Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-25%
Le deal à ne pas rater :
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro 6,78″ 5G + casque ...
599 € 799 €
Voir le deal

Excuse de mise [Nymphea]

Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Excuse de mise [Nymphea]
Dim 11 Juin - 13:24
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

Environ une semaine s’est écoulée depuis la première épreuve du tournoi. Depuis que j’ai manqué de détruire une partie des tribunes à cause de la perte de contrôle de ce fichu don. Parfois, j’aimerais ne pas avoir ce don. Ne pas être l’héritière des Poufsouffle non plus. Je ne suis pas certaine d’être capable d’être à la hauteur de ce rôle. Pas quand je vois qui sont les autres héritiers. Aucun d’entre eux ne manque de provoquer une catastrophe à chaque fois qu’une émotion trop intense le submerge. Suite à la première épreuve, j’ai vérifié l’état de mes amis. Je me suis énormément inquiété pour eux et j’ai pu être rassuré. J’ai organisé avec Kathleen une fête pour Quentin et depuis je m’isole. Je ne viens plus trop dans la grande salle, ne mangeant plus beaucoup depuis que la fête avec Quentin est passée. Je n’ai plus vraiment faim. Et puis si je pétais un plomb dans la grande salle? C’était la première fois que ma perte de contrôle était aussi importante. J’ai réellement eu peur et j’ai pris conscience des conséquences que cela pouvait avoir. Le côté destructeur que peut avoir mon don quand je me laisse submerger par mes émotions. Le côté totalement incontrôlable alors que je ne maîtrise pas du tout mes émotions. Il vaut mieux que je sois loin de toute vie humaine  Je reste près de la forêt interdite et Anguille passe du temps avec moi. Il refuse de me laisser seule malgré toutes mes demandes qu’il retourne près de Quentin. Une semaine que j’esquive même ma directrice de maison alors que le sentiment de honte est bien trop prégnant. Je n’ose pas la regarder et quand je la vois j’ai tendance à m’éloigner. Je l’ai évité une nouvelle fois ce matin alors que je l’ai croisé à la sortie de la salle commune. Les traits tirés car mon sommeil n’est plus du tout réparateur. Je cauchemarde quasiment toutes les nuits. J’ai baissé la tête, cherchant à devenir toute petite, et j’ai filé sans demander mon reste, sans lui laisser le temps de m’interpeller. J’ai filé directement à l’orée de la forêt interdite. Peu de personnes viennent ici et cela m’assure ainsi une certaine forme de tranquillité.

La journée se passe ainsi à ruminer. Je repense souvent à cette fuite de ce matin. Je déteste avoir ainsi esquivé ma directrice de maison. J’ai toujours assumé mes actes, j’ai toujours fait face à mes erreurs. Je culpabilise alors que je ne vais pas toujours pouvoir rester planqué. Je ne vais pas pouvoir l’éviter éternellement. Je suis même surprise qu’elle ne m’ait pas encore convoqué. Alors que tout le monde doit être dans la grande salle, je prends mon courage à deux mains. Je suis décidée à assumer et je me lève pour rejoindre le bureau de ma directrice de maison.Je ne sais pas si elle y sera en réalité mais je dois tenter. Je me tourne vers Anguille. “Je vais tout lui dire”. Sa réponse fuse immédiatement. “Je viens aussi, je suis aussi responsable”. Ce ne sont pas de réels mots mais ce qu’il me fait comprendre. Je le regarde, le gratouillant comme il aime. “Tu n’as pas besoin, c’est ma décision. Et elle ne va pas te punir. Tu veux qu’elle fasse quoi? Un jobarbille en retenue, ça ne s’est jamais vu”. Je tente de sourire mais sa détermination est à la hauteur de son humain, c'est-à-dire sans faille. Il ne me laissera pas quoique j’en dise et pour bien le montrer il s’accroche à mes vêtements sur mon épaule. Tel animal, tel humain. Je soupire et me dirige ainsi vers Poudlard. Je ne dois pas me faire attraper avant d’être à l’intérieur de Poudlard car je n’ai rien à faire à l’extérieur. Je prends tout juste conscience de l’heure qu’il est. J’arrive à me faufiler dans Poudlard et à rejoindre le bureau de la directrice des Poufsouffles sans croiser personne.

Je toque à la porte et j’entre quand elle m’en donne la permission. “Bonsoir Professeur. C’est Annah”. Je sais qu’elle ne voit pas forcément alors je lui précise par gentillesse. Peut-être que c’est maladroit. Je me lance avant de vouloir surtout faire demi-tour car je n’ai jamais ressenti autant de difficulté à me tenir face à elle. J’ai tellement honte d’avoir ainsi perdu le contrôle de mon don, de mes émotions. Il est fort probable qu’elle en ait entendu parlé et qu’elle soit déçue. Elle est sûrement en colère aussi. “Je voulais vous parler professeur. Vous avez dû entendre parler de ce qui s’est passé dans les tribunes mais je voulais vous donner ma version”. Je m’arrête un instant le temps de trouver mes mots. J’affirme “Les commentaires d’Alma m’ont énervé et j’ai demandé à Anguille d’aller envoyer ses déjections sur sa tête. Je voulais juste qu’elle se taise, qu’elle arrête de s’en prendre verbalement à ceux qui ont été choisis, à mes amis qui étaient dans l’arène. En retour, elle a stupéfixié Anguille et j’ai perdu totalement le contrôle de mes émotions et de mon don de la terre. Sans l’intervention du professeur Blake et de Quinn, j’aurais pu détruire une partie de l’arène. Je suis désolé, mon comportement était stupide”. De mon ton perle toute la honte que je ressens. Je voudrais sincèrement devenir une petite souris et aller vivre uniquement parmi des créatures magiques. Tout mon corps veut s’en aller mais je reste. J’ai dévoilé les faits dans leur ensemble. Aucune excuse ne peut être véritablement acceptable. Je ne peux qu’assumer. Anguille s’agite et me donne des coups de becs, me signifiant sa responsabilité. Il continue jusqu’à me provoquer un: “Aie”. Je sais ce qu’il veut alors je reprends la parole. “Anguille veut que je vous dise quelque chose sinon il va continuer à me donner des coups de becs. Il dit qu’il est aussi responsable que moi car il a accepté ma demande. Il dit que si je dois être sanctionné, il doit l’être aussi”. Je soupire en regardant Anguille qui se niche dans mon épaule.



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Dim 11 Juin - 20:18

“excuse de mise”Novembre 2022 & Tu avais suivi de loin ce qui s’était passé lors de la première épreuve du Tournoi des Trois Sorciers dont un élève de ta maison a participé. Quelque part, tu es fière de voir ta maison participer, encore une fois. Mais tu dois garder la tête sur les épaules, réellement. Bien que tu ne puisses pas voir, tu ressens les choses différemment et ça, ce n’est pas donner à tout le monde. Pourtant, ce soir, tu travaillais dans ton bureau. Tu avais encore des parchemins à corriger. Tu enseignes une matière difficile et tu le sais très bien. Tu l’as su dès que tu as commencé à adorer cette matière durant tes propres études. Nombreux sont tes camarades qui ont été surpris par ce fait, mais tu en as fait aussi une de tes spécialités. Mais aujourd’hui, tu n’étais plus l’archéomage, tu étais un professeur exigent et juste. Tu voulais voir tes élèves évoluer et maîtrisé leur potentiel magique tout en respectant cet accord silencieux entre toi et la Directrice. Tu t’y es engagée. Mais au fil des années, tu as su t’imposer comme une valeur sûre dans le monde magique et tes découvertes ont quelque peu modifié les histoires qu’on connaît tous. Mais qu’importe finalement.

Tu te trouves dans ton bureau, se trouvant coller à ta salle de cours. Mais tu es maligne et tu laisses la porte ouverte entre ton bureau et ta salle de cours. Tu veux être sûre que personne ne tente d’échapper à ta vigilance. Aveugle peut-être, mais tu n’es pas sourde. Nombreux ont essayé de se faire la malle durant un devoir que tu surveillais. Malheureusement pour eux, ils sont aussi discrets que des hippogriffes, ce qui fait que tu as pu les piéger rapidement et donc les sanctionner en conséquence. L’année promet d’être amusante, vraiment. Mais ce soir, tu n’as personne dans ta salle, cela étant que tu laisses ton bureau ouvert à ceux qui le souhaitent. Ce n’est pas ton genre de refouler les gens ou les élèves. Tête droite, tu laisses tes doigts gantés passés sur les parchemins afin d’en comprendre l’écriture. Il te fallait au moins ça pour pouvoir noter les devoirs de tes élèves. Parfois, tu grimaces, car l’explication n’est pas claire ou encore pas assez précises, ce qui est bien dommage pour tes élèves.

Des bruits de pas attirent l’attention des deux croups femelle se trouvant à tes pieds : Sissi, la plus âgée, elle est à la retraite de sa fonction de guide, mais tu n’as jamais voulu t’en séparer. Pour toi, elle mérite de continuer à vivre avec toi, c’est la moindre des choses après plus de dix ans à te guider. Et la plus jeune, Nala, que tu as depuis deux ans. C’est cette dernière qui te guide actuellement et tu fais tout pour la rendre heureuse. Tu les entends s’agiter et tu montres un sourire en coin. On ne peut jamais tromper l’odorat d’une créature, quel qu’elle soit. Puis, tu entends frapper. Les deux croups femelles s’approchent alors d’Annah pour venir la sentir et Sissi aboie une seule fois pour m’avertir de sa présence. Tu tournes la tête vers Annah. « — J’ai entendu Sissi. Entrez ! ». Tu te lèves de ta chaise et tu te mets debout tandis que la personne se signale. Il s’agit d’Annah Smith, une de tes élèves de quatrième année. Tu lui fais signe de prendre place. Tu sais où est ton bureau et donc chaque chose qui se trouve dans ce bureau. Si un objet venait à être déplacé, tu serais complètement perdue. Tes deux croups finissent par te rejoindre et tu les laisses s’installer où elles veulent. Certes, elles sont là pour t’aider, mais tu ne leur retiras pas leur liberté. Elles sont libres de se balader dans la salle de cours de Métamorphose et dans ton bureau.

Tu écoutes ta jeune élève avec le sourire bienveillant que tu as toujours eu depuis la rentrée. Tu devais la laisser finir et tu fais preuve de patience. Si tu étais à sa place, tu n’aimerais pas être coupé dans ton élan. Tu restes debout un instant et tu restes calme. « — Venez vous asseoir, Annah… Est-ce que vous désirez boire un thé pour vous détendre un peu ? ». Tu ne vas pas la punir. Ou pas de la façon dont elle le pense. Cela ne sert à rien de punir quelqu’un pour quelque chose qu’elle ne peut pas contrôler. Et tu es bien placée pour le savoir puisque tu disposes toi-même d’un don, que tu dois taire à tout prix pour des raisons de sécurité. De plus, tu te montres rassurante avec elle, tu ne veux pas que cela finisse mal. Tu entends le « aïe » et tu lâches un rire. Apparemment, ta jeune élève n’est pas seule et tu te concentres sur les bruits de la créature qui l’accompagne. « — Anguille ? Hum… Des battements d’ailes rythmés, le bruit caractéristique de son bec, est-ce que ce serait un Jobarbille ? ». Tu ne peux pas voir la créature, mais tu as appris à distinguer des bruits caractéristiques de nombreuses espèces durant tes études, mais aussi durant tes voyages.

Tu savais que la jeune fille était capable de parler aux animaux, mais tu n’es pas du genre à le crier sur tous les toits. « — Et est-ce notre adorable créature ailée désire boire un peu d’eau ? ». Tu es sérieuse. Après tout, tu allais donner à boire à tes deux croups alors pourquoi est-ce Anguille n’aurait pas le droit de boire quelque chose ? Ce n’est pas comme ça que cela marche avec toi. Tu es très sérieuse dans tes propos et tu finis par prendre place une fois que Annah sera installée. Cela s’appelle de la bien-séance. Une fois que tu es assise, tu déposes les mains et les coudes sur le bureau afin d’entamer cette discussion avec ton élève. Puis, tu attrapes ta baguette se trouvant à côté de toi afin de fermer la porte. Cette discussion ne concerne personne d’autre hormis toi et ton élève. Tu fais apparaître le thé sur ton bureau, tu décales les parchemins avant de reposer ta baguette sur ton bureau. « — J’en ai effectivement entendu parler, mais je ne voulais pas vous forcer. Quant à la sanction, je ne pense pas qu’Anguille puisse vous aider. A moins que ce dernier désire vous observer durant cette dernière ? ». Tu savais déjà ce que tu allais réserver à la jeune fille. Il ne s’agit pas vraiment d’une sanction telle qu’on peut l’entendre. Mais il est clair que tu ne peux pas la laisser comme ça.

Tu te mets à bouger les bras afin de prendre en main la théière fumante. Tu remplies ta tasse et une seconde si ton élève en désire. Une fois les tasses remplies, tu reposes la théière avant de reprendre ta baguette et de faire apparaître machinalement les gamelles d’eau de Sissi et de Nala. À côté de ça, tu fais apparaître une gamelle plus petite pour Anguille que tu places à l’extrémité du bureau afin de lui laisser une place pour se poser. « — Dites-moi Annah. Qu’avez-vous ressenti avec votre perte de contrôle ? Qu’est-ce qui a fait que vous en soyez en arriver là ? ». Tu voulais être certaine de bien saisir l’ampleur, mais tu voulais aussi être sûre que ton élève ait bien compris le mécanisme. Tu restes calme, posée et bienveillante avec elle, le but n’est pas de la frustrer ou de l’envoyer dans ses derniers retranchements.

code by solosands / icons by pinterest
Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Lun 12 Juin - 7:03
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

J'ai fini par décidé de tout venir dire à ma directrice de maison. Qu'elle entende ma version de ma bouche au lieu de simplement les bruits de couloir. Assumer mes actes et les sanctions qui viendront avec. Enfin c'est ce que je pense alors que je me présente à son bureau pour tout lui avouer. Anguille m'accompagne, bien décidé à ce que je n'assume pas seule. Je suis assez surprise qu’elle me propose un thé et de me détendre. “Non merci Professeur, je ne prendrais pas de thé”. Je suis trop inquiète pour avaler quoique ce soit. Les grognements de mon ventre n’y change rien. Avouer, assumer et retourner ensuite dans mon coin. Anguille me donne des coups de tête et des petits coups d’ailes désapprouvant totalement le programme. Une certaine menace plane même qu’il finisse par aller prévenir son humain afin qu’il vienne me convaincre. Par contre, je ne refuse pas l’invitation de m’asseoir. Tendu, sur le bord de la chaise mais assise tout de même. Ce professeur me surprend. Elle arrive à reconnaître malgré son handicap. “Oui c’est un jobarbille. Il est avec moi là mais c’est celui de Quentin”. Je tiens à ce que la réalité soit donnée et je ne compte pas faire croire qu’une créature m'appartient alors que ce n’est pas le cas. En réalité, aucune créature ne m’appartient. Elles sont libres d’accepter ma compagnie ou non mais je ne possède aucun animal. Je le refuse depuis que je suis toute petite, certaine qu’un jour un animal me choisira et nouera un lien avec moi. En attendant ce jour, il y a bien assez d’animaux avec qui je peux passer du temps. Mon don attire les animaux et je savoure chaque jour la chance que j’ai de posséder un tel don. Contrairement à l’autre dont je me passerais bien. “C’est impressionnant. Vous êtes capable de reconnaître chaque créature à leurs bruits caractéristiques?”. Je ne sais pas si j’en serais capable. J’entends les créatures dans ma tête alors je n’ai souvent pas besoin de les voir pour savoir quelle créature se trouve près de moi.

Il veut bien boire de l’eau oui”. Anguille s’agite, me disant que si je ne bois pas, il ne boit pas non plus. Une forme de chantage de cette bestiole qui a de l’affection pour moi et un peu d’inquiétude. Je lui murmure d'une voix douce, dans une tentative discrète. “Bois s’il te plait. Tu n’es pas moi”. Elle finit par réagir à mes aveux sur les tribunes. C’est bien la première fois qu’un professeur réagit aussi calmement. “Vous ne m’auriez pas convoqué parce que j’ai failli détruire une partie des tribunes? Anguille veut être là quoique vous décidiez parce qu’il se sent responsable. Il ne veut pas m’écouter quand je lui dis qu’il n’y est pour rien. Est-ce que vous pouvez lui dire professeur s’il vous plait?” Je sais qu’il se sent coupable alors que cela transpire de son être. Aucune de mes tentatives de réassurance n’a fonctionné comme aucune des siennes ne fonctionne réellement non plus. Je ressens un profond étonnement face à un comportement qui sort du lot. J’ai souvent été sanctionné pour avoir été surprise au milieu d’une bagarre. Des points en moins, des retenues pour quelques bleus et yeux au beurre noir. Mais c’est une nouvelle directrice de maison depuis la rentrée de septembre. Elle ne m’a pas encore puni ni convoqué. Malgré quelques bagarres dans lesquelles je me suis retrouvée mêlées. J’ai par contre rapidement remarqué son handicap et sans qu’elle ne me demande quoique ce soit, il m’arrive souvent d’être près de l’entrée dans la salle commune quand je sais qu’elle va y entrer. Pour l’aider avec le mot de passe. Je ne m’en vante pas mais discrètement j’ai missionné les animaux des Poufsouffle pour qu’ils puissent l’aider aussi et qu’elle ne se retrouve pas en difficulté.

Je ne cherche pas à la brosser dans le sens du poil ni à m’attirer des faveurs particulières. J’agis ainsi sans me manifester simplement parce que j’ai envie d’aider. Je déteste savoir quelqu’un en difficulté et j’agis toujours afin d’aider du mieux que je peux. Le flot de mes pensées continue alors qu’elle m’interroge sur ce qui se passe avec mon don quand j’en perds le contrôle. Je réfléchis en me remémorant ce qui s’est passé. Anguille vient me souffler toute la colère que j'ai ressenti que lui aussi a ressenti. Je lui indique l'eau pour qu'il aille boire mais il reste obstinément sur mon épaule. Décidément aussi têtu que Quentin.   “J’en suis arrivé là parce que j’étais très en colère et triste. Quand je ressens ce genre d’émotions, je sens mon don qui afflue dans mon corps et qui s’échappe totalement sans que je parvienne à contrôler quoique ce soit. Et plus mon émotion est forte, plus les conséquences sont grandes. Dans les tribunes, c’est la première fois que je ressens mon don aussi fort. J’ai vraiment cru que j’allais détruire une partie des tribunes en déclenchant un tremblement de terre. C’est la première fois que c’était aussi fort et j’ai vraiment eu peur de blesser des personnes. J’ai déjà perdu le contrôle, causé des mini tremblements de terre mais jamais à ce point. J’ai voulu essayé de me calmer mais je continuais d’entendre ses commentaires et la colère montait en moi. Et qu’elle stupefixie Anguille, j’ai trouvé cela profondément injuste et cruel et là les émotions étaient trop fortes”. Je baisse la tête en me remémorant cela. Les sentiments de peur et d’inquiétude refont immédiatement surface. Je murmure d’une toute petite voix. “J’aimerais tellement être capable de me contrôler”. Je ne sais pas si je peux y arriver.




Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mar 13 Juin - 11:23

“excuse de mise”Novembre 2022 & Tu apportes toute ton attention à ton élève. Même si ta jeune élève refuse ton thé, tu ne t’empêches pas d’en prendre un. Tu as eu une longue journée et c’était encore loin d’être fini. Tu avais encore des parchemins à corriger et tu avais besoin de toute ta concentration. Si tu pouvais aisément t’aider de sorts, cela n’avait rien de simple. Avec le temps, tu as su te débrouiller. Tu retires d’ailleurs tes gants que tu poses à côté de toi. Pour toi, chaque chose à sa place et ne doit pas être ailleurs. D’ailleurs si tu prêtes attention, tu entends le bruit de grognements en provenance de l’estomac de ta jeune élève et tu souris en coin. Par ailleurs, elle te dit être impressionnée parce que tu es capable de reconnaître le Jojarbille. Mais il est vrai que tu es encore un mystère pour tes élèves. « — Ma mère était Magizoologiste, elle m’a donc appris à identifier les créatures par leur particularité puisque je ne peux pas les voir. De plus, depuis que j’ai perdu la vue, mes autres sens se sont affinés, me permettant d’entendre, de sentir ou ressentir des choses qui ne sont pas détectables pour quelqu’un de… normal. ». Tu n’aimes ce mot, cela te fait paraître comme faible, alors que même si tu es aveugle, tu as fait beaucoup de chose que cela soit pour toi, ton ancien métier comme tes élèves. Ton handicap lui, était connu au sein de l’école. Il faut dire que tes croups ne sont pas passés inaperçu lorsque tu as été présentée à tous ceux qui recevront tes connaissances pour l’année qui montre déjà son troisième mois s’éclipser à la vitesse de la lumière. Et oui, cela fait déjà trois mois que tu es enseignante ici et tu ne regrettes en aucun cas cette décision. Tu te sens à l’aise avec les élèves et tu as pris tes marques pour transmettre ton savoir.

Anguille semble aussi obstiné que l’élève que tu as en face de toi. Tu es habituée à prendre soin d’eux vu que tu as aussi deux magnifiques femelles Croup à t’occuper. Cela reste un peu de travail et tu as toujours sur toi, ton permis de détention de croups que t’a délivré le Ministère. Car tu sais qu’il est obligatoire pour te permettre de sortir avec elles. Un croup par permis. Mais cela est devenu routinier pour toi. Tu attrapes ta tasse et tu commences à boire ton thé avant de reprendre la parole. « — Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, Annah. Je n’ai pas dit que je ne vous aurais pas convoqué, j’ai simplement dit que je ne vous aurais pas forcé à en parler. ». Ce qui n’a pas du tout le même sens et la sanction n’aurait pas été la même non plus. Concernant Anguille, tu ne peux rien faire de plus. Tu connais beaucoup de chose sur les créatures et tu sais que les Jobarbilles sont terriblement têtus. « — Concernant Anguille, même si je venais à lui parler, il faut savoir que les Jobarbilles sont têtus lorsqu’ils s’attachent à quelqu’un. ». C’est pareil pour leurs œufs et leur compagne. Mais tu n’es pas en mesure de sanctionner une créature qui finalement a juste voulu un être humain qu’il apprécie à sa juste valeur. « — Je suis cependant d’accord avec vous. Pourquoi s’en vouloir alors que tu as fait ce que tu pensais juste, Anguille ? ». Tu savais que tu ne pourrais pas comprendre ce qu’il te dit, même si tu aurais vraiment voulu avec ce don. Tu as toujours aimé les créatures et grâce à ce dernier, tu aurais marché dans les pas de ta mère, elle qui s’est sacrifiée lorsque ton père a donné sa vie pour te défendre et te protéger.

Tu restes calme et tu es quelqu’un de très patiente et bienveillante, ton élève n’a pas besoin que tu lui fasses la morale, elle semble se la faire par elle-même et c’est déjà une sanction en soi. Tu l’entends dire qu’elle aimerait contrôler son don. Mais cela n’est pas simple de contrôler un don. Tu te rappelles aussi de tes cours particuliers avec ton ancêtre puis avec la directrice par la suite. Tu en avais bavé, mais la finalité est que ton don est maîtrisé et dissimulé aux yeux du monde. Si ce dernier avait été exposé, tu aurais probablement été en danger car aujourd’hui, tu as conscience de sa dangerosité si utiliser à mauvais escient.  « — Peu importe le don que vous possédez, ce dernier interviendra toujours avec les émotions. ». Et c’est un constat que tu as fait au fur et à mesure de ta carrière. Les femmes possédant du sang de Vélane perdent leur influence sur les hommes lorsqu’elles s’emportent. « — Est-ce qu’il vous ai déjà arrivé de ne plus comprendre ce que vous disent les créatures magiques lorsque vous aviez accumulé tous vos sentiments, ressentis et d’être au bord d’exploser tel un volcan ? ». Cela ne t’étonnerait même pas. Et si tu compares avec le tien, si tes émotions se mêlaient à ton don, ce dernier serait à usage dirigé vers le mal et autant dire que cela fait des ravages. « — Un don ouvre la porte au recul. Et cela s’apprend. ».

Et tu sais ce que c’est. Tu as dû apprendre à contrôler tes émotions, à les accepter peut importe du sentiment en question. Pour qu’un don fonctionne et se contrôle, il faut l’accepter, c’est une partie de soi. Et c’est une chose que ton élève doit comprendre. « — Je peux vous aider, Annah. C’est une partie de ce que vous êtes et il faut accepter de perdre le contrôle parfois. L’incident est clos puisqu’il n’y a pas eu de blessés… ». Tu apprécies qu’elle soit venue t’en parler d’elle-même. Il est plus facile de parler à quelqu’un qui reconnaît et accepte son erreur. « — Poufsouffle ne sera pas sanctionné, ce n’était pas un acte délibéré. Cependant… ». Ce serait injuste que Poufsouffle perde des points pour une action qui n’était pas volontaire de la part de ta jeune élève. Tu gardes ton sérieux et ton calme alors que tu bois une gorgée de ton thé. Tu fais tomber ta baguette involontairement et tu te baisses pour la ramasser et la chercher des mains. Tu entends des bruits de pas et Nala quitte sa gamelle pour chercher la baguette de sa maîtresse. Cette dernière la trouve rapidement et elle la prend dans sa gueule pour la remettre dans ta main. Tu gratifies la croup d’une bonne caresse. Tu te redresses afin de reposer ta baguette sur ton bureau. D’ailleurs tu la déposes sur un socle où apparaît une mini-tornade afin de ne jamais laisser ta baguette immobile et s’ennuyer. Tu ne voudrais pas qu’elle mette le feu à ton bureau.

« — … je vais vous imposer des cours particuliers dans le cadre de l’apprentissage de maîtrise de votre don. Je me renseignerais sur votre emploi du temps afin de trouver un créneau adapté. ». Tu avais déjà une idée du lieu pour te permettre de l’aider à se contrôler, à contrôler ses émotions et indirectement son don. Tu t’es longtemps servi de cette salle pour t’aider toi et c’est bien souvent dans cette salle que la Directrice te donnait ses cours particuliers. Mais avant tout, tu devais obtenir l’accord de Minerva pour ça et tu vas devoir lui en parler rapidement. Plus vite ce sera fait et plus vite, tu pourras aider Annah. « — Attendez-vous à recevoir un hibou prochainement et ceci est non-négociable… ». La sanction venait de tomber. Tu ne lui demandes pas si elle est d’accord, tu lui imposes ça comme une sanction. C’est sa sanction. Tu ne veux pas qu’un tel évènement ne se reproduise et tu penses pourquoi adapter ce que tu as appris pour la jeune Poufsouffle. Il te fallait juste quelques jours pour t’organiser. « — Et cela se vous semble correct ? ».

code by solosands / icons by pinterest
Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mar 13 Juin - 15:33
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

Ma surprise est grande de constater qu’elle est capable de reconnaître les créatures rien qu’à leur bruit. Je réponds avec spontanéité. « Je ne pense pas qu’il y ait vraiment une normalité professeur. Chacun a ses particularités et tout le monde doit être accepté ainsi. C’est extraordinaire comment vous faites au quotidien. Et le lien que vous avez avec vos croups est magnifique. Elles sont très heureuses d’être avec vous et de vous aider ». Je parle avec toute ma franchise habituelle. Je dis les choses comme je les pense. Parfois cela est mal compris, mal interprété mais je ne cherche pas à être vexante ou blessante. Je déteste le qualificatif de normal alors que la tolérance et l’ouverture d’esprit me semble importante. Enfin sauf pour les abrutis qui brutalisent les autres juste pour le plaisir de se sentir supérieur. Eux méritent simplement une bonne rouste pour ne jamais recommencer. « Je vous présente mes excuses professeur, j’ai mal compris ce que vous vouliez dire ». Elle ne m’aurait donc pas forcé à parler de ce qui s’est passé. Je n’aurais pas pu garder cela pour moi alors que je pense sincèrement qu’il faut assumer ses actes. Je me bats assez contre l’injustice pour ne pas vouloir reproduire les comportements que je déteste tant. Anguille refuse la proposition de boire et je sais qu’il se sent aussi responsable que moi. Ce que je ne comprends pas c’est qu’il ressent ma culpabilité et refuse que je m’enferme dedans. Je souris quand elle évoque l’entêtement des jobarbilles. Certains le sont plus que d’autres. Anguille vient se blottir dans le creux de mon épaule quand elle lui parle. Sans que je n’en ai conscience, il ne peut se délester du poids de la responsabilité tant que je ne le ferais pas moi-même. L’empathie est réciproque. « Oui vous avez raison, ils sont très têtus et tellement adorables. Il n’est pas à moi et pourtant il vient de temps en temps avec moi. Sûrement mon don qui l’attire ». Peut-être pas que cela.

La discussion tourne autour de mon don de la terre et de cette perte de contrôle dont je parle. Je décris le lien avec mes émotions. Elle évoque que cela est ainsi avec tous les dons pourtant je le sens moins vis-à-vis de celui des animaux. Alors je prends quelques instants pour réfléchir à sa question. Les tribunes me reviennent alors en mémoire. La seule fois où même Anguille n’arrivait plus à communiquer avec moi. Je me souviens de son angoisse quand j’ai repris le contrôle de ses émotions. Le lien avait été momentanément rompu pour la première fois. « Cela est rare que je ne puisse plus entendre les créatures magiques. Mais oui, quand j’y réfléchis, cela est arrivé une fois, dans les tribunes d’ailleurs. Il n’y avait plus que cette colère qui m’envahissait totalement. C’était effrayant d’ailleurs alors que je suis tout le temps en lien avec les créatures magiques. Il ne me restait qu’une sensation de vide et les émotions qui se mélangeaient en moi. J’ai quand même l’impression que ma capacité avec les animaux est beaucoup moins relié avec mes émotions. Ce don est juste totalement naturel, il coule en moi depuis que je suis toute petite sans que j’ai eu besoin d’apprendre ». J’ai détesté me sentir ainsi coupé des animaux comme s’il manquait une partie de mon être. Ce don avec les animaux est réellement inscrit en moi. Cela est tellement naturel depuis que je suis toute petite contrairement à mon don de la terre « Je vous remercie de ne pas sanctionner Poufsouffle professeur ». J’aurais trouvé cela terriblement injuste que ma maison soit sanctionné à cause de cela. Elle aurait pu réagir ainsi et certains professeurs l’auraient sûrement fait d’ailleurs. La perte de points est une punition courante dans cette école et je suis responsable de bien des points en moins. La bagarre n’étant pas admise quel que soit le motif. Le refrain est d’aller prévenir un professeur mais à mes yeux ce n’est pas suffisant. Peu tremblent réellement devant simplement la menace de perdre des points alors que la perspective de se prendre un bon coup de poing est davantage un frein. Surtout qu’aller prévenir un professeur me demanderait de savoir réfréner mes émotions et c’est une chose complexe. Je bondis face à l’injustice, face à des personnes en détresse et j’agis immédiatement. Souvent la réflexion vient en second temps ainsi que parfois des remords.  

J’ai bien entendu qu’elle veut m’aider et le cependant et j’attends la suite de sa phrase. Savoir à quelle sauce je vais être mangé. Des cours particuliers afin d’apprendre à maîtriser mon don et ce n’est pas une option. En même temps, je serais folle de refuser une telle opportunité. Cela me semble davantage une chance qu’une réelle sanction.  J’ai d’ailleurs un temps d’arrêt pour réaliser ce qu’elle est en train de me dire. Je m’attendais à être collée et de corvée pendant un moment et elle m’offre des cours particuliers. Ma franchise finit par sortir tout naturellement. « C’est plus que correct professeur. Vous m’offrez la chance de pouvoir apprendre à maîtriser mon don alors que j’ai failli détruire la tribune et cela aurait pu avoir un impact sur l’image de l’école. Surtout s’il y avait eu un article dans la gazette du sorcier. Je pensais que vous alliez me mettre en retenue jusqu'à la fin de l'année et que Poufsouffle serait pénalisé. Je vous remercie vraiment Professeur ». Je devrais vraiment me taire parfois. Je ne peux pas me contenter simplement de la remercier comme tout élève normalement constituer qui ne risque pas d’aggraver son cas en accentuant sur les potentielles répercussions. Mais non mon naturel continue de parler et me voilà à la prendre dans mes bras pour la remercier. Bonjour mon côté tactile. Toujours aussi expressive autant dans les émotions négatives que les positives. Je me recule un peu gênée, me rendant compte de ma spontanéité. « Oups, je suis désolé professeur, je suis tellement contente que vous vouliez bien m’apporter votre aide. Et je suis peut-être encore trop expressive ». Je ressens Anguille qui est un peu désespéré par moi et qui va se poser près de ma directrice de maison. Un bruissement d’aile un peu plus prononcé pour avertir la directrice de son approche puis Anguille vient poser délicatement son bec contre le bras de celle qui est désormais à la tête des Poufsouffle. Un geste affectueux de la bestiole qui tente de faire passer le geste d’Annah. Un détournement d’attention.  « En quoi vont consister ces cours particuliers ? Comment est-ce que vous allez m’aider ? ».  



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Dim 25 Juin - 11:23

“excuse de mise”Novembre 2022 & Tu es particulièrement d’accord avec ton élève lorsqu’elle parle de la normalité. A tes yeux, il n’y a pas de normalité et cela ne sera jamais possible. Tu montres un sourire lorsqu’elle te parle de tes croups. Tu prends énormément soin d’elle comme elles prennent soin de toi. Sans elle, tu ne serais pas là et vice-versa. Tu as beaucoup appris à leur côté et elles vont probablement t’apprendre beaucoup de chose. Tu finis par venir les caresser toutes les deux. Tu les aimes profondément et tu ne t’imagines pas sans elles. Jamais. « — Elles sont comme mes filles. Je prends soin d’elle autant qu’elles veillent sur moi. Elles m’ont appris tant de choses que je leur suis énormément redevable. Sans elles, je n’aurais pas pu avancer comme je l’ai fait. ». Tu aimes passer du temps avec elles, jouer avec elles et elles dorment même avec toi. Tu ne regrettes en aucun cas leur présence à tes côtés et tu leur transmets tout l’amour que tu peux leur donner. C’est comme Sissi, la plus âgée des deux, tu as refusé de l’abandonner et tu as décidé de la garder, même si elle te sert juste de compagnie. Tu ne veux pas imposer tout ça à celle qui a partagé ta vie durant plus de dix ans. Et puis, tu es attachée à tes deux femelles. Mais tu sais que Sissi ne peut pas échapper à la mort et que tu seras très triste lorsque son heure viendra. Tu espères être à ses côtés jusqu’au dernier moment. Tu continues de les caresser en les regardant avec tendresse et amour. Oui, tu aimes tes deux croups de compagnie et jamais, tu ne leur feras de mal. Du moins, volontairement. Puis, tu reportes ton attention envers ton élève de quatrième année. Tu montres un petit sourire lorsqu’elle te présente ses excuses concernant ce que tu as dit. Tu n’es pas du genre à en vouloir aux autres pour ça. Cependant, tu attends de tes élèves qu’ils soient eux-mêmes et qu’ils ne portent pas préjudice à leur maison et son emblème qu’est le blaireau.

Tu lui laisses le temps de réfléchir, tu ne veux pas t’imposer. Ce n’est pas vraiment le moment pour ça. Tu as été dans sa situation, même si tu sais ce que c’est de perdre le contrôle. Mais tu as pu compter sur la Directrice, Minerva McGonagall, et ton ancêtre pour t’apporter l’aide et le soutien nécessaire pour te permettre de passer outre et de progresser. Mais il est clair que sans eux, tu n’en serais pas là. Tu ne sais pas encore comment les remercier réellement pour tout ce qu’ils ont fait pour toi. C’est là qu’elle t’explique que cela s’est produit une seule fois. Cette fameuse fois où elle a perdu le contrôle de son don lié à l’élément Terre. Cela semble être terrifiant pour elle, mais c’est un passage obligatoire pour comprendre. « — Votre don de vous adresser aux créatures est appelé Passif. Il est naturel, habituelle et il coule de source. Tandis que votre don lié à la Terre est actif. Il demande un contrôle, une volonté. Une fois contrôlé, votre élément vous écoutera, vous obéira comme si vous étiez un maître et lui votre obligé. Tandis que votre don avec les animaux ne vous permet en aucun cas d’avoir le dessus sur les créatures, elles gardent leur volonté, leur caractère. ». Tu disposes d’un don actif, même si ce dernier est invisible pour la plupart des êtres qui t’entourent. Les créatures magiques peuvent le ressentir et le voir lorsque tu t’en sers. Mais rares sont ceux qui sont en mesure de s’apercevoir les changements que tu es capable de faire via la Magie Ancienne.  « — Cependant, vous allez devoir vous habituer à ne plus les entendre. Du moins temporairement. Son contrôle demandera toute votre concentration, toute votre énergie. Surtout au début.  ». Avant de pouvoir contrôler son don, elle va devoir se vider la tête, apprendre à séparer ses émotions du reste afin que des évènements comme lors de la première épreuve du tournoi se reproduisent. Du moins, c’est la seule méthode que tu connais et qu’on t’a appris pour faire la part des choses, te détacher et prendre du recul. Il n’y a que comme cela qu’elle parviendra sur le long terme à contrôler son élément. Elle te remercie de ne pas sanctionner ta maison. À tes yeux, il est important de prendre l’ensemble des éléments afin de trancher et tu tiens ça de la Directrice de Poudlard.

« — Sachez que la prochaine fois, notre maison sera victime de votre erreur ! ». Tu sais te montrer clémente. Mais il est clair que Poufsouffle ne forme qu’un seul et unique bloc. Et tu veux t’assurer que cet esprit d’équipe probablement propre à ta maison reste présente. Il est toujours dangereux de faire cavalier seul et c’est une des règles de la maison proche de la Terre. Tu avais donné ta sanction. Pour le moment, cela lui semble être une bénédiction, mais tu ne lui as pas encore dit que tes cours seront prioritaires sur les entraînements de Quidditch. Et ce sera là une sanction. Tu vas d’ailleurs devoir en parler avec le Capitaine de l’équipe de ta maison afin de lui faire comprendre qu’il risque de perdre sa gardienne pendant plusieurs mois, le temps que cette dernière travaille sa maîtrise. Tu souris lorsqu’elle te prend dans ses bras. Tu en es même surprise, vraiment. Puis tu lâches un rire. « — Ce n’est pas grave, Annah. Cependant, ne parlez pas trop vite. Il y a une chose que je ne vous ai pas encore dite. Si je ne parviens pas à trouver un créneau, je prendrais ce temps sur celui de vos entraînements de Quidditch. Il s’agira là de votre sanction. ». Tu es plutôt honnête vu que tu ne veux pas la prendre en grippe. Tu es du genre à mettre les œufs dans les plats. Et tu ne prévois pas de la laisser faire ce qu’elle veut. Tu as une responsabilité vis-à-vis d’elle. Tu n’as pas le droit de la laisser seule sans vérifier qu’elle maîtrise son don. Il faut qu’elle prenne conscience que sa perte de contrôle peut arriver n’importe quand, y compris durant un match de Quidditch. Ce qui représente un danger pour ses camarades et les autres. Tu y penses et c’est ta responsabilité qui est engagée ici.  « — Je préviendrais votre Capitaine personnellement. ».

C’est ton devoir en tant que Directrice de Maison. Mais tu ignores encore si tu vas le faire en le convoquant dans ton bureau ou par hibou. Tu vas y réfléchir plus tard. Pour le moment, tu te concentres sur ton élève qui te demande comment vont se passer les cours intensifs que tu lui prépares. Tu entends les ailes d’Anguille puis tu sens le petit bec. Machinalement, tu lèves ta main afin de venir caresser le Jobarbille. Tout comme Annah, tu aimes les créatures. Ta mère t’a beaucoup appris sur elles et même si tu n’es pas professeur de Soins aux Créatures Magiques, cela ne t’empêche pas de transmettre ton amour envers la nature. C’est d’ailleurs pour ça que tu as laissé les plantes dans la salle commune. Tu veilles à ce que tes élèves soient à l’aise et se sent bien dans la salle commune. Ce lieu est leur seconde maison alors il est important de s’y sentir à l’aise. Tu as été à leur place dans ta vie et tu as toujours adoré le calme et la sérénité de ce lieu. Sans oublier les odeurs venant des cuisines. Tu te montres délicate en caressant Anguille alors que tu souris. « — En premier lieu, je vais vous apprendre à faire le vide dans votre tête. Pour apprendre à contrôler un don, il faut savoir faire abstraction de ces émotions aussi fortes soient-elles. ». Le facteur émotions interviendra plus tard dans son apprentissage. Heureusement pour toi, elle est en quatrième année et tu sais qu’il est possible pour elle de le maîtriser rapidement.

« — D’ailleurs, êtes-vous libre de suite ? ». Tu ne peux pas imposer ça si cette dernière a cours dans peu de temps. En vrai, tu veux déjà commencer à travailler sur le premier point que tu as évoqué plus haut. Tu restes à ton bureau tout en caressant Anguille. Pas de geste brusque, pas de violence, pas d’agression envers cet oiseau magnifique que tu ne pourras jamais voir de tes propres yeux. Ou plutôt, que tu ne pourras plus voir puisque cela fait des décennies que tu as perdu l’usage de la vue. « — J’aimerais vous montrer un exercice qu’il vous faudra faire à chacune de nos séances. ». Mettre les pieds dans les plats, autant dire que tu ne fais pas réellement dans la demi-mesure. Tu ne peux pas l’être avec ton élève.

code by solosands / icons by pinterest
Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Lun 26 Juin - 15:11
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

Je souris en l'entendant parler de ses croups. Au-delà de ses propos, je ressens cet amour qu'elle ressent dans la tonalité de sa voix. Les animaux expriment cela également. J'accorde beaucoup de valeur à cela car c' est à mes yeux une qualité essentielle. Sûrement la plus grande qualité et immédiatement je ressens immense respect pour elle. C'est une chose qui me rend beaucoup plus à l'écoute et réceptive. Être aussi attachée et respectueuse envers un animal est un signe d'un très grand coeur et de qualités humaines réellement presente. Les animaux sont de précieux indicateurs me permettant d'avoir une connaissance précieuse et précise de la personne qui est en face de moi. Je serai incapable de respecter une personne que les animaux détestent. Là c'est absolument tout le contraire. J'ai un grand sourire alors que les croups me communiquent tout l'amour qu'elles ressentent à son égard. J'explique alors la seule fois où j'ai perdu le contact avec les animaux. Ce silence était terrifiant. Je ne veux plus jamais entendre l'angoisse d'Anguille quand le contact est revenu. Il était totalement paniqué pour moi.

C'est la première fois que quelqu'un est capable de m'expliquer mes dons ainsi. Ce sont des choses que j'ai supposé mais personne ne m'a jamais ainsi accompagné. Aucun adulte en tout cas. Je ressens un certain soulagement d'être ainsi comprise. "Je ne voudrais pas pouvoir contrôler les animaux ni leur donner des ordres. C'est ce que j aime dans mon don, je ne peux que communiquer avec et les comprendre. Mais ils gardent leur volonte propre. J'adore les entendre dans ma tête, savoir s'ils vont bien ou non. Je peux intervenir de suite quand quelque chose ne va pas. J'apprends même à les soigner et je suis capable de guérir la plupart des blessures tant qu'elles ne sont pas trop grave. J'apprends aussi à identifier les maladies et les remèdes". J'ai les yeux qui brillent d'émerveillement alors que je parle de mon don. Aucun sentiment de supériorité ou vantardise juste ce bonheur simple de pouvoir être en lien avec les animaux. J'estime être chanceuse de posséder ce don. J'ai beaucoup appris toute seule, faisant de nombreuses recherches en botanique et en potion. Savoir reconnaître les différentes fleurs et plantes dans la nature est une chose essentielle à mes yeux. Je pourrais passer des heures notamment dans la forêt interdite à apprendre à reconnaître les plantes. J'ai même créer un herbier.

La suite de son discours m'inquiète par contre. Ne plus entendre les animaux? L’idée me semble juste terrifiante. Il n’y aura plus que le vide dans ma tête. Anguille s’agite alors qu’il peut avoir une idée de ce qui se passe dans mon esprit. La communication est dans les deux sens et il ressent également mes émotions. Encore plus car je le connais depuis quelques années maintenant. Il s’est attaché à moi et inversement même si son attachement le plus fort sera toujours envers Quentin. Anguille s’agite de plus en plus et je tente de le rassurer en le caressant délicatement de ma main sur sa tête. Il est difficile de rassurer véritablement quand on est soi-meme angoissée et que l'autre le ressent."Mais je ne sais pas me couper d'eux. Et pourquoi je dois arrêter de les entendre par moment ? Cela va être très vide dans ma tête". Un bruit de fond permanent qui est présent dans ma tête. Je ne sais pas ce que cela ferait en réalité et je ne sais pas si j'ai réellement envie de découvrir ce que cela fait. J'aime profondément ce lien que j'ai avec eux.

Elle enchaine en disant que la prochaine fois, Poufsouffle sera sanctionné. Cela me fait pense à un projet que j'ai pour le bal. “Il faut que je vous parle de quelque chose. Je ne sais pas si vous êtes au courant. Au bal qui va avoir lieu, j’ai obtenu l’autorisation de diriger une chorale composée uniquement d’animaux. Je vous en parle parce que je ne voudrais pas à nouveau perdre le contrôle de mes émotions. Surtout en sachant maintenant que les manifestations de mon don sont de plus en plus puissantes et j'ai peur que cela recommence. Mais je veux vraiment faire cette chorale et je vais tout faire pour que cela se passe bien". Je veux qu'elle soit au courant par moi, sachant que cela est de nouveau un grand événement avec du monde hors Poudlard. Que ma maison puisse perdre des points à cause de moi est une source de stress supplémentaire. Je ne suis pas du tout sereine en réalité. Je suis partagée entre la joie de préparer cette chorale et l'angoisse de perdre à nouveau le contrôle de mes émotions. Toujours dans les extrêmes au niveau de mes émotions. Il ne faut pas que je me mette en colère ni que je ressente une émotion négative trop forte. Après je serai uniquement dans ma bulle avec les animaux. Si je ne parle à aucun être humain à part mes amis cela devrait le faire. Pour cela que je préfère les animaux, ils ne me mettent jamais en colère. Tout est simple avec eux. Je suis par contre très heureuse qu'elle m'aide avec mon don.

Je la remercie, allant même jusqu'à la serrer dans mes bras. Ce qu'elle m'annonce pourrait me faire regretter. Je suis toujours reconnaissante de son aide car je veux vraiment pouvoir contrôler mon don. Je ne sais pas y arriver seule. Heureusement qu’elle ne peut pas me voir car les larmes s’accumulent tout de même sur le bord de mes yeux. "Mais…" Je me tais car je ne veux pas paraître ingrate alors qu’elle m’offre la possibilité de maîtriser mon don mais que cela impacte le Quidditch est difficile pour moi. C’est bien plus qu’un sport. Le deuxième endroit où je me sens réellement calme. Tout est simple quand je suis sur un balai devant les buts. C’est Quentin qui m’a permis de rentrer dans l’équipe, qui m’a donné ma chance alors que j’étais en deuxième année. Il n’y a jamais eu aucun incident en match ni en entraînement. Il m'a prévu que je pourrais être punie de Quidditch après cet événement. Apprendre à contrôler mon don a des conséquences et je découvre que tout a un prix. Mais je ne me vois pas protester alors qu’une sanction est amplement mérité. Je baisse la tête, de toute manière la professeure ne verra pas à quel point cela m’affecte.

Anguille vient se blottir au creux de mon cou, me donnant de délicats coups de bec pour me réconforter. Une idée me vient alors en tête. Elle ne m'a pas interdit le Quidditch. Juste je ne pourrai plus participer à certains entraînements. Cela ne m'empêchera pas de m'entraîner en dehors des heures d'entraînement. Une des valeurs de ma maison est le travail acharné et je suis bien du genre à mettre les bouchées double pour tout maintenir. Des entraînements supplémentaires ne me font absolument pas peur. Quitte à pénétrer sur le terrain en pleine nuit sans autorisation. Il faut juste que je négocie avec Quentin pour qu'il me garde dans l'équipe même si je ne peux pas participer à tout les entraînements. Je le considère comme un grand frère et il me connait par cœur. Il sait à quel point je peux me montrer têtue quand j'ai une idée en tête. Sans avoir forcément de nuances d'ailleurs. J'entends ses croups me dire qu'elle ne sera pas dupe longtemps, qu'elle finira par le savoir. Anguille lui me souffle sur la fatigue. Je ressens son inquiétude à mon égard. Il me rejoint à nouveau et je lui murmure. "Je vais gérer". Je garde cette habitude de parler à voix haute alors que mon don ne le nécessite pas forcément. Une étape que je dois encore franchir dans la maîtrise de ce don.

Elle enchaine en m'expliquant qu'elle va m'apprendre à faire le vide dans ma tête, que je dois apprendre à faire abstraction de mes émotions. "J'ai déjà essayé de méditer professeur. J'avais entendu dire que cela pouvait m'aider pour mes émotions mais toute seule je n'ai pas réussi. Je ne tenais pas en place, cela m'a angoisse. J'étais assise dans le parc et j'ai eu l'impression de sentir toute la terre autour de moi. C'était très oppressant comme sensation. Je voulais vous expliquer que vous sachiez ce que j'ai essayée". J'ai cette tendance à beaucoup parler, à être totalement franche. Elle me demande alors si je suis disponible des maintenant. "Oui je suis libre de suite Professeur". Je n'ai aucun cours dans l'immédiat. Je suis venue sur un créneau de temps libre. Je suis assez curieuse de ce qu'elle va me proposer comme exercice. Je ressens cette forme d'impatience qui me caractérise. Commencer tout de suite pour maîtriser le plus rapidement possible mon don. "En quoi consiste cet exercice professeur ?" Autant demander pour savoir. Cette curiosité qui m'anime est toujours présente. Une autre question surgit dans mon esprit. "Est ce que vous pensez que je suis vraiment capable de contrôler mon don? Et si j'y arrive pas ?" Je n'ai jamais été défaitiste alors que j'ai un tempérament à aller toujours de l'avant.


Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Jeu 24 Aoû - 18:27
Nymphéa &
Annah

Betting excuse.
Novembre 2022 | Bureau du Professeur de Métamorphose, Poudlard, Écosse

Tu aimes tes croups plus que tout. Les deux femelles sont une partie de toi et c’est quelque chose que tu ne peux pas ignorer. Tu ne t’imagines pas abandonner tous tes croups. Jamais de la vie, tu tiens beaucoup trop à eux. Ton rôle de Directrice ne se limite pas à féliciter les élèves lorsqu’ils font des trucs bien ou à les disputer. Il en va de ta responsabilité d’assurer qu’ils ne soient pas un danger pour eux comme pour les autres. Or, la jeune Smith pourrait en devenir un si tu ne prends pas les choses en main sur le champ. Ton élève n’a pas le choix. Tu ne peux pas laisser un évènement comme celui-là se reproduise une nouvelle fois. Cette fois, la jeune Poufsouffle a pu bénéficier de l’aide du professeur de Défense Contre les Forces du Mal, mais cela ne sera peut-être pas le cas la prochaine fois. Ce jour-là, ce sera une catastrophe qui pourrait coûter cher à ton élève, à ta maison mais surtout à cette école. C’est bien là que se joue aussi ta responsabilité et tu ne veux pas la perdre de cette façon. Mais Annah a de la chance sans le savoir, tu es toi aussi passée par là et tu sais ce que c’est. Mais tu vas devoir être particulièrement dure avec elle. Tu n’as pas le choix. Tu ne préfères pas jouer avec le feu et tu as toujours été quelqu’un de prévoyante. Tu es du genre à prendre soin de tes élèves, à veiller sur eux. Mais là, il s’agit surtout de la protéger elle. Tu sais très bien que les membres de ta maison peuvent être fragilisés par les paroles des membres d’autres maisons. Tu es passée par là dans ta jeunesse. Être aveugle n’a rien de simple dans le monde magique et rien n’est réellement adapté pour les personnes qui ne sont pas en capacité de voir avec des yeux. Tu l’écoutes avec le sourire. Tu aimes les écouter et tu as cette impression de retomber des années en arrière alors que tu étais toi-même une élève.

« — Est-ce que vous vous intéressez à la vétomagie, miss Smith ? ». Avec ce don précieux, il est clair que le domaine des soins animaliers pourrait aisément lui ouvrir les bras. Sans même en avoir réellement conscience, ce don peut être aussi à double tranchant. Mais toi qui es adulte, tu le réalises, tu es là pour ça. Tu te dois de la prévenir du danger qu’elle peut encourir à l’extérieur de cette école. Tu sens dans l’intonation de sa voix que ce don la ravit. Mais qui dit don dit forcement danger si cela vient à tomber dans des oreilles indiscrètes. C’est notamment pour cette raison que tu dissimules ton don. Tu as parfaitement conscience qu’il sera découvert un jour où l’autre, mais le plus tard sera le mieux. Tu assumes ce dernier, mais tu as pris conscience de la dangerosité du don que tu exploites depuis que tu en as connaissance. D’ailleurs, cela te fait penser que tu vas devoir aller saluer ton ancêtre qui doit probablement se balader dans les différents tableaux de l’école pour essayer de te voir. Mais tu ne te rappelles pas l’avoir encore entendu.

Tu ne cherches pas à lui mentir. Tu es stricte, mais tu n’as jamais cherché à prendre quelqu’un de travers. Annah sait à quoi s’en tenir. Elle te demande pourquoi elle doit se couper de la voix des animaux. Pour toi, c’est logique, mais cela ne l’est probablement pas pour elle. Tu vas devoir prendre le temps de lui expliquer. Toi aussi cela pourrait te paraître bizarre, mais tu sais qu’il n’y a pas d’autres solutions. Si Annah ne fait pas le vide, elle ne pourra pas assimiler le contrôle de son élément qui, à l’image des autres éléments vitales de la vie, peut être très dangereux. L’air est important pour respirer, la terre est importante pour les plantes à travers le renouvellement des saisons, l’eau est essentielle à tous êtres vivants et le feu permet un renouveau naturel. Tu n’avais jamais pris de cours avec les éléments, mais tu as appris au fil de tes propres expériences. Il faut dire que les cours sur la Magie des éléments n’étaient soit pas enseignés, soit sans professeur. « — Justement, je vous apprendrais… Cela est nécessaire afin d’accorder toute votre attention sur les exercices que je vous demanderais de faire et avec un don comme le vôtre, si vous n’êtes pas préparé, le moindre son vous fera perdre le contrôle. ». À tes yeux, cette étape est essentielle afin de pouvoir contrôler son don d’ici quelques années. Tu te rappelles avoir mis des années pour y arriver et cela n’a pas été simple tous les jours. Loin de là. De plus, même si elle aspire au calme de temps à autre, cela ne veut pas dire qu'elle sera coupée définitivement d'eux. Bien sûr, cela n’est pas définitif, mais c’est un mal pour un bien. Une nécessité que tu as dû aussi mettre en place sur toi-même.

C’est alors qu’elle te parle de son projet. Tu gardes un sourire bienveillant sur le visage et tu l’écoutes avec grande attention. Bien qu’elle ait fait quelque chose qu’elle estime de mal, tu n’as pas le droit de lui tourner le dos. Tu te l’interdis. C’est une élève qui a besoin de toi et de tes qualités à la fois en tant que professeur, Directrice de Maison, mais aussi en tant que possesseur d’un don très rare. Apparemment, elle prépare une chorale animalière pour le bal de fin d’année. Tu te veux rassurante et tu devras être présente pour elle à ce moment-là. Il est de toute façon prévu que tu sois présente lors de ce bal puisque tu es Directrice de Maison. À défaut de ne pas pouvoir préparer tes élèves à la danse de salon, tu dois bien faire autre chose. Depuis ton retour à Poudlard, tu sembles avoir pris tes marques en espérant les conserver encore longtemps. « — Si cela viendrait à se produire, je serais présente pour vous calmer si cela sera nécessaire. ». Mais tu fais confiance à cette jeune fille et tu sens dans sa voix sa crainte qu’un évènement comme lors de la première épreuve se reproduire. C’est une chose que tu peux aisément comprendre vu que tu es toi aussi passé par cette phase. Alors qu’elle te serre dans ses bras, tu te mets à rire. Tu ne t’attendais vraiment pas à ce qu’un tel contact se fasse. Tu es donc amusée de cette sensation que tu es loin d’avoir apprivoisé. Tu laisses le silence se poser dans la pièce et ce dernier est pesant, très pesant. Mais tu estimes que c’est important qu’elle comprenne les choses. C’est alors que tu entends une phrase avant de comprendre que cela n’est peut-être pas destiné. Tu n’oublies pas que ton élève a cette capacité extra-ordinaire de pouvoir comprendre les créatures. Tu aurais bien voulu les entendre toi aussi, surtout lorsque tu as perdu la vue. Elles auraient pu t’aider à surmonter tout ça.

Puis, elle te dit qu’elle a déjà essayé de méditer et bien sûr, tu apprends qu’elle le fait seul. La voilà son erreur. Lorsqu’on débute, il n’est jamais bon de faire cavalier seule. « — La méditation est un excellent moyen de se vider la tête, mais cette dernière ne doit jamais être faite seule lorsqu’on débute. Et quel type de méditation avez-vous tenté ? ». Tu sais d’expérience que toutes les méditations ne sont pas forcément adaptées aux besoins de ton élève. Pour aujourd’hui, tu seras là pour la guider à se concentrer sur sa respiration. La base lorsqu’on démarre. Tu lui montres un sourire lorsqu’elle t’annonce qu’elle est libre. Tu attrapes ta baguette afin de faire de la place autour de toi dans la pièce sans pour autant virer le bureau. Puis, un grand coussin se manifeste. Ce coussin est pour elle. Tu ranges ta baguette dans ta manche avant de faire signe à Annah de prendre place sur ce dernier. « — J’en suis persuadée, miss Smith ! ». Oh oui et à vrai dire, elle n’aura pas trop le choix. Elle risque de se mettre en danger le cas échéant. Heureusement, elle est en quatrième année et cela te laisse trois années pour y arriver.  « — Installez-vous et fermez les yeux dès que vous vous sentez à l’aise dessus. Je demanderais à Anguille de rester silencieux le temps de l’exercice. S’il veut bien ! ».


@Annah Smith – Pando / Eileen — 1 427 mots
Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mer 30 Aoû - 17:33
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

J’aime parler de mon don lié aux animaux. Une véritable bénédiction et j’ai toujours les yeux qui brillent de passion dès lors que je me mets à en parler. Je cherche à communiquer avec mais aussi à prendre soin d’eux. Je suis toujours attentive aux besoins des animaux, cherchant à y répondre dès lors que je le peux. Avec les années, je finis par connaître beaucoup des créatures qui habitent à Poudlard. Autant dans l’enceinte de l’école que dans la forêt interdite même si je ne suis pas censé y aller. “Oui je m’y intéresse beaucoup professeur. Mais le domaine de la protection animale m’intéresse aussi énormément. Mon rêve serait de pouvoir voyager pour aller découvrir et soigner les créatures directement dans leur milieu naturel”. A mes yeux, les créatures devraient être dans leur environnement naturel au maximum. Ce don me permet de rentrer en contact avec eux beaucoup plus facilement et de pouvoir ainsi m’approcher. Alors imaginer ne plus entendre les animaux, même temporaire, est effrayant. J’ai l’impression que c’est me couper d’une partie de moi-même alors que je les entends en permanence. Il y a toujours une créature dans le coin et c’est une sorte de présence même quand je ne cherche pas particulièrement à communiquer avec. Une sorte de fond sonore qui est tout le temps là et qui est rassurant. Je ne sais pas comment je me sentirais sans eux. C’est ainsi depuis que je suis toute petite, avant même que je ne comprenne le fonctionnement de ce don.

Me retrouver dans le silence absolu sera très étrange alors je cherche à comprendre pourquoi elle veut cela. Je ne pense pas qu’elle ne m’en parlerait si elle n’avait pas une bonne raison. Je réfléchis à ce qu’elle me dit, assez inqquiète tout de même. Je ne doute pas du professeur. Bien au contraire, je ressens une confiance à son égard mais cela ne m'empêche pas d'être effrayée à cette idée et de me retrouver coupé de ceux qui m'accompagnent depuis toujours. “Je n’ai jamais été coupé des animaux, je ressens tout le temps leur présence. Comment saurais-je s'ils vont bien?” Une question peut-être stupide et pourtant c’est ce qui est sous-jacent. J’ai cette inquiétude sincère et permanente pour toutes les créatures qui m'entourent. C’est un apprentissage qui semble nécessaire à ses yeux et venir la voir c’était accepter les conséquences de ce qu’elle déciderait. Je m’attendais à une sanction mais je me rends compte de la chance qu’elle m’offre en me proposant de m’aider avec mes dons. Alors même si cela m’inquiète énormément de me couper des animaux, je suivrais les leçons telles qu’elle les imagine. Je n’ai pas réellement le choix de toute manière. Je me demande même si me couper des animaux ne me permettrait pas de prendre de la distance. Je repense aux tribunes, à cette colère immense quand j’ai senti Anguille disparaître totalement. J’ai eu tellement peur pour lui et c’est là que j’ai perdu totalement le contrôle. Je ressentais tout au plus profond de mon être et j’étais incapable de me défaire de cette sensation. Je ne veux pas que cela se reproduise car j’ai failli blesser des personnes innocentes dans cette histoire. Pourtant, je suis déjà engagée dans un projet pour le bal et cette crainte que cela recommence me hante. Elle doit savoir et je dois être honnête.

Je lui explique donc pour le bal et sa réponse me rassure. Elle sera là si je panique à nouveau et que je perds le contrôle de mon don. Même si je ne veux pas que cela recommence, je ne suis pas certaine d’y arriver. “Merci professeur”. Le doute n’a jamais été autant présent en moi. Je suis réellement reconnaissante à son égard de bien vouloir m’aider et me guider. Même si cela a un coût puisque cela va empiéter sur le terrain de Qudidditch. Quentin avait raison lorsqu’il m’a dit après le tournoi que cela était une possibilité. Je ne suis pas renvoyé de l’équipe mais il faudra que je discute avec Quentin. Je reste silencieuse alors que je pèse les conséquences possibles. Je ne veux pas lui montrer que cela m’affecte car je ne veux pas être injuste. Elle m’offre la possibilité d’apprendre à me maîtriser ainsi que mon don et je ne peux pas passer à côté. Je n’ai pas le choix de toute manière désormais. Elle me l’a dit c’est ma sanction et je ne peux pas dire que c’est injuste. Elle finit par relancer la discussion en parlant de la méditation. J’ai des souvenirs de mes essais et je lui en parle honnêtement. Je souris, gênée, quand elle me dit qu’il ne faut jamais le faire seul aux débuts. “J’ai essayé la méditation de pleine conscience professeur”. Un livre trouvé dans une boutique moldu d’ailleurs mais cela n’a pas été une réussite. Je suis en tout cas libre et je lui indique, prête à essayer. J’ai confiance en la professeur et j’espère que je vais réussir et ne pas la décevoir. Elle m’assure que ce sera le cas et je m’installe sur le coussin. Je caresse la tête d’Anguille avant qu’il ne s’envole dans le coin le plus éloigné de la pièce, acceptant ainsi la consigne du professeur. Je ferme les yeux, à l’écoute de ses indications. Je sens qu’Anguille est attiré par différentes distractions dans la pièce alors qu’il reste parfaitement silencieux. Une poussière qui vole, un mouvement derrière la fenêtre. Il est dans une partie de mon esprit même si je sens tous ses efforts pour ne pas me déranger. Je tente de me focaliser uniquement sur la professeur.



Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mar 19 Sep - 11:22
Nymphéa &
Annah

Betting excuse.
Novembre 2022 | Bureau du Professeur de Métamorphose, Poudlard, Écosse

Tu restes attentive, tu sais que ton élève a besoin de ta présence, de ton attention et surtout de ta compréhension. Au moins, tu sais quel chemin veut emprunter ton élève. Tu sens que l’année prochaine, lors de l’entretien d’orientation, la discussion sera de mise afin que tu lui présentes tous les métiers qu’elle peut choisir parmi une liste. Bien sûr, tu n’as rien d’une professionnelle là-dedans, mais tu sais quand même un minima sur ce qui peut l’attendre à la suite de ses examens de fin de cinquième année. Nul doute qu’elle saura déjà ce qu’elle veut faire. Du moins, c’est l’impression qu’elle te donne en expliquant ce qu’elle cherche à faire. Au fond, tu es quand même contente quand tes élèves savent ce qu’ils veulent faire. C’est très important. Cela te rappelle toi lorsque tu étais sous la tutelle du Professeur Chourave avant que le professeur Londubat ne l’a remplacé. Tu entends ce qu’elle disait sur les orientations : ne jamais se précipiter. La plupart ont tous quinze ou seize ans et c’est comme si on leur mettait le couteau sous la gorge. C’est une chose que tu refuses de faire. Tu veux leur montrer que les métiers sont vastes et qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent, à condition bien sûr de travailler en conséquence. Si certains veulent être Aurors et qu’ils n’ont pas les BUSE nécessaires, pas sûre que le Ministère accepte de les intégrer dans leur personnel ou même l’université. Et c’est légitime. Être Auror si on est pas capable de se défendre, cela ne sert à rien et les personnes ne seront pas forcément à l’aise. Ce n’est pas un métier facile qui plus est. Tu n’as jamais voulu le devenir en raison de ton handicap, cela aurait été très compliqué de voir mes ennemis, même si tu ne doutes pas un seul instant qu’un certain don t’aurait prévenu.

Tu montres un sourire lorsqu’elle te demande comment elle saura s’ils vont bien. À vrai dire, cela ne sera pas définitif. C’est temporaire et elle a besoin de ce calme afin d’aller chercher les ressources au fond d’elle-même. Mais tu te dois quand même de lui expliquer que les créatures ont d’autres moyens de se faire entendre et comprendre que par l’intermédiaire de son don. Tu es bien placée pour le savoir puisque tu as deux créatures classées trois avec toi tous les jours. « — Vous savez, Annah. Les créatures ont d’autres moyens de s’exprimer vis-à-vis de nous. S’ils sont en danger, vous le comprendrez rapidement en usant de vos oreilles et de vos yeux… Comment font les magizoologistes ou les vétomages à votre avis ? ». Ta mère était une magizoologiste, la préservation des créatures étaient clairement son domaine et elle a toujours trouvé que rien n’était plus beau que chaque créature dans son environnement naturel. Tu n’as jamais pu voir, mais tu as toujours entendu. Les cris que les créatures poussent en cas de danger sont très caractéristiques. Il n’y a aucun doute possible sur la situation. Tu sais de quoi tu parles. Ta mère t’a appris à distinguer les cris de chacun des créatures qu’elle a connues. Et toutes ne sont pas aussi inoffensives que Aiguille ou tes deux amies à quatre pattes. Certaines sont connues pour être agressive, c’est notamment le cas des araignées géantes ou les manticores. Et pourtant, de nombreuses personnes se battent et aident toutes les créatures. Il est vrai qu’un don comme celui d’Annah peut servir à beaucoup de personnes, mais elle est la seule à pouvoir servir d’interprète. Mais il fallait que tu lui fasses comprendre qu’il est important qu’elle pense à elle, surtout pour l’apprentissage de la maîtrise de son don élémentaire. C’est le but final des heures de cours que tu auras avec elle.

Le mensonge ne servira strictement à rien, mais elle est plutôt têtue alors il faut lui montrer l’intérêt. Tu hoches la tête lorsqu’elle te parle de la méditation en pleine conscience. C’est exactement la même méthode, sauf que cette fois, elle aura une voix à suivre. Ce genre de chose ne se fait pas seul lorsqu’on est inexpérimenté. Erreur que ta jeune élève a fait. Tu entends les battements d’ailes d’Anguille et tu souris en le remerciant. Il ne faut jamais obliger une créature, cela va forcément attirer de la méfiance entre elle et toi. Et tu n’y tiens pas. Tu remarques alors que ton élève est assise et tu te mets à l’écart. Tu prends une inspiration et tu as cet avantage de ne pas avoir besoin de fermer les yeux puisque tu ne vois plus. Plus aucune lumière ne traverse ton œil. Tu restes debout et tu prévois de faire l’exercice avec elle pour l’accompagner. « — Mettez-vous dans la position où vous vous sentez le plus à l’aise… Une fois que vous aurez fermé les yeux, concentrez-vous sur ma voix et ma voix uniquement. ». Tu te mets à tourner autour d’elle. Tu voulais qu’elle se concentre et tu réduis au maximum les bruits que tu fais. C’est pour sa sécurité à elle. Tu patientes quelques minutes avant de reprendre la parole. « — Concentrez-vous sur votre respiration. Inspirez par le nez, lentement et expirez par la bouche. ». Tu l’accompagnes afin qu’elle suive ton rythme. Le but étant de calmer ses battements cardiaques afin qu’elle puisse laisser ses muscles se détendre. Tu le fais plusieurs fois d’affilée. Tu as l’impression de te revoir avec la Directrice afin de te faire prendre conscience que tu es la seule à pouvoir avoir le contrôle sur le don qui partage ta vie depuis ta naissance, même si tu ne l’as pas réalisé tôt. Les dons comme le tien et le sien demandent un calme intérieur, un contrôle de soi plus important que les autres élèves qui partagent l’école. Tu le sais mieux que personne.

Car plus tes émotions s’immiscent dans ton don et plus ce dernier sera puissant. Pendant plusieurs minutes, tu la rappelles à l’ordre si nécessaire et tu te débrouilles pour qu’elle se concentre sur ta voix et rien d’autre. Après cinq minutes, tu reprends la parole. « — Laissez vos muscles se détendre, laissez vos émotions et vos pensées s’en aller en même temps, vous allez vous sentir partir, suivez votre esprit mais ne le lâchez pas. ». À partir d’un moment, les muscles de la jeune fille vont se détendre et elle va se sentir plus légère. Lorsque tu dis qu’elle doit pas laisser son esprit partir, c’est plus dans le sens ou elle doit le discipliner. Car c’est souvent dû à un souci de discipline intérieure. C’est de son âge. De plus, la preuve en est qu’elle se sent désemparée sans entendre la voix des créatures magiques. Si elle veut pouvoir contrôler son élément, elle doit prendre conscience qu’elle est la seule à pouvoir le contrôler et que tout part d’elle. « — Disciplinez votre esprit en le faisant revenir vers un point que vous avez fixé, un lieu ou un souvenir qui vous appartient, qui vous ait propre. Un lieu qui vous apaise, qui vous rassure… ». Elle est la seule à pouvoir faire ce travail et tu ne peux pas le faire à sa place. Si elle ne parvient pas à se discipliner, cela risque d’être compliqué de travailler la maîtrise de son don. Mais tu vas devoir prendre le temps, quitte à lui imposer des exercices de concentration si nécessaire. Tu laisses toujours quelques minutes s’écouler avant que ta voix douce, claire et surtout d’une intonation basse que tu as depuis le début de la méditation. Après plus de quinze minutes, tu termines la méditation lentement, avec légèreté. « — Annah, quand vous vous en sentirez capable, vous pourrez ouvrir les yeux. ».

Annah devait revenir à la réalité. Normalement, si cela a fonctionné, elle devrait se sentir apaisée, calme et surtout, fatiguée. Car se recentrer sur soi-même est un processus qui fatigue beaucoup. Surtout lorsqu’on est pas habituée. Et surtout parce que nos pensées, nos émotions nous fatiguent. Le fait de retrouver temporairement la réalité en absence de tous peut être choquant. Tu t’agenouilles prés d’elle et tu patientes avec le sourire. Tu lui laisses le temps nécessaire pour revenir dans ton bureau alors que son esprit était ailleurs durant les dix minutes précédentes. Tu manifestes un sourire sur le visage et tu restes à côté d’elle. « — Comment vous sentez-vous ? ». C’est important qu’elle te dise tout. Tu dois savoir les effets que cela aura eu sur elle. Toi, tu es habituée à le faire seule, mais ce n’est pas son cas. Il faut une sacrée discipline pour parvenir à le faire seule. Et c’est pour cette raison qu’elle est difficile à faire seule. Lorsqu’on est débutant, on ne connaît pas les sensations, les ressentis et on ne peut donc pas savoir ce qui se passe dans ton esprit.


@Annah Smith – Pando / Eileen — 1 476 mots
Annah Smith
Annah Smith
ProfilDate d'inscription : 01/02/2023
Messages : 217
Date de naissance : 15/02/2008
Age : 16
Infos
Feuille de personnage
Inventaire:
Mes clubs/groupes ::

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mar 19 Sep - 20:26
Excuse de mise

FT.     @Nymphéa Rockwood     

J’aime plus que tout parler des créatures magiques et j’espère réellement pouvoir travailler dans ce domaine. Je n’ai pas réellement de doute sur cette voie car elle est une évidence depuis que je suis toute petite. Je suis consciente de la chance que j’ai de posséder ce don extraordinaire et j’ai envie de le mettre au service des créatures magiques. Il serait égoïste de ne m’en servir qu’à des fins personnelles de communication. Déjà à l’heure actuelle, j’apprends à les soigner afin de pouvoir leur venir en aide. Je ne sais pas, par contre, quel métier exactement je voudrais faire et je ne suis pas certaine d’avpor conscience de toutes les possibilités existantes. J’ai encore le temps et la discussion se porte alors sur mon lien avec les animaux. Imaginer être coupé d’eux est angoissant. J’ai souvent une présence dans un coin de ma tête même si je ne suis pas en communication permanente. Je peux ainsi toujours savoir comment ils vont et il est vrai que j’utilise mon don de manière permanente. Il est une seconde nature et je n’ai besoin d’aucune concentration. Une partie de moi et il se manifeste tout seul. Je n’exerce pas réellement de contrôle dessus et je n’ai aucune conscience des apsects négatifs.Je l’interroge alors sur comment je pourrais savoir comment ils vont. La réponse de la professeure est évidente et pourtant le signe de l’utilisation permanente de mon don. Il y a bien sûr d’autres signes pour connaître l’état des créatures magiques. “Oui vous avez raison professeur”. Tant de moyens et pourtant cela n’apaise pas l’angoisse qui existe au fond de moi d’être séparé de ce lien unique. Je ne sais pas le formuler alors que je suis incapable de mettre des mots sur ce que je ressens. L’anguille vient me frôler dans un battement d’aile afin de me rassurer.

Je sens dans le discours du professeur que ce n’est pas une option et que je vais l’apprendre. J’ai cette confiance naturelle en la professeur qui me rassure. Elle m’inspire confiance et Anguille partage mon avis. Je n’en comprends pas la nécessité mais je ne peux que me fier à elle pour essayer et mettre la volonté nécessaire pour espérer y arriver. Surtout si cela peut m’aider à contrôler mon don à terme. Je suis réellement terrifiée à l’idée de risquer de provoquer à nouveau une catastrophe qui pourrait être bien plus importante la prochaine fois. Je me dois d’être sincère envers la professeur. Je lui exprime mes craintes mais également ce que j’ai essayé comme méditation. Cela a été un échec. J’avais beau essayer de me concentrer et de faire le vide ainsi que je l’avais lu, les pensées s'imposaient dans mon esprit sans que je n’ai eu de contrôle dessus. Je me sentais agacée et frustrée de rater. Je me dis que si la professeur me guide, la situation sera peut-être différente. Je dois tout de même essayé. Parce que ce n’est pas vraiment une option mais aussi parce que je suis réellement déterminée à progresser et apprendre à me mettre en colère. Je ne peux pas perdre mes moyens au moindre agacement. Les risques sont bien trop grands et les tribunes ont été le révélateur des conséquences possibles.  Je suis donc disponible pour commencer dès maintenant ayant cette volonté de commencer au plus vite. Je me suis assise sur le coussin ainsi qu’elle me l’a demandé. Il est assez inhabituel d’être assise ainsi sans être occupée d’une quelconque manière. Les seuls moments où cela arrive sont des temps d’observation des créatures magiques.

Je recherche une position, tentant dans un premier temps de m’installer en tailleur. Il me semble que ce soit la position que les personnes pratiquant la méditation prennent. Pourtant, je ne me sens pas à l’aise. Des fourmis viennent me démanger les jambes et je ressens le besoin de bouger. Je me force quelques secondes à l’immobilisme avant que les propos de la professeure me reviennent en mémoire. Une position confortable. Je déplie alors les jambes à la recherche d’une position qui me convient. Je m’assois alors les jambes sur le côté et je ferme les yeux. Je dois me concentrer uniquement sur sa voix et ce n’est pas si évident que cela. Mes pensées divaguent ailleurs et je ressens la présence silencieuse d’Anguille dans un côté de ma tête. Mon esprit se connecte alors un instant au sien. Juste un petit moment avant de revenir à l’instant présent grâce au rappel à l’ordre. Je tente alors de me concentrer à nouveau uniquement sur ma respiration. Simplement inspirez et expirez.  Pourtant ce n’est pas si facile. J’y arrive quelques secondes avant que mon esprit ne reparte sur autre chose. Une pensée pour le quidditch avant que je ne refixe mon esprit sur ma respiration. Mon corps bouge, signe des difficultés que je rencontre. Mon esprit vagabonde à nouveau. Le prochain devoir de sortilège, les plantes dans la serre. Tout ce qui peut traverser mon esprit. Avant d’essayer ce genre d’exercice, je n’avais pas conscience du nombre de pensées qui peuvent me venir à l’esprit. La crainte m’envahit de ne pas réussir, que cela soit comme lorsque j’ai essayé seule. Sa présence, sa voix est une bouée. Elle m’aide énormément à pouvoir au fur et à mesure ne penser qu’à cela et à ainsi commencer à me plonger dans cet état de détente. Sa voix est une précieuse aide alors que je me raccroche à elle pour pouvoir me concentrer uniquement sur ma respiration. Heureusement qu’elle est là.

Je finis par y arriver et je l’écoute, sentant mes muscles se détendre progressivement. C’est une sensation étrange, quasiment effrayante. Mon esprit semble partir ailleurs et je ressens une forme de légéreté. Peut-être pas aussi intense qu’il le faudrait mais tout de même présente.Je dois alors fixer mon esprit sur quelque chose qui m’appartient et qui m’apaise. Le terrain de Quidditch apparaît un instant dans mon esprit. Voler sur un balai a toujours été quelque chose d’apaisant pour moi et d’ailleurs je ne perds jamais mes moyens dès qu’il en est question de ce sport. La concentration est requise pour empêcher l’autre équipe de marquer et plus rien d’autre n’existe.. La sensation grisante de la victoire collective. Pourtant cela n’est pas assez fort. Cela est entâché de la crainte de perdre ma place. Il va falloir que je parle avec Quentin.  Je m’inquiète alors, me rendant bien compte que ce n’est pas le souvenir idéal. Des créatures magiques apparaissent alors dans mon esprit ainsi que des idées. Que les animaux jouent au Quidditch pourrait être intéressant. Certains ont le caractère joueur requis et je suis certaine que cela pourrait réellement les intéresser. Là n’est pas le sujet et je me reconcentre toujours à la recherche d’un lieu apaisant. Je pense alors à l’hypogriffe qui est dans la forêt interdite. Les moments avec lui sont merveilleux. Je me sens tellement calme quand je suis avec lui. Je repense à la dernière fois où je suis resté en sa compagnie. Un moment totalement hors du temps avec une complicité que je n’ai jamais ressenti avec un autre animal. Un sourire de paix s’affiche alors que mon esprit réussi à se poser dans ce souvenir. Tardivement car peu de temps après Miss Rockwood met fin à la méditation, me demandant d’ouvrir les yeux. Je me sens un peu plus calme mais je ne suis pas certaine d’avoir réellement réussi l’exercice.

Je n’ai aucune notion du temps qui s’est écoulé mais j’ai l’impression d’avoir mis beaucoup de temps avant d’avoir réussi ce qu’elle me demandait. Je rouvre les yeux, prenant quelques instants pour revenir à la réalité. “Je me sens un petit peu plus calme professeur et j’ai l’impression d’être un peu plus détendue. J’ai trouvé cela aussi un peu stressant quand j’ai réussi à me concentrer uniquement sur ma respiration. C’était inhabituel et je n’avais pas conscience de penser à tant de choses. J’ai senti comme un vide ”. Il faut que je sois franche avec elle. “Je ne sais pas si j’ai réellement réussi professeur. J’ai vraiment essayé mais j’ai trouvé cela difficile et j’ai mis beaucoup de temps.. Est-ce que cela deviendra plus facile si je le pratique régulièrement?” Je ne voudrais pas qu’elle prenne cela pour de la mauvaise volonté et que je n’ai pas fait le nécessaire. J’ai cette exigence que je m’impose, cherchant à réussir ce que j’entreprends. Je suis capable de travail acharné pour y parvenir mais pourtant c’est un des exercices les plus complexes. Je suis prête à recommencer autant que nécessaire pour réussir. “Cela a été difficile d’abord de me concentrer uniquement sur ma respiration. J’essayais vraiment de me concentrer mais j’avais plein de pensées qui me passaient dans l’esprit. Il m’a fallu du temps et c’est votre voix qui m’a aidé professeur. Et après je ne savais pas quel lieu ni quel souvenir choisir. J’ai pensé à plusieurs choses mais il m’a fallu du temps pour fixer mon esprit sur un souvenir précis. Dès que je pensais avoir trouvé, des pensées venaient me parasiter. Je n’ai réussi qu’à la fin”. Je tiens à lui dire honnêtement comment j’ai vécu l’exercice. Je ne cherche pas à me plaindre mais je me dis que pour m’aider, elle doit savoir exactement. “Est-ce que je pourrais m’entraîner toute seule en dehors de nos leçons professeur?” Je tiens réellement à progresser et je ne connais que le travail répété pour y arriver. Un trait caractéristique des Poufsouffle alors que j’ai bien conscience qu’il faut s’entraîner pour réussir. Je lui demande afin de savoir si je peux poursuivre de mon côté, en plus de nos leçons.



Résultat de la méditation:


Dernière édition par Annah Smith le Mer 20 Sep - 23:42, édité 1 fois
Le Narrateur
Le Narrateur
ProfilDate d'inscription : 24/08/2015
Messages : 2901
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Mar 19 Sep - 20:26
Le membre 'Annah Smith' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à six faces' : 3
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: Excuse de mise [Nymphea]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Excuse Me ? || Victoire
» Il n’y a de bons professeurs que ceux en qui subsiste la révolte de l’élève. - Ft. Nymphéa Rockwood
» Nymphea - Retour à Poudlard
» Future vacances et mise en pause d'un perso
» Nymphéa Rockwood ~ Voir le monde différemment

Excuse de mise [Nymphea]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: