Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

Sen Muto [Terminée]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:39




État Civil


Nom : Muto
Prénom : Sen
Origines : Inconnues
Date de Naissance : 12 Octobre 1991
Profession souhaitée : Professeur de Magie des Eléments
Diplôme : 7 Buses (Sortilège, SCM & Arithmancie : O / DCFM, Histoire de la Magie : EE, Potion & Botanique : A) et 5 ASPICS (Sortilèges, SCM, Arithmancie, Histoire de la Magie, DCFM : O)
Ancienne maison : Serdaigle
Animal de compagnie (Optionnel) : Morphée, un chat tigré noir & gris; Narcisse, un fléreur fier tigré roux; Masako, une chouette harfang; Murmure, Némésis, Orage, sombrals vivants près de chez elle qu'elle a baptisée officieusement.



Description


PHYSIQUE
Au premier abord, Sen est une jolie femme plutôt réservée et délicate, presque fragile. Son mètre soixante-dix lui donne une allure gracieuse, que sa démarche rend élégante, presque féline qui contrarie souvent la première impression. En lui accordant une attention de plus de trente seconde, on remarque ses cheveux bruns ondulés lui donnant une certaine allure sauvage accentuant l'intensité de son regard noisette illuminé d'une lueur espiègle et/ou innocente. Son visage ovale souligne la délicatesse de ses traits lui donnant un air fragile trompeur que son sourire franc vint souvent contrarié pour une autre impression : celle d'une femme qui aime croquer la vie à pleine dent.

En s'accordant quelques instants pour la détailler, peut-être remarquerez-vous que son attitude sage ou décontracté n'est qu'une façade car son regard intense semble noter chacun des éléments qui l'entoure et mettre à nu ses interlocuteurs, comme si elle était capable de lire dans leurs pensées. Peut-être noterez-vous que malgré son absence de poitrine, la jeune femme n'en ai pas moins attirante, et même, que cela ajoute à l'aspect félin de sa silhouette. Faisant régulièrement du sport, pour garder le contact avec le vent, ses muscles sont finement dessinés et une rencontre avec son poing sur votre mâchoire pourrait vous le confirmer si vous l'insultez.

Si vous en venez à discuter avec elle, peut-être remarquerez-vous sa main qu'elle passe dans ses cheveux d'un geste machinal, qu'elle soit agacée, séduite ou pensive, il ne tend qu'à se rappeler qui elle est, comme une sorte de geste pour maintenir sa confiance en elle, même quand elle n'a pas conscience qu'elle n'en a pas. Ou peut-être verrez-vous son index s'enrouler autour d'une mèche, ses mains se croiser pour mine de se craquer. Si elle veut poser son idée ou sa proposition, elle croisera les doigts devant elle, mais préféra les mettre derrière son dos si elle fait cours, dans une attitude plus droite et altière. En revanche, ce que vous ne remarquerez pas, c'est la fine cicatrice qui barre son dos, héritage d'une époque où elle devait jouer du couteau à l'orphelinat et le tatouage d'un dragon fin s'enroulant autour de son avant-bras droit pour cracher des flammes à l'intérieur de son coude, à moins qu'elle ne soit en tee-shirt, ce qui arrive rarement.

Bien qu'on ne la remarque pas au premier regard, sitôt qu'on lui accorde de l'attention, sa démarche et son allure lui donne inévitablement un certain charisme, comme une aura de liberté qui l'entoure et attire l'oeil tant elle semble détacher de la société. Si sa fragilité apparente peut lui être handicapante en terme d'autorité, son regard est suffisamment expressif et sa voix peut être suffisamment tranchante voire froide pour être significative. Ce n'est, cependant, pas l'approche qu'elle privilégie habituellement, préférant inspirer la confiance que la crainte.

Sen est plus souvent vêtue de sa robe de sorcière, n'appréciant guère s'habiller à moldue car elle se sent nue dans ses cas là. Il s'agit d'une robe noire aux manches uniquement constituées de dentelles. Elle porte également des bottes noires montant aux genoux. Ses cheveux sont rarement attachés, préférant les garder libre, accentuant l'aspect sauvage de son attitude. Quand elle travaille avec Alvin, elle porte le plus souvent une tresse, et sa tenue de travail, pas de dentelles qui risqueraient d'être salies ou déchirés.

Au final, l'allure de la jeune femme, aussi intrigante ou envoutante soit-elle, l'enveloppe d'une aura de mystère qu'elle cultive avec soin. Jeune femme réservée, la vie lui a appris à faire attention à qui faire confiance, comme tout un chacun. Manquant de sociabilité, elle préfère entretenir le mystère qu'elle dégage, préférant jouer de cette apparence plutôt que d'apparaitre fade aux yeux des autres. Celui lui évite d'être franche ou d'être sociable, préférant ainsi les répliques énigmatiques et les joutes verbales stimulantes qui sont, à ses yeux, un bien meilleur moyen de savoir qui on a en face de soi.

PSYCHOLOGIQUE
Sen est doté d'une personnalité plutôt complexe et la comprendre demande énormément de compréhension et de perspicacité.

Son premier trait de caractère est probablement son immense sensibilité. C'est une jeune femme très attentive à ceux qui l'entourent, attentive à leur bonheur ou leurs préoccupations. Il en découle une certaine générosité, une certaine douceur et une grande capacité de compréhension. S'il lui arrive de juger les gens avec sévérité, le plus souvent, elle les regarde en prenant du recul et en tentant toujours d'être compréhensive. Cette sensibilité à autrui est accru par sa perspicacité. Ayant appris très jeune à décrypter les expressions, nécessaire pour survivre à l'orphelinat, et découlant de ses malheureuses expériences sociales scolaires, elle se fit généralement à son instinct pour jauger les gens qui l'entourent mais use de sa perspicacité et de son sens de l'observation pour en tirer les preuves.

Malheureusement, ses qualités ne lui sont pas d'une grande utilité en société, mais davantage lors de parties d'échec magiques, car elle n'est pas particulièrement sociable bien qu'elle se soit amélioré avec l'âge, manquant parfois de tact, ne sachant pas toujours quoi dire ni comment le dire, de crainte d'être banale. De plus, elle s'est doté, au fils des années, d'un solide sens de l'humour, particulièrement versée dans l'ironie voire le sarcasme mais plus rarement dans le cynisme quoi qu'elle ne rechigne pas à l'exercice. Un exercice auquel elle ne s'exerce que lorsqu'elle y ait invité au risque de rendre son interlocuteur perplexe ou interdit qu'elle puisse être cru ou cinglante. De son adolescence rebelle, elle a gardé la franchise et son espièglerie qui lui ont déjà valu quelques ennuis mais ses proches savent que c'est un cadeau qu'elle leur fait d'être elle-même et ne lui en veulent que très rarement car elle peut se montrer blessante.

La jeune femme possède une grande fierté, une dignité qu'elle accepte mal qu'il soit froissé, bien que la carapace qu'elle se soit forgée avec les années la rende difficile à égratigner, surtout parce qu'elle a appris à prendre du recul en toutes circonstances. Il faut tout de même avouer que ce trait de caractère est en partie induit par un certain manque de confiance en elle qu'elle dissimule avec soin, s'obligeant à toujours remettre ses convictions et ses opinions en question. Cependant, lorsqu'on la cherche vraiment, on peut regretter de l'avoir trouver tant elle peut se montrer cinglante, voire violente. Arrivant à l'âge adulte, elle a appris à ne plus utiliser la violence, ou à le faire moins, mais elle n'hésitera pas à frapper car elle possède, malgré tout, une certaine impulsivité.

Cependant, malgré l'acquisition d'une certaine sagesse, la jeune femme a gardé une certaine rancoeur et tendance à la vengeance lorsqu'on lui cause du tort, ou que l'on essaye en tout cas, de la toucher, elle ou ses proches. Elle est capable de prendre du recul, mais gardera rancune envers quiconque la blesse ou cherche à lui nuire et lui rendra la monnaie de sa pièce, peu importe le temps qu'il faudra pour qu'elle se venge. Peut-être est-ce sa volonté, ou plutôt son incapacité à laisser les injustices impunies. Ou peut-être est-ce simplement imputable à son mauvais caractère. En effet, quand elle se met en colère, peu de choses sont capable de la stopper, et il est question d'une vraie colère, plutôt rare, pas d'un simple mécontentement, mais quelque chose qui peut la mettre hors d'elle.

La jeune femme reste espiègle et aime provoquer les gens pour produire une réaction. Difficile pour elle de ne pas saisir une perche lorsqu'on la lui tend et son esprit vif adore les joutes verbales mais bien qu'elle puisse tenue à une certaine rancoeur lorsqu'on la blesse, elle accepte bien volontiers d'être mouchée, quand la réplique est pertinente car cela n'est qu'un jeu d'esprit à ses yeux et elle n'est pas mauvaise joueuse. Parfois, cela l'emmène sur un jeu de séduction, mais elle ne conclut jamais, car elle préfère en rester aux joutes d'esprits avec ceux qui ont l'intelligence d'être à la hauteur de son sens de la répartie que sa perspicacité et son sens de l'observation rehausse.

Ancienne Serdaigle, apprendre est un chemin sans fin à ses yeux et elle se plait régulièrement à apprendre de nouvelles choses. Celui qui croit savoir n'apprends plus. Et Sen aime apprendre tous les jours, notamment en pratiquant la magie des éléments, repoussant ses limites ou tentant de nouvelles choses. Elle possède donc une bibliothèque plutôt impressionnante et elle passe rarement plus d'un mois sans avoir acheter un nouveau livre à la librairie, aussi la possibilité d'avoir, de nouveau, la bibliothèque à disposition lui fait grandement plaisir autant qu'il fait du bien à son porte-monnaie. Ils sont rares les moments où elle ne pense à rien, son esprit réfléchissant presque tout le temps à une question de philosophie, de magie, de politique, ou, récemment, de créatures magiques.

Pour se vider l'esprit, elle s'oblige régulièrement à dessiner pour s'apaiser, lui permettant souvent d'avoir un meilleur contact avec l'air, ou à écrire pour sortir ce qui la tourmente. Étrangement, même si elle n'a aucun feeling avec la terre, courir en forêt, quand elle n'est pas étouffante, lui fait également beaucoup de bien. C'est une habitude qu'elle a acquise au Japon et qu'elle n'a pas quitter depuis. Ce qui l'incite, chaque matin, peu avant que le soleil ne se lève, d'aller courir une heure minimum, ce qu'elle appelle son "décrassage matinal", puisqu'il réveille tous ses muscles et lui éclaircit l'esprit avant de prendre une douche -toujours froide le matin- et d'aller déjeuner. Du moins le fait-elle quand elle ne passe pas la nuit à travailler, notamment avec Alvin où il n'était pas rare qu'elle aille se coucher à 14h pour dormir un peu plus de 12h après presque 30h éveillée.

Malgré une certaine difficulté avec certains aliments, et son absence de faim continuelle, sauf quand son corps la rappelle à l'ordre en la faisant trembler et se sentir faible, elle n'en reste pas moins gourmande quand les aliments qu'elle mange lui plaisent, et elle se trouve également plutôt friandes de friandises, un reste de son enfance, probablement. Tout comme sa fascination toujours présente pour les produits de farces et attrapes, visible quand elle passe à Zonko. Parfois, elle regrette de ne plus être élève pour ne plus lancer des bombabouses dans les couloirs...



Votre Histoire



Je m'appelle Sen Muto. Les noms ont de l'importance pour les gens normaux, mais, en ce qui me concerne, ce ne sont que des étiquettes posés sur les gens, des étiquettes à qui on donne une âme, un caractère, une personnalité, une noblesse ou que l'on traine dans la boue. Sen Muto est le nom que j'ai choisit. J'ai de la chance, hein? Mais les Muto ne sont que ma septième famille. Kagoshi, Wight, Shaw, Sorel, Lynch. Autant de familles que j'ai côtoyé. Auxquels je me suis adapté, tel un caméléon. Avec plus ou moins de facilité. Plus ou moins longtemps. Si j'ai listé six noms sur mes sept familles, c'est que l'une d'entre elles, la toute première en véritable, m'est totalement inconnue. C'est paradoxale, n'est-ce pas? Ironique d'avoir traverser autant de famille, d'avoir été autant de monde mais d'ignorer le nom donner par mes géniteurs, non?

Mon premier souvenir date de mes quatre ans. Je jouais avec Therru avec des Bav'boules. Elle était un peu plus vieille que moi. Elle aussi avait été adopté par les Kagoshi. C'était un couple d'asiatiques plutôt sévère. En tout cas, ce sont les souvenirs que j'en ai. Je me souviens avoir été enfermé dehors après avoir trainé par ranger mes jouets. J'ai des souvenirs du jardin qui s'étendait devant et derrière la maison, de ma chambre, de mon lit, des nounours autour, du lit de Therru à côté du mien, des escaliers... Même de la petite rue, qui passait devant la maison. Et un jour, tout cela a disparu. On m'a emmené dans un immense bâtiment où il y avait plein d'adultes et quelques enfants. Dans le lot, une femme m'a prise par la main pour m'emmener dans l'orphelinat où je passerais une partie de mon enfance, entre deux familles d'accueil. Même Therru avait disparue. En tout cas, elle n'était pas avec moi à l'orphelinat.

Les Wight ont été ma deuxième famille d'accueil. Presque. Mes souvenirs de ce couple sont encore plus réduits que ceux des Kagoshi. La femme était très jolie, avec un sourire splendide, elle était blonde et elle s'accroupissait toujours pour me parler et parlait à la responsable de l'orphelinat comme si je n'entendais pas. L'homme, en revanche, je ne m'en souviens guère. J'en ai gardé une simple impression d'austérité, mais c'était la femme qui s'occupait de moi, je suppose. Je me souviens que je dormais au grenier. J'avais le grenier entier pour moi, avec le sols en planches de bois craquantes et les poutres au plafond. Mes souvenirs les plus marquants concernent l'école. J'ai détesté cette école. Je détestais la nourriture, et j'étais seule. Et je pleurais tous les matins. J'ignore pourquoi j'ai été rendue, mais ils n'ont, finalement, que brièvement traversé ma vie.

Les Shaw ont probablement été ma première véritable famille. Lorsqu'ils m'ont récupéré dans leur famille d'accueil, c'était la seconde fois que je les voyais, je devais bientôt avoir six ans. Je vivais depuis peu de temps à l'orphelinat quand on leur a demandé de me prendre car j'étais "adorable". La femme m'aidait à former des lettres et l'homme jouait avec moi. Ils habitaient une grande maison à la campagne et n'avaient pas d'enfants. Pas encore. C'est pour ça qu'ils m'ont adoptés. Ils avaient une terrasse, un jardin, un cagibi et un garage avec une balançoire dans le jardin. Il y avait une immense cuisine avec une table en bois au milieu. Mais il est probable qu'elle me paraissait immense parce que j'étais petite... Je les aimais bien, je crois. Je n'ai pas de mauvais souvenirs de cette famille. Pas de problème avec l'école en particulier, rien qui me fasse pleurer toutes les larmes de mon corps en tout cas. Tout comme les Wight et les Kagoshi, je suppose, c'étaient des moldus, ils m'ont donc envoyé à l'école maternelle puis en primaire. Ce n'était pas la première fois que j'essayais de me lier avec des enfants de mon âge, mais ce n'était pas forcément plus simple. Je suis devenue une curiosité et, bien vite, je me suis fait deux copines, Amber et Cecil. Enfin deux copines... Enfin, si, je suppose. Je me souviens surtout que tous les matins, en arrivant à pied à l'école puisque les Shaw vivaient à côté, j'avais le choix de voir Cecil venir vers moi pour me proposer de faire la gueule à Amber. Ou Amber pour faire qu'on boude Cecil. Ou personne et là je comprenais que c'était moi qui était ignorée. C'était une école avec une grande cour, un bac à sable et deux préaux. Comme la maternelle, la cantine n'était définitivement pas mon amie, j'ai toujours été difficile. Je faisais de la chorale, je crois, un vague souvenir de moi en train de chanter entourer de camarades devant le maitre. J'ai eu un amoureux, aussi, Alexander. Comment, pourquoi, je n'en sais rien, mais j'ai souvenir qu'on se soit fait un bisou. Quand je dis que les Shaw ont été ma première famille, c'est parce que j'ai vraiment été intégré, j'ai cru avoir une vraie vie. Sauf que j'ai rapidement compris que si éteindre la lumière sans toucher l'interrupteur ou faire tournoyer des feuilles dans le jardin pouvait être pratique et ne choquait personne qui ne l'aurait pas remarqué, accrocher un camarade à la gouttière et mettre le feu au canapé en plein repas, ne trouvant pas d'explication rationnelle aux yeux des adultes, les inquiétèrent rapidement. Je me souviens du regard inquiet de la femme. Chargé de peur. De méfiance. J'avais 7 ans quand ils me rendirent à l'orphelinat, abandonnant leur rôle de famille d'accueil à bout à force d'évènements étranges voire dangereux. Où je ne fie pas moins de dégâts.

C'est cela qui a attiré l'attention des Sorel. Sarah & John Sorel. On m'a convoqué au bureau de la directrice, je croyais que c'était pour me faire gronder, mais ils étaient là. Ils ont accrochés mon regard au premier coup d'oeil. Sarah était une femme magnifique, mais plus que sa beauté extérieur, elle était enveloppée d'une aura... d'un magnétisme... Elle semblait tellement vivante que je n'ai faillit pas remarquer John. Si la femme respirait la liberté, l'homme était plus posé, mais son regard était transperçant, comme s'il lisait en moi facilement. Écrasant de charisme et l'intelligence de son regard m'ont empêché de prononcer le moindre son. J'avais ouvert la bouche pour justifier le fait que mes haricots avaient disparus de mon assiette. Je n'en ai jamais eu l'occasion. J'ignore combien de fois la directrice m'a appelé avant que je ne la regarde pas. Sarah et John allaient être mes nouveaux parents adoptifs. Ce couple m'a permise de devenir moi-même. Imaginez un rosier sans fleur. Mes familles successives avaient permis la pousse de feuille et même un ou deux boutons chez les Shaw. Mais Sarah et John leur ont permises d'éclore. Timidement, certes, mais tout de même. Ils étaient des sorciers. Enfin Sarah était une née-moldue et John un sorcier classique. Je l'ignorais à l'époque, mais Sarah avait été rejeté par ses parents quand ils avaient vus ses pouvoirs et elle aussi s'était retrouvé dans un orphelinat à l'âge de 8 ans. Elle connaissait la souffrance des enfants rejetés. Et elle voulait m'éviter la même chose, même si c'était déjà mon cas. Ils m'ont aidé à supporter ses pouvoirs, à les contrôler, un peu, en tout cas à limiter les dégâts. Je n'ai pas la première enfant qu'ils récupéraient. Meredith, Will, Isaac, tous plus vieux que moi furent mes nouveaux frères et soeur. Tous les trois avaient été adoptés par le couple après un an chez eux. J'ai eu le droit de ne pas retourner à l'école. Les expériences que j'en avais eu ne m'encourageaient pas à vouloir y retourner et John a respecté mon choix, malgré la désapprobation de Sarah. Un temps en tout cas. Sarah a insisté pour que je la réintègre à la nouvelle rentrée scolaire, peu avant mes 9 ans. Papa et Maman. Ce ne sont pas les premiers que j'ai appelé ainsi, mais les premiers avec qui je les ai pensé vraiment. Ils habitaient une ferme à la campagne, même pas dans un village et ils m'emmenaient à l'école par transplanage. Et je disais que nous venions à pied. Tant pis si la maison se trouvait à un mille de l'école. Cette seconde expérience de la primaire a été moins horrible. J'étais toujours à l'écart des autres, ceux de mon âge, mais je m'amusais un peu plus avec les plus jeunes, ceux de 6 ans ou moins. Ils me voyaient comme un modèle, je crois, je jouais les grandes soeurs avec eux. A la maison, je me liais surtout avec Meredith. Celle-ci n'avait qu'un an de plus que moi alors qu'Isaac et Will étaient plus vieux et allaient déjà à Poudlard. Avec ma nouvelle grande soeur et mes parents, j'appris la passion de la lecture. Surtout des histoires, des contes, des romans. Je m'intéressais un peu à la magie mais je préfère la mythologie. Je ne crois pas à la fatalité aussi si j'avais l'habitude de changer de famille, je n'en fus pas moins inconsolable quand on m'arracha aux Sorel. Quelqu'un vint me récupérer à l'école, un jour et me ramena à l'orphelinat malgré ma fuite vaine, mes larmes, mes cris, et même les coups de pieds dans le dossier. Ma tentative de fuite à un feu rouge fut également avorté. Personne ne m'expliqua le comment du pourquoi. Et je me retrouvais de nouveau à l'orphelinat. Remplis d'enfants. Contrainte à la sociabilité. Seule.

Il s'est passé plusieurs mois à l'orphelinat avant que l'on m'impose à une autre famille d'accueil. En fait, je m'attendais à ne plus être retiré de l'orphelinat. Quand on approche d'un certain âge, on sait que c'est fichu. Personne ne s'intéressera à nouveau. Il faut être jeune, enfant pour attirer des parents attendris. Quand la vie vous a déjà un peu bousculé, si l'on ne peut plus vous attribué l'adjectif d'adorable, c'est fichu. Et en fait, ce couple ne s'intéressait pas à moi. Elisabeth et Kevin Lynch étaient des moldus. Le regard qu'ils ont portés sur moi quand je les ai rencontrés pour la première fois dans le bureau de la directrice n'avait rien en commun avec ceux que les couples habituels portaient sur leurs nouveaux protégés. Ils ne voulaient pas de moi. Et pourtant, ils m'ont prises. Ils sont signés les papiers, pour m'accueillir chez eux. Dès le début, ce fut la guerre avec eux. Ils ne m'aimaient pas, cela crevait les yeux. J'avais 10 ans et j'approchais de l'adolescence, j'avais appris des mots à l'école, des attitudes à l'orphelinat. Quand ils se montraient injuste avec moi je les reproduisais, je les répétais. Et j'étais punis en conséquence. Je les détestais. Je ne croyais pas qu'il fut possible de détester quelqu'un à ce point et je le découvrais. Mais pire que de découvrir le rejet, un rejet déjà vécu à l'école, mais redécouvert parce que mille fois plus forts, parce que volontaire, parce que pratiquer par des adultes. Pire que de le découvrir, une question, lancinante, m'a obsédée pendant ces années : Pourquoi? Je ne comprenais pas ce que je faisais ici. Je n'avais pas manifestement pas ma place dans leur foyer. Un foyer déjà occupé. Les Lynch avaient déjà quatre enfants dans leur petite maison de banlieue. Ashley, Gwenaëlle, Warren et Ruby. Tous des moldus. Ils m'ont tous détestés. Tous rejetés. Tous méprisés. Sauf Ruby. Mais il n'a aucun mérite. A 20 ans, il avait déjà sa vie à lui et je ne l'ai guère croisé. Gwen était la plus âgée. 16 ans, elle me regardait de haut, me commandait, comme si j'allais lui servir de bonne. Je me suis battue contre elle. Coup de pied, coup de poing, tirage de cheveux. Je crois qu'on s'est tout fait. Warren & Ashley étaient des faux jumeaux de 12 ans. Tout comme Gwen, ils m'ont regardés comme si je sortais d'un égout. Ashley ne m'accordait guère d'attention, accro aux jeux vidéos qu'elle était. Elle se contentait de m'envoyer balader quand elle estimait que j'empiétais dans son espace vitale mais ça n'en faisait pas quelqu'un de plus agréable pour autant. Quand à Warren, il se plaisait à me faire comprendre que je n'étais qu'une pauvre fille, une fille faible. Petite souris qu'il m'appelait. J'ai pris énormément plaisir à voir le milliers de rat -au moins- qui grouillaient dans sa chambre au milieu de la nuit, quand il nous a réveillé en hurlant. Gwenaëlle riait aussi beaucoup moins quand ses cheveux ont pris feu quand elle se séchait les cheveux ou quand son sac d'école s'est retrouvé recouvert de morve après qu'elle m'ait essuyé son mouchoir dégoûtant dans les cheveux. Quant à Ashley, ses cheveux ont sentit le grillé pendant des semaines après qu'elle se soit électrocuté en posant la main sur sa souris. J'ai pu jouer à ses jeux pendant des semaines, la nuit, pendant qu'elle était à l'hôpital, en observation pour comprendre pourquoi toucher un ordinateur, un téléphone ou un simple interrupteur lui donnait des coups de jus.

Toute cette hostilité, je ne l'ai comprise que lorsque j'ai reçu la fameuse lettre. Comment ça, quelle lettre? Faites genre vous n'avez pas compris, je sais que vous savez de quoi je parle. La lettre pour Poudlard. J'ai compris quand j'ai vu leurs regards. Je n'y ai lu aucune surprise. Juste du dégoût. Un dégoût si grand qu'il dissimulait presque leur colère et leur crainte. La peur qui les motivait à me détester, à me mépriser. Le véritable visage de la haine. Ils savaient. Les parents comme les enfants. Ils ont d'abord voulu que je n'y aille pas. Certains qu'ils étaient que si je n'y allaient pas, mes pouvoirs allaient disparaitre comme par magie. Par Magie... c'est drôle, hein? Okay... Je n'étais évidemment pas d'accord. Je savais que ma place n'était pas parmi eux, elle ne l'avait même jamais été. Ils le savaient. Je le savais. Rien ne me retenait ici. J'avais déjà fugué de chez eux un nombre incalculable de fois. La gendarmerie m'avait tellement ramenée chez eux qu'ils m'avaient ramenés plusieurs fois par erreur, croyant que j'avais fugué. Retour préventif en quelque sorte. Je les appelais même par leur prénom et les tutoyaient même s'ils n'aimaient pas cela. En plus à Poudlard, j'espérais y retrouver Meredith, Isaac et Will. Avoir des réponses à mes questions. J'avais tenté de leur envoyer des lettres mais je n'avais jamais reçu de réponses. Je dois avouer que je ne leur ai pas vraiment laissé le choix. Comme d'habitude, mes désirs avaient une étrange de manière de se réaliser, comme celui de leur faire vivre ce que je vivais à être enfermé ici. Ils n'ont pas pu sortir de la maison pendant une semaine. Et quand ils réussissaient à briser une fenêtre, une bourrasque violente de vent les empêchaient de sortir. Ils ont donc finis par céder peu avant la rentrée. Ils m'ont déposés devant le chaudron baveur en voiture et ne sont revenus qu'à la fin de la journée. J'ai dû me débrouiller seule. Et je n'y ai croisé ni Meredith, ni Isaac, ni Will. Baguette magique (pin, crin de licorne, 27.75cm, peu souple), uniformes, chaudron, manuels, et un petit chat que j'ai appelé Morphée. Pourquoi pas un hibou? ... Un hibou sert à envoyer des nouvelles à des proches. Je n'avais personne. Avec Morphée, j'ai eu quelqu'un. Et tout ça m'a accompagné à Poudlard.

Le 1er Septembre déposé devant la gare avec mon chariot, il a fallu que je trouve seule la voie 9 3/4. A force de tourner en rond, j'ai finis par voir des gens foncer... dans un pilier. Si, un pilier. Et oui, il a fallu que je me le répète pour le croire. Mon instinct y croyait en tout cas, mais... pas ma raison. Et j'ai décidé de faire pareil. Trois fois. Les deux premières, j'ai freiné avant, incapable d'aller au bout. Et j'ai testé la solidité plusieurs fois. Mais quand j'ai fait demi-tour, faisant le tour d'un autre pilier, jaugeant le pilier du regard, deux adultes et un enfant ont disparu dans ce même pilier. Et la troisième fois fut la bonne. Un bon coup d'adrénaline. Mon coeur battait encore la chamade quand je suis montée dans le train. Je n'étais pas seule dans le train, je me suis retrouvé obligée de m’incruster auprès de deux élèves qui se connaissaient déjà... Puis un troisième. D'un naturel réservé, je me suis retrouvé rapidement à part. Mais si le trajet en train a été trop long à mon goût, le château était à la hauteur de ce que m'avaient racontés mes deux anciens frères adoptifs. J'ai passé une grande partie de la cérémonie de répartition à chercher Meredith, Isaac et Will dans la Grande Salle, en vain. Quand mon nom a retentit, Sen Kagoshi, je me suis dirigée vers le choixpeau. J'ai détesté les regards portés sur moi. Je suis allée m'assoir sur la tabouret tandis que la directrice, Minerva McGonagall, posait le choixpeau sur ma tête. Je me souviens encore parfaitement des mots qu'il a prononcé dans ma tête, en tout cas, les premiers. Des brides de phrases. Seulement des brides parce que ça a duré sept minutes. A alterné entre commentaires, questions et silence. Me permettant ainsi de rentrer dans le cercle très fermé des choixpeau flou, les élèves pour qui le choixpeau a mit plus de cinq minutes à se décider. C'était long. Vraiment très long. Et un peu inquiétant. Il me parlait d'identité, de vengeance, de témérité, de passion, d'intelligence, d'instinct et de justice. Mais j'ai finalement été répartie à Serdaigle. Et passée le reste du repas, mangeant un peu au hasard mais sans fin ou presque, en cherchant du regard Will, Isaac et Meredith. Je ne les ai jamais trouvés.

Ma première année a été plutôt bonne quoi qu'un peu chaotique. Je ne me suis guère distinguée. J'étais plutôt une bonne élève, attentive, mais assez solitaire. Je ne me savais pas douée pour nouer des liens avec les autres et j'ai rapidement compris que ce n'était pas seulement avec les moldus. Peut-être étais-je trop familière, probablement trop maladroite dans mes propos, à moins que ce ne soit un manque de tact. J'étais une jeune fille réservée, quoi que prête à me venger si jamais on venait à essayer de me nuire. C'est comme ça que j'ai récolté de quelques heures de colles durant ma première année et plusieurs points en moins après avoir tartiné les draps d'une camarade de confiture après qu'elle est répandu sur moi des rumeurs désagréable. Elle avait essayé de faire croire qu'elle n'y était pour rien quand je l'ai confronté, alors j'ai décidé de la jouer sournoise, comme elle. Et c'est probablement la plus sobre de mes vengeances. J'avais appris à être seule, à me venger chez les Lynch. Mais j'avais appris à me défendre à l'orphelinat. Là-bas, la magie, ça ne marche pas à tous les coups, je ne pouvais pas compter là-dessus. Et tous mes camarades d'orphelinats n'avaient pas mon âge. Il ne faut pas être un enfant de coeur pour y survivre. Alors j'ai appris à me défendre. Alors, du coup, quand une élève de troisième année de Serpentard alors qu'elle et trois de ses amis me prenait à partie pour la cinquième fois en quatre jours, j'ai pas hésité une seule seconde à lui mettre mon poing dans la figure. Le reste n'a qu'à été une suite brouillon de coup de poing, d'écrasage de pied et de tirage de cheveux avant qu'un préfet n'intervienne. J'ai été collé pendant un mois entier. J'étais en minorité et je n'avais que me défendre, mais j'étais également celle qui avait causé le plus de dégâts du coup... Mais j'ai quand même réussit mon année, plutôt brillamment d'ailleurs...

Ma deuxième année s'est déroulé sans accro particulier. Du moins pas davantage que la première année. Même moins, en fait. Je me suis faite une copine en première année après l'avoir protégée contre des gryffondors qui se moquaient d'elles. Une personne avec qui passer un peu de temps. Mais la fillette était plus sociable que moi, ou peut-être qu'elle avait des camarades de classe plus agréable que les miens. Mais elle trouva rapidement d'autres amis et je l'ai perdu de vue. Je passais beaucoup de temps seule, soit dans la salle commune, soit dans la bibliothèque, soit dans le parc, près du saule cogneur où peu d'élèves tentent de s'aventurer. Quand je n'étudiais pas, je lisais, j'écrivais ou je dessinais. C'est en deuxième année que j'ai commencé à collectionner les cartes de chocogrenouilles, j'en avais quelques unes que Sarah et Meredith m'avaient données mais je les avais gardé en souvenir plus que pour faire la collection. En revanche, même si le Quidditch m'avait passionné dès les premiers matchs, il s'est révélé rapidement que je n'ai aucun talent à rester accroché à un balai. Pire encore, j'étais une véritable catastrophe volante. Du coup, je suis simplement restée supportrice de ma maison. Normalement, quand un enfant apprends à pratiquer la magie avec une baguette, il n'arrive plus de catastrophes magiques, plus d'incidents incontrôlés. Ça n'était pas mon cas. Oh, ça arrivait bien moins souvent, je ne dis pas le contraire. Mais ça a continué à arriver. Des bourrasques de vent en particulier. J'ai fais tomber un camarade dans les escaliers de la tour d'astronomie comme ça. Involontairement cette fois. Je suis resté une étudiante appliquée entre deux bagarres et deux dessins. Et mes examens se sont bien passés également.

Ma troisième année a été particulièrement intéressante. J'avais décidé d'ajouter à la liste de mes cours, les deux options suivantes : Arithmancie et Soins aux créatures magiques. Toutes les matières m'auraient intéressés à vrai dire, quoi que l'Etude des Moldus me paraissaient surperflus mais... Il était à clair à mes yeux qu'aussi mystérieuse et intrigante soit la divination, je n'avais pas de don en la matière. J'ai toujours été capable de faire travailler mon imagination, de laisser mon instinct me guider, mais essayer de lire des signes dans des tasses de thé... Je ne crois même pas aux horoscopes! Comment pourrais-je croire en la divination? L'étude des runes était quelque chose d'intéressant également mais... J'avais envie d'étudier les créatures magiques. Je me suis toujours sentit bien près des arbres et j'avais déjà eu l'occasion de voir des hippogriffes dans le ciel, et des botrucs près des arbres. Et la bibliothèque avait déjà étanché ma soif d'intérêt sur les phénix et les niffleurs, quoi que les dragons et les sirènes provoquait toujours une certaine fascination sur moi. Quant à l'Arithmancie... Ce que j'en avais lu m'excitait. Je sentais que je pourrais plus facilement manipulé les chiffres que les symboles. Mais à treize ans, je commençais également à être une sale gosse. Quoi que les Lynch puissent avoir une mauvaise influence sur moi, mon adolescence empirait les choses. Répondre aux professeurs, tutoyer les préfets... Une marque de provocation souvent récompensé par des points en moins ou des heures de colles mais qui ne m'empêchaient pas d'avoir souvent des bonnes notes. Et d'être toujours aussi solitaire.

Ma quatrième année fut probablement la plus chaotique de mes années d'études... D'abord parce que l'été s'était particulièrement mal passé, mais surtout parce que mon côté provocateur et insolent était extrêmement développé. Le peu de temps que je ne passais pas en colle ou à étudier, je le passais loin de mes camarades, dans le parc ou à la bibliothèque. N'ayant quasiment que des ennemis dans ma maison, à cause des points que j'avais fait perdre ou des bonnes notes que je récoltais pourtant, j'évitais la salle commune et faisait toujours le tour de mes affaires avant d'aller me coucher le soir ou d'aller en cours le matin. L'enfer. L'enfer, c'est les autres. Cette phrase n'a jamais été aussi vrai que pour moi. Je me spécialisais dans plusieurs matière durant cette année-là. J'avais déjà compris que l'Astronomie ou la Métamorphose n'étaient pas des matières pour moi. Mais il était clair, à présent, que ce manque d'affinité s'étendait également à la botanique, je détestais me salir les mains, c'est tellement désagréable d'avoir de la terre sous les doigts. Quant aux potions... Il était clair que je ne serais jamais une grande potionniste malgré mon application. Au contraire, je développais un certain feeling avec les sortilèges et les enchantements, je me passionnais pour toutes les formes de magie. Mes choix d'options s'étaient révélés bon puisque j'étais une des meilleurs élèves d'Arithmancie et même si je ne m'entendais pas avec toutes les créatures magiques, la plupart me fascinaient. En apprendre davantage sur eux, sur les êtres... J'en étais vraiment heureuse. A côté de cela, cependant, mes relations avec les Lynch n'avaient jamais été aussi mauvaises. A tel point qu'il décidèrent à Noël de me virer de chez eux. Cela dit, ils n'avaient plus vraiment le choix avec une maison réduite en cendre. Oui, c'était moi. Enfin, je suppose parce que je vois mal des pierres et des briques prendre feu spontanément. Je passais donc le reste de l'année à Poudlard en sachant que, l'été, je rentrerais à l'orphelinat. Mes relations étaient mauvaises pas uniquement avec les Lynch, avec les adultes de Poudlard également. Les heures de colle à répétition attirèrent l'attention d'un de mes camarades de Serdaigle. Un élève de mon année qui n'avait guère porter d'attention à mon égard jusque là. Mais il faut croire qu'avoir 14 ans, être adolescente... Je m'embellissais, et n'attirait plus que des regards méfiants, mais aussi de la curiosité. Nathaniel s'intéressait à moi. Suffisamment pour qu'on se côtoie. Qu'il ferme les yeux sur mon manque de tact, de sociabilité. Avec lui, mon masque tombait. Un peu. Enfant, j'avais été une enfant réservée et sensible. Mais j'avais vite compris que je ne pouvais pas me montrer de cette manière, pas à l'orphelinat. Mais avec Nathaniel, j'en avais le droit. On a commencé à sortir ensemble à la fin de l'année, avant que je ne rentre à l'orphelinat.

Enfin presque. Quand je rentrais, j'appris qu'un nouveau couple, avec une fille, voulait d'adopter. Sans m'avoir jamais vu. Shigeru et Mitsuko Muto. Leur nom de famille ne m''était pas inconnu à l'oreille, et ce pour une bonne raison. Sade Muto était une élève de poufsouffle de deuxième année que j'avais rencontré l'an passé. La fillette était plutôt ouverte d'esprit, à l'écoute et elle était venue me retrouver plusieurs fois près du saule cogneur, quoi qu'à distance respectable. J'avais déjà essayé de la faire fuir, mais si elle partait en courant, elle revenait toujours alors je l'avais laissé tranquille. Elle m'avait donc déjà vue dessiner, lire ou écrire. Je ne m'attendais, cependant, pas du tout à voir ses parents dans mon orphelinat, m'offrant de vivre avec eux. Et j'insiste sur le verbe "offrir". Ils ne m'ont rien imposés. Je pouvais refuser. J'en suis tombée des nues. Si je pouvais réfléchir, j'aurais préférer le faire mais les papiers exigeaient d'être signés maintenant ou d'être refusé. J'aurais pu préférer rester avec ce que je connaissais mais... Sade avait beau être étrange comme fille, elle n'était pas désagréable et intrigante. Et ses parents... Il y avait une sagesse dans leurs regards, quelque chose de similaire que j'avais lu chez les Sorel, alors même qu'ils ne leur ressemblaient pas du tout. Au terme d'une conversation entre eux et moi, je décidais de tenter l'aventure.

La chose parut étrange aux yeux de mes camarades, mais j'avais déjà changé de famille à quatre reprises. Cela ne me posait pas de problème. J'eus plus de mal, en revanche, à m'adapter à mon nouveau rôle de soeur, d'autant plus que j'avais toujours été la plus jeune et non la plus âgée. Ce rôle m'écarta, cependant, de mes insolences habituelles, un peu, et je deviens quelque peu protectrice avec Sade. Je m'ouvrais à elle et elle s'ouvrait à moi. Je l'aidais à étudier, révisant avec elle régulièrement car elle était travailleuse. Et Nathaniel me direz-vous? Disons qu'il était plus attiré par la Sen insolente. La soeur de Sade ne l'intéressait pas. Et il avait prit peur aussi, je pense. Il a essayé de me tourner en dérision auprès de ses "amis". Se prendre un uppercut et se faire assommer par mes mains croisés rencontrant sa nuque l'a dissuadé d'essayer davantage. Vu comme ça, on pourrait croire que j'étais violente, mais c'est la réponse que l'on m'avait appris à donner à l'orphelinat et chez les Lynch. Bouffer ou se faire bouffer. Ma cinquième année fut probablement l'une des meilleures de toutes. Je commençais à m'intéresser à mon avenir. A me rendre compte, surtout, que j'ignorais quel métier je souhaitais faire. Une perspective qui m'angoissa toute l'année. A quoi pouvait bien me servir d'excellentes notes de sortilèges et de SCM? Magizoologiste? Certes, mais ce n'était pas un métier que je souhaitais faire plus tard. On me conseilla alors simplement de me concentrer sur les matières qui me passionnaient. J'imagine que mes résultats de BUSE vous intéresse, n'est-ce pas? J'eus 7 BUSES. Ah... réduire la valeur d'un sorcier à quelques notes... Métamorphose : P, Sortilèges : O, Potions : A, Histoire de la Magie : EE, DCFM : EE, Astronomie : D, Botanique : A, SCM : O, Arithmancie : O.

C'est ainsi qu'à la rentrée de ma sixième année, La métamorphose et l'astronomie me furent refusés -du moins ça aurait été le cas si j'avais réclamé de les poursuivre - et que je décidais d'abandonner la botanique. J'aurais aimé poursuivre les potions, mais ma note n'était pas suffisante pour cela. Cette année scolaire fut la plus passionnante. Entre mes cours et les heures qu'il fallait consacrer à l'études, je trouvais ce que je souhaitais faire. Etudier toutes les formes de magie possible. M'intéresser à la magie noire, la magie duelliste, la magie de soins, la magie élémentaire dont on parlait très peu à Poudlard, voire peu, la vieille magique, la magie shamanique. Je regrettais un peu de ne pas avoir pris les runes, j'aurais pu être plus crédible... Je passais mon premier véritable Noël en famille. Shigeru était un peintre -il l'est toujours d'ailleurs- il créait des tableaux magiques comme ceux qu'on voit à Poudlard, avec Mitsuko. Une entreprise plus lucrative qu'on ne le croit car le travail et le temps nécessaire pour en faire un seul tableau les rendait coûteux et leur permettait de vivre sans la moindre trace de luxe. M'avoir à leur charge leur coûtait cher en plus, mais ils ne s'en plaignaient pas. Je reçus un jeu d'échec magique car Shigeru voulait m'initier à ce jeu que j'avais déjà vu à Poudlard. J'y pris tellement goût que je m'inscris au club d'échec en revenant à Poudlard. J'essuyais énormément de défaites mais je pris pas la mouche et m'entrainais, surtout avec Sade, tout en prenant garde à ne pas négliger mes études. Je passais beaucoup de temps à la bibliothèque avec elle à étudier la magie. On s'intéressait surtout à la magie des éléments. Je provoquais toujours des évènements magiques involontaires et l'on y vit une réponse à cette bizarrerie. D'après ce qu'on lisait, les sorciers qui y étaient fortement prédisposés devait apprendre à se maitriser avec rigueur au risque de provoquer des incidents toute leur vie, certains pouvant être très grave. On appris comme ça qu'un sorcier en avait pousser un autre du haut d'un tour par accident, provoquant sa mort. Ce qui nous fichu la trouille.

Ma dernière année a été compliquée mais... Mais. Non, mais pourquoi je me justifierais à chaque fois, hein? Bon, zut. Je savais ce que je voulais et je travaillais d'arrache-pied. Etudier la magie des éléments. Mais pour cela, il y avait un endroit où je devais aller : l'Asie. Là-bas, à Mahoutokoro, cette magie était étudiée et connue bien que peu de sorciers la pratiquent. Je voulais y aller pour apprendre à la maitriser. Mais pour cela, il fallait que je gagne de l'argent pour le voyage. Je devais donc décrocher un métier à la fin de mes études. J'avais plein d'idées en tête, comme assistante de magizoologiste, peut-être dans une réserve de dragon, ou simple commerçante dans une ménagerie. Peu importait. Je voulais remporter les meilleurs notes possibles, tout simplement. Je travaillais beaucoup avec Sade qui, en sa cinquième année, voyait arriver les BUSE avec beaucoup de sérieux. Je n'étais pas la seule dans ce cas. Tous mes camarades, en tout cas ceux de Serdaigle, semblaient dormir avec leurs livres, quand ils dormaient. Je passais pas mal de temps à dessiner, pour Sade surtout, elle avait tapissé le dessus de son lit avec mes dessins, mais aussi à jouer aux échecs avec elle et au club où je gagnais en dextérité et en perspicacité. J'avais toujours su décrypter les émotions des gens, décrypter leurs attitudes, mais j'ignorais à quel point cela pouvait m'être utile. Jusque-là. Que dire de plus sur cette année? Les tentatives de séduction de mes camarades avaient été anecdotiques l'an passé mais s'étaient accrus cette année-là. Mais je les ai tous éconduits. Je ne voulais pas d'histoire sans lendemain et aucun d'entre eux ne me connaissaient. Et, pour être franche, ma relation avec Nathaniel m'avait servit de leçon : je ne voulais pas mettre ma vie entre les mains du premier mec attentionné que je croisais. Toujours intéressé par mes notes, je suppose? Je réussis à avoir mes 5 Aspics avec brio! Sortilège, Histoire de la Magie, DCFM, Arithmancie, et SCM. Que des Optimals.

En sortant de Poudlard, étant majeur, la première chose que j'ai fait a été d'entreprendre des démarches pour changer de nom. Je n'avais jamais appelé papa et maman Shigeru et Mitsuko, mais ce sont d'excellents parents et je les aimais beaucoup. J'étais officiellement leur fille depuis qu'ils m'avaient adoptés en 5ème année mais j'avais besoin de me détacher de mon enfance. De, peut-être, faire partit de la famille, de manière définitive. J'ai donc laissé Sen Kagoshi pour Sen Muto. Ensuite, j'ai cherché du travail, j'ai commencé par n'être qu'une simple vendeuse à la ménagerie sur le Chemin de Traverse et, lors de mes jours de repos, j'aidais Shigeru et Mitsuko pour leur travail à la maison. Je suis certaine que peu de sorciers se sont simplement demandés comment on faisait pour les faire, et moi, je suis capable d'en fabriquer un. Bon, je n'arriverais jamais à leur cheville, mais je suis capable d'en faire... Ça les a beaucoup aidé et ils m'offraient de l'argent de poche en échange de mon aide. Cette situation a duré près de trois ans même si, entre temps, j'ai quitté la ménagerie pour devenir assistante d'un magizoologiste. Une sorte de vétérinaire. Il s'appelle Alvin Liners. Le magizoologiste. Je lui avais envoyé ma demande de travail et il était venu vérifier mon sérieux à la boutique incognito avant de m'embaucher. On s'est très vite bien entendu bizarrement, probablement parce qu'on parlait surtout travail. Assez, en tout cas, pour qu'il m'emmène assister à l'éclosion de verts gallois et qu'on prenne soin d'eux et de la mère pendant les premiers jours. C'était extraordinaire. Je n'oublierais jamais ce jour, et ceux qui l'ont suivit. C'est une expérience à vivre une fois dans sa vie! Grâce à lui, je développais un certain feeling les sombrals. Qui ais-je vu mourir me direz-vous? Et je vous répondrais que ça ne vous regarde pas. En tout cas, j'aime beaucoup les sombrals. Dommage qu'on ne puisse en avoir chez soi...

A 21 ans, avec de l'argent de côté, suffisamment pour mon voyage, je partis pour le Japon pour y étudier la magie des éléments. Accompagnée de Shigeru. Mon père adoptif a décidé de m'accompagner pour plusieurs mois, pour m'aider à m'acclimater et à trouver les gens qu'il faut. J'intégrais les subtilités des éléments et appris que j'avais un feeling avec plusieurs éléments, deux en réalité. J'avais un feeling émotionnel avec le feu, n'avais-je pas été capable de brûler une maison et d'inonder ma chambre? Mais j'appris rapidement que si je me concentrais sur l'autre élément, ces incidents disparaitrait. J'avais un lien particulier avec le vent. Je me souvenais encore des nombreuses bourrasques que j'avais fait, de l'élève que j'avais accroché en hauteur. J'aurais pu me concentrer uniquement sur l'air, pour développer mes pouvoirs, mais je décidais de chercher à maitriser le feu également. La maison brûlée que j'avais conté à mon maitre l'avait inquiété et je devais donc apprendre manipuler cet élément sans être en colère ou triste, de sorte à ne pas laisser mes émotions fortes réduire les choses en cendre autour de moi. Mes émotions avaient un lien avec le feu, et je m'entrainais avec un sorcier maitrisant le feu, combinant nos éléments. Travailler avec lui était fascinant et, grâce à lui, je réussis bientôt à créer mon propre flamme, l'alimentant par un contrôle de l'air. Cependant, je me concentrais particulièrement sur mon contrôle de l'air avec lequel le contact, le lien était plus fort et intense. Je voulais en comprendre le fonctionnement de cette magie, ses règles, ses sources... Mais comme la magie blanche ou la magie noire, elle garde jalousement ses secrets et beaucoup d'éléments restent encore inconnus... Ce qui n'avait pas du tout l'air de déranger les asiatiques qui respectent l'idée de ne pas tout comprendre... Si Shigeru me quitta au bout de quelques mois, en ce qui me concerne je restais quatre longues années là-bas, vivant dans un appartement minuscule que je payais par des p'tits boulots dans des boutiques, ménagerie, tableaux, librairies...

C'est à l'âge de 25 ans que je rentrais en Angleterre. Je sais à quel point vous avez besoin de repères chronologiques... C'était il y a deux ans donc. La magie élémentaire est une forme de magie incroyable et puissante mais j'avais besoin de rentrer chez moi et l'étudier à la lumière des savoirs européens. De plus, Sade et mes parents me manquaient. Ma petite soeur adoptive était devenue guérisseuse à St-Mangouste et avait quitté le cocon familial. Et je l'imitais pour une petite maison de campagne avec un grand jardin en lisière de forêt me permettant d'avoir la compagnie de quelques sombrals que je nourris de pomme et de viande régulièrement en échange de vols de temps à autres. Je repartis travailler avec Alvin avec qui je m'entendais très bien, utilisant mes pouvoirs pour notre travail lorsque cela était nécessaire. Comme on m'avait prévu, l'emploi du feu devenait plus difficile à mesure que je maitrisais davantage l'air, mais je l'utilisais suffisamment souvent pour ne pas perdre son contrôle. Je l'utilisais parfois pour attiser le feu des dragons pour chauffer leurs œufs mais la plupart du temps, je préférais utiliser l'air, notamment pour éteindre les incendies qu'ils créaient en retirant l'air autour, les empêchant de s'alimenter. Et ça m'était d'autant plus facile que j'avais ce lien avec le feu, comme si je comprenais sa nature.

Je profitais également de mon retour pour faire des recherches sur ma famille d'origine. Mais j'en avais déjà fais avant de partir au Japon et je ne trouvais rien de plus. Mes parents m'avaient laissés à l'orphelinat sans laisser d'adresses ou de noms du coup... Impossible d'avoir de réponses. En revanche, mes recherches sur les Sorel, dont l'arrachement m'avait énormément fait souffrir, ont, en revanche, aboutit. Ils avaient voulu m'adopter et avaient même entrepris des démarches pour, mais... Il se trouvait que Meredith était morte. Un bête accident domestique mais Sarah et John avaient arrêtés et, souhaitant que je sois épargnée, contrairement à Will et Isaac, m'avaient renvoyés à l'orphelinat. Ou plutôt la police m'avait renvoyé à l'orphelinat, en accord avec Sarah et John. Ils ont finalement été reconnus non coupable, mais avaient décidés de déménager en France. C'est pour cette raison que je n'avais vue ni Isaac ni Will à Poudlard. Ils étaient à Beauxbâtons. J'ai fais le voyage pour aller les revoir et nous avons énormément discuter. Leur présence, leur charisme n'était pas l'effet de ma jeunesse, il me frappa toujours adulte, Sarah était toujours aussi extravertie, douce et sauvage. John toujours aussi calme, perspicace et vif. Mais quelque chose était mort dans leur regard. Renouer avec Isaac et Will m'a fait très plaisir également, ils sont devenus de bons sorciers. Ils ont été véritablement désolés de ce qui me suis arrivée avec les Lynch. Mais ils se montrèrent soulagé de savoir que mes nouveaux parents m'avaient rendus heureuse, que j'avais finalement été adopté par une famille qui se souciait de moi. Nous nous sommes vus à deux reprises depuis, permettant à Shigeru et Mitsuko de rencontrer Sarah et John. Mes derniers sauveurs rencontrant mes premiers sauveurs.

Mais magizoologiste, ce n'était pas le métier que je voulais faire. Alvin était un sorcier agréable, vraiment très agréable. Nous avons flirté ensemble, mais je voulais changer d'air. Mes années au Japon m'avaient permis de mûrir et j'étais moins stricte avec mes relations. Je gardais, certes, ma vie pour moi, mais ne disait pas non à une histoire qui ne soit pas sérieuse, du moment qu'elle n'était pas réduite à une simple nuit. Que ce soit avec les hommes ou avec les femmes. Mais Alvin avait beau être très gentil et plutôt mignon, je ne voulais pas compliquer nos relations et je ne voulais rien de sérieux avec lui contrairement à ce qu'il souhaitait. C'est pour cette raison que je me suis retrouvée à présenter ma candidature à Minerva McGonagall. Je n'ignorais pas que la magie des éléments était au programme à Poudlard mais il y avait déjà un professeur... Enfin, plus maintenant. Pour une raison que j'ignore d'ailleurs, mais celui-ci n'officiait pas. Et je fus acceptée.



Hors RP


Prénom : Charlotte
Age : 23 ans
Personne sur votre avatar : Keira Knightley
Où nous avez vous trouvé ? Sur un top-site par curiosité



Dernière édition par Sen Muto le Jeu 19 Mai - 18:52, édité 30 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:42
Bienvenue à toi !
Très bon choix d'avatar en passant Wink Et puis Magie des éléments... j'ai hâte d'avoir cours !

J'espère que tu te plairas ici ! =)
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:46
Bienvenue à toi ! yihaa

Ton personnage est bien mystérieux pour le moment hesitating

N'hésite surtout pas si tu as des questions !
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:47
Bienvenue à Poudlard.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:51
Olala nous sommes ravies de t'accueillir *0*

Bienvenue !
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:57
Oh je suis contente de te voir ! J'ai hâte de lire la suite, officiellement, bienvenue à toi !

J'imagine que tu connais le baratin officiel des forums mais on est toutes à ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit ! motivated01
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 16:58
Bienvenue Very Happy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 17:06
Merci beaucoup à vous... *remonte compter*... six! Promis, si j'ai besoin d'un coup de main, je demanderais. De votre côté, si je fais une erreur de cohérence niveau contexte ou si un truc ne va pas, hésitez pas à me le dire (pourquoi vous seriez les seuls à dire des trucs évidents? whistling )

Mais du coup, j'en suis à quatre paragraphes et elle n'a que 6 ans... Cette fiche va être beaucoup trop longue... pc01
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 17:22
Une nouvelle Professeur! Bienvenue sur Impedimenta, en espérant que vous vous y plairez! Bonne chance pour votre fiche. Smile *Ne le dira jamais mais Albus trouve Mrs Muto belle.*
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 17:44
Bienvenue M'dame Muto Pitié

Très bon choix d'avatar effectivement, j'ai hâte de pouvoir lire la suite de ta fiche et tout love01 En tout cas, bonne chance
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 17:47
Bienvenue à toi ! Très très bon choix d'avatar, Keira est tellement woaw **
Hâte de lire la suite ♥
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 17:53
Merci beaucoup tous les trois, j'enregistre régulièrement mais j'ai peur d'être encore loin de la terminer... What a Face

J'ai été surprise de voir qu'elle n'avait pas été prise alors que beaucoup de personnalités que j'affectionne en vava l'ont été donc j'ai sauté sur l'occasion Very Happy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 18:18
Bienvenue à toi !! Je suis contente de voir un nouveau professeur ! Very Happy
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 18:23
Merci Oliver What a Face
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Mer 18 Mai - 20:03
Oooh ravie de te voir parmi nous ! Very Happy Ce perso-ci sera ton élève et mon DC ta collègue, alors j'espère avoir vite l'occasion de RPer avec toi kyaaa
Assez bizarrement je trouve que Keira Knightley est peu souvent prise pour les forums, pourtant c'est vrai qu'elle est belle Smile
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 2:29
Merci Dominique What a Face


Du coup, il me semble bien avoir (enfin) terminé Cheeleader01
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 2:35
Fiou et moi qui croyait avoir fait long xD Chapeau pour ta fiche Wink
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 2:49
Merci Adriel Very Happy

Cela dit, ta fiche est mille fois plus lisible et plus agréable à lire que la mienne, la quantité ne fait tout What a Face
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 10:36
Olala mais olala comment je vais faire pour lire tout ça O_O /pan/
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 10:54
Désolée teeth02
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 16:10
Waw, j'ai fini de lire *soulagement de l'extrême* Par pitié, si jamais tu en viens à faire un DC, fais-nous plus court, un peu façon expresso, sinon je me tire une balle je crois xD
Alors, je te dirais bien qu'il faut relire parce que certaines infos manquent, genre quand tu parles de ce qu'elle fait à l'animalerie avec les Muto (elle fabrique quoi ?), mais je vais pas te mentir, j'ai lu ta fiche une fois, j'ai vraiment pas le courage de le refaire une deuxième x)

Il y a certains points surtout qui me posent problème et sur lesquels j'aimerais qu'on revienne si ça ne te pose pas de problème, je sais pas si les filles seront d'accord avec moi donc dans l'immédiat ce n'est que mon avis :

- Le contrôle de trois éléments (sur 7 !), ça m'enthousiasme vraiment pas. Bon, j'ai compris que pour le feu et l'eau c'était supposé être très limité hein, mais je te cache pas que réussir à produire de l'eau pour "contrôler les dragons", j'appelle pas ça faible du tout, et je pense pas qu'un simple verre d'eau puisse contrôler ne serait-ce qu'un caniche enragé, alors un dragon... ^^' en théorie, un sorcier n'a pas plusieurs patronus ou on refuserait qu'un animagus se transforme en trois animaux différents, donc j'ai pas tellement envie de faire une exception pour les éléments :/

- D'une façon générale, je dois admettre que ton histoire m'a beaucoup fait sourciller. On n'est pas au XIXème siècle dans une histoire à la Oliver Twist... ton perso est née en 1991 dans un pays civilisé, je veux bien croire qu'elle ait subi quelques coups durs, mais à ce point, c'est tellement too much qu'à la fin on n'y croit même plus, si tu vois ce que je veux dire... Je pense pas que ton perso ait eu besoin d'avoir été abandonnée sept fois pour être en souffrance, être un enfant adopté peut bien suffire en soi. Je connais pas bien la législation britannique et japonaise, mais ça m'étonnerait qu'elles diffèrent beaucoup de la française. En gros, en France, tu as trois cas concernant l'adoption : le placement en famille d'accueil, qui ne dure pas, la famille peut être méchante, mais l'enfant n'est pas renommé, l'adoption simple, et l'adoption plénière. Le seul cas où l'enfant peut être renommé est l'adoption plénière mais il est impossible de le "rendre", quel que soit le prétexte. Ah, et on ne choisit pas l'enfant qu'on adopte non plus ^^' les droits de l'enfant ça existe quand même x) Je ne peux que te conseiller de consulter ce lien, qui t'aidera sans doute à faire quelque chose de plus réaliste, et donc aussi, de plus attachant pour nous lecteurs : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F15246

- Le dernier point, c'est l'histoire du couteau qu'elle a constamment sur elle. Bon alors déjà encore une fois c'est plus le XIXème siècle donc j'imagine que les gamins dans les orphelinats ont un minimum de sécurité et de surveillance de la part des adultes quand même ^^' ensuite, tu dis à un moment qu'elle coupe l'avant-bras d'une élève et écope d'un mois de colle. Euh, connaissant McGo (et de toute façon à titre personnelle si j'étais directrice de Poudlard), ce serait renvoi définitif, purement et simplement. Et hors de question d'embaucher quelqu'un qui aurait eu un passé aussi violent, pour devenir professeur le casier judiciaire est supposé être vierge quand même, donc le coup de couteau qu'elle cache dans sa botte (si mes souvenirs sont bons), je crois qu'il va falloir laisser tomber si tu veux que ton perso puisse franchir les portes de Poudlard Smile

Désolée je suis peut-être un peu sèche... J'espère que tu seras pas trop découragée ! Ton histoire a beaucoup de potentiel, il faut juste travailler un peu plus sur la plausibilité pour qu'on puisse te valider ^^
Mets les changements que tu feras dans une couleur différente stp, aies pitié de nous xD
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 16:26
Bon, je t'avoue que tout ça me décourage un peu, parce que j'aimais l'idée qu'elle change de nom, qu'elle change d'identité et la personnalité du personnage est un peu basé là-dessus, mais du coup, je vais réfléchir à une manière de corriger ça sans perdre sa personnalité.

Pour les éléments eau et feu, c'était surtout parce qu'elle avait fait crâmer une baraque, du coup, ça me semblait naturelle qu'elle ait un lien avec cet élément. Mais ayant un feeling plus fort avec le vent, ses capacités seraient limités à allumer des bougies^^ L'histoire du verre d'eau, c'était plus sa capacité à créer de l'eau, mais de l'eau existant déjà proximité, elle aurait été capable d'en gérer une plus grande quantité. Mais du coup, est-ce que limiter à deux éléments serait tolérable ou je ne reste qu'à un élément? Parce que l'idée, c'était que le fait d'avoir un feeling avec deux éléments empêche forcément d'aller plus loin dans le contrôle et la puissance que s'il n'y en avait qu'un seul.

Je vais supprimer le couteau à l'âge adulte. En revanche, je vais le garder en partie pour son enfance chez les moldus.

Je vais également préciser davantage son aide envers les Muto.

Et je mettrais tout ça avec de la couleur^^
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 16:41
En soi elle peut tout à fait changer de noms, mais peut-être en avoir moins ? Vu qu'elle ne peut changer que dans un cas d'adoption plénière (donc en gros, pour la remettre à l'orphelinat avec l'adoption plénière, il faut que les parents meurent + que personne d'autre dans la famille proche ne soit en mesure de la prendre en charge). Mais ça peut quand même garder cet aspect de plusieurs identités !

Pour les éléments, je sais pas ce que les filles en penseront, mais je pars du principe que tu peux avoir un accident magique avec un élément sans que celui-ci soit nécessairement le tien, et puis tu peux aussi créer de l'eau avec une baguette magique Smile sinon tout le monde aurait plusieurs éléments en plus, vu que les personnalités sont souvent complexes ! ^^

Encore désolée de t'enquiquiner, ta validation ne devrait plus prendre trop de temps dans tous les cas !
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 16:57
J'interviens donc ici pour donner mon avis sur les éléments. Pour moi 3 c'est 'trop'. Je trouve pas ça crédible, pas si jeune. Peut-être à force de travail et de pratique genre à 50-60 ans le 3ième éléments peut être abordé. Mais guère avant. Et que pour les professionnels de la question. Pas pour un sorcier lambda.

En revanche 2 ça me semble convenable pour une prof en la matière. A voir le niveau de contrôle du 2ième par contre hesitating Ca pourrait être un critère de sa nomination au titre de professeure.

Edit : Je suis sous le mauvais compte mais c'est Jordan \o/
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Jeu 19 Mai - 17:33
Du coup, j'ai modifié tout cela, c'est joliment écrit en bleu. J'ai supprimé d'autres passages, notamment le couteau.

Pour ce qui est de l'élément, j'ai supprimé l'eau et le coup de la chambre inondée en même temps, puisqu'elle ne servait pas à grand chose au final. Pour ce qui est du deuxième élément, c'est un contrôle minime, genre allumer une flamme. Bon, elle peut l'attiser avec son contrôle de l'air, mais du coup, en utilisant seulement le feu, elle serait incapable, par exemple, de faire apparaitre une flamme dans sa main, c'est plus sur un combustible : flammèche dans la cheminée ou flammes sur les bougies, embraser des feuilles mortes... Ca reste des éléments assez petits dépendant et son pouvoir de création de flammes dépendrait de son environnement.

Est-ce que, ainsi, cela pourrait convenir?
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Sen Muto [Terminée]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Astoria G. Malefoy[ Terminée ]
» Erin Lee [Terminée]
» Lydia Lee [Terminée!]
» Robin Featherstonhaugh [terminée]
» Absence [Terminée]

Sen Muto [Terminée]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: