Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Mer 9 Aoû - 22:42

Mikaëlla

Archibald


Une rencontre instructif !


Il était l’heure de la répétition de la Chorale pour les fêtes de fin d’années. Malgré ses entrées bien souvent fracassantes, la jeune Mikaëlla n’était jamais arrivée en retard aux répétitions de chorale ni aux entraînements de Quidditch : c’en était presque un miracle !

Chantant sous la supervision du professeur référent avec d’autres élèves, y compris sa sœur de cœur Mia Sayako, la jeune sicilienne prenait un grand plaisir à chanter entouré d’autres voix, cela se ressentait dans sa voix angéliquement mélodieuse presque cristalline. Mettant en pratique les points dans la chanson à corriger que dictait le professeur, la jeune Mikaëlla y mettait tout son cœur pour que sa prestation dans la chorale soit la plus parfaite.

Concentrée dans sa prestation, la pétillante serdaigle ne se rendit pas compte qu’il y avait exceptionnellement aujourd’hui des spectateurs. Ce n’est que lors de la fin des répétitions que la jeune Cassano remarquait les spectateurs présents et il semblerait que l’un d’entre eux allait la voir. Ce que la jeune adolescente ne savait pas encore c’est que cette rencontre qui allait arriver allait bouleverser positivement sa vie.


Tag:

KoalaVolant
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Ven 11 Aoû - 20:25
Citation :
@Mikaëlla S. Cassano


Une rencontre instructive

La musique où l'art de croiser des univers



Derrière les fenêtres à meneaux de ses quartiers, les nuages s'accumulaient déjà. La fin d'année approchait à grands pas et, avec elle, son cortège de ciel bas, de brume matinale voire d'éparses puis d'épaisses chutes de neige. Archibald sursauta. Dans la buée que sa respiration faisait sur les carreaux, il aperçut un hibou qui passait juste devant sa fenêtre. Apercevoir est peut-être un brin présomptueux. Tout juste avait-il perçu une ombre sombre qu'il estima être un oiseau et, au vu de la taille, un hibou. Il faut dire que les quartiers des enseignants étaient situés dans les hauteurs de l'école de sorcellerie. Ceux de l'enseignant en sciences moldues se composaient de deux pièces. La première, grossièrement rectangulaire comprenait un canapé de cuir brun de style chesterfield, installé en face d'une cheminée dont l'âtre laissait virevolter les flammèches d'un feu mourant. Entre les deux, une table basse sombre prenait ses aises, elle-même installé sur un tapis persan aux larges dimensions. Deux fauteuils voltaires recouverts d'un velours cramoisie achevaient de former un espace salon. Un secrétaire et une cathèdre en merisier occupaient également l'espace, tout comme une imposante bibliothèque. Aux murs, pendaient des tentures représentant de banales illustrations magiques. Enfin, une table entourée de quatre chaises de style régence cannées, finissaient de meubler la pièce. La décoration, associant des styles un brin hétéroclites laissait une impression à la fois de chaleur et également d'une certaine quiétude. Crawley n'était en rien responsable de l'ameublement de ses quartiers. Il avait pris le poste de professeur d'études des moldus en septembre, les appartements avec. Et dans leur jus. La seconde pièce faisait office de chambre. Un large lit à baldaquin et aux parures bleu sombre trônait au centre de la pièce. Il faisait face à une large fenêtre, encadrée de rideaux en velours côtelé aux teintes assorties à celles de la couverture. Une armoire, deux guéridons, une console, un miroir sur pied et un fauteuil crapaud permettait à l'occupant des lieux de disposer d'un confortable ameublement. Il existait une troisième pièce. Enfin, s'il est possible de l'appeler ainsi. Cette toute petite salle était située derrière une porte dissimulée dans les boiseries de la chambre. Elle desservait une salle de bain, pièce aveugle aux dimensions plus que modestes.  

Dans la chambre justement, Archibald refaisait son nœud de cravate. Le professeur contemplait, sans modestie ni orgueil, son reflet replet dans le verre du miroir sur pieds. Il avait croisé pendant la matinée la Directrice de l'Ecole. Devisant aimablement, elle lui avait parlé d'une répétition de la chorale de Poudlard ce jour. En fine connaisseuse des personnalités de ses enseignants, la dame au chapeau avait subtilement laissé entendre au Professeur d'études des moldus que son goût immodéré pour la musique pourrait se trouver momentanément assouvi en assistant à une telle répétition. Il achevait donc de remonter le nœud de sa cravate bordeaux. Le professeur portait un complet gris foncé sur une chemise aux fines rayures d'un rouge assorti à la cravate. En bon professeur britannique, il ne pouvait décemment se présenter débraillé à une répétition de chorale.

Archibald quitta ses appartements, emprunta un petit couloir et descendit quelques escaliers. Là, il croisa le fantôme de la maison Griffondor.

- Mes hommages Sir Nicholas.

Déclara l’enseignant dans un courtois sourire.

- Bonsoir Professeur, comment allez-vous ?

- Comme un charme. Et vous-même ?

- Pareillement, je ne pourrais être plus en forme.

Un sourire étira le visage rondouillard d’Archibald.

- C’est ma foi réjouissant pour un fantôme. De quoi nous faire rêver de l’au-delà

Le trait d’humour ne souleva pas d’enthousiasme manifeste chez le fantôme. Ce dernier se contenta d’un bref « hermf » avant de poursuivre.

- Lors de vos prochaines gammes, me permettez-vous de venir y assister, à nouveau

Sensible à cette attention, Crawley balaya l’air d’un revers de main.

- Allons allons Sir Nicholas, vous savez bien que vous êtes le bienvenu. Ma porte est toujours ouverte au fantôme d’une si noble maison. Et puis, un fantôme mélomane est une compagnie charmante tout autant que discrète.

Je me rends d’ailleurs à la répétition de la chorale de l’école. Vous y avez déjà assisté ?


- Plusieurs fois oui. C’est charmant. Les mauvaises langues disent qu’il y aurait des fausses notes mais n’en croyait pas un mot Professeur.

Archibald haussa les épaules.
- Voyez-vous dès que vous avez assisté à une répétition de la chorale de l’église anglicane du petit village de Kettlewell dans le Yorkshire, vous pouvez survivre à n’importe quelle expérience musicale, aussi raide soit-elle. Croyez-en mon expérience.

Il n’est pas permis de laisser autant de vieilles bigotes s’époumoner sur des cantiques et tenter les tierces et renversement de tierces à pleine voix.


Les deux hommes échangèrent quelques rires communs puis se séparèrent en de courtoises salutations. Archibald finit par atteindre la salle de répétition. Il s’installa sur les bancs tandis que les élèves chanteurs commençaient à s’installer. Sous la houlette d’un enseignant, spécifiquement dédié à cette heureuse besogne, la répétition débuta. Quelques personnes assistaient aux vocalises estudiantines. Principalement d’autres élèves d’ailleurs. Parmi les élèves qui faisaient résonner leurs mélodies sous les pierres du château écossais, une voix se dégageait. Une jeune élève maîtrisait parfaitement bien les changements d’octave et autres unissons.  La répétition se poursuivit encore un petit moment. Le soir tombait et avec lui le bras du chef de chœur. Il remercia les élèves puis les congédia en précisant la prochaine date de répétition.

Archibald s’approcha de la jeune élève précédemment remarquée. Les mains dans les poches, le Professeur Crawley, avec une bonhommie rondouillarde qui lui était si particulière, la salua.  

- Bonjour Mademoiselle. Bravo pour cette répétition. Très impressionnant. Vous semblez maitriser avec beaucoup d’aisance le pupitre soprano dans cette chorale.

Il sourit.

- Oh et je ne me suis pas présenté, excusez-moi. Professeur Archibald Crawley. Ravi.

Il tendit une main sincère, tout se sentant obligé de préciser.

- Je suis professeur des études moldus. Nous ne nous sommes pas encore rencontrés je crois.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR ECRIRE ICI
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Mer 6 Sep - 15:57

Mikaëlla

Archibald


Une rencontre instructif !


La répétition venait de terminer, la jeune Mikaëlla était satisfaite d’avoir donné le meilleur d’elle-même, même si cela l’agaçait que certaine personne ne mettait pas du cœur à l’ouvrage.

Soudain, la jeune sicilienne fût interpellée par un monsieur, sûrement un membre du personnel de Poudlard… Peut-être un professeur ? Même si cette tête rondouillarde, clownesque mais sympathique ne lui disait absolument rien. Cet homme avait suivi les répétitions (sûrement un passionné de musique) et la félicitait pour sa prestation, trouvant impressionnant sa maîtrise du pupitre soprano.

Souriant poliment à cet homme, la jeune Cassano remerciait aussitôt l’inconnu pour les félicitations :

— Merci beaucoup Monsieur. Je suis ravie que cette répétition vous ait plu.

La dynamique sicilienne vit son interlocuteur se présenter comme étant le professeur Archibald Crawley tout en tendant sa main. Prenant aussitôt avec une certaine franchise la main de ce professeur en le regardant dans les yeux, la jeune Mikaëlla se présentait également, éducation oblige.

— Enchanté de vous rencontrer professeur, je m’appelle Mikaëlla Sofia Cassano.

La jeune serdaigle entendit ce dernier préciser qu’il était professeur d’étude des moldus. Étude des moldus ? La matière optionnelle qu’elle aurait tant voulu y participer, étant ouverte sur le monde des moldus. La surprise se lisant sur son visage, la jeune sicilienne aux yeux bleus azurs affichait une mine légèrement triste, se disant qu’elle ne pourrait jamais suivre les cours fort intéressants de ce professeur.

— Nous ne sommes pas encore rencontrés malheureusement. J’aurai tant voulu prendre votre matière en option mais ma famille n’est pas cet avis…

Affichant une mine un peu sombre et triste, la jeune Cassano tentait de vite se changer les idées en posant une question sur le domaine musical au professeur : si il avait participé aux répétition de la chorale, c’est qu’il devait bien aimer la musique, le tout avec le sourire sympathique de notre chaleureuse sicilienne.

— Vous avez donc de l’intéret pour la musique, y a-t-il un genre musical que vous préférez professeur ?


KoalaVolant
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Lun 18 Sep - 11:03
Citation :
@Mikaëlla S. Cassano


Une rencontre instructive

La musique où l'art de croiser des univers


La jeune sorcière de la maison à l’aigle bleu se fendit d’un sourire poli aux compliments de l’enseignant. Ils échangèrent une poignée de main, franche et directe. Parfois, Archibald se disait qu’il serait intéressant de rédiger une étude sur la façon dont les individus se serrent la main. De quoi traduire ou plutôt trahir une partie de la personnalité de chacun. Un véritable catalogue. Des poignées parfois un brin violentes souhaitant démontrer une virilité discutée ou un volonté de marquer un territoire, davantage proche des manifestations animales de nos amis canins qui urinent sur les réverbères, que la démonstration d’une humanité réelle. Un trait caractéristique de certains hommes de pouvoir se sentant obligés d’occuper l’espace, mais que l’histoire aura beau fait de renvoyer aux alinéas de son grand livre. La poignée de main molle et parfois moite. Cette façon désagréable de tendre un main flasque et de saisir du bout des doigts celle de son interlocuteur. Une démonstration, souvent, d’une volonté de mettre de la distance, voire un caractère véritablement hautain. Enfin, la main franche, simple, celle la plus honnête. Une manifestation claire et sans faux-semblant d’un salut sincère tout en glissant à son interlocuteur son caractère, souvent affirmé.

- C’est la première fois que je me rends à une répétition de la chorale de l’école. J’en garderai un souvenir des plus agréable.

Ravi de vous rencontre Mademoiselle Cassano.


Un discret voile triste passa sur les azurs de la sorcière. Elle se risqua à évoquer du bout des lèvres l’opposition de sa famille à l’enseignement des moldus. Des explications éparses mais qui n’attendaient pas de commentaire. Le professeur Crawley se garda bien de toute question supplémentaire, qu’il jugeait trop intrusives. Il ne souhaitait nullement mettre mal à l’aise l’étudiante, voire la braquer, en questionnant avec insistance un sujet qui manifestement était source de désagréments. Il ne rebondit pas sur la notion de sang sorcier qui semblait poindre sous les contours d’une vision de la sorcellerie tout juste esquissée par la jeune Madame Cassano. « Sang-pur ». Un souvenir douloureux issue de la dernière guerre des sorciers. Le souvenir d’une personne, l’une de ces prédécesseurs. Le professeur Burbage fut l’une des amies d’Archibald. Son assassinat, tragique et criminel, perpétré au nom d’une idéologie de pureté restait comme l’un des épisodes les plus douloureux de la vie du musicien-sorcier. Aussi, se contenta-t-il de paroles simples, qu’il déclara dans une voix emplie de douceur. La jeune sorcière avait eu l’élégance de rebondir sur un sujet bien léger : la musique.

- Vous avez vu juste Mademoiselle Cassano. Je suis un fervent amateur de musique. Je la pratique aussi, un peu.

Pour tout vous dire, je fus professeur de piano et de clavecin dans le monde moldu avant de rejoindre Poudlard.


Un sourire sincère étira le visage rond du professeur.

- Hum … Disons que j’ai des goûts assez éclectiques. Je m’étais spécialisé dans les œuvres de Couperin. C’est du clavecin.

Crawley se fendit d’un clin d’œil amusé.

- Un musicien baroque du XVIIIème, c’est vieux. Je ne le dis pas trop, de peur de passer pour un vieux professeur de piano qui sentirait la naphtaline et l’encens. De ma jeunesse, je garde le goût d’artiste plus contemporains. De Bowie aux Pogues par exemple.

Un sourire supplémentaire. Il salua d’un signe de tête deux élèves qui venaient de quitter la chorale. Ils passèrent à côté d’eux. Deux élèves de son cours d’études des moldus.

- Et vous, Mademoiselle, vous pratiquez le chant depuis longtemps ?

Sans vouloir être indiscret mais, Cassano ? C’est italien n’est-ce pas ? Di dove sei in Italia ? *


C’est que notre rondouillard Professeur d’Études des Moldus avait quelques souvenirs commun avec le pays de Garibaldi. A l’âge de 20 ans, il avait passé les trois mois de la saison estivale dans le nord de l’Italie. Une balade entre jeunes britanniques, jeunes adultes un brin agités, dans les coteaux du plus « beau pays du monde ». Nécessité faisant loi, il avait dû acquérir quelques rudiments d’italien. Non point que la langue de Casanova soulevât un désir fou mais si jeune Archibald voulait aborder la jeune fille qui, à l’époque, résidait dans la maison en face de celle louée par les jeunes anglais, alors une base d’italien semblait être la première étape. Nous n’irons pas plus loin dans le conte des péripéties de jeunesse du professeur de Poudlard.

*De quel coin d’Italie venez-vous ?


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR ECRIRE ICI
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Mer 20 Sep - 12:52

Mikaëlla

Archibald


Une rencontre instructif !


Ayant changé de sujet pour tourner autour de celui de la musique, la jeune Mikaëlla entendit le professeur d’étude des moldus dire qu’il était professeur de musique dans le monde des moldus avant de devenir professeur à Poudlard, un professeur de piano et de clavecin. La jeune sicilienne connaissait bien le piano pour en y jouer encore de temps en temps mais elle était intriguée par le second instrument, qu’elle demandait aussitôt avec intérêt :

— Le clavecin ? Qu’est-ce donc comme instrument ?

La pétillante serdaigle en était intriguée, cherchant à en savoir plus sur cet instrument dont elle entendait ce nom pour la première fois.

La jolie sicilienne aux yeux bleus azurs entendit son interlocuteur répondre concernant ses goûts musicaux qu’il était très éclectique, évoquant qu’il écoutait des œuvres de Couperin, des oeuvres de clavecin. La jeune Mikaëlla observait son interlocuteur d’un air intriguée et perdue, ne connaissant point ces œuvres. L’incompréhension de la jeune cinquième année se lisait sur son visage mais également à sa manière de pencher la tête du côté gauche, geste qu’elle faisait inconsciemment lorsqu’elle ne comprenait pas quelque chose.

Le professeur semblait bien avoir remarqué ce geste car il s’était mis aussitôt à préciser que c’était un musicien baroque du XVIIIème. Intéressant ! Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre dans le domaine musicale, notamment dans la musique moldue ! Souriant légèrement en entendant le professeur d’étude des moldus dire qu’il n’osait pas l’évoquer de peur qu’on le prenne pour un vieux sentant l’encens et la naphtaline. À cette remarque, la jeune Cassano répondit alors sympathiquement :

— Rassurez-vous professeur, je ne suis pas du genre à juger les personnes, encore moins sur ses goûts musicaux. J’avoue que cela serait très intéressant d’écouter les œuvres de Couperin ou du Bowie ou Pogues.

La jeune sicilienne ne connaissait pas tout l’univers musicale moldue, elle en découvrait progressivement via ses amis, son parrain. Bref, la demoiselle avaot encore bien des choses à apprendre à leur sujet, cela tombe bien car la culture moldue attisent sa curiosité.

Entendant la question du professeur Crawley si elle pratiquait le chant depuis longtemps, la jeune sicilienne répondit en souriant joyeusement :

—Je pratique le chant depuis mon plus jeune âge : j’ai toujours adoré chanter pour animer les soirées, amuser les gens. Je m'amusais bien souvent à chanter des chansons que ma cousine composait au piano quand elle nous rendait visite. Sinon, je chantais seule en jouant au piano également.

La dynamique cinquième année entendit le professeur demander si son nom de famille était italien avant qu’il ne demande d’où elle venait d’Italie dans sa langue natale. Une compétence qui surprit agréablement la jeune sicilienne, les yeux brillant d’émotion d’entendre enfin une personne en dehors de sa famille parler dans sa langue natale. Alors certes il y avait des imperfections mais c’était compréhensible aux oreilles de la jeune sicilienne et cela lui suffisait amplement. La dernière fois qu’elle pensait avoir trouvé quelqu’un qui parlait parfaitement bien sa langue en dehors de sa famille c’était malheureusement avéré être son cousin maternel : la déception !

Émue d’entendre le professeur parler sa langue natale, la jeune sicilienne répondit aussitôt avec aisance à la réponse du professeur :

Ita— Vengo dalla Sicilia. Ci sono delle imperfezioni ma in italiano lei va molto bene, professore. Sono entusiasta di trovare finalmente qualcuno che parli la mia lingua madre al di fuori della mia famiglia.

(Je viens de Sicile. Il y a des imperfections mais vous vous débrouillez très bien en italien, professeur. Je suis ravie de trouver enfin une personne qui parle ma langue natale en dehors de ma famille.)


La jeune sicilienne était émue, souriant légèrement de pouvoir parler en italien avec un interlocuteur en dehors de sa famille, une langue chaleureuse qui la touchait droit au cœur, ne la faisant qu’apprécier davantage ce professeur au visage rondouillard et sympathique. Une belle amitié semble se naître entre ce professeur et cet élève de Poudlard.

KoalaVolant
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [M/LIBRE] Archibald Gordon Macnair - (père) Ft. Mads Mikkelsen

Une rencontre instructif ! [PV Archibald Crawley]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: