Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Dim 3 Avr - 22:25
Ah, l'ironie de la vie.

Lorsqu'elle avait proposé sa candidature au professeur McGonagall pour le poste de métamorphose, est-ce qu'elle aurait pu s'attendre à ce que Caitlin Swann soit l'une de ses collègues ?

L'une de ses plus proches amies à l'époque de Poudlard, rien que ça. Non pas que ça ait été jamais du genre "à la vie, à la mort" entre elles. Enfin, pas du point de vue de Robin. N'en ayant jamais connu, n'en ayant jamais été témoin, elle ne croyait pas aux amitiés éternelles ni à leur nécessité. Par contre, abandonner quelqu'un qui a besoin de vous n'est jamais beau, particulièrement quand pas une seule explication n'a été fournie. Eh bien, c'était encore une faute lointaine qui lui revenait en pleine face.

Si Robin n'avait pas oublié la jolie blonde, bien qu'elle eût dû entendre son nom pour se rafraîchir la mémoire — il y avait bien dix ans depuis leur dernière rencontre, non ? — elle avait compris immédiatement qu'il en allait de même pour son ancienne amie. Il lui avait suffi d'un échange de regards pour s'en assurer. Les yeux de Caitlin s'étaient voilés de mépris, et depuis son arrivée à Poudlard, qui datait déjà de quelques semaines, les deux femmes n'avaient pas échangé un seul mot. Si elles se croisaient dans les couloirs, Robin était parfois sur le point de dire bonjour, mais un coup d’œil à son expression la convainquait de se raviser. Et elle en concevait de la lassitude pour sa propre manière de fonctionner.

Ce qui s'était passé était très simple, c'était à peu près la même histoire familière. Le fiancé de Caitlin l'avait trompée, elle en avait été bouleversée, Robin, qui se sentait détachée de cette relation depuis quelque temps déjà, avait cessé de répondre à ses lettres. Tout simplement, elle avait donné la priorité à ses propres déceptions et son propre sentiment de vide, occultant sa compassion envers sa vieille copine au passage. Comment aurait-elle pu l'aider, de toute façon ?

Elle le savait très bien dans le fond. Au passage, comme pour augmenter l'amusement de ce début de carrière à Poudlard, il y avait le cas d'Aylen Nott, aussi. Au moins, elle lui fournissait une excuse pour travailler deux fois plus que d'habitude et ne plus avoir une minute à elle pour ruminer de sombres pensées. Ainsi, elle avait de quoi s'occuper durant ses insomnies, toujours aussi puissantes, entre la préparation des cours et la correction des copies. Et quand elle ne parvenait plus à se concentrer, elle mettait de la musique, elle se mettait à peindre, à écrire ou à dessiner, ou bien elle faisait une ronde nocturne dans Poudlard d'un pas précipité, les yeux rouges de fatigue, surprenant occasionnellement un élève contrevenant qu'elle punissait d'un nombre suffisant de points en moins avant de le renvoyer dans son dortoir sans plus de fracas. Elle évitait les retenues : elle n'avait pas le temps. Les gueulantes, les remarques ironiques, ce n'était pas son truc non plus. Elle se moquait d'impressionner, de gronder, de dominer les élèves. Et de toute manière, la nuit, elle était souvent trop déprimée.

Ce n'était pas le regard justement foudroyant de Caitlin qui lui remontait le moral.

C'était donc pour se soulager l'esprit, et donc surtout pour une question de confort, mais pas uniquement, qu'elle allait frapper à la porte du bureau de la professeure de sortilèges ce soir. Un espoir lui restait de se faire réellement pardonner, avec le temps. Le soir avait toujours été son moment préféré de la journée, celui où son esprit était le plus vif. Et Merlin savait qu'elle aurait besoin d'être réveillée pour l'épreuve qui l'attendait. Elle ne faisait pas non plus du sort de cet entretien une question de vie ou de mort, en fait, elle n'avait franchement pas grand espoir. Mais elle savait qu'elle avait eu tort. Et même si elle avait repoussé cet instant, il n'avait jamais été envisageable pour elle de laisser leur relation dans cet état sans au minimum une conclusion, un effort de sa part. Elle n'en faisait pas vraiment une affaire d'État, non, elle n'avait pas répété devant la glace, elle ne s'effondrerait pas si Caitlin l'envoyait sur les roses, ce qui serait très probable. D'ailleurs, ce n'était généralement pas son genre de s'effondrer. Pouvait-on dire que ça lui était déjà arrivé une fois ? Elle avait toujours eu l'habitude d'avoir une vie grise et insatisfaisante, au point qu'elle ne concevait même pas réellement le bonheur. Chaque journée était une lutte. Elle luttait par automatisme. Quitte à laisser tomber ses amis sur le chemin.

Ce qui ne voulait pas dire qu'elle l'acceptait, ni qu'elle ne se remettait pas en question des nuits entières. Ni que ça excusait quoi que ce soit.

Caitlin pria la personne inconnue qui frappait à sa porte d'entrer.

Robin ouvrit la porte à moitié, lentement, mais sans hésitation. Elle entra et prit le temps de refermer la porte, retardant de quelques secondes le moment de la regarder. Enfin, elle tourna la tête vers Caitlin d'un air calme, mais non sans quelque chose de triste au fond des yeux.


— Bonsoir, Caitlin.

Elle resta debout et ne fit pas un pas.


— Tu ne veux pas me voir, entama-t-elle de sa voix rauque.

Après un instant de silence, elle poursuivit :


— Je ne saurais te le reprocher. Je voulais simplement prendre de tes nouvelles.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Mar 5 Avr - 19:15


One does not simply forgive
ft. Robin


Sa journée s'était plutôt bien déroulée aujourd'hui. Il fallait dire que sa journée du jeudi était sa préférée. Certes, les élèves étaient en général plus énervée à cause du week-end qui approchait, mais elle ne commençait qu'à 10h et finissait à 17h30 ! Pour elle qui n'était pas du matin c'était parfait... Et puis, il s'agissait des cours de dernières années donc aux yeux de la jeune femmes c'était plus intéressant.. Ou tout du moins, elle pouvait leur apprendre des trucs plus fun de son point de vu. Même si voir la première lueur de fierté dans les yeux d'un premier année qui venait de faire voler sa plume n'avait pas de prix.

Quoiqu'il en soit elle avait profité de sa fin de journée pour faire une petite promenade dans le parc avant d'aller dîner. Une fois cela, sans un mot, elle s'était dirigée comme à son habitude dans son bureau. C'était qu'elle n'avait pas encore réellement créer d'atomes crochus avec ses collègues. Beaucoup avait pris leur retraite récemment ou était parti à la recherche d'un pâture plus verte. Du coup, l'équipe professoral était assez jeune d'un point de vu arrivé à Poudlard et Caitlin avait besoin de temps pour se sentir à l'aise avec eux... Et peut-être même que le temps n'y ferait rien.

Au fond, Caitlin détestait le changement... Surtout lorsque cela touchait son domaine professionnel. C'était le seul domaine qu'elle réussissait à contrôler, tout du moins avoir l'impression de contrôler. Elle ne supportait pas qu'on vienne y mettre le bazar. Sauf que c'était ce qu'il s'était passé avec l'arrivée de Robin. Caitlin n'avait pas pensé l'espace d'un instant la revoir un jour. Seulement voilà que l'élément qui était devenu indésirable avait fait son entrée à Poudlard en tant que prof.

Caitlin avait alors décidé tout simplement de l'ignorer, tout du moins de paraître indifférente à son arrivée... Elle avait donc fait comme si elles ne s'étaient jamais connu. Pour l'instant, elle avait bien réussi son coup, mais sa chance allait tourner plus vite qu'elle ne le pensait.

Cela faisait donc déjà un petit moment qu'elle était dans son bureau. Elle adorait la lecture et trouvait toujours de nouveaux sortilèges à apprendre ou comprendre. Son bureau était à son image. Bien rangée, tout était carré et rien ne dépassait. Pas un gramme de poussière n'était sur les nombreux exemplaires.

Soudain, quelques coups secs se firent entendre sur la lourde porte qui séparait son bureau du couloir. Machinalement, la jeune femme autorisa la personne à entrer. Elle n'était pas du genre à filtrer les entrées. Elle ne leva les yeux que lorsque la personne lui souhaita bonsoir en l'appelant par son prénom. Tiens... Peu de personne l'appelait Caitlin dans les environs. Elle posa donc un regard de glace sur la personne qui venait de franchir la porte. Robin.

Elle observa calmement la jeune femme qui n'osait apparemment pas s'avançer vers elle. Elle se redressa, inspirant comme pour se donner le courage d'avoir cette discussion. Car il était certain qu'elles allaient avoir une discussion. Robin commença à parler et Caitlin ne pipa mot. Elle se contenta de croiser les bras et de se  laisser aller contre le dossier de son siège.

« Prendre des nouvelles ? Cela t'intéresse vraiment Robin ? » demanda-t-elle d'un air froid, sans une once de sourire. Elle se retint de lui dire que c'était étonnement pour quelqu'un qui ne s’intéressait qu'à elle. Mais elle avait grandi et avait (presque) appris à ne pas jeter de l'huile sur le feu. Elle eut alors ce qui ressemblait de loin à un sourire... Même si ce dernier était plus menaçant que sympathique. Elle la désigna de la main.

« J'avoue être étonnée de te voir en tant qu'enseignante à Poudlard... Je suis même curieuse d'apprendre comment tu as atterri là ? »

Si elle espérait l'espace d'une seconde qu'elle allait lui déballer ce qu'il s'était passé dans sa vie, elle se mettait sa baguette dans l'oeil.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Jeu 7 Avr - 0:10
À la pique de Caitlin, Robin pinça légèrement les lèvres et détourna brièvement le regard, non parce qu'elle était vexée, mais parce que la remarque était fondée. Plus que justifiée. Effectivement, l'égocentrisme avait toujours été l'un de ses pires défauts. Elle ne cherchait pas à renier ce trait qui d'une certaine manière lui semblait d'ailleurs indispensable pour garder la tête haute au quotidien, mais il était difficile à assumer. Peut-être manquait-elle de courage pour assumer à la fois les problèmes des autres et les siens, ce qui ne justifiait pas qu'elle tourne le dos à ses amis sans la moindre explication et même quasi sans remords.

Rapidement, elle riva à nouveau ses yeux à ceux de Caitlin qui étaient glacials. Malgré tout ce temps qui avait passé, elle se souvenait que celle-ci pouvait être très dure envers ceux qui la décevaient. Et cette caractéristique ne s'était clairement pas altérée, puisque l'ancienneté de sa trahison ne semblait pas avoir atténué le moins du monde sa rancune, qui semblait aussi fraîche qu'au premier jour de leur séparation tacite, maintenant que Robin se tenait là devant elle. Un vague sourire plus menaçant qu'autre chose étira les lèvres de Caitlin et elle ignora sa question. En réponse à celle qu'elle lui posa en retour, Robin eut ce haussement de sourcils particulier et bref, associé à des yeux qui restaient mi-clos, une légère inclinaison de la tête sur le côté et un infime haussement d'épaules qui ne dévoilaient rien d'autre qu'une humeur profondément désabusée. Il n'y avait rien de plus blasant que le souvenir de sa carrière entière. Mais il y avait aussi un refus de s'apitoyer sur son sort dans son attitude.


— Un peu par hasard. Je touche à tout depuis dix ans.

Ceci dit, elle ne venait pas avec l'intention de s'étaler sur sa propre vie. Ayant rapidement répondu d'une voix assez basse, sans intérêt, elle fit enfin quelques pas en avant en détaillant machinalement le décor autour d'elles, réfléchissant à une manière d'amorcer un dialogue plus constructif que cela. Elle s'arrêta à mi-chemin entre la porte et le bureau et regarda à nouveau Caitlin dans les yeux.

— Ça m'intéresse, oui, reprit-elle enfin. Tu n'as pas l'air d'avoir changé avec le temps. Et si tu es toujours comme je me le rappelle, alors, tu es quelqu'un que j'apprécie et que je respecte. Mais je n'ai pas été une amie pour toi.

Elle se tut un instant, soudain vraiment accablée par un sentiment de honte et de solitude. Qu'est-ce qu'elle valait donc en tant que personne ? Elle inspira profondément et reprit plus fermement :

— Je n'attends donc plus rien de toi. Mais j'ai besoin que tu saches que je regrette et que je ne sous-estime pas le mal que je t'ai fait. Ton fiancé venait de t'abandonner et j'ai cessé de te répondre. Je ne t'ai jamais donné d'explication. C'est que, comme tu le dis, j'ai toujours été plus centrée sur moi-même que sur les autres et que c'est la seule manière que je connaisse de gérer les soucis du quotidien. Il n'y a rien d'autre que je puisse te dire. Si ce n'est que je suis désolée.

Elle hocha la tête, prête à essuyer n'importe quelle tempête de violence ou de mépris. Que Caitlin se défoule si elle le voulait. Elle était aussi là pour encaisser, si ça pouvait la soulager. Ensuite, quand le point final à leur relation serait mis, point final sans doute triste et décevant même si elle aurait aimé qu'il en soit autrement, elle rentrerait dans ses appartements. Et pourtant, un coin d'elle continuait à espérer.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Lun 11 Avr - 15:16


One does not simply forgive
ft. Robin



Caitlin n'était pas vraiment des plus agréables avec Robin. Mais au fond, il fallait la comprendre ? Cette dernière avait été sa confidente.. Elle avait cherché un soutient lorsque son monde s'était effondré et elle s'était finalement retrouvée seule... Comme toujours. Et puis, elle n'avait pas tord en sous-entendant que Robin était égoïste. C'était la triste vérité.

Une chose était sûre, elle n'allait pas lui montrer que ce qu'elle considérait comme un trahison la touchait encore. Il était plus simple pour elle de refuser tous les sentiments qu'elle lui inspirait. Du coup, la jeune femme revêtait son masque de Serpentard, froide, distante et mesquine. Sans vraiment s'en rendre compte, la belle tentait de la blesser... Comme pour se venger. C'était un moyen de défense :  un donnant donnant.

Elle ne put s'empêcher d'avoir un léger dédain lorsqu'elle apprit que Robin était là par hasard. Se rendait-elle compte qu'elle avait des responsabilités en tant que professeur ? Que ce n'était pas le genre de boulot à prendre à la légère et qu'on ne pouvait pas quitter son poste sans qu'il y est de conséquences. Mais non, ça l'égoïste Robin ne devait même pas y avoir penser. Elle serra la mâchoire, tentant de contrôler sa colère. Elle devait se calmer et son seul moyen était de lancer des piques pour se calmer. C'était toujours mieux que la violence physique qu'elle avait eu l'habitude d'utiliser étant qu'une enfant, non ?  Enfin quoique lui aurait dit la brunette cela l'aurait mis en colère...

« Et moi qui pensait que le hasard faisait bien les choses. » ajouta-t-elle en plongeant son regard de glace dans le sien, avant de le détourner.  Elle n'avait pas vraiment d'autre chose à lui dire. Après tout, c'était elle qui était venue à sa rencontre, alors qu'elle parle. Elle lui signifia qu'elle s'intéressait sincèrement à ce qu'elle était devenue. Cela, fit sourire Caitlin. Amusée par ce mensonge plus gros quelle. Elle secoua la tête, n'y croyant pas un seul mot, jusqu'à ce qu'elle lui dise qu'elle n'avait pas été une amie pour elle. Pour le coup, elle l'avait été pendant l'enfance... Mais le reste, c'était une autre histoire.

« Là au moins on est d'accord sur un point. » ajouta-t-elle en la pointant du doigt et en se levant. Comme si son trop plein d'énergie avait besoin de s'échapper en se déplaçant. Elle prit un des livres sur son bureau et alla le ranger dans l'une des grandes bibliothèques qui habillait son mur. Elle préférait cacher son visage en regardant la bibliothèque lorsque Robin commença à parler. Elle tentait de ne pas s'énerver, de ne pas lui hurler dessus et de lui dire de lui foutre la paix. Elle poussa brusquement le livre pour le ranger et se tourna vers son ancienne amie, son regard noir aurait pu la cramer sur place.

« Qu'est ce que tu veux que je te dise Robin ?  Que je te pardonne ? Qu'on peut redevenir de bonnes copines ? Et bien je te pardonne. Va en paix ! » Ajouta-t-elle en lui désignant la porte d'un signe de la main. Sa voix avait une boite d'ironie. « Mais je te faisais confiance... Tu ne m'as même pas dis pourquoi tu... » Elle souffla agacée de devoir se replonger dans tous ces souvenirs. Si au moins elle avait eu une excuse elle aussi. «Mais ça n'a pas d'importance, tout du moins, ça n'en a plus. Je ne ferais pas deux fois la même erreur. » dit-elle en plongeant son regard bleu dans le sien. Elle secoua la tête, laissant échapper un soupire.

« On est collègue. C'est tout. Tu fais ton boulot, je fais le mien... Je crois que c'est un bon compromis, qu'en penses-tu ? » lui demanda-t-elle. Elle aurait aimé pouvoir croire Robin, elle aurait aimé pouvoir faire un pas vers elle... Mais sa fierté et sa rancune étaient tenaces. Elle lui avait fait confiance, avait mis sa fierté de côté pour demander de l'aide... Et finalement, elle lui avait tourné le dos.

Elle passa une main dans sa chevelure dorée, un geste qu'elle faisait lorsqu'elle sentait que la situation l'échapper.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Spoiler:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Sam 16 Avr - 20:46
Caitlin la toisait avec des yeux de glace. Robin savait qu'elle prenait sur elle pour cacher la blessure qu'avait représentée sa trahison et dont le souvenir devait encore lui peser. S'il en avait été autrement, elle n'aurait eu évidemment aucun besoin de se montrer si froide. Cette preuve directe du mal qu'elle lui avait fait accrut ses remords. C'était une chose d'abandonner un ami sans le voir de face. C'en était une autre, radicalement différente, que de mesurer de ses propres yeux le mal causé, elle l'avait déjà trop souvent expérimenté. Robin continua à parler sans tenir compte de sa remarque acerbe sur le hasard qui faisait bien les choses. À l'instant où elle affirma qu'elle se souciait encore d'elle, elle vit le sourire ironique poindre sur les lèvres de Cait (Cait, comme elle la surnommait autrefois, ce dont elle aurait intérêt à s'abstenir à partir d'aujourd'hui). Comme elle manifestait l'incrédulité la plus totale en secouant la tête, Robin se demanda si elle ne la croyait réellement pas le moins du monde ou si elle en rajoutait simplement par colère, ou encore si c'était la colère qui la poussait à s'aveugler. À ses propres yeux, elle ne se donnait pas l'impression de mentir sur ce point. Ni d'ailleurs sur aucun autre. Elle ne se serait pas déplacée jusque dans ce bureau si Caitlin n'avait aucune importance à ses yeux. Elle aurait aimé savoir ce qu'il en était de sa vie à présent et si sa peine sentimentale s'était apaisée. Que leur amitié reprenne ou non — ce qui était décidément peu probable.

De plus en plus agitée, Caitlin se leva et commença à ranger un livre dans un bibliothèque, geste inutile qui n'avait probablement aucun autre but que de s'occuper les mains ou de lui cacher son visage. Robin sentait que l'explosion était imminente. Et en effet, elle se tourna d'un bloc et commença à l'incendier. La jeune femme la laissa parler, immobile. Attristée de sentir la faiblesse dans sa voix lorsqu'elle lui dit qu'elle lui faisait confiance. Elle baissa légèrement la tête au fil de sa tirade, progressivement, tout en restant droite et en l'écoutant. Elle la releva lorsque Caitlin lui lança qu'elles n'avaient qu'à rester collègues. Et après un petit moment, quand elle fut sûre qu'elle n'avait rien à ajouter pour l'instant, elle répondit doucement :


— Je t'ai déjà dit que je n'attendais rien de toi.

Elle hocha la tête avec un léger soupir.

— Oui, des collègues...

Elle ouvrit la bouche comme pour ajouter autre chose, la referma, chercha dans sa tête quoi dire pour l'assurer, sinon de l'idée qu'il y avait une explication qui l'excusait, ce qui était faux, du moins de sa sincérité à l'instant présent, et une dernière fois du fait qu'elle regrettait. Elle ne trouva rien. À défaut et à regret, elle se détourna au bout d'un moment, se dirigea vers la sortie, posa la main sur la poignée de la porte. Les yeux rivés sur celle-ci, elle hésita encore, puis déclara enfin d'une voix sourde :

— Je ne te demande rien, mais je n'ai pas menti.

Elle tourna la tête vers son ancienne amie et baissa les yeux :

— Bonsoir, Caitlin.

Enfin, elle sortit et referma doucement la porte derrière elle.

HRP:
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Ven 6 Mai - 13:36


One does not simply forgive
ft. Robin


La visite de Robin l'avait surprise il fallait bien l'avouer. Que faire ? Caitlin était légèrement perdue. Elle ne savait pas si elle devait lâcher ses démons en criant sur Robin, ou au contraire tenter de se contenir et de lui sembler indifférente. Elle avait essayé la deuxième option, mais son naturel était revenu bien rapidement. De toutes façons, Robin la connaissait assez pour savoir lorsqu'elle essayait de dissimuler quelque chose. N'était-ce pas l'ironie du sort ? Elle la connaissait si bien... Et c'était réciproque... Et finalement, leur amitié n'était plus. Peut-être attachait-elle trop d'importance à ce détail ? Peut-être ne devrait-elle pas lui en vouloir de l'avoir abandonné... ? Au fond, peut-être qu'elle avait eu d'autres soucis dans sa vie ? Mais c'était justement ça que lui reprochait Cait. Que leur amitié avait finalement était à sens unique trop longtemps.

La professeure de Sortilèges était quelqu'un de franc et cash. Elle n'aimait pas aller mentir ou ne pas dire ce qu'elle pensait... Du coup, elle avait lâché le fauve. Elle bouillonnait et finalement il fallait que ça sorte ! De toutes façons, elles étaient deux adultes. Il fallait que les choses soient dites pour avancer... Pour qu'elle perde peut-être cette envie de la regarder avec dédain dés qu'elle la croisait dans les couloirs.  Et puis ses pseudos paroles mielleuses avaient eu raison d'elle. Faire semblant de s'inquiéter pour elle.. C'te blague ! Si cela avait été le cas sincèrement, n'aurait-elle pas été présente lorsque Cait avait été au plus mal ? La colère l'aveuglait sûrement, mais elle n'était pas prête à accepter que Robin avait fait une erreur et que toutes erreurs pouvaient être pardonnés... Elle était trop exigeante ce qui lui valait sûrement son nombre si restreint d'amis.

Mais la soupape avait du laisser échapper la pression. Elle lui avait donc dit  des paroles pleins d'ironie et de reproches. Elle l'avait regardé avec hargne... Mais au fond, cela montrait également qu'elle tenait encore à elle pour son plus grand malheur. C'était qu'elle en avait vécu des choses toutes les deux par le passé ? Mais le passé était passé...  Elle lui déclara froidement qu'elles seraient collègues, faisant chacun son travail dans son coin sans se nuire, sans se côtoyer. Mais son cœur se brisa lorsque Robin rajouta qu'elle n'attendait rien d'elle de toutes façons. A cet instant précis, elle dut puiser dans toutes ses forces pour ne pas lui envoyer des livres à la figure pour lui exprimer sa frustration, sa colère et sa tristesse.

Elle se contentait de rester droite et peu avenante. Elle répéta le mot collègue et sembla vouloir ajouter quelque chose avant de se raviser. Caitlin la regardait toujours d'un regard noir. Leur amitié ne méritait donc pas plus ? Juste une abdication au premier obstacle ? Cela ne faisait que confirmer ce qu'elle avait compris. L'amitié qu'avait porté Cait à Robin avait été plus forte que le contraire... Elle restait silencieuse. Attendant une réaction. La réaction de Robin survint, elle était si évidente depuis le début pourtant : elle fuyait comme toujours.

Elle se retourna et se dirigea vers la sortie devant le silence de son ancienne amie.Elle lui ajouta qu'elle ne lui demandait rien. Elle ne sut même pas quoi répondre à cela et resta muette. Elle était désemparée. Dés que la porte se referma, elle sentit la colère reprendre le dessus pour tenter d'apaiser sa tristesse. C'était tellement plus facile pour elle d'être en colère que d'être triste. D'un geste brusque, elle envoya valdinguer plusieurs livres au sol avant de poser sa main contre son front et de fermer les yeux. Elle devait se calmer... Elle devait arrêter de croire que Robin se serait battue pour leur amitié... Arrêter d'espérer une chose qui ne viendrait jamais.

Elle se décida donc pour une balade en balais, la seule chose capable de la calmer dans pareille moment d'émotivité.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

Fin merci pour ce rp ♥
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]
Page 1 sur 1

One does not simply forgive | Caitlin Swann [Terminée]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: