Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €

Pas de vacances pour les braves [PV Effy]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Sam 10 Déc 2016 - 23:05
Sam n'avait pas pris de "vraies" vacances depuis une éternité. Quelquefois, Dennis parvenait à le traîner en week-end dans un bel endroit, mais rien de plus, et il estimait que ce dépaysement de deux jours était un ressourcement bien suffisant. Il était trop inquiet de ses patients et trop accroché à sa routine pour éprouver le désir de voyager. Et puis, il n'avait pas une personnalité à se prélasser sur une plage avec les doigts de pied en éventail. En fait, il aimait voyager, mais seulement dans sa tête et surtout dans ses livres. Les carnets de voyages, les magazines de magizoologie avec leurs superbes illustrations exotiques et les biographies de sorciers au bout du monde fleurissaient dans sa bibliothèque.
En cette fin du mois de juillet, il était donc présent à son poste, comme toujours, à l'hôpital Sainte-Mangouste. Ce jour-là, il devait recevoir des patients en consultation. Sam accrocha sa longue cape bleue à un petit porte-manteau derrière son bureau, posa le balai sur lequel il était arrivé (il ne transplanait que quand il n'avait pas le choix, adorant voler) sur le mur derrière lui, se prépara un thé à la saveur de fruits rouges et promena un regard affectueux sur toute la pièce. Avoir son propre bureau à son âge n'était pas un mince exploit et il en ressentait de la gratitude. Il s'assit à son bureau, en pleine forme à huit heures du matin. Il avait toujours été matinal. Sa première visiteuse de la matinée, Effy Rees, serait peut-être d'un autre avis... Le jeune homme sourit en pensant à l'une de ses jeunes patientes préférées. Si désintéressé, si professionnel qu'on pût se montrer dans son métier, on ne pouvait pas se départir d'avoir plus d'affinités envers tels ou tels patients — surtout quand un certain nombre desdits patients étaient plutôt du genre... contraignants, comment dire, on était forcément porté vers les personnes plus agréables. Et puis, il connaissait très bien Effy Rees pour avoir été en charge de son dossier il y avait quatre ans, alors qu'elle devait suivre une lourde rééducation suite à une grave blessure au dos. Il l'avait vue se relever à la fois dans sa tête et dans son corps et son tempérament enjoué l'enchantait toujours.
Le rendez-vous était fixé à huit heures trente. Sam s'occupa en passant vaguement la main dans ses cheveux pour se repeigner — contrepartie de venir en balai, surtout par une journée très venteuse comme celle-là — sans grand succès d'ailleurs — la secrétaire de l'accueil persistait à le traiter de « hibou ébouriffé » —, en écrivant une ou deux lettres, en étudiant le dossier difficile d'un autre patient et en se mettant insensiblement à rêvasser à ses fils, Miles et Desmond, de retour de vacances, et est-ce que Miles n'avait pas paru plus fatigué que d'habitude ces derniers temps... Sam sursauta en se rendant compte que l'heure avait tourné. Il sortit dans le couloir.


— Miss Rees ? Bonjour, lui dit-il avec un sourire et une poignée de main. Entrez...

Il la fit entrer avant lui, ferma la porte, ouvrit un tiroir, utilisa un sort d'Attraction pour récupérer rapidement le dossier d'Effy. Autant était-il honteusement désordonné à la maison, autant se montrait-il beaucoup plus diligent à son travail, mais ça ne signifiait pas que son bureau était d'un ordre absolument irréprochable. Des dossiers et des livres traînaient sur la table et quelques meubles, traces d'un travail intense et rarement interrompu. Ceci dit, entre le bureau un peu en désordre, ses cheveux en pétard et ses vêtements froissés par le vol, il offrait toujours un spectacle ridicule à ses patients et collègues. Enfin, il s'installa dans son fauteuil, joignit les mains sur la table et considéra la jeune fille avec son regard spécial de médicomage : doux et engageant, tout en scrutant discrètement son visage à la recherche de symptômes de tristesse ou d'une autre maladie. Avec son sourire terriblement sincère et sympathique, il avait un don presque magique pour mettre ses patients en confiance et amener les plus timides à se confier. Être un gentil médicomage avait ses aléas : plus d'une fois, ses supérieurs lui avaient reproché de "perdre" beaucoup trop de temps durant ses consultations au mépris de l'efficacité. En plus, tout le monde avait ses jours sans et chaque fois que Sam n'avait pas le moral, il ressentait douloureusement la distance supplémentaire qui se creusait entre lui et ses patients au mépris de ce qu'il aurait pu leur donner. Enfin, c'était parfois très fatigant de se mettre à la disposition de tout le monde ainsi... même si c'était bien sûr la carrière qu'il avait choisie et que pour rien au monde il n'en aurait voulu une autre. Les patients étaient exigeants et lui prêtaient des pouvoirs qu'il n'avait pas... Mille et un problèmes que rencontrait chaque médicomage. Mais ce matin, ça allait. Il était content.

— Comment allez-vous ?

C'était la question rituelle. Il l'écouta avec attention, répondit en fonction et finit par demander, toujours de sa bonne voix paisible :

— Alors, que puis-je faire pour vous ?

C'était la deuxième question rituelle. Sam se souvenait très bien qu'Effy venait pour son contrôle annuel, mais il y avait peut-être autre chose dont elle souhaitait lui parler. Il commençait toujours ses entretiens ainsi.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Mer 21 Déc 2016 - 15:13


Pas de vacances pour les braves

Avec Samwell Scamander


Oh, maudit soit ce rendez-vous ! Cette phrase tournait en boucle dans la tête d'Effy depuis qu'elle avait été tirée du lit par la main pressante de sa mère. Qui, mais qui avait eu l'idée de prendre un rendez-vous si tôt, en plein pendant les vacances ? La jeune fille reposa sa tête blonde sur son oreiller, pensant avec espoir qu'elle pouvait bien profiter de quelques minutes de répit pour fermer les yeux. Juste fermer les yeux, un rien du tout, une poignée de minutes, pas pl...
-Effy ! Ne m'oblige pas à remonter, je t'ai dit de te lever !
Oh Merlin, mais quel dragon ! Remarque, elle faisait peut-être bien d'insister... Jamais Effy n'avait pu imprimer un seul horaire dans son esprit rendu imperméable à toute idée de ponctualité. Soufflant à qui mieux mieux, la Gryffondor se leva, les yeux encore bouffis de sommeil, la trace de l'oreiller sur la joue, et sa tignasse... n'en parlons pas. En même temps, rien d'étonnant à ce qu'elle se sente si fatiguée... Depuis qu'elle était rentrée à Llanelli, chez elle, elle avait déjà eu mille occasions de s'ennuyer. Alors elle avait recommencé à partir pour ses promenades – des excursions, préférait-elle dire -, repoussant le moment de rentrer à la maison jusqu'à une heure avancée de la soirée. Cela mettait sa mère dans des états impossibles, mais au moins elle ne restait pas immobile à étouffer dans son coin.

La jeune fille se glissa dans la cuisine, encore complètement débraillée, ce qui lui valut un regard franchement désaprobateur de la part de sa génitrice. Cette-dernière finit par soupirer avant de secouer la tête. -Bon, tu te souviens, aujourd'hui je ne peux pas t'accompagner, j'ai à faire sur le Chemin de Traverse. Tu prendras le Magicobus de là jusqu'à Sainte Mangouste, ça ira ? Voyant que son aînée acquiesçait d'un air absent, elle reprit -Et dépêche-toi, tu vas encore arriver en retard ... Comme si elle n'en avait pas l'habitude... Mais désireuse de couper court aux remontrances maternelles, elle engloutit son petit-déjeuner avant de se ruer à l'étage pour s'habiller. Avec une pointe d'appréhension, elle tira sur une mèche bouclée et fermement emmêlée avec d'autres. Bon, ça irait si elle les attachait juste, non ?

***

-Sainte Mangouste, on est arrivés ma petite demoiselle !
D'un pas vacillant, Effy s'extirpa de ce véhicule de l'enfer. Même pour une adepte des sensations fortes, c'était décidément trop violent. Jetant un coup d'oeil à sa montre, elle étouffa une flopée d'injures. On pouvait lui dire qui avait bouffé les vingt minutes qu'il lui restait la dernière fois qu'elle avait vérifié l'heure ? Elle était sacrément en retard maintenant ! Elle se rua vers ce qui ressemblait à un magasin désaffecté, déclina à voix basse le motif de sa visite, jusqu'à ce que le mannequin ne s'anime. C'était toujours quelque chose de revenir ici, de pénétrer dans un environnement à la fois un peu angoissant et curieusement familier. Mais rien d'étonnant, elle venait ici depuis plusieurs années maintenant, sans compter la longue thérapie qu'elle avait dû suivre suite à son accident, la conduisant à devenir une résidente permanente l'espace de plusieurs semaines.

Effy se rua à l'accueil pour faire enregistrer son entrée, trépigna jusque ce soit finit, puis gravit les marches quatre à quatre jusqu'au bureau du docteur Scamander. Elle avait beau être dans un hôpital, elle se débrouillait toujours pour être aussi gracieuse et discrète qu'un boeuf. Ainsi, elle se précipita dans le couloir, essoufflée et échevelée comme jamais, une poignée de secondes avant qu'il ne vienne lui ouvrir la porte. Elle tendit une main pour serrer la sienne, et balbutia une réponse comme elle put. -Bon.. Bonjour docteur... P-Pardon pour le retard ! Puis elle pénétra dans le bureau. Certaines choses ne changeaient pas, songea -t- elle en s'asseyant dans le siège réservé aux patients, en face du bureau du docteur, comme à chaque fois qu'elle y venait, tous les ans, depuis son accident. L'ambiance désormais familière de la pièce et le regard engageant du médecin suffirent à dissiper les rares appréhensions qu'elle conservait en venant ici. Assez pour qu'elle retrouve son engouement habituel. -Pour quelqu'un qui vient de subir un trajet en Magicobus, je crois que je ne m'en sors pas trop mal ! Lança -t- elle tout de go, un brin amusée par sa propre vanne. -Plus sérieusement, ça va... Pour mon dos j'ai souvent mal après un effort un peu trop lourd ou trop long, mais je crois que ça va mieux. Avant, j'avais mal rien qu'en restant trop longtemps debout ou immobile... Enfin, c'est vous le médecin hein ! Est-ce que c'était encore judicieux de lui avouer qu'elle s'était plantée en tentant de grimper aux arbres, à la fin de l'année passée ? Après tout ses côtes avaient été les seules touchées, et Miss Bonnefoy lui avait déjà assez remonté les bretelles.

Depuis le temps qu'elle le connaissait, Effy avait fini par vouer une confiance aveugle au guérisseur, en charge de son dossier depuis le jour où elle avait mis les pieds ici, à moitié inconsciente et le dos explosé. Ce fut bien pour cette raison qu'elle lança le sujet qui la préoccupait un peu, espérant une réponse positive. -Alors, j'avais une question... Je voulais savoir si mon dos était maintenant assez fort pour supporter... Disons une pratique intensive du vol en balai. Deux ou trois fois par semaine, par exemple. Nul besoin d'évoquer le Quidditch d'emblée, bien que l'allusion était bien plus qu'implicite. Si seulement ce crétin d'Oliver Prescott ne l'avait pas refusée dans l'équipe l'année dernière !
Code by Joy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Sam 31 Déc 2016 - 5:20
— Bon.. Bonjour docteur... P-Pardon pour le retard ! bégaya la demoiselle qui avait l'air tout aussi débraillée que lui-même.

Il y avait certaines choses que Sam passait à des patients et qu'il ne pardonnait pas à d'autres, comme par exemple, le fait d'arriver honteusement en retard. Année après année, il y était tellement habitué avec Effy Rees qu'il ne songeait plus à s'en plaindre : c'était à peine s'il l'avait consciemment relevé. Pourtant, il détestait perdre du temps au travail. Il fallait dire aussi qu'il était naturellement plus indulgent envers de jeunes patients. Comme d'habitude, Sam s'assit à son bureau et l'invita à s'exprimer. Sa réponse le fit sourire :


— Pour quelqu'un qui vient de subir un trajet en Magicobus, je crois que je ne m'en sors pas trop mal !

Bien qu'il fût amusé par la remarque, il ne rit pas. Il avait un côté trop indolent pour rire, beaucoup de gens lui avaient d'ailleurs reproché d'être un peu mou ou trop sérieux. Il continua de sourire avec douceur tandis qu'Effy poursuivait :

— Plus sérieusement, ça va... Pour mon dos j'ai souvent mal après un effort un peu trop lourd ou trop long, mais je crois que ça va mieux. Avant, j'avais mal rien qu'en restant trop longtemps debout ou immobile... Enfin, c'est vous le médecin hein !

Sam hocha la tête pour montrer qu'il suivait. Jusqu'ici, tout se passait comme prévu, pas de mauvaise nouvelle, la guérison du dos semblait suivre tranquillement son cours.

— Très bien, très bien... fit-il pensivement, d'un ton réservé.

La plupart des médicomages gardaient un ton réservé quand ils soulignaient un fait positif dans l'évolution d'un patient : trop l'habitude des histoires qui tournaient mal. Pourtant, Effy semblait quelque peu préoccupée lorsqu'elle reprit :


— Alors, j'avais une question... Je voulais savoir si mon dos était maintenant assez fort pour supporter... Disons une pratique intensive du vol en balai. Deux ou trois fois par semaine, par exemple.

Sam haussa brièvement les sourcils.

— Une pratique intensive ? releva-t-il.

Soit il se trompait de beaucoup, soit la jeune fille était en train de lui demander si elle pouvait jouer au Quidditch. Il n'hésita d'ailleurs pas à lui poser franchement la question, avec un sourire pour tenter de dédramatiser la situation :


— Vous voulez parler de Quidditch ?

Il passa le visage d'Effy au scanner jusqu'à ce qu'il fût convaincu qu'il avait vu juste. Nom de Merlin, depuis qu'il exerçait, ce sport lui avait fait voir au moins des dizaines de patients. Jamais il ne le lui pardonnerait. Il dissimula néanmoins son agacement : il pouvait faire la leçon à tout son entourage, mais ce n'était pas son rôle de professionnel d'infliger ses opinions à ses patients. Tout ce qu'il avait à faire, c'était répondre à la question. Il prit le temps de la réflexion, poussa un petit soupir et déclara :

— Le vol est un sport qui sollicite énormément le dos. De manière raisonnable, vous pouvez le pratiquer a priori sans problèmes, mais des acrobaties répétées et de longues séances de vol par journées venteuses pourraient à la longue poser problème. C'est pour ça que je vous conseillerais de ne pas voler seule pour ne pas prendre de mauvaises habitudes : si vous pouvez vous faire accompagner par un professeur ou un voleur expérimenté, ce serait encore le mieux. Un sport régulier est conseillé pour vous. Pour ce qui est du Quidditch, c'est autre chose...

Il fronça les sourcils, l'air sérieux.

— Volez-vous déjà régulièrement ?

Il était un peu inquiet. Sam n'avait pas l'intention d'interdire de manière arbitraire à Effy de jouer au Quidditch, mais la voir revenir dans son cabinet pour une chute brutale ou un méchant Cognard dans le dos serait la dernière chose qu'il lui souhaiterait dans son état. Dans cette situation, il avait l'intention de commencer par lui exposer tous les risques et les dangers d'une pratique « intensive » du vol, sans rien y ajouter ou en retirer, les faits de manière brute, avant d'éventuellement accorder sa permission du bout des lèvres si Effy s'entêtait. C'était son devoir, d'ailleurs. Fichu sport. Ils étaient fous, à Poudlard, d'encourager les enfants à y jouer. Il espérait bien pouvoir en préserver les siens...


Dernière édition par Samwell Scamander le Mer 12 Avr 2017 - 23:11, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Dim 5 Fév 2017 - 22:59


Pas de vacances pour les braves

Avec Samwell Scamander


Tandis qu'elle exposait la situation de son dos et évoquait les symptômes les plus persistants, Effy restait suspendue à la moindre réaction du médecin. Confiante de nature, la jeune fille avait pourtant tendance à s'inquiéter rapidement lorsqu'il s'agissait de la partie la plus fragile de son corps, et ce en dépit de toutes les idioties qu'elle avait pu faire durant l'année. Ses yeux bleus étaient donc rivés sur le visage du docteur Scamander, attentifs à la moindre moue, à la moindre inflexion des sourcils. Pourtant, pour l'instant tout paraissait se passer comme prévu si l'on s'en fiait à la réponse pensive du spécialiste, que rien ne semblait contrarier en ce jour. Ce ton qui pouvait paraître vague pour certain, elle le connaissait plutôt bien depuis le temps, et savait pertinemment que ce n'était pas le genre de réponse dont il fallait s'inquiéter.

-Alors, c'est quoi l'étape suivante ? Finit-elle par demander. Chaque année c'était un peu la même chanson. Effy restait toujours impatiente de savoir à quel point elle récupérait petit à petit les capacités physiques de son dos – même si elle n'était plus très loin d'une guérison optimale – et comment elle devait orienter les exercices de rééducation qu'elle devait toujours faire un petit peu. Tout ça l'aidait quand même à attendre sans trop de mal le jour où on lui dirait que c'était bon, qu'elle n'aurait plus à se soucier de ce problème, qui ne faisait que la stopper pour certaines activités.

Comme le Quidditch d'ailleurs. Bon, au temps pour la discrétion, elle était cramée. En même temps ça n'avait pas dû être bien difficile pour un guérisseur dont les deux enfants étaient à Poudlard. Bien plus qu'un sport porté aux nues, comme d'autres lycées moldus pourraient vénérer leurs équipes de basket ou autre, le Quidditch était pour beaucoup, au centre de la culture sorcière et pour les apprentis sorciers, l'un des seuls exutoires appréciables du Château. Il avait donné lieu à une véritable culture d'école à Poudlard, et quiconque avouait ne pas s'y intéresser ou pire, ne pas aimer ça, déclenchait autour de lui toutes sortes de réactions entre l'étonnement poli et le mépris le plus franchement marqué. Il n'était donc pas bien difficile de comprendre pourquoi la Rouge et Or était affreusement frustrée de ne pas pouvoir pratiquer son sport préféré à cause d'un accident qui remontait déjà à des années.

Sous le poids du regard inquisiteur de Scamander, Effy n'avait pu faire autrement que de hocher vaguement la tête, confirmant qu'il s'agissait bien de ce sport. Un brève expression de surprise mêlé d'un je-ne-sais-quoi anima le visage quelque peu indolent du guérisseur, et lui fit bien comprendre que la partie n'était pas gagnée d'avance. Et le petit laïus qui vint par la suite ne fit que confirmer cette impression. La jeune fille se sentit un peu découragée par toutes les conditions qu'il énumérait les unes après les autres. Les entraînements ou même les matchs de Quidditch ne s'apparentaient pas à de longs vols tranquilles, loin s'en fallait. Et malgré tous les accès d'orgueil qui auraient pu lui faire dire tout et n'importe quoi, elle ne volait pas si bien que ça, souvent gênée par son dos (justement) dans certains mouvements. Et que dirait son médecin s'il savait qu'elle visait le poste d'attrapeur, très exposé aux cognard et propice aux acrobaties les plus stupides ?

Plus il déblatérait ses propos, et plus Effy sentait l'amertume et la frustration l'envahir, lui faisant serrer les poings à s'en faire blanchir les phalanges. Elle s'obligea à respirer profondément pour ne pas passer pour une capricieuse de première zone : elle aurait tout le temps de hurler une fois rentrée chez elle. Elle avait beau traîner sa réputation de tête brûlée et d'hyperactive, elle n'irait certainement pas lui désobéir : trois malheureuses heures de Quidditch ne valaient certainement pas une vie passée dans une chaise roulante. Mais pour l'heure, il était peut-être encore possible de trouver un compromis. Et il allait falloir être raisonnable. Mais ... avec une deuxième lecture des propos du docteur Scamander, elle se rendait compte qu'en fait, son discours comportait suffisamment d'ouvertures pour que l'espoir lui soit encore permis. Effy retint un sourire un peu dément de justesse, et redressa un peu la tête, plus ouverte aux concessions qu'une minute auparavant. -Je comprends très bien, et je me détesterai de me blesser encore plus à cause de mon entêtement. Mais mettons que je sois intégrée dans l'équipe... Si je me ménage des pauses pendant les entraînements, voire même que je me fais remplacer lorsque le temps est trop mauvais pour moi, je diminue les risques, n'est-ce pas ? Derrière son dos, elle croisa les doigts. Sans nul doute, par "sport régulier" il voulait sûrement signifier un sport plus doux. Mais elle n'était que trop consciente des "risques" : elle avait trop pris l'habitude de s'épuiser physiquement pour ne plus avoir à penser, surtout la nuit où les cauchemars profitaient de la moindre brèche pour venir la hanter. A la dernière question du guérisseur, elle hocha lentement la tête. -Oui, deux ou trois heures par semaine avec ma meilleure amie de Gryffondor : je ne sais pas si son niveau est celui d'un expert, mais elle vole depuis très longtemps et fait partie de l'équipe de Quidditch depuis trois ans. Elle m'a pas mal entraînée...
Code by Joy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Jeu 13 Avr 2017 - 0:23
Hélas, Effy Rees n'aurait pas été Effy Rees si elle avait été du genre à baisser les bras et au fur et à mesure qu'il parlait, Samwell, s'il avait eu le moindre doute, eut la confirmation d'à quel point cette demande comptait pour elle : les mâchoires crispées, les mains serrées jusqu'à ce que les jointures aient blanchi. Malgré tout, elle se contrôla et finit par réagir en proposant un compromis raisonnable. Samwell ne réagit pas tout de suite, tentant lui aussi de masquer ses vrais sentiments, car il était toujours aussi réticent à laisser son inimitié envers ce sport de côté. Les mains jointes sur le bureau, la tête baissée dans une attitude pensive, la mine réservée, il répondit au bout d'un instant, à contrecœur et en hochant lentement la tête :

— C'est exact...

Puis il releva la tête et enchaîna, en fronçant légèrement les sourcils, sur la question concernant sa pratique. Un tic discret agita le coin de ses lèvres quand il apprit à quels risques s'était exposés sa patiente. Sans lui en parler ! Cela le contrariait un peu. Mais ne voulant pas la gronder, il se contenta de répondre avec un sourire comique un peu las :

— Deux à trois heures de vol par semaine ? Mais que faites-vous encore dans mon dos, Miss Rees ?

Une étincelle dans son regard dénonçait la plaisanterie : au fond, c'était lui-même qu'il tournait en dérision. Redevenant sérieux, il retint un soupir et sentit qu'il ne pouvait pas lui refuser nettement de jouer au Quidditch. L'état de son dos, quoique toujours fragile, ne le justifiait pas vraiment. Il avait donné ses conditions, il ne pouvait que les répéter et marteler que le Quidditch était un sport dangereux, ce qu'elle savait déjà. Et surtout, même s'il la savait un peu tête brûlée, il la connaissait et lui faisait confiance pour ne pas exagérer : cette confiance fut déterminante. En outre et en dépit de sa défiance pour la discipline, au fond, il aurait également eu de la peine de lui refuser ce qui semblait lui tenir autant à cœur.
Au bout d'un moment de réflexion silencieux, il répondit enfin :


— Je ne vais pas vous interdire de jouer au Quidditch mais il est important que vous soyez parfaitement consciente que vous courrez toujours un peu plus de risques de vous blesser que les autres, insista-t-il. Tous les sportifs évitent de forcer et vous devez l'éviter d'autant plus. Faites une pause toutes les heures au minimum. Cela ne rendrait pas service à votre équipe de vous blesser, vous le savez bien. Si votre capitaine râle, ne l'écoutez pas. Il y a toujours ce détestable esprit compétitif à Poudlard, lâcha-t-il, sortant temporairement par étourderie de son rôle strict de bon médecin. Puis, revenant à son sujet : Et si vous sentez la vieille douleur revenir, cela va sans dire : arrêtez tout ! Ne laissez pas la fièvre du sport gâter votre évolution, d'accord ?

Sam parlait avec l'once de familiarité teintée de professionnalisme que lui autorisait sa proximité avec sa patiente. Il avait toujours tendance à s'impliquer un peu trop dans la guérison de ses patients, cela lui avait été reproché maintes et maintes fois par ses pairs.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Ven 21 Avr 2017 - 19:53


Pas de vacances pour les braves

Avec Samwell Scamander


A présent, Effy en jubilait presque silencieusement, faisant taire la petite voix insidieuse qui lui soufflait qu'elle avait quand même pas mal forcé la main au docteur. Mais non voyons ! Il savait ce qu'il faisait, s'il avait jugé que c'était trop dangereux, il se serait montré inflexible, ce qui n'était pas le cas ! Pourtant, en voyant la posture du guérisseur, qui à elle lui apparaissait comme plus fermée qu'à l'ordinaire, elle craignit qu'il ne revint sur ses premiers mots. Ce qui fit qu'après une brève inspiration sèche, un brin inquiète, elle dut franchement se retenir pour ne pas laisser éclater sa joie, après qu'elle ait obtenu plus ou moins gain de cause. Plus ou moins, parce que ça semblait lui arracher la bouche que de l'approuver dans ce choix de sport. Tant pis, elle aimait trop voler pour s'en passer, même si cinq minutes avant elle s'était promis de s'en tenir à l'avis médical. En parlant de voler d'ailleurs... Cette petite incartade qu'elle venait d'avouer lui valut un regard faussement sévère de la part de Scamander. Regard face auquel la Galloise eut la décence de paraître un peu piteuse. Une moue un peu gênée se substitua à son sourire éclatant... Qui revint bien vite en se rendant compte qu'il n'était pas vraiment sérieux, et une étincelle de malice s'alluma à nouveau dans son regard azur.

-Ah, docteur ! Si je vous le disais, vous en sauriez plus que ma mère ! Déclara -t- elle avec entrain, avant d'éclater de rire. Oui, à sa propre blague. En espérant aussi qu'il tenait vraiment à cette histoire de secret médical (le contraire l'étonnerait) sinon elle était bonne pour un bon savon en rentrant à la maison.

Scamander redevint un brin sérieux, et Effy se força à faire de même, se doutant que la suite de la discussion serait orientée vers de nouvelles mises en garde et autant de recommendations en tout genre. Et elle eut raison. L'espace d'un instant, elle en vint à se demander s'il verrait bien le fait qu'elle se montre aussi familière avec lui qu'avec l'infirmière de Poudlard, Aodrena Bonnefoy, une vraie mère poule dans son genre. Bon, ce qui était sûr c'était qu'il risquait en effet de mal prendre le fait qu'elle lui claque un "oui maman" en réponse... alors autant s'abstenir. Lorsqu'il en vint de parler du capitaine, elle songea que c'était vraiment une bonne chose que ce crétin de Prescott soit parti. Elle n'aurait surtout pas voulu lui donner la moindre opportunité de le mettre sur le banc de touche. Et ça aurait pu s'avérer dangereux pour elle.

-J'en suis parfaitement consciente, monsieur !, assura -t- elle avec vigueur, cette fois toute envie de rire s'étant envolée. Il était temps de lui montrer qu'elle était digne de sa confiance et qu'elle resterait raisonnable. -Je ferai très attention. Et puis, l'infirmière de Poudlard, Mme Bonnefoy est déjà au courant. Et me couve déjà pour cette raison, bref. Je fais déjà du sport régulier à l'école, je cours plusieurs fois par semaine avec beaucoup d'étirements, je crois que ça ira pour lui. Ajouta -t- elle en se tapotant le bas du dos, comme s'il s'agissait d'une entité autonome de son corps. Ca l'était un peu en fait, tellement une bonne partie de sa vie avait tourné autour de ça. Et puis c'était omettre de dire que quand la "vieille douleur" en question revenait, il lui semblait d'un coup aussi fragile qu'un château de cartes, comme s'il n'était plus qu'un amoncellement d'os sans rien pour tenir la structure. Aussi, à la dernière phrase, elle hocha la tête avec ferveur. Bref. La partie la plus dure restait maintenant de convaincre sa mère d'acheter un balai. Ca serait encore un coût qu'elle ne manquerait sans doute pas de lui reprocher, mais tant pis. Les balais de l'école étaient si vieux et abîmés que ça pouvait même être dangereux.

-Du coup, est-ce que je dois encore adapter mes exercices de rééducation ? Finit-elle par s'enquir après ce long silence un peu songeur.
Code by Joy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Mer 3 Mai 2017 - 22:59
— Ah, docteur ! Si je vous le disais, vous en sauriez plus que ma mère ! répliqua Effy avec un rire espiègle.

Le sens des responsabilités interdisait à Sam de rire mais un sourire étira ses lèvres. Il se souvint au même instant, de manière assez aléatoire, que sa grand-mère n'aimait pas que les gens sourient sans montrer leurs dents : elle prétendait qu'ils ne semblaient pas sincères. Si c'était vrai, cela aurait été plutôt dommageable dans son cas puisque ça aurait signifié que la grande majorité de ses sourires étaient faux. Étant plutôt épanoui dans sa vie par ailleurs, l'éventualité semblait heureusement peu probable.

À sa petite leçon de morale, pendant laquelle il surprit le regard d'Effy qui lui fit fort penser à celui de ses fils lorsqu'ils se contraignaient à paraître le plus sages et obéissants du monde — qu'est-ce que cela serait à l'adolescence... —, l'intéressée répondit par la plus vigoureuse promesse, elle serait prudente, juré !... qui achevait de montrer à quel point cette demande comptait pour elle.


— Je ferai très attention. Et puis, l'infirmière de Poudlard, Mme Bonnefoy, est déjà au courant. Et me couve déjà pour cette raison, bref...

Sam hocha la tête, il connaissait Mme Bonnefoy, elle veillait déjà sur ses jumeaux et il la considérait comme digne de confiance.

— ... je fais déjà du sport régulier à l'école, je cours plusieurs fois par semaine avec beaucoup d'étirements, je crois que ça ira pour lui.
— Ne forcez pas, insista-t-il, car ses voyants d'inquiétude professionnelle commençaient à s'allumer dans son cerveau. Tant pis s'il avait l'air de radoter ! Privilégiez les disciplines douces, comme de relaxation par exemple, elles se marieront mieux avec un sport comme le Quidditch.

Cela l'étonnait que Mme Bonnefoy eût encouragé Effy à faire de la course en plus du vol : selon lui, ce n'était pas le meilleur sport, mais il ne voulut pas avoir l'air de la critiquer devant sa patiente.
Un silence s'étira qu'Effy finit par briser d'un air songeur :
 

— Du coup, est-ce que je dois encore adapter mes exercices de rééducation ?
— Non, ils semblent très bien vous réussir, répondit Sam en griffonnant des trucs de médicomage dans ses papiers de médicomage. Il n'y a pas de raison particulière de le faire.

Il se leva et sourit à nouveau. Il l'aurait beaucoup sermonnée, au final, et il voulait terminer l'entretien sur une note plus joyeuse.

— Vous avez fait du bon travail. Continuez comme ça. N'hésitez pas à me contacter par hibou en cas de souci, d'accord ?

Il la raccompagna à la porte et lui serra la main, vaguement inquiet d'avoir déjà pris du retard su son prochain rendez-vous... Une longue journée l'attendait et il fallait espérer que son supérieur ne lui fasse pas encore de remontrances sur le temps qu'il avait tendance à consacrer à chaque visiteur. Mais rien à faire : il ne voulait négliger personne.

— Bonne fin de vacances et bonne rentrée en avance, Miss Rees, conclut-il de sa voix ronronnante.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Ven 5 Mai 2017 - 16:10


Pas de vacances pour les braves

Avec Samwell Scamander


Effy écouta le docteur Scamander lui faire ses dernières recommendations, d'un ton qui sonnait déjà la fin de l'entrevue. Les dernières d'aileurs, lui arrachèrent un petit sourire désabusé. Madame Bonnefoy lui avait déjà recommendé un bon milliard de fois de ne pas courir trop souvent, et jamais toute seule, savait-on jamais qu'elle se blesse et qu'elle ne puisse pas revenir toute seule jusqu'à l'Infirmerie ! Ce petit discours du "ne forcez pas", elle le connaissait déjà. Mais elle lui lança un regard un peu sceptique lorsqu'il insista sur la nécessité pour elle de faire des activités plus douces. Est-ce que lui-même croyait à ce qu'il disait ? La Gryffondor n'avait jamais tu son besoin viscéral de se dépenser, à la limite de l'hyperactivité. C'était juste... impossible de faire autrement. Le footing était même un moindre mal à ses yeux. Mais ce n'était pas comme si elle était objective en ce qui la concernait...

Enfin, le docteur Sccamander s'agita un peu, et se leva, signe qu'il allait la laisser prendre congé. Au final, il avait passé plus de temps à lui faire mille mises en garde, mais elle avait l'habitude, et elle y voyait surtout le signe que la guérison de son dos était réellement en bonne voie, et que si rien ne serait comme avant, elle serait bientôt optimale sans doute. Raison pour laquelle il devait être si réticent à la voir se précipiter sur des sports aussi risqués. Effy, sur le pas de la porte, lui serra la main en lui adressant un sourire reconnaissant. -Merci à vous docteur, bonne journée ! Répondit-elle avec chaleur, avant de tourner les talons.

Elle allait enfin pouvoir faire du Quidditch ! Même la perspective de reprendre le Magicobus ne parvint pas à rendre son pas moins sautillant, moins joyeux. Elle avait hâte de rentrer chez elle, dans la petite maison près du phare de Llanelli (suffisamment éloigné de la ville moldue pour ne pas être dérangée), pour annoncer la bonne nouvelle à sa mère et Nina. Meredith ne sauterait sans doute pas de joie, elle qui faisait toujours du zèle lorsqu'il s'agissait de s'inquiéter pour elle. Mais elle ne dirait rien, pour le moment. Elle était toujours prévenante dans les jours qui suivaient ces visites à l'hôpital, comme à chaque fois que la santé d'une de ses filles était en jeu.
Code by Joy
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Pas de vacances pour les braves [PV Effy]
Page 1 sur 1

Pas de vacances pour les braves [PV Effy]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: