolan.

La seule personne présente dans les environs qui préférait Absolan, c'était elle ! Outrée et furieuse, Domi en resta littéralement bouche bée tandis que son Absolinet lui faisait judicieusement remarquer : « Ce n'est pas normal qu'elle se comporte ainsi. »

— Non mais qu'est-ce qui te prend, Molly ? rugit-elle. Tu es jalouse de moi et Absolan, c'est ça ? Eh ben je te ferai dire qu'il est à moi et que personne n'a de droits sur lui à part moi, surtout pas toi, pauvre petite idiote laide et jalouse !
— Oh mais je sais ! s'exclama tout à coup Absouninet. Il a dû lui faire boire un philtre d'amour... Tu imagines ? C'est pour ça qu'elle se comporte d'une étrange façon. Je ne peux pas laisser faire ça. Quelle enflure !
— Mais bien sûûûûr ! s'exclama Domi à nouveau tout sucre tout miel, épatée par la clairvoyance de son amour. C'est évidemmeeeeeent un philtre d'amour, c'est l'évidence mêêêême ! Je savais que Molly n'aurait jamais pu dire de choses pareilles dans son état normal !

Puisqu'Absolan le pensait, c'est que c'était vrai ! Celui-ci, à l'assaut de son cœur valeureux, alla houspiller l'ignoble Oliver Prescott — elle n'avait jamais aimé cette saleté de capitaine des rouges — en faisant allusion à « leur relation exceptionnelle ». Domi ne douta pas qu'il évoquât leur relation à elle et lui : le monde tournait autour de leur couple, il ne faisait aucun doute que le reste de l'école était jaloux d'eux et rêvait d'une relation aussi parfaite que la leur... Molly protesta sans que Domi y prêtât attention le moins du monde : sa pauvre cousine était sous l'emprise du philtre, elle ne se rendait pas compte de ce qu'elle disait. Mais rapidement, l'intéressé se débarrassa de l'étreinte de Molly et osa bousculer son Absolan. Au comble de la fureur, ses yeux crachant du feu, Domi l'écouta raconter ses âneries et explosa :

— Espèce d'horrible empoisonneur, tu ensorcelles ma cousine et en plus, tu poses un doigt sur mon Absouninounet d'amour adoré et tu prétends encore vouloir m'inviter ? Va te faire manger par des trolls, oui ! Seul mon Absoulinounet chéri fait battre mon cœur, lui seul mérite une compagne aussi belle et talentueuse que moi. Peuh, quand je pense que c'est toi le capitaine de Molly ! On ne vous loupera pas au prochain match de Poufsouffle contre Gryffondor, tu peux me croire, il y a déjà un Cognard à ton nom !

La situation semblait proche du pandémonium...
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 9 Mai - 18:07

la st-peeves.
L'avantage du philtre d'amour, c'est qu'il fait gagner du temps.


La situation risquait de se compliquer irrévocablement. Le jeune Serpentard sentit son cœur de fendre en voyant la mine froide voire même colérique de la Gryffondor qui s'adressait à lui de cette façon. Il n'y avait plus aucun doute là-dessus : elle était sous l'emprise d'un philtre d'amour particulièrement puissant. C'était évident, jamais elle ne lui aurait parlé sur ce ton si elle avait été elle-même. Ils s'aimaient tellement que le conflit était impossible. Jamais son visage d'ange ne se serait contracté ainsi si le septième année ne l'avait pas ensorcelée. Une boule s'était formé dans son ventre, il la sentait peser dans ses entrailles. L'impuissance. Comment déjouer les vices du philtre d'amour ? Il n'en connaissait pas le moyen dans l'immédiat. Et puis si seulement il parvenait à mettre un peu plus d'ordre dans ses idées, peut-être parviendrait-il à trouver la solution à ce problème d'une importance capitale ? « De toute façon, tu ne peux pas t'en rendre compte, Molly... C'est un des effets du philtre d'amour, tu le sais. Essaie de te raisonner, tu ne vois pas qu'il te veut pour lui ? Pour te manipuler ? » Il avait parlé en laissant transparaître un dégoût réel. Il était malgré tout surpris au fond de lui de constater que le capitaine des Gryffondor avait de telles intentions envers sa douce. Quel lâche !

Il voyait clair dans le jeu du griffon. Il voulait lui dérober sa Molly, sa si belle Molly. Et elle, n'était-elle pas magnifique ? Même en étant énervée, elle demeurait si jolie, si exceptionnelle ! Il venait de nouveau de se perdre dans les yeux resplendissants de la rouquine quand il fut percuté par quelque chose, qui l'envoya directement se heurter le dos contre le mur. Tout se passa si rapidement qu'il demeura stoïque un instant, quelque peu déboussolé. L'arrière de son crâne avait cogné à même la pierre brute et glaciale contre laquelle il se tenait désormais, ayant instinctivement retrouvé son équilibre. Son regard s'était fermé, tandis qu'il se fixait sur le visage béat de Oliver qui s'adressait à Dominique. Il ne semblait pas se décourager, bien que la blairelle ne partage pas son envie de passer du temps avec lui à Pré-Au-Lard. Tout s'était passé et se passa en un instant. Le jeune Lestrange se décolla du mur d'un mouvement du bassin, se dirigeant droit vers cette énergumène qui osait désormais s'en prendre à son amie. Il n'y avait plus une seule trace de lucidité dans son esprit. Absolan ne voyait qu'une cible, une source de danger pour son amie. Sa petite Dominique qui devait s'être faite larguée par son rencard pendant le petit-déjeuner. Sans parler de l'amour de sa vie, Molly ! Qu'elle abomination il faisait !

Un pas. Un autre.
Tu vas le regretter.

Mais la raison se tait et laisse place aux actes. Le poing s'abat de toute sa force contre le faciès du Gryffondor, et le contre-coup de cette violence se répercute dans tout le bras de l'adolescent. Il sent ses phalanges parcourues de douleurs, ses articulations rougies par le coup qu'il venait de porter au jeune homme. « Ne les approche pas... souffla-t-il, observant le corps du griffon se recourber. »
Il demeura pantelant quelques instants, observant Oliver éponger le fin filet de sang qui s'écoulait de sa lèvre. Il devait avoir frappé fort, car il voyait la douleur sur le corps de l'autre et sur le sien. L'adrénaline parcourait ses veines, le rendant nerveux, le rendant aussi statique qu'immobile. Le Serpentard avait perdu son souffle, son cœur battant à toute vitesse. Il recula d'un pas ou deux, il ne savait plus. Il se sentait brûlant, pourtant ses mains étaient glacées. C'était la première fois qu'il frappait quelqu'un, et il ne savait pas encore si cela lui avait fait du bien ou non. Il sentait la frustration ressurgir, les moments où il avait rêvé d'infliger un tel traitement à Yulrick et sa bande de toutous bien sages. Il l'avait fait, mais pas à la bonne personne. Seulement pour le moment, il était trop en colère contre Prescott pour s'en vouloir. Pour penser aux conséquences qu'auront ses actes. Il ne jeta pas même un regard vers les deux témoins de cette altercations, les deux jeunes filles Weasley, fixant obstinément Oliver sur lequel toute son attention était fixée. La haine qu'il ressentait à cet instant dépassait même la situation dans laquelle ils se trouvaient tous.

Il attendait la suite.
Car il savait qu'il y en aurait une.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 9 Mai - 19:23

La St-Peeves


Dominique-Absolan et Oliver




-----------------------------------------------



Molly était confuse, elle ne savait plus réellement où elle en était. Était-elle réellement sous l'emprise d'un philtre d'amour ? Elle n'eut pas le temps d'y réfléchir d'avantage car Oliver se défit rapidement et violemment de son emprise. Molly en fut toute secouée sur le coup, elle remarqua donc quelques secondes plus tard qu'Oliver avait violemment poussé Absolan contre le mur. Elle fut tout d'abord assez choquée, et elle le fut encore plus lorsqu'Oliver continua à courtiser sa cousine. Cousine qui venait elle aussi de l'insulter en réponse à ses propos indécents. La Gryffondor était en colère non seulement contre Dominique après ce qu'elle avait osé lui dire, mais elle était aussi sur les nerfs. Non seulement Oliver avait refusé de passer la journée avec elle, mais en plus il voulait la passer avec Dominique. Pour couronner le tout, il avait écrit une chanson pour elle. Molly était complètement verte de jalousie et elle l'était de plus en plus en voyant Dominique avec SON Oliver. Le doute avait complètement disparu, il fallait qu'elle le récupère et ce quoi qu'il l'en coûte.

Molly sous l'emprise de la colère ne pouvait en écouter d'avantage surtout venant de sa cousine Dominique et encore plus venant du Vert et Argent qui continuait à insinuer qu'elle était sous l'influence du philtre, qu'elle n'aurait pas pu s'en rendre compte et la cerise sur le gâteau : qu'elle se faisait manipuler par le Gryffondor.  Elle avait encaissé et il était temps qu'elle réagisse.

Cependant, la rousse ne fut pas aussi rapide. En effet, le coup que porta  Absolan à Oliver la fit sursauter et presque frissonner. Elle vit donc totalement impuissante Oliver se recourber. Molly ne put en voir d'avantage, elle devait intervenir pour le bien de Son Oliver chéri. Sinon il serait bien trop amoché pour leur petit rendez-vous romantique qu'elle avait prévu. La situation était devenue particulièrement critique, Oliver saignait de la lèvre et quant à Absolan, il attendait que son Rouge et Or d'amour se relève. Elle ne put en supporter d'avantage. Molly cria donc de toutes ses forces et essaya de les calmer dans le cas contraire la rousse serait contrainte d'employer la manière forte :


« ça suffit maintenant. Absolan je ne suis pas sous l'emprise du philtre. Arrête de frapper Oliver tu vas le blesser et il ne pourra pas venir avec moi à pré-au-lard tout à l'heure ». Les paroles de Molly n'avait servi à rien, mais alors complètement à rien. Cela avait même empiré la situation Absolan était en colère et Oliver lui aussi l'était. Il fallait donc qu'elle intervienne en employant la manière forte et peu importante ce qui arriverait par la suite, il fallait qu'elle protège le Gryffondor et ce quoi qu'il l'en coûte. Sans attendre plus longtemps, la Préfète sortit sa baguette magique et la pointa sur Absolan sous les yeux éberlués de Dominique, Oliver et des autres spectateurs.

« LOCOMOTOR MORTIS » fit Molly d'une voix forte et audible.

Le sortilège percuta Absolan de plein fouet ou plutôt ses jambes. Il perdit rapidement l'équilibre et se retrouva à terre. Molly était très contente de ce qu'elle avait fait, mais elle n'était pas sans savoir qu'elle avait dû attirer les foudres de sa cousine. Elle s'attendait à présent au pire.


Dernière édition par Molly Weasley le Mar 10 Mai - 12:00, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Lun 9 Mai - 21:01

La st-peeves~~
Absolan, Molly, Dominique, Oliver

 La réaction de Dominique n'était absolument pas celle attendu par Oliver. Celle-ci le blessa même. Il ne pouvait pas croire que sa moitié le traite ansi. Tout était si parfait jusqu'à présent. Enfin, presque parfait. Il ne comprenait toujours pas pourquoi sa dulcinée et son pitoyable ami serpent l'accusait d'empoisonner la pauvre Molly ! Jamais il ne ferait cela! Surtout pour "profiter" d'elle! Pourquoi voudrait-il profiter de la petite Molly ? Il ne pouvait pas tolérer ce genre d'accusations. Mais comme il savait très bien le faire, i continuait de les ignorer.

 Mais avec ça, plus les paroles de Dominique, Oliver sentait qu'il allait fondre en larmes. Et à cause de ce sentiment d'impuissance et de désolation, il n'avait pas vu venir le poing de Lestrange. Celui-ci portait bien son nom. Jamais il n'aurait cru que le cinquième année le frapperait. Et son coup fût étonnamment puissant. Son gabarit contrastait avec cette puissance. Le griffon suivit le coup, puis prit appui sur ses jambes légèrement pliées. Il avait ressentit le coup dans ton son corps, comme une onde, tandis que l'adrénaline toquait à la porte, prête à diminuer la douleur des prochains chocs et à booster les réflexes du jeune homme.

 Il se redressa le plus vite possible, et sentant sur ses lèvres gercées un liquide avec lequel il était assez familier, il porta sa main à celles-ci pour être sûr qu'il s'agissait bien de sang. En voyant le bout de ses doigts imbibé de sang, il eu un léger sourire en coin. C'est parti!

 Il était encore un peu sonné, sa poitrine se gonflait et dégonflait à un rythme trop rapide, mais il entendit Molly jeter un sort à Absolan qui eu pour répercussion de lui coller les jambes. Il aurait bien remercié Molly si elle avait fait ceci pour un septième année plus grand que lui, mais pour le Serpentard, ce serait trop facile. Il lui faisait pitié, à gigoter par terre. Il pensa à le laisser se relever, ou à dire le contre-sort. Mais ce serait de l'irrespect pour le travail de Molly et pas très amusant non plus. Alors il donna un coup de pied dans les jambes du garçon pour qu'il tourne sur les fesses, telle une aiguille d'horloge déréglée (ou un danseur de hip-hop assez mauvais). Il ne savait pas ce que faisaient les filles derrière lui. Elles devaient sûrement être parties chercher un adulte et Oliver se doutait alors qu'il n'avait pas beaucoup de temps.

 "Relève-toi!"

 Ses mots étaient tellement emplis de rage, que n'y tenant plus, il donna un nouveau coup de pied à Absolan qui se débattait, cette fois-ci en plein estomac. Pendant quelque seconde, alors que sa victime se pliait de douleur par terre, il repensa au nombre de fois où on lui avait fait ce coup-là, à lui aussi. Il savait que ça faisait sacrément mal et que l'air nous manquait.

 Cependant, quelque chose l'empêchait de frapper le garçon au visage avec sa chaussure. Ceci était grave, et il le savait. Il savait aussi qu'Absolan n'avait probablement pas l'habitude de se battre, et que ça ne serait pas loyal de rouer de coups son adversaire à terre. Dans un moment de lucidité, il s'éloigna alors un peu de sa victime, sortit sa baguette et prononça la formule magique annulant les effets du maléfice. Il rangea de suite sa baguette tandis que son adversaire se relevait, profitant pour essuyer le sang qui coulait sur sa bouche. Une fois debout, Oliver rendit la monnaie de sa pièce au vert-et-argent en lui assénant une droite, s'appliquant à viser la même partie du visage qu'Absolan lui avait endommagé quelques instants plus tôt.


© EKKINOX
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Mar 10 Mai - 21:59
Dominique était certes furieuse contre cet énorme tas de crottin de troll simplement connu sous le nom d'Oliver Prescott, qui avait sournoisement envoûté sa cousine, bousculé Absolinounichet et osé lui faire du gringue (aucune loi n'interdit d'utiliser cette expression en 2018, controverse ou non, fin de la parenthèse) dans le même souffle ! Mais elle fut malgré tout choquée par l'accès de violence de son Absounet, si bien qu'elle resta sans voix. En cinq ans de cohabitation et malgré toutes les provocations dont son pauvre petit trésor avait été victime, Domi ne l'avait jamais vu céder à la violence. Or, juste comme elle finissait de parler, il se décolla du mur et approcha d'Oliver avec une expression si sauvage que Domi eut presque peur. Elle s'éloigna d'un pas, bouche bée, et le regarda donner un coup de poing à Oliver. Le sang gicla de sa lèvre. Bien que choquée et troublée, elle était certaine d'une chose : elle ne voulait pas que les deux garçons commencent à se battre. Beaucoup plus par inquiétude pour Absounet qu'autre chose, bien sûr, car Oliver était plus grand et plus fort que lui — ce n'était pas le capitaine de l'équipe de Quidditch de sa maison pour rien et en plus, tout le monde (enfin n'importe qui d'aussi au fait de la vie du château que Domi, certainement) connaissait sa réputation de bagarreur. Mais Molly fut plus rapide : elle leur cria aussitôt d'arrêter et prétendit ne pas subir l'influence d'un philtre. N'importe quoi ! Mais avant qu'elle ait eu le temps de tenter de la raisonner, Domi la vit sortir sa baguette et la pointer vers Absolan : elle porta la main à la sienne pour prononcer un sortilège de protection, mais ne fut pas assez rapide : Molly venait de lancer le maléfice du Bloque-jambes. Alors, elle retrouva ses esprits en un instant — enfin, façon de parler puisqu'elle entra dans une colère noire. Partant du principe que sa cousine avait été victime d'un philtre d'amour comme l'avait si bien déclaré Absou-chou, elle lui avait pardonné ses mauvais mots à son égard. Mais rien n'excusait qu'elle s'en prenne à l'amour de sa vie. Elle hurla :

— Je t'interdis de jeter un maléfice à MON Absolan ! Dire que cette vieille folle t'a nommée préfète ! Je vous jure que vous allez me payer ça très cher, tous les deux ! Tiens bon, Absouninet ! Je vais chercher de l'aide contre ces deux tarés ! On se vengera d'eux ensemble et on partira vivre dans un endroit meilleur ! Je t'aime !

Et avant d'avoir fini de parler, elle s'était mise à courir à la recherche d'un adulte car malgré son envie cuisante de vengeance, elle estimait imprudent d'affronter et Molly et Oliver à la fois et elle voulait surtout que tout le monde s'en sorte sans bobo, même si elle avait pu libérer son amoureux du maléfice pour qu'il se joigne à elle dans la bataille. Domi n'avait rien d'une violente et elle était plus prudente que téméraire, sans être lâche pour autant. Cela paraissait un peu tard pour éviter toute blessure, mais en cherchant de l'aide immédiatement, elle pourrait peut-être prévenir de plus gros dégâts. Elle courut vers la salle des professeurs en criant :

— Au secours ! Au secours ! Ils sont complètement tarés ! Ils maltraitent mon Absolan ! À l'aiiiiide !
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Mer 11 Mai - 0:49

la st-peeves.
L'avantage du philtre d'amour, c'est qu'il fait gagner du temps.


La suite avait été inévitable, mais son déroulé imprévisible.
Il se sentait à la fois présent et absent. C'était fou à quel point l'adrénaline pouvait changer votre perception. Tout se passait moins rapidement et avec plus d'intensité. Il ressentait tout ce qu'il se passait autour de lui. Il sentait son cœur battre contre ses tempes, pulser le sang dans ses veines qui s'étaient quelque peu dilatées à cause de sa température corporelle qui avait augmenté. Quelque chose trancha dans l'air, comme un cri. C'était la voix de sa belle Molly, mais elle semblait avoir tourné sa colère contre lui. Elle lui cria quelque chose, qui le frappa plus fort que n'importe quel coup, qui le blessa encore plus que le geste de la rouquine envers lui. L'idée qu'elle n'était pas sous l'emprise du philtre d'amour. Etait-il seulement possible qu'il se soit trompé sur toute la ligne ? Parviendrait-il seulement à s'en remettre ? L'image de sa Molly avec cet idiot lui fendait le cœur, si bien qu'il ne vit absolument pas venir le sort qu'elle lui lança soudainement. Il sentit ses jambes se paralyser, le bloquant sur place. Même si il l'aurait voulu, il ne parvint pas à maintenir son équilibre et tomba à la renverse, percutant le sol. Sa chute fut seulement quelque peu amortie par ses mains qui s'étaient placée par réflexe de façon à ne pas heurter trop fort le sol.

Il entendit Dominique crier quelque chose et partir en courant, le laissant aux mains de deux personnes qui visiblement, ne lui voulaient pas du bien. « Molly... » Soufflé à voix basse, son prénom ne parviendra probablement pas aux oreilles de l'intéressée. Absolan n'en revenait pas. Comment pouvait-elle agir ainsi ? N'était-ce pas pire que d'avoir ingurgité un philtre d'amour, aussi puissant soit-il ? Etait-il seulement possible que Prescott ait lancé le sortilège de l'Impérium à sa douce aimée ? Quel monstre il ferait. Ce sortilège n'était pas impardonnable pour rien, et le Lestrange se jura de le lui faire payer un jour ou l'autre. Il essaya d'attraper sa baguette magique, coincée dans sa poche. Ceci dit, la rigidité de ses jambes rendait difficile tout mouvement, et il ne fut pas assez rapide.

Il vit la silhouette du griffon se dresser au-dessus de lui, paraissant immense. L'adolescent se sentit pivoter sur le sol, sous l'influence même du septième année. Soudainement, un voile noir prit la place de son champ de vision.

Douleur.
Relève-toi !

C'était vif, abominable. Le choc avait été si violent que l'adolescent en perdit son souffle. Son visage se crispa en une expression de souffrance, tandis qu'il sentait ses jambes reprendre vie. Il avait repris le contrôle de ses jambes grâce à un contre-sort lancé par l'un des deux protagonistes. Instinctivement, il se replia sur lui-même pour lutter un peu contre la douleur, et se sentit devenir nauséeux. Ce n'est que quelques instants plus tard qu'il retrouva l'usage de ses yeux, quand il put se reconnecter davantage avec son corps. La souffrance s'était installée en lui, intense et impitoyable.

Relève-toi.

Le regard d'acier du jeune homme se releva vers le septième année, qui se tenait à quelques pas. Tout dans son attitude envoyait un défi à l'adolescent. Habituellement insensible à ce genre d'attitude, il mordit à l'hameçon trop facilement. L'adrénaline et les effets du philtre d'amour le rendaient paranoïaque et impulsif, même agressif, comme précédemment. Seulement voilà, une nouvelle fois, la raison foutu le camp pour laisser place à la chose la plus primitive dont est capable l'homme : la violence. La haine. Sans quitter des yeux le regard du rouge et or, il se redressa sur les coudes, s'apprêtant à se relever. Difficilement mais sûrement, il se remit sur ses jambes, mais un frisson de douleur le parcourut quand il sentit l'élancement plus intense en se redressant. Il demeura donc quelques peu recourbés et, agacé par sa faiblesse apparente, cracha un mélange de salive et de sang sur le sol, soutenant le regard du garçon pour lui communiquer tout l'amour qu'il lui portait en cet instant.

Absolan peinait à retrouver son souffle, ce qu'il ne parvint pas à faire tout court. Son teint était plus pâle que d'ordinaire, complètement livide, rendant ses yeux d'un bleu-gris presque fantomatiques. Il n'eut cependant pas le temps d'esquisser le moindre mouvement.

Douleur.

Tout son corps vibra. Il ne sentit même pas sa lèvre s'ouvrir, ni ses dents mordre sa langue sous le choc. Il sentit seulement le goût âpre et ferreux du sang se répandre dans sa bouche. Absolan était complètement déboussolé par le coup, et ce fut le mur derrière lui qui l'empêcha de perdre l'équilibre quand il eut un mouvement de recul après le coup subit. La bouche remplie de sang, il cracha de nouveau, le liquide rouge vif s'écrasant sur le sol. Peinant déjà à respirer, l'adolescent n'en menait pas large. Tout se bousculait dans son esprit.

La douleur, la haine, la culpabilité, la souffrance, l'incompréhension, la peur, l'amour, encore la douleur.

Il entendit quelque chose de la part du septième année, qu'il ne put pas distinguer complètement, son corps et ses sens chamboulés par les résonances de la souffrance à travers lui. Ceci dit, il put comprendre qu'il se moquait, ou qu'il le provoquait encore. Ou les deux, difficile à dire. « Va te faire foutre, Prescott. » Plié en deux, Absolan songea à user de sa baguette magique et glissa sa main dans sa poche. Il était plus doué avec la magie qu'avec les poings, et il savait que s'il n'agissait pas maintenant, le prochain coup allait arriver. Et il n'était pas près à endurer encore une fois ce genre de traitement.
Il fut arrêté dans son geste quand il entendit des bruits de pas s'approcher en toute hâte. Demeurant abasourdi par ce qui le traversait, Absolan ne put dire de qui il s'agissait, d'autant plus que tout bruit lui paraissait lointain. Combien étaient-ils ?

« Par Merlin, que s'est-il passé ici ?! » s'écria la voix d'une femme.
copyright acidbrain
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Jeu 12 Mai - 13:27

La St-Peeves


Dominique-Absolan et Oliver




-----------------------------------------------



Molly était certes contente de ce qu'elle avait fait, mais elle réalisa rapidement ce qu'elle venait de faire, elle perdit donc son magnifique sourire. Elle avait fait quelque chose d'interdit : utiliser de la magie sur un élève. Que devait-elle faire à présent ? S'enfuir ? Affronter sa cousine ? Ou alors s'excuser ? Elle avait beau réfléchir, mais aucune de ses idées ne semblaient lui convenir. Par ailleurs, il était à présent trop tard, elle ne pouvait plus revenir en arrière et elle devait assumer ses actes.

Elle regarda donc autour d'elle : Absolan était à terre, Dominique semblait particulièrement choquer du comportement de sa cousine et Oliver. Oh non ! Dire qu'il l'avait vu ainsi, Molly ne pouvait plus à présent regarder son amour droit dans les yeux, pas après ce qu'elle avait fait.

Elle regarda donc Oliver donner un coup de pied à Absolan, quelques minutes plus tard il annula le sortilège.  Impuissante, elle écouta Dominique lui crier dessus, elle n'avait pas le courage de l'affronter surtout pas maintenant. De ce fait, elle laissa donc Dominique l'insulter de tarer et elle la laissa partir chercher de l'aide. Molly savait ce qui l'attendait, c'est pour cette raison qu'elle ne fit absolument rien histoire de ne pas empirer sa propre situation. Elle laissa donc Absolan et Oliver se battre, même si elle savait qu'au fond elle aurait dû intervenir pour les séparer. C'était son devoir en tant que Préfète, mais depuis qu'elle avait usé de la magie, Molly n'osait plus rien faire pour ne pas empirer la situation ou se retrouver dans une situation délicate.

De nombreux élèves étaient à présent autour d'eux et regardaient la scène. Certains parlaient et se demandaient même pourquoi la Préfète de Gryffondor n'intervenait pas. Quelques minutes plus tard, des bruits de pas se firent entendre. Dominique avait ramené la directrice. Molly sentait que ça allait très mal finir pour elle et pour les deux autres aussi. La directrice particulièrement choquer par leur comportement s'écria donc sans attendre :


« Par Merlin, que s'est-il passé ici ?! » s'écria-t-elle.

Molly ne disait rien, mais elle sentait le regard pesant de la directrice sur sa personne. Elle devait sûrement attendre des explications de la jeune fille, mais aucun mot ne sortit de sa bouche. La directrice reposa rapidement son regard sur les deux garçons et s'exclama sous le regard abasourdi de Molly qui s'attendait à ce qu'elle lui fasse des remontrances :

"Et bien Messieurs, les directeurs de vos maisons seront certainement ravis d'apprendre que leurs élèves se bagarrent dans les couloirs" Le regard de la directrice vira à nouveau sur la Préfète de Gryffondor : « Et vous Miss Weasley Pourquoi n'êtes-vous pas intervenue ? Vous êtes préfètes, vous avez des responsabilités. »

Molly s'en attendre plus longtemps, essaya d'articuler des excuses, enfin elle essayait :

« Je le sais professeur. » Molly s'arrêta-là préférant ne pas s'enfoncer plus, baissa son regard pour montrer qu'elle était désolée. Sans attendre plus longtemps, le professeur éloigna la foule d'élève. Ensuite, elle regarda attentivement les deux garçons, l'un semblait bien plus amocher que l'autre. Sans attendre elle enchaîna :

« Miss Weasley » dit-elle en regardant Molly. « Vous allez accompagner Mr Prescott au bureau de Mr Londubat, il s'occupera de lui. Ensuite, vous viendrez dans mon bureau. Nous avons certaines choses à éclaircir au sujet de cette histoire et je suis sûre que vous serez ravie de tout m'expliquer. » Elle se retourna ensuite vers Dominique et dit : « Quand à vous Dominique, aider-moi à transporter Mr Lestrange jusqu'à l'infirmerie. »

Molly ne discuta pas davantage et s'empressa d'obéir à la directrice.


HRP:
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: • la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» People are strange | Molly Weasley & Dominique Weasley [Terminé]
» Comment perdre son temps utilement. Ou presque. | Molly Weasley & Niklaus Dubois [Terminé]
» Dominique Weasley [terminé]
» Un matin Chat-lutteur | Molly Weasley [Terminé]
» L'enfance est courte, la maturité infinie | Molly Weasley [Terminé]

• la st-peeves. | Dominique Weasley, Molly Weasley & Oliver Prescott [Terminé]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: