Le Deal du moment :
L’ORÉAL PARIS Men Expert – Lot Gel ...
Voir le deal
8 €

Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion

Impedimenta :: The Magic World :: Pré-Au-Lard :: L'Impasse du Trio d'Or :: Les Trois Balais

Hecate Nightingale
MessageSujet: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyLun 17 Aoû - 20:15

Hecate Nightingale
Hecate s’était levée ce matin de bonne humeur, ce qui ne changeait pas vraiment des autres jours, elle était rarement d’humeur grincheuse au réveil. Pour elle, chaque journée était une nouvelle aventure et elle était impatiente de savoir ce que cette nouvelle journée pourrait bien lui réserver. Il était samedi et elle comptait bien profiter de cette journée. Elle se levait toujours de bonne heure afin de perdre le moins de temps possible. Elle fit sa routine du matin, s’habillant pour la journée et profitant de son petit-déjeuner, c’était un de ses repas préférés de la journée avec le goûter de seize heures. Elle traîna un peu pour manger son repas, savourant tout ce qu’elle mangeait. Elle trouvait cela dommage de prendre son petit-déjeuner trop rapidement, les personnes qui faisaient ça ne prenaient malheureusement pas le temps de savourer ce qu’elles mangeaient. La jeune fille préférer tout savourer, faire attention à toutes les odeurs, à tous les sons, à toutes les images, à toutes les sensations gustatives ou sensorielles, elle préférait vivre sa journée comme si c’était sa dernière, elle croquait la vie à pleines dents.

La jeune Poufsouffle avait pris son petit-déjeuner seule, elle n’avait pas encore vu Endymion de la journée mais elle ne s’inquiéta pas plus que cela, elle savait qu’elle le verrait bien à un moment donné, il était sûrement dans leur salle commune ou dans la bibliothèque à lire. C’était dans ces deux pièces qu’il était le plus souvent et c’était souvent de ces deux pièces qu’elle devait le déloger. En effet, elle avait vu juste. En revenant dans leur salle commune, elle le croisa dans un couloir, quittant justement la pièce, il se dirigeait vers la bibliothèque avec quelques affaires scolaires. Il lui apprit qu’il comptait lire un peu. Elle lui sourit, lui souhaita bon courage pour son travail, lui répondit ensuite qu’elle pensait faire un tour dans les serres pour aider le professeur de Botanique à s’occuper des plantes et rajouta qu’elle le verrait tout à l’heure.

Hecate passa toute la matinée les mains dans la terre, à s’occuper des plantes et à écouter le professeur à vanter leurs différentes vertus, mais aussi le danger que certaines pouvaient représenter. Elle pouvait l’écouter parler pendant des heures sans se lasser, il lui rappeler tellement sa mère. C’est lui qui finit par constater qu’il était déjà l’heure de déjeuner. Elle n’avait même pas vu le temps passer. Elle alla se laver les mains avant de manger avec d’autres Poufsouffle. Toujours aucun signe d’Endymion. Il devait sûrement encore être à la bibliothèque. Avait-il seulement quitté la pièce depuis la matinée ? Avait-il fait une pause, même pour manger ? Sa meilleure amie pensait que la réponse à ses questions était négative. Elle se promit d’aller le sortir de la bibliothèque pour qu’il puisse profiter du beau temps qu’il faisait dehors, et qu’elle le tirerait par la peau du cou s’il refusait, elle n’acceptera aucune réponse négative, et elle était très têtue quand elle le voulait.

Une fois son repas fini, elle se dirigea immédiatement vers la bibliothèque et ne fut pas du tout surprise de voir Endymion installé seul à une des tables. Elle s’assit sur la chaise à côté de la sienne et le regarda travailler en attendant qu’il remarque sa présence. Il était très sérieux dans son travail, elle voyait ses yeux bouger rapidement pendait qu’il lisait. Au bout de plusieurs minutes et de plusieurs pages tournées, il finit par lever la tête et lui sourit avant de retourner à ce qu’il faisait mais elle l’interrompit.

« Non, non, non Endymion Auguste Selwyn
, le gronda-t-elle en utilisant tous ses noms, sachant éperdument qu’il détestait cela. Tu ne penses quand même pas sérieusement à retourner à ton travail ? Tu pensais vraiment que j’allais te laisser rester à la bibliothèque toute la journée alors que dehors il y a un si grand soleil ? C’est hors de question ! Tu vas me faire le plaisir d’arrêter ce que tu fais, de me suivre jusqu’à la salle commune pour ranger tes affaires et prendre ton manteau, nous allons ensemble à Pré-au-Lard. Et ce n’est pas une question, ajouta-t-elle quand elle le vit ouvrir la bouche pour protester. Je suis certaine que tu n’as pas quitté la bibliothèque depuis ce matin, je me trompe ? Cela serait dommage de gâcher les derniers beaux jours de l’année à la bibliothèque. Elle sera encore là quand il fera froid dehors, alors que nous n’aurons peut-être pas de météo aussi clémente avant un certain temps. Une après-midi entre meilleurs amis ne va pas te tuer, je te promets qu’on passera un bon moment, on ira où tu voudras à Pré-au-Lard si tu me promets que tu vas profiter du beau temps. »

Hecate le vit un peu hésiter mais reprit la parole pour finir de la convaincre, il la ferait cette sortie à Pré-au-Lard, elle ne lui laisserait pas le choix.

« Je te promets qu’en rentrant ce soir ou demain on travaillera ensemble, mais s’il-te-plaît, allons à Pré-au-Lard. Cela fait super longtemps qu’on ne s’est pas fait une sortie, seulement nous deux, entre meilleurs amis et bientôt on n’aura plus aucun beau jour jusqu’à l’année prochaine. Cela me manque de passer du temps avec toi hors de Poudlard. »

La jeune Poufsouffle joua la carte des sentiments pour finir de le persuader et elle remarqua tout de suite à son regard qu’elle avait réussi. Elle lui fit un grand sourire éclatant de joie et le prit dans ses bras pour le remercier. Elle répéta à plusieurs reprises merci, elle était si heureuse. Malheureusement, elle fit trop de bruit et la bibliothécaire, après avoir demanda à plusieurs reprises le silence, les chassa de la pièce. Hecate fit un faux regard innocent au pauvre garçon.

« Oups… Bon, au moins, la question est réglée, nous allons à Pré-au-Lard. Désolée Endy ! Mais je te promets qu’on bossera plus tard et tu sais que je tiens toujours mes promesses. »

Elle lui fit un grand sourire qui montrait qu’elle n’était pas du tout désolée, elle était trop heureuse de sortir avec lui. Ils se dirigèrent vers leur salle commune où il déposa ses affaires et où ils récupérèrent leurs manteaux avant de quitter l’enceinte de Poudlard et d’aller à Pré-au-Lard. Dès qu’ils furent dehors, elle le regarda.

« Tu as vu le grand soleil ? Il aurait été dommage de rester à l’intérieur alors qu’il fait aussi beau. Alors, que veux-tu faire ? Où veux-tu aller ? »
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyMar 18 Aoû - 18:38

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hecate Nightingale
Endymion s’était levé comme tout les matins depuis qu’il était retourné à Poudlard, d’une humeur plutôt tranquille, rien ne pouvait être pire que sa maison et l’école était véritablement un havre de paix. Il avait prévu en ce samedi après-midi, de ne pas trop changé ses habitudes et d’aller à la bibliothèque avancé son travail et s’il avait le temps de pouvoir lire quelques nouveaux livres. D’ailleurs il devrait sans doute demander à ses parents de lui envoyer quelques nouveautés pour lire, ceux qu’il avait emmener étaient tous presque fini. Il n’était pas sûr d’en recevoir, mais il pourrait toujours demander, peut-être pourrait-il envoyé un hibou à ses parents aujourd’hui. Bon il verrait s’il aurait le temps de le faire. Endymion avec cette idée en tête, se leva et prit un morceau de parchemin, un livre comme support et commença à écrire. Ce ne fut pas moins de 3 parchemins qu’il bousilla avant d’avoir quelque chose de convenable à dire à ses parents. Pas certains qu’ils lisent la lettre, il espérait toutefois que quelqu’un à la maison pourrait lui envoyer des livres. N’ayant pas vu l’heure, il fourra son parchemin dans son livre, s’habilla rapidement, prépara ses affaires puis sortit de sa salle commune pour se diriger à la bibliothèque. Clairement s’il voulait avancer il n’avait pas le temps de prendre un petit déjeuner. Son sac sur les épaules, c’est en allant dans son lieu favori qu’il croisa Hécate. Il pouvait le dire sans crainte c’était la meilleure amie qu’il avait à Poudlard et bien que leur situation familiale respective ne fût pas faite pour s’entendre, il l’appréciait énormément. Endy lui confia aller à la bibliothèque pour lire un peu et travailler sur ses devoirs. D’un sourire, elle lui souhaita bon courage, avant de lui annoncer qu’elle comptait aller aider le professeur de botanique dans les serres. Bien qu’il ne comprenne pas vraiment l’intérêt de travailler la terre, Endy pouvait comprendre la passion qu’on pouvait avoir pour les plantes, bien qu’il préférât toujours les observer dans ses livres qu’en vrai. Il la quitt a ainsi et prit les escaliers pour s’asseoir à la bibliothèque.

Là-bas il trouva un endroit tranquille où il posa ses affaires. Il exposa trois quatre livres devant lui et continua son devoir de métamorphose, allant chercher des informations dans les rayons pour compléter son travail. Peut-être devrait-il aussi continuer son devoir de potions, après tout ils avaient les BUSES en fin d’année ce n’était pas le moment de flancher. Endymion ne regardait pas l’heure, n’ayant jamais de montre quand il était à la bibliothèque, généralement c’était la bibliothécaire qui venait lui dire quand elle fermait. Il continua ainsi sans même prendre son déjeuner, oubliant de manger, tant il était concentré dans sa métamorphose. Il entama par la suite son devoir de potion, griffonnant sur son parchemin, lisant dans les livres, essayant d’être le plus précis possible. Il était tellement concentré dans ce qu’il lisait, qu’il ne remarqua pas tout de suite la présence d’Hecate à ses côtés. Lorsqu’il capta enfin qu’elle était là, Endy se tourna vers elle et lui sourit, juste avant de retourner dans sa lecture. Peut-être venait-elle également travailler, cela lui ferait de la compagnie. Mais lorsqu’il l’entendit utiliser ses deux prénoms puis son nom, il comprit qu’elle allait lui demander quelque chose, ou lui reprocher quelque chose. Endymion détestait quand elle faisait ça, mais il ne pouvait pas non plus lui en vouloir. Il posa ses mains sur son livre et la regarda attentif à ce qu’elle allait lui dire, levant presque un sourcil. Apparemment elle comptait le tirer de son travail et l’emmener dehors. Alors qu’elle parlait, il regarda par la fenêtre ; oui il faisait beau. « Tu sais … » Tenta-t-il de répondre, voulant prétexter du travail à faire, mais elle l’interrompit directement. Hecate ne lui fit par que de vérité, il n’avait pas quitté la bibliothèque, n’avait pas mangé, et d’une certaine manière il gâchait les derniers beaux jours de l’année. Endy l’écouta, alors qu’elle jouait avec ses sentiments. Oui une après-midi entre amis ce serait bien, mais d’un côté il n’était pas non plus un grand amoureux du soleil, lui très blanc de peau. Elle se stoppa, mais elle capta son hésitation et Hecate lui promit qu’ils travailleraient demain ou ce soir. Il soupira, oui cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas passé de temps ensemble, ni l’un ni l’autre ne pouvant s’inviter chez leur parent respectif. « D’accord, on y va. » Hecate afficha un grand sourire avant de le prendre dans ses bras pour le remercier. Trois fois. Endymion entendit alors la bibliothécaire leur demander de partir pour nuisance et clairement il n’avait jamais été virer de cet endroit pour ce motif.

Il sourit au regard innocent d’Hecate, levant légèrement les yeux au ciel amusé. « Je te ferais tenir ta promesse au besoin, même si je ne m’inquiète pas. » Endymion rangea ses affaires, chopant les livres pour les fourrer dans son sac. Tout deux sortirent pour se diriger vers la salle commune, où Endymion déposa son sac. Il prit sa longue veste et fourra dedans quelques pièces pour leur virée à pré-au-lard. Alors qu’il allait descendre pour rejoindre Hecate, il aperçu le parchemin écrit le matin même pour ses parents. Peut-être pourrait-il la poster. Il écrivit rapidement l’adresse et fourra la lettre dans sa poche également. En descendant il retrouva sa meilleure amie et tout deux sortirent de l’enceinte de Poudlard en direction du village sorcier. Hecate semblait ravi du soleil. Endy devait avouer que c’était agréable, lui qui sortait peu, peut-être devrait-il rajouter des sorties dans sa routine quotidienne. « C’est vrai que c’est agréable, je devrais sortir plus souvent.  » fit-il sentant une légère brise sur son visage. « On pourrait passer à la poste ? Après on pourrait aller à la librairie, puis au Trois Balais ? Si ça te convient » Autant profiter d’aller dans le village anglais pour faire quelques emplettes, comme des livres.

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Hecate Nightingale
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyLun 24 Aoû - 16:20

Hecate Nightingale
Contrairement à Endymion, Hecate était une jeune fille beaucoup plus spontanée et ne prévoyait presque jamais ses journées à l’avance, elle préférait voir ce que le destin pouvait bien lui réserver pour la journée, se laisser surprendre. C’était ce qu’elle voyait dans la journée, ses interactions avec les autres, leurs discussions ou la météo qui régissaient essentiellement son programme. Aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle : c’était en croisant le professeur de Botanique dans la grande salle qu’elle lui avait proposé de l’aider dans les serres, croiser son meilleur ami juste devant la salle commune des Poufsouffles lui avait donné envie de passer du temps avec lui, et le magnifique temps qu’il faisait dehors lui disait qu’il fallait qu’elle profite de ce grand soleil pour passer ce temps en compagnie du jeune garçon. Voilà une grande partie du programme de sa journée tout tracé, tout cela grâce à des rencontres inopinées. Elle savait qu’elle passerait une bonne journée. Après tout, pourquoi cette journée ne le serait pas ? Elle n’allait faire que des choses qu’elle appréciait : passer du temps dans les serres, les mains dans la terre, à s’occuper des plantes, en compagnie de son professeur préféré, puis, passer du très bon temps avec son meilleur ami, sûrement à Pré-au-Lard, ou au moins dans un endroit extérieur, autre que leur salle commune et la bibliothèque, elle s’en assurerait. Ce temps serait forcément bon, parce que le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo.

Une fois son programme de la journée plus ou moins défini, laissant évidemment beaucoup de places aux nombreux imprévus qui arriveraient sûrement, elle commença sa journée. Elle se dirigea d’abord vers les serres, où elle y passa toute sa matinée, ce qui ne l’ennuyait absolumet pas, puisqu’elle adorait la botanique. Sans le rappel du professeur Londubat d’aller manger, elle serait restée beaucoup plus longtemps dans les serres, ne voyant pas du tout le temps défiler. Il la remercia pour son aide précieuse avant de la laisser partir profiter du reste de sa journée. Elle rejoignit rapidement la grande salle, mangea rapidement en compagnie d’amies, mais aucun signe d’Endymion, elle se doutait de l’endroit où il serait, l’endroit où il avait sûrement passé toute la matinée, la bibliothèque, elle allait le faire sortir, par tous les moyens s’il le fallait.  Et elle ne s’était malheureusement pas trompée, il était bien à la bibliothèque, et vu le nombre de livres ouverts devant lui, il y avait effectivement passé la totalité de la matinée. Il semblait profondément plongé dans sa lecture, tellement plongé qu’il ne remarqua pas tout de suite la présence de la jeune fille, il lui fallut quand même un certain temps avant qu’il ne la remarque enfin. Il lui fit un sourire avant de retourner à sa lecture. Enfin, c’était ce qu’il croyait, car elle n’allait pas la laisser se replonger dans son livre, c’était hors de question. Elle savait comment attirer son attention, l’appeler par son nom civil complet était de loin la meilleure solution car il détestait cela. Bizarrement, il était tout attentif désormais. C’est à ce moment-là qu’elle lui proposa, ou plutôt, il serait plus correct de dire qu’elle lui imposa de sortir avec elle à Pré-au-Lard. Il tenta de protester, mais sans succès, elle le fit immédiatement taire en reprenant la parole. Elle était très déterminée et ne quitterait pas cette pièce sans lui. Les arguments logiques ne semblaient pas assez convaincants, elle joua donc la carte des arguments sentimentaux pour finir de le persuader. Elle le vit soupirer et elle sut à ce moment-là que son petit numéro avait marché, ils allaient sortir ensemble à Pré-au-Lard. Elle n’avait même pas besoin d’entendre sa confirmation à haute voix, elle savait qu’elle l’avait convaincu. Elle fut un peu trop bruyante pour le remercier et ils se firent virés de la bibliothèque. Zut… tant pis… Il leva les yeux au ciel à son faux regard innocent et lui fit comprendre qu’il lui ferait tenir sa promesse.

«Tu sais très bien que tu n’auras pas besoin de me rappeler ma promesse, je mets un point d’honneur de tenir toutes celles que je fais.»

Ils allèrent ensemble dans leur salle commune où elle récupéra ses affaires. Endymion fut un tout petit peu plus long que lui, elle l’attendit patiemment devant la sortie de leur salle commune. Ils se dirigèrent sans parler hors de l’enceinte de l’école. Une fois dehors, elle lui montra le beau temps qu’il faisait et lui demanda ce qu’il voulait faire. Il confirma que ce soleil était agréable et elle lui fit un grand sourire ravi en réponse, elle adorait plus que tout avoir raison. Comme réponse à sa question, il ajouta qu’il souhaitait aller à la poste, puis à la librairie, puis aux Trois balais.

«Bien sûr que ça me convient, et mon avis importe peu, on fait ce que tu veux faire, c’est ce qui a été décidé. Cependant, j’ai juste une objection à faire, mais une toute petite, je t’assure. La librairie ne doit pas remplacer la bibliothèque, on y va pour acheter des livres que tu liras à Poudlard, une fois qu’on sera revenus, et pas sur place. On est d’accord ? le taquina-t-elle en connaissant son amour pour les livres. Elle aimait aussi beaucoup lire, mais elle préférait d’abord profiter lire, c’est surtout en été qu’elle passe ses journées à la bibliothèque pour fuir sa maison et lutter contre la solitude.»

Les deux jeunes Poufsouffles marchèrent ensembles en direction de Pré-au-Lard, tout en profitant du trajet pour discuter, parler de leur semaines, des cours, parler d’un peu tout et de rien, sans vraiment s’attarder sur un sujet particulier. Parfois aussi, ils se taisaient, en admirant le paysage qui les entourait. Ce silence n’était ni gênant et inconfortable, au contraire, c’était un silence apaisant, confortable, qu’une amitié de plus de quatre ans pouvait offrir. Ce silence indiquait qu’ils passaient un bon moment ensemble. A ce rythme, ils finirent par arriver tranquillement dans le pittoresque village sorcier de Pré-au-Lard. Ils se dirigèrent vers la poste où Hecate attendit Endymion devant l’entrée, n’ayant rien à poster. Il ressortit quelques minutes plus tard et se dirigèrent vers la librairie. Elle se tourna vers lui et le taquina :

«Bon, je reviens te chercher dans combien de temps ? Dans cinq heures ou demain matin ?»
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyMer 2 Sep - 21:31

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hécate Nightingale
Hecate le connaissait bien. Trop bien peut-être. Elle connaissait sa vie, ses problèmes et ses habitudes. Elle était celle à qui il parlait le plus à Poudlard, bien qu’il lui se fit des amis au fur et à mesure. Endymion se souvenait la première fois qu’il était arrivé à Poudlard, quand le choixpeau lui avait annoncé qu’il n’irait pas dans la noble maison des serpentard, mais dans celle de Poufsouffle. Hecate avait été là ce jour-là également. Il n’y avait pas fait attention au début, et le jeune Endy s’était refermé sur lui-même ce jour-là. Il avait commencé à travailler dur, à apprendre ce qu’il pouvait sans même se préoccuper de se faire des relations pour plus tard. Scorpius s’était fait de nouveaux amis et Endymion s’était retrouvé bien seul. Est-ce que la solitude lui avait peser tant que ça ? Non pas vraiment, enfin c’était ce qu’il cherchait à se convaincre. Et puis Hecate lui avait parlé, par un chemin de circonstance, tout les deux en étaient venus à se parler. Elle avait de différentes passions, mais il adorait l’écouter parler tant elle pouvait se montrer passionner parfois. Quand Endy avait apprit qu’elle était une sang-mêlé, son sang avait fait un tour. Elle avait un parent moldus. Au fond de lui, une petite voix lui disait qu’il n’avait pas le droit d’être amis avec elle, mais Endy avait alors eu une conscience qui lui avait posé cette question : comment peut-on réellement détester les né-moldus quand on ne sait même pas reconnaitre un quand on en voit un – bien qu’Hecate ne soit pas totalement né moldu ? Ses parents lui avaient enseigner à haïr ceux qu’ils considéraient comme impurs, mais cette rencontre avait tout remis en question. Il avait appris à la connaitre, le décès de sa mère, l’alcoolisme de son père, Endymion lui avait raconté son mariage arrangé, la pression de ses parents. Tous deux ne souhaitaient pas rentrer chez eux. S’ils pouvaient rester tout le temps à Poudlard, sans doute que les deux amis le feraient. A cause de cette différence d’origine, Endy ne pouvait pas la voir pendant les vacances et il est vrai que sa volonté de devenir bon partout n’aidait en rien Hecate à le voir plus souvent. Ce n’était pas surprenant qu’elle vienne le chercher ce jour-là, lui qui avait complètement oublier de manger pour se concentrer sur ses devoirs. Aller dehors était quelque chose de familier pour Hecate, loin de l’être pour Endymion. Elle ne le laissa même pas parler, essayant de convaincre le poufsouffle, qui en soupirant accepta de sortir avec elle à pré-au-lard. Cela ne pouvait pas faire de mal, mais il lui soutint qu’il lui ferait tenir sa promesse. Evidemment Endy n’avait aucune inquiétude là-dessus, elle avait promis, donc elle viendrait travailler avec lui.

Pour l’arrivé de l’automne, il faisait encore beau voir chaud dans la journée. Endymion sentait les rayons du soleil réchauffer sa peau, touchant ses cheveux qui se teintaient d’un blond très léger sur ses cheveux châtains. Tout deux marchèrent ensemble jusqu’au village, dans un silence qui n’était pas dérangeant. Il entendait le bruissement des feuilles dans les arbres, le léger sifflement des oiseaux au loin. Non ce n’était pas si mal de sortir. Alors qu’elle lui demanda où il souhaitait aller, Endy proposa d’abord d’aller à la poste, poster la lettre pour ses parents. Puis aller à la librairie pour finir aux Trois Balais. Ce plan lui convenait, mais elle rajouta une légère objection. Il était hors de question que la librairie remplace la bibliothèque. Endymion sourit. Elle le connaissait que trop bien. Il posa sa main gauche sur le cœur et leva la main droite avant de lui dire d’un ton qui se voulait solennel : « Je te jure que je ne vais faire qu’acheter des livres. Je te le promets. » En soit Endy ne pouvait rien réellement promettre, dans tout les cas il lirait sans doute quelques quatrièmes de couvertures avant d’acheter ses livres. La poste était le premier bâtiment lorsqu’on arrivait à Pré-au-lard. Il y entra mais ne resta pas longtemps confiant le parchemin pour ses parents à un hibou qui le livrerait prochainement. Ensemble il se dirigèrent vers la librairie, mais sur le chemin, sans doute inquiète ou ayant peur de trop bien le connaitre, Hecate lui demanda dans combien de temps elle devait venir le chercher. Le poufsouffle eu un rictus. « Si je te disais demain matin, je suis certains que tu viendrais me tirer par la peau du cou bien avant. On va dire quinze minutes, mais rentre avec moi, tu auras peut-être l’œil pour un bon livre. » Le jeune garçon savait qu’il existait d’autres livres que ceux qu’on leur donnait pour apprendre, certains aimaient bien écrire comme des romans. Le poufsouffle n’était pas friand de ce genre de chose, mais c’était assez relaxant parfois. Il entra et regarda les rayons de livres. Des piles de livres se trouvaient un peu partout. Endy chercha un peu avant de trouver cinq livres qui lui plaisait. Il les paya et les fourra dans le sac que le vendeur lui donna. En sortant il fit à Hecate : « Tu savais que le village de Pré-au-lard a été créé par un poufsouffle ?  »  Endymion avait appris cette information récemment lors d’une de ses lecteur et il devait avouer que cela avait  ce ravit son égo d’être dans cette maison. Il devait commencer à accepter ce fait là et depuis l’année dernière, Endy acceptait de plus en plus. « Maintenant allons boire une petite bierreaubeurre ! »  fit-il en se dirigeant vers l’auberge des Trois Balais.

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Hecate Nightingale
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyLun 5 Oct - 23:08

Hecate Nightingale
Hecate le savait, le sentait comme un chat qui reconnaissait l’odeur de ses croquettes préférées qu’elle passerait une bonne journée, une très bonne journée même avec son meilleur ami, Endymion. Pourtant, au début de la première année, rien n’indiquait que ces deux-là finiraient meilleurs amis. Ils étaient, sur de très nombreux points, de parfaits opposés, mais comme quoi, les contraires s’attirent. Lui était un garçon très renfermé, venant d’une famille de sang pur, qui se mélangeait très peu aux autres, alors qu’elle était une jeune fille très sociable, ouverte et venait d’une famille de sang-mêlé, même si elle avait été plus élevée à la manière moldue. Il était déjà fiancé, alors qu’elle, jamais l’idée n’aurait effleuré l’esprit de sa mère lorsqu’elle était encore en vie, ou de son père, même aujourd’hui. Ils ne venaient pas du même monde et n’avaient pas du tout été élevés de la même manière. Ils avaient quand même quelques points communs, comme leur amour de la lecture et le fait d’être de bons élèves, mais aussi le fait d’avoir une situation compliquée pour des raisons différentes cependant, lui car il avait déçu ses parents en faisant soi-disant honte à leur grande famille illustre et bla bla bla, des foutaises quoi, et elle parce que son père détestait le fait d’avoir une fille capable de faire de la magie et une femme morte à cause de cette même magie. Mais ils étaient quand même plus différents que semblables. Et pourtant, aujourd’hui, ils étaient meilleurs amis. Et pourtant, ce n’était pas gagné. C’était elle qui avait fait le premier pas, elle lui avait adressé la parole, elle ne savait même plus pourquoi, juste que c’était en rapport avec les cours. Puis une discussion, une autre discussion avaient découlé sur un début d’amitié. Ils avaient fait connaissance, s’étaient livrés sur leur vie. Cependant, encore aujourd’hui, Hecate ne lui avait pas tout raconté. Elle n’avait pas été prête à raconter ce qu’il se passait réellement chez elle. Un jour peut-être. Pour l’instant Endymion savait seulement que son père alcoolique l’ignorait la plupart du temps et s’était amplement suffisant. Malheureusement, cette amitié était réservée à l’école. Son père se moquait de ses fréquentations, ils étaient tous des « foutus sorciers » comme elle, mais c’était hors de question qu’un autre vienne vivre sous son toit, et les parents d’Endymion ne devaient pas savoir qu’il fréquentait une fille qui avait un sang impur. Ils se voyaient seulement en classe, dans les couloirs de l’école et dans leur salle commune. Heureusement qu’ils étaient dans la même maison, ils pouvaient ainsi passer plus de temps l’un avec l’autre. Bref, tout cela pour dire qu’elle était extrêmement heureuse. Mais ils n’étaient pas là, pour se remémorer de bons souvenirs, ils pourraient toujours faire cela plus tard installés dans un bon fauteuil, une tasse de thé entre les mains, avec leurs voix tremblotantes : « Oh tu te souviens de ça ? », « Mais non, voyons, cela ne s’est pas passé comme cela, tu perds complètement la tête ! », « Ah oui c’est vrai, c’était quand même le bon vieux temps. »

Hécate se remémorait tout cela pendant qu’ils marchaient en silence en direction du village pittoresque, mais quitta rapidement ses pensées lorsqu’ils arrivèrent tous les deux à leur destination. Là-bas, elle le laissa choisir leur programme, après tout, elle avait insisté sur ce point pour lui faire quitter sa deuxième maison, ce qu’était devenue la bibliothèque. Sa réponse lui convint tout à fait, et puis, même si cela ne lui convenait pas, tant pis pour elle, aujourd’hui elle suivait Endymion et ne prenait aucune décision, pas même une toute petite, une minuscule. Elle fit toutefois une objection au programme de son meilleur ami, qui le fit sourire et promettre, une main sur le cœur, la main droite levée et d’un ton solennel qu’il ne ferait qu’acheter des livres à la librairie, acheter, seulement acheter et pas en lire la moitié.

La jeune fille attendit son meilleur ami devant la poste, assez rapidement, et devant la librairie, s’amusa à le taquiner en lui demandait si elle devait revenir le lendemain. Il répondit qu’il se doutait qu’elle irait vite le chercher et lui proposa d’attendre quinze minutes avec lui.

« Evidemment que je viendrais te chercher par la peau des oreilles, on avait prévu d’aller à Pré-au-Lard pour passer du bon temps tous les deux, je ne tiens pas à tenir la chandelle avec un livre. Je vais finir par croire que je ne suis pas assez intéressante, ajouta-t-elle, une fausse mine triste sur le visage. Ah ! que les cours de théâtre dans sa jeunesse lui avaient été utiles pour jouer la comédie et jouer avec les émotions. Mais je rentre avec toi, déjà pour te surveiller, tu es pire qu’un enfant de trois ans dans un magasin de confiseries, et puis, je vais peut-être trouver un nouveau livre à lire. »

Ils rentrèrent tous les deux dans la librairie mais se séparèrent. Tout de suite, Hecate alla dans le rayon des contes. C’était ce qu’elle préférait lire, cela lui permet de s’évader, d’oublier, juste le temps d’une lecture, sa réelle vie et de se plonger dans les aventures d’une autre personne, de rêver. Elle trouva un livre qui l’intéressa, sur les contes du monde entier et le paya. Alors qu’elle reprenait la monnaie, elle vit Endymion arriver et acheter son propre livre. Ils sortirent et Endymion lui demanda si elle savait que le village de Pré-au-Lard avait été fondé par un Poufsouffle.

« Oh non, je ne le savais pas ! C’est super intéressant ! On peut être super fiers d'être des Poufsouffles, même si je l'étais déjà sans savoir ça ! s’exclama Hecate, de nature très curieuse, elle aimait apprendre des nouvelles choses sur le monde qui l’entourait. »

Son meilleur ami se dirigea ensuite vers les Trois Balais et lui proposa d’aller boire une Bièraubeurre. Bon elle ne prenait pas de Bièraubeurre, ne buvant pas d’alcool, mais se ferait plaisir avec un jus d’œillet. Cela ne l’empêcha pas de le suivre enthousiaste. Ils trouvèrent une table isolée assez facilement et s’y assirent. En attendant que la serveuse les repère et leur demande ce qu’ils souhaitaient, Hecate regarda avec intérêt le sac de la librairie.

« Alors tu as acheté quoi ? Je suis étonnée que tu n’aies acheté qu’un seul livre. Mais je suis super heureuse de passer ce moment avec toi. Tu peux compter sur moi pour te sortir de ta deuxième maison, le taquina-t-elle,
un très grand sourire, rayonnant de joie, sur les lèvres. »
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyMer 7 Oct - 11:08

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hécate Nightingale
Le fait qu’Hécate ne vienne pas du même monde que lui, qu’elle soit aussi différente de lui, faisait d’elle la personne la plus importante au monde pur Endymion. Bien évidemment tout deux connaissaient leur histoire mutuelle et Hécate était bien au courant que niveau amitié, à part Scorpius qui lui était très proche, Endy n’avait guère eu le plaisir de connaitre quelqu’un qui l’aimait vraiment. Il avait eu peur bien sûr de devoir rejoindre les nombreux sang-purs et de suivre une voie qui ne lui était pas propre, de continuer comme ses parents le voulait sur la tradition des sang-purs. En soit il était fiancé à quelqu’un qu’il ne désirait pas, d’un côté il suivait ce que ses parents voulaient. Hécate était bien au courant qu’il ne voulait pas de tout ça et elle était son havre de paix dans cette vie qui s’avérait chaotique. Et pourtant tout deux avaient des similarités, deux familles bien qu’opposés qui l’une comme l’autre agissait avec indifférente envers leur enfant. Endy était au courant que le père d’Hécate de part le fait que sa mère puis sa fille soit une sorcière détestait ce monde dans lequel sa meilleure amie évoluait à présent. Il n’était pas au courant de tout mais en la voyant sourire à Poudlard, Endymion avait comprit que le château était devenu le havre de paix d’Hécate. Bien sûr que s’il connaissait les moindres détails de ce qu’il se passait chez les Nightingale, Endymion aurait vu complètement rouge. Il aurait sans doute agit sans réfléchir pour protéger sa meilleure amie, la seule qui comptait à ses yeux. Le poufsouffle aurait adoré pouvoir l’inviter de nombreuses fois chez lui, mais il était bien conscient que sa filiation ne le lui permettait pas. Il n’était pas encore assez fort pour tenir tête à ses parents et leur faire face pour imposer ses envies. Si seulement il le pouvait, tout serait sans doute plus simple pour le jeune homme. Hécate et lui avaient de nombreuses différences, mais il était content qu’elle soit venue lui parler alors qu’il se trouvait seul dans la maison Poufsouffle. Il était content qu’ils soient devenus amis et qu’il puisse avoir quelqu’un sur qui se reposer quand ça n’allait pas. Et puis il devait bien avouer que sans elle, il serait sans doute plus d’une fois mort de faim dans la bibliothèque. Comme une sœur, elle veillait sur lui pour qu’il essaye d’être plus sociable, qu’il mange comme un être normal – puisqu’il sautait régulièrement des repas – et surtout elle faisait sortir. Ce jour-là d’ailleurs alors que l’été allait placer la place à l’automne puis à l’hiver, Hécate l’avait plus ou moins forcé à abandonné ses livres pour aller se balader dans Pré-au-lard.

Il avait du mal à lâcher prise là-dessus, mais en sentant la brise sur son visage, il ne pouvait avouer que ça lui faisait du bien. En échange du fait qu’il soit sorti de la bibliothèque, Hécate lui proposa de choisir leur parcours pour cette après-midi en duo. Endy avait l’intention d’envoyer sa lettre à ses parents pour que ses derniers lui envois des livres de sa bibliothèque personnelle ou si ce n’était pas le cas de lui en acheter des nouveaux. C’est la seule chose qu’il demandait à ses géniteurs la plupart du temps et n’ayant pas d’hiboux personnel, la poste sorcière du village sorcier était sa seule solution. Une fois le courrier envoyé, il avait demandé à se rendre dans la librairie, histoire d’acheter un livre en attendant d’en avoir d’autres. Hécate lui demanda si elle devait revenir le lendemain le chercher et esquissant un sourire, il lui fit la remarque qu’elle viendrait le chercher bien avant. Endy la connaissait, jamais elle le ne laisserait passer plus de temps avec les livres, alors qu’ils étaient censé passer du temps ensemble. Elle lui répondit par l’affirmative, affichant une moue triste à l’idée qu’elle soit moins intéressante que les bouquins. Observant sa meilleure amie, Endy s’amusa de la voir ainsi, se demandant un instant si elle était sérieuse il répondit pour la rassurer : « Oh mais si bien sûr que tu es intéressante, tu es la personne la plus intéressante que je connaisse ! »  Il était sincère en prononçant ses mots. Elle qui adorait tant de choses qu’Endy ne connaissait pas, elle qui avait une joie de vivre bien plus grande que celle du poufsouffle, elle qui venait d’un monde totalement interdit pour Endy, tout ce qu’elle pouvait dire était intéressant pour le jeune homme. Elle accepta de rentrer avec lui, autant pour le surveiller que pour prendre un livre elle aussi. Tout deux s’engouffrèrent dans la boutique et Endy partit rapidement à la recherche d’un nouveau livre à prendre. Il en trouva cinq, mais alors qu’il se rendait compte qu’il en pourrait en payer qu’un, il passa un moment à choisir lequel il souhaitait prendre. Prenant un bout de parchemin dans son sac, il nota quand même la référence des quatre autres avant de se diriger vers le comptoir pour payer ce qu’il devait.

Tandis qu’ils sortaient finalement, Hécate ayant également acheter un livre, Endy sortit sa science en demandant à sa meilleure amie s’il savait que le village avait été construit par un poufsouffle. Leur maison avait sans doute de quoi être fier et lorsqu’elle répondit qu’elle l’était Endymion ne répondit rien. Il était heureux d’être dans cette maison, ayant ainsi rencontré de nombreuses personnes, mais d’un autre côté ce choix lui avait amener énormément de problème. Dans le silence, ils marchèrent jusqu’au Trois Balais, rentrèrent et trouvèrent une table isolée à laquelle ils s’assirent. Endy avait une vue sur le bar et attendit que la serveuse vienne leur demander ce qu’ils souhaitaient. Hécate l’interrompit dans ses observations, pour lui demander ce qu’il avait acheter comme livre. Le poufsouffle sortit alors l’exemplaire tout neuf pour le montrer à Hécate : « C’est un livre sur les métamorphoses, apparemment c’est une nouvelles versions de celle d’Ovide, avec des textes inédits. Apparemment ils ont réussi à retrouver certains écrits disparut. L’antiquité était une bien sombre époque pour les auteurs. »  Endymion savait que de nombreux écrits avaient totalement disparu alors qu’on était au courant que les auteurs en avaient écrit beaucoup plus. Comme Sophocle. La serveuse arriva et leur demanda ce qu’ils souhaitaient. Il demanda une bierreaubeurre et Hécate un jus d’œillet. Alors qu’elle repartait, il se rendit compte de ce qu’avait dit Hécate sur sa deuxième maison. Légèrement gêné, il reprit la parole : « Au fond je suis heureux aussi que tu m’es sorti de la bibliothèque. Tu trouves que j’y passe trop de temps ? »  Endy ne se rendait pas compte s’il y passait trop de temps, et est-ce qu’il devait faire un effort pour tenter de ne pas y rester sans arrêt.

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Hecate Nightingale
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyJeu 8 Oct - 23:46

Hecate Nightingale
En effet, Endymion ne s’était pas trompé pour sa meilleure amie, Poudlard était en effet devenu son havre de paix, plus qu’un simple havre de paix, c’était carrément devenu sa maison. On disait toujours que l’école de sorcellerie et de magie n’était pas le lieu le plus sécurisé du monde avec tout ce qui s’était passé il y a quelques années, mais pour Hecate si, cela l’était, peut-être pas l’endroit le plus sécurisé du monde, mais en tout cas, cela l’était plus que chez elle. Au moins ici, elle ne se prenait pas de coups ni n’entendait d’insultes ou de critiques sur ce qu’elle était, sur le fait qu’elle était une sorcière. De plus, dans ce château, elle s’était trouvé une famille auprès de ses amis et avait même trouvé une figure paternelle de substitution auprès de son professeur préféré, le professeur Londubat, même si pour le moment elle n’avait jamais osé lui en parler. A Poudlard, elle s’était fait pour la première fois un meilleur ami avec Endymion Selwyn, même si personne n’aurait parié sur la naissance cette amitié. Cette relation avait permis aux deux de découvrir un monde qu’ils savaient exister mais qu’ils ne connaissaient pas du tout ou très peu. Elle avait été très curieuse sur sa vie, elle lui avait posé quelques questions et il lui avait parlé du monde sorcier britannique. Elle connaissait déjà très peu le monde sorcier en général, ayant peu de contacts avec le monde sorcier américain, contacts qu’elle avait entièrement perdu à la mort de sa mère. Il lui avait donc expliqué très calmement comment fonctionnait ce monde dans lequel elle était entrée en même temps que sa lettre pour Poudlard. En échange, elle lui avait parlé du monde dans lequel elle avait grandi, le monde non-maj ou moldu dans la version britannique. Il semblait savoir encore moins de choses dessus qu’elle sur le monde magique. Avec patience, elle avait tout expliqué et avait répondu à toutes ses questions. Elle se sentait bien avec lui, en sécurité, protégé, sa présence la calmait et l’apaisait, surtout après les nuits où il lui arrivait de faire des cauchemars, même s’il ne savait pas, comme personne ne le savait, qu’elle en faisait. Hecate, elle, s’occupait plutôt du bien être d’Endymion, premièrement social, en s’assurant qu’il se mélange un peu plus avec ses autres camarades de classe, Poufsouffle ou des autres maisons, et de son bien-être physique, en veillant au fait qu’il quitte de temps en temps la bibliothèque pour se nourrir, se reposer et profiter de l’air frais et du soleil.

C’était justement ce qu’avait fait Hecate ce jour-là. Elle était venue le chercher à la bibliothèque pour le faire sortir, plutôt virer vu comment la bibliothécaire s’est énervée contre le bruit que la Poufsouffle avait fait. Elle avait réussi son plan, il avait accepté, bon sûrement à contrecœur, de l’accompagner une journée à Pré-au-Lard pour profiter des derniers bons jours avant les jours froids de l’hiver. Pour qu’il cède plus facilement, car c’était le bon terme avec Endymion, elle lui avait proposé de choisir leur programme. Il avait donc décidé d’aller à la poste, puis à la librairie et de finir par se réchauffer aux Trois balais devant une une Bièraubeurre pour lui et un jus d’œillet pour elle. La poste fut une étape très courte, tellement courte qu’elle n’avait pas eu le temps de finir de chantonner cette chanson qu’elle avait en tête en l’attendant dans la rue. Mais elle se doutait que la librairie serait une étape un peu plus longue, connaissant l’amour des livres d’Endymion. Elle l’avait donc évidemment taquiné sur ce sujet, lui demandant dans combien de temps elle devait revenir, elle n’allait pas louper une occasion aussi simple pour le taquiner. Elle avait joué la comédie, lui demandant si elle n’était pas assez intéressante. Elle disait évidemment cela en plaisantant, mais au fond d’elle, il y avait toujours une petite voix qui se demandait si elle n’était pas vraiment ennuyeuse. Son meilleur ami la rassura tout de suite en lui disant qu’elle était la personne la plus intéressante au monde. Elle rougit sous le compliment.

« Oh ! Endy, tu es vraiment trop gentil Mais je pense que tu exagères un peu ! »


Dans la librairie, ils s’étaient séparés pour choisir chacun un livre à acheter. Hecate avait été la plus rapide à trouver le livre qu’elle souhaitait acheter, elle attendait donc Endymion à la caisse de la librairie. En sortant du magasin, le jeune garçon lui apprit que le fondateur de Pré-au-Lard était un ancien Poufsouffle, une information qui fit plaisir à la petite brune. Ils s’étaient ensuite dirigés en silence jusqu’au célèbre pub des Trois balais où ils s’assirent à une table isolée. Hecate, curieuse, demanda à son meilleur ami ce qu’il avait acheté comme livre. Il lui apprit que c’était les Métamorphoses d’Ovide, une œuvre dont on avait retrouvé des manuscrits récemment, complétant ainsi l’ancienne édition. Passionnée de mythologie, elle trouva tout de suite incroyable.

« Whaouh ! J’ai lu Ovide quand j’étais plus jeune et j’avais adoré. Je ne savais pas qu’ils avaient trouvé de nouveaux textes. Tu pourras me le prêter quand tu l’auras fini s’il te plait ? »


Entre temps, la serveuse arriva et ils passèrent tous les deux leur commande, lui une Bièraubeurre et elle un jus d’œillet. Alors qu’elle souriait à son meilleur ami, heureuse de passer du temps avec lui, elle remarqua très rapidement qu’il semblait gênée, c’était très explicitement écrit sur son visage, aussi visible qu’un camion jaune fluo dans une petite rue sans voiture. Elle l’interrogea des yeux, sans exprimer une parole. Elle n’eut pas à attendre longtemps, car il lui demanda si elle trouvait qu’il passait trop de temps dans la bibliothèque, en confirmant qu’il était heureux qu’elle l’en ait sorti. Hecate pensa comprendre la raison de cette interrogation, il devait sûrement réagir à la périphrase de tout à l’heure, quand elle comparé la bibliothèque à sa deuxième maison. Elle s’en voulut un peu, elle l’avait fait douté, l’avait mis mal à l’aise, alors qu’elle voulait juste plaisanter.

« Oh Endy ! Je suis vraiment désolée, s’excusa Hecate. Je ne voulais pas être blessante, je t’assure, je ne voulais vraiment pas te gêner. Pour être honnête, oui je trouve que tu passes beaucoup de temps dans la bibliothèque, mais simplement parce que j’aimerais passer plus de temps avec toi. Mais je ne peux pas te le reprocher, car tu y travailles. Je pense qu’il existe de moins belles habitudes. Comme boire de l’alcool à tout bout de champ, rajouta la petite brune, en baissant la tête, faisant évidemment référence à son père. »

La serveuse profita de ce moment pour leur apporter ce qu’ils avaient commandés. Elle en profita pour relever la tête et faire un grand sourire à son meilleur ami.

« Mais je ne veux absolument pas que tu changes, surtout pas pour moi, car je ne suis rien pour te faire faire un tel changement. Je t’aime comme tu es. Tu as évidemment des défauts, mais on peut dire que cela fait partie de ton charme, sourit-elle. Aux défauts alors ? demanda-t-elle en levant son verre. »
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyLun 12 Oct - 14:28

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hécate Nightingale
Pour Endy comme pour Hécate, tout deux avaient trouvé un véritable havre de paix à Poudlard. Cela leur permettait d’oublier ce qu’il se passait dans leur propre famille. Endymion savait que ses parents souhaitaient qu’il ne le déçoive plus jamais, mais même si c’était eux qui l’avaient créé, il ne savait pas vraiment si sa famille pouvait être considéré comme tel. Le poufsouffle avait bien vu que l’amour pouvait se trouver au sein d’un foyer, il avait vu la famille Malefoy toute sa vie et celle du jeune homme était bien différent de la sienne. Alors à Poudlard, il avait décidé de choisir une nouvelle famille, principalement avec Hécate, là où il pouvait se parler. Il se souvenait des moments où elle lui parler de cet univers totalement inconnu pour lui, le monde moldu et lui essayait du mieux qu’il pouvait de lui apprendre des choses par rapport à son monde à lui. A ses côtés il avait commencé à oublier ce que disaient ses parents concernant les né-moldu et les moldus en eux-mêmes, et même s’il avait encore des réticences vis-à-vis de ce sujet, il n’était plus aussi catégorique qu’avant. Tout cela il le devait à Hécate. Il lui devait tant d’ailleurs, il le savait très bien, elle était douce et même quand il passait tout son temps à la bibliothèque jamais elle ne lui en voulait. Elle ne le regardait pas comme d’autres qu’il pensait qu’il était associable, mais le fait de se connaitre depuis leur première année devait sans doute jouer là-dessus. Et puis elle l’aidait surtout à sortir de sa coquille, bien qu’il y retournât régulièrement dès qu’il le pouvait. Endy ne parlait que très rarement avec les autres et même avec ses amis proches, c’était assez rare qu’il prenne la parole. Hécate était une grande bouffé d’énergie dans la vie d’Endymion, elle le forçait toujours à faire des choses qui étaient mieux pour lui. Comme le faire sortir à Pré-au-lard avec elle. Le jeune homme avait été réfractaire à cette idée, sachant qu’il avait des devoirs à faire, mais il pouvait bien s’autoriser une après-midi avec sa meilleure amie. Surtout qu’il ne savait pas comment elle aurait réagi s’il avait dit non. Clairement la voir triste lui serait totalement insupportable, que ce soit à cause de lui ou à cause de quelqu’un d’autre d’ailleurs. On ne pouvait pas blesser la jeune fille sans qu’il réagisse et il savait très bien comment il pourrait être en fonction de la gravité de cette blessure. Déjà s’il avait dit non il s’en serait surement voulu pendant un bon moment. Heureusement pour lui, il avait accepté.

Elle était vraiment heureuse qu’il soit venu, Endy le savait très bien. Elle avait vraiment envie de passer un moment avec son meilleur ami. Le poufsouffle se demandait s’il n’aurait pas dû essayer d’être plus présent, de ne pas toujours la laisser seule pour aller à la bibliothèque. Hécate travailalit aussi avec lui parfois, mais alors qu’il passait tout son temps là-bas, elle n’était pas toujours là avec lui. En même temps il était tellement concentré quand il travaillait que tout deux ne parlaient guère quand ils étaient ensemble à la bibliothèque. Ce n’était pas gênant une seconde, on disait que les véritables amis n’avaient pas besoin de se parler tout le temps, que ce n’était pas nécessaire et que l’important était d’être bien quand ils étaient ensemble. Avec Héacte, il n’avait pas du tout obligation de parlé sans arrêt, mais il devait avouer qu’il adorait les conversations qu’il pouvait avoir avec elle. Alors qu’ils marchaient, ils firent une pause à la poste, avant de se rendre à la librairie pour qu’Endy achète un livre. Il avait bien écrit à ses parents qu’il n’avait plus rien à lire, mais avec l’argent de poche qu’il avait eu, il pouvait bien se permettre d’acheter quelque chose en attendant que ses parents reçoivent le courrier. Hécate avait sans doute raison sur le fait qu’il allait y passer un moment et elle lui fit la remarque qu’elle allait commencer à penser qu’elle n’était pas suffisamment intéressante. Endy ne comprit pas qu’elle n’était pas sérieuse et répondit qu’elle était la personne la plus intéressante qu’il connaissait. Elle se mit à rougir. Cela amusa beaucoup le poufsouffle. Il ne faisait pas souvent de compliment, mais il ne pouvait pas mentir, elle était intéressante. Elle avait une vision du monde totalement différente de celle d’Endy et elle avait des passions qu’il avait du mal à comprendre. Toujours souriante, malgré ce qu’elle vivait chez son père, elle gardait toujours le sourire et Endy ne pouvait que la trouvait fascinante d’en être capable. Hécate était forte, personne ne pouvait en doute. Alors qu’elle lui disait qu’il exagérait selon elle, il secoua la tête. « Je n’exagère rien, je le pense sincèrement. »  Endy doutait fortement qu’elle ne voulait pas être prétentieuse, mais il voulait qu’elle sache que c’était vrai et que personne ne pourrait jamais le contredire là-dessus.

Endy avait parcourut les rayons de livre attentivement, cherchant un livre qui pourrait le tenir en haleine le temps d’en avoir d’autre. Alors qu’il commençait à en choisir cinq, il se rendit compte que non seulement ça allait faire lourd dans son sac, mais qu’en plus il n’aurait peut-être pas l’argent pour tout ça. Il posa alors les livres et choisit un seul, qu’il s’en alla payer. Hécate avait également acheté un livre. Endymion se demanda si ce serait le genre qu’il aimerait, se disant qu’il faudrait qu’il le lui demande. Mais tout deux se dirigèrent vers les Trois balais, tandis que le jeune poufsouffle partageait ses découvertes récentes avec sa meilleure amie. Endy n’était pas un fier poufsouffle comme la plupart de ses compagnons, ayant toujours du mal à l’accepter malgré le fait qu’il se plaisait bien dans cette maison. Le simple fait que tout avait commencé à partir en vrille à cause de ce choix de maison, Endy ne pouvait pas non plus être aussi fier que la jeune fille à côté de lui. Malgré tout savoir que des poufsouffles avaient fait des choses extraordinaires ne pouvait que lui mettre du baume au cœur. Après tout cela montrait bien que la maison importait peu et que même si on avait des a priori sur certaines, chaque sorcier avait du potentiel. Endy garda cette pensée en lui, se disant que si la maison poufsouffle l’avait choisi au grand malheur de ses parents, ce n’était sans doute pas sans raison. Ils entrèrent aux Trois Balais et s’assirent à une table. Elle lui demanda ce qu’il avait acheter comme livre et Endy se fit un plaisir de lui sortir l’ouvrage, expliquant que de nouveaux textes avaient été retrouvé. Le poufsouffle savait que de nombreux livres avaient disparu de la circulation depuis l’Antiquité et même s’il trouvait ça dommage, il était toujours content quand les sorciers arrivaient à en retrouver d’autres. Hécate lui confia avoir lu le livre lorsqu’elle était jeune, mais ne savait pas qu’il y avait eu une nouvelle édition avec du contenu inédit. « Evidemment que je te le prendrai, mais dès que je l’aurais fini. Tu as pris quoi toi ? »  Il l’aurait surement terminé dans quelques jours et se ferait un plaisir de le prêter à Hécate si elle en avait envie.

La serveuse vint leur demander leur commande et tandis qu’elle repartait, Endy repensa à ce que venait de lui dire Hécate à l’instant. Le jeune garçon savait très bien qu’il passait tout son temps dans la bibliothèque, ne se rendant pas forcément compte si c’était si gênant que ça. Elle le rejoignait également, mais peut-être avait-elle plus souvent envie de le voir dehors que parmi des livres. Sa remarque l’avait un peu pertubé, complètement gêné même et elle lui lança un regard, lui demandant ce qu’il se passait. Elle le connaissait que trop et avait sans doute comprit que quelque chose se passait dans sa tête. Il lui demanda clairement s’il passait trop de temps à la bibliothèque. Elle afficha une mine d’excuse, et il la sentit aussi gêné que lui. Elle s’excusa ne voulant pas le mettre mal à l’aise, lui avouant que oui elle trouvait qu’il y passait beaucoup de temps, mais que c’était simplement parce qu’elle aurait aimé passer plus de temps avec lui. Endy se sentit touché et légèrement triste de voir sa meilleure amie lui avouer tout ça. Evidemment il y avait d’autres types d’habitudes et il savait de quoi elle parlait sur la fin. Il n’aurait peut-être pas dû poser la question, ne voulant pas la blesser à son tour ou la gêné non plus. « Ne t’excuse pas, je comprends totalement. » fit-il, réfléchissant intérieurement. Hécate reprit la parole en lui avouant qu’elle ne voulait pas non plus qu’il change, qu’elle l’aimait comme il était et que même si cela faisait parti de ses défauts, ce n’était pas grave. Sa meilleure amie leva son verre pour trinquer aux défauts. « Aux défauts ! » fit Endy, affichant un léger sourire. Il bu un peu de sa bierreraubeurre avant de reprendre la parole. « Je vais essayer de faire un effort … c’est juste que tu sais … Merci à toi d’être là. Merci de me supporter malgré tout et je vais tenter de me montrer un peu plus sociable cette année et de profiter un peu plus pour passer du temps avec toi. » Il en avait envie, mais son passé le bloquait toujours, la pression de ses parents également. Ça, Hécate le savait, mais même si Endy adorait lire, il ne pouvait sans doute pas passer toute sa vie à la bibliothèque. Après tout il était jeune. Il pouvait essayer sans doute, mais ne promettait rien. Endy prit une autre gorgé de sa boisson avant de demandé à Hécate : « Alors quoi de beau de ton côté ? »  

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Hecate Nightingale
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyMer 21 Oct - 20:15

Hecate Nightingale
Dire que Hecate était heureuse qu’Endymion ait accepté, cédé serait sûrement le terme le plus approprié, de venir, était un euphémisme. Elle rayonnait de joie, de bonheur de passer toute une après-midi, seule, en compagnie de son meilleur ami, sans livre entre eux deux, sans personne pour venir les interrompre, juste eux deux et leurs boissons, une Bièraubeurre pour lui et un jus d’œillet pour elle. Elle aimait plus que tout passer du temps en sa compagnie, après tout, ce n’était pas son meilleur ami pour rien. Ils pourraient parler de tout et de rien, sans être dérangés, comme ils avaient l’habitude de le faire, d’expliquer comment fonctionner le monde moldu, ou comment était organisé le monde sorcier, de parler des récentes lectures, des cours, des récents événements, et parfois aussi se taire. Ce n’était pas parce qu’aucun mot n’était prononcé que rien n’était dit, parfois un silence peut être beaucoup plus expressifs que tous les mots que pouvait contenir un dictionnaire. La petite brune comptait bien profiter de ces instants, beaucoup trop courts à ses yeux et pas assez fréquents. Tout d’abord parce qu’en période scolaire, le jeune garçon avait souvent l’habitude d’aller travailler à la bibliothèque, où il lui arrivait de le rejoindre, mais aussi parce qu’elle avait des obligations de son côté, le club de Botanique lui demandait du temps, même si c’était du temps qu’elle adorait consacrer aux plantes. De plus, leurs deux familles seraient fermement opposées à cette amitié si elles venaient à l’apprendre : la famille Selwyn parce que la petite Hecate avait un père moldu et avait donc un sang souillé, impur, et le père Nightingale parce que le petit Endymion appartenait à ce mode horrible et ignoble de la sorcellerie, il était capable de faire de la magie. C’était donc pour cette raison qu’elle comptait profiter de son meilleur ami, ne sachant pas quand elle pourra, à nouveau, passer un instant privilégié seulement avec lui. Elle se félicitait toute seule d’avoir parvenu à lui faire quitter sa bibliothèque, d’avoir réussi à lui faire abandonner la compagnie de ses livres. Et pourtant ce n’était pas gagné. Mais elle pouvait se vanter d’avoir réussi, d’avoir trouvé les arguments qui avaient fait mouche, d’avoir fait senti l’ours, ou plutôt le blaireau, de sa tanière. Endymion n’était pas l’être le plus sociable, ça c’était certain, et aujourd’hui encore, même après cinq ans d’amitié, il lui arrivait de se demander ce qu’il pouvait bien lui trouver, par quel miracle deux personnes aussi différentes, une très associable et l’autre au contraire très sociable, avait pu devenir ami, et même plus que ça, meilleur ami. Il faut croire que l’amitié a ses raisons que la raison ignore, et cette réponse pouvait très bien lui convenir, car malgré leurs différences, ils avaient quelques points communs et une solide amitié qui était très chère au cœur de la sorcière. Elle avait déjà eu des amis, en Amérique, avant la mort de sa mère et avant son déménagement pour l’Ecosse, mais jamais elle avait connu une amitié aussi forte que celle qu’elle partageait avec Endy.

Hecate allait donc tout faire pour passer le meilleur moment possible avec son meilleur ami. Après tout, elle l’avait un peu forcé, un peu beaucoup surtout, à quitter sa bibliothèque, il fallait maintenant que le jeu en vaille la chandelle sinon il ne voudrait plus jamais sortir avec elle. Elle lui avait proposé de passer la journée à Pré-au-Lard, pour profiter des derniers beaux jours de l’année, et passer du bon temps ensemble. Pour qu’il soit moins récalcitrant, elle lui avait aussi proposé de choisir leur programme de la journée : il avait immédiatement accepté et choisi comme programme un petit passage très rapide à la poste, sûrement pour poster du courrier, puis un passage, beaucoup plus long cette fois, à la librairie pour acheter des nouveaux livres, et pour finir la journée en beauté, un dernier passage, aux Trois Balais pour passer du bon temps tous les deux devant une bonne boisson. La petite brune avait tout accepté, ce programme lui convenait parfaitement, elle émit juste une objection sur la longueur du passage à la librairie, elle ne comptait pas y passer toute la journée, elle n’avait pas réussi à le faire sortir de la bibliothèque pour qu’il passe tout son temps à la librairie. Elle allait finit par croire qu’elle n’était pas assez intéressante, s’était-elle plainte, évidemment sur le ton de la plaisanterie. Mais Endymion qui avait encore du mal avec l’humour avait pensé qu’elle était sérieuse et l’avait rassuré en disant qu’elle était la personne la plus intéressante qu’il connaissait. Immédiatement, elle se mit à rougir. Elle n’avait jamais comment su accepter les compliments et avait dit qu’il exagérait. Mais il ajouta qu’il était sérieux. Là, elle ne savait plus quoi dire devant tant de gentillesse. Merci, c’était un bon début, non ?

« Merci Endy, tu es beaucoup trop gentil, le remercia-t-elle, un sourire sur les lèvres. Tu es toi aussi très intéressant, tu m’apprends beaucoup de choses sur le monde sorcier. Avec toi, je me couche moins bête tous les jours, et pourtant il y avait du boulot, plaisanta-t-elle. »

Sur ces mots, ils étaient rentrés dans la librairie et leurs routes s’étaient séparées, pas pour bien longtemps. Elle était allée directement au rayon contes, c’était ce qu’elle préférait lire plus que tout. Elle adorait découvrir des nouveaux contes de tous les horizons. C’était justement un livre qui recensait des contes qui venaient de différentes régions du monde qu’elle acheta. Elle était déjà impatiente de le lire, mais cela devra attendre ce soir, elle n’allait pas le lire pendant une après-midi avec Endymion. Elle ne l’avait pas fait sortir de sa bibliothèque pour qu’elle lise ensuite seule dans son coin. Son meilleur ami, arriva un peu plus tard, un seul livre dans les mains à payer. Attend quoi ? Un seul livre ? Cela l’étonnait fortement. Il le paya et ils sortirent ensemble de la librairie. En route pour les Trois balais, il lui apprit que Pré-au-Lard avait été construit par un Poufsouffle. Cette nouvelle avait tout de suite enthousiasmé Hecate, très heureuse d’être Poufsouffle, mais ne sembla pas faire autant d’effet chez son interlocuteur. Elle pouvait le comprendre, au fond. C’était son admission dans la maison des blaireaux qui avait empiré les relations avec ses parents. Elle était triste que les parents de son ami ne puissent pas accepter leur fils comme il était, qu’il ne puisse pas supporter l’idée qu’il ne soit pas un Serpentard. Heureusement qu’elle ne les avait jamais vu, sinon, l’habituelle douce Hecate s’énerverait contre eux et leur ferait comprendre qu’ils sont débiles de ne pas apprécier leur fils à sa véritable et juste valeur, qu’ils ne méritaient pas de connaître une personne aussi géniale, et encore moins d’en être les parents, et qu’ils craignaient, tout simplement. Non mais oh ! On ne touche pas à ses amis, on ne leur fait de mal.

Une fois tous les deux installés à une table isolée des Trois balais, en entendant que la serveuse arrive pour prendre leur commande, Hecate s’intéressa tout de suite au seul, à l’unique achat d’Endymion, elle lui demanda quel livre il avait acheté. Tout de suite, il lui apprit qu’il avait acheté Les Métamorphoses d’Ovide car de nouveaux textes avaient été retrouvés. Trop génial avait immédiatement pensé l’enthousiaste petite brune qui lui avait demandé s’il accepterait de lui prêter le livre quand il l’aurait fini, ce qu’il accepta sans hésitation, avant de lui demander en retour ce qu’elle avait acheté. Elle sortit le livre de son sac et le montra à son interlocuteur.

« C’est un livre de contes de différents pays. L’éditeur a retransmis à l’écrit des contes transmis oralement de toutes les régions du monde. »

Alors qu’elle venait de finir de répondre à la question d’Endymion, la serveuse vint leur demander leur commande. Après cela, Hecate remarqua rapidement le regard songeur de son meilleur, il semblait gêné par quelque chose mais elle ne savait pas quoi. Elle l’interrogea des yeux, peut-être qu’elle pourrait l’aider. Il lui demanda si elle trouvait s’il passait trop de temps à la bibliothèque. Oh non ! Elle était la source de cette remise en question, elle était l’origine de cette gêne. Oh non ! Ce n’était pas du tout ce qu’elle avait voulu. Elle avait juste voulu le taquiner, pas le faire douter de lui. Elle se détestait à ce moment-là, décidément, elle était la pire meilleure amie au monde. Elle s’excusa immédiatement, s’en voulant. Elle lui avoua qu’elle trouvait qu’il passait trop de temps à la bibliothèque mais c’était tout simplement parce qu’elle souhaitait le voir plus. Alors que la serveuse venait de servir leur commande, elle reprit la parole pour lui dire qu’elle ne souhaitait absolument pas qu’il change, qu’elle l’aimait comme il était, avec ses qualités, mais aussi avec ses défauts, avant de lever son verre aux défauts. Il trinqua avec elle aux défauts. Elle but une gorgée de sa boisson et sourit, c’était délicieux. Endymion prit la parole pour lui assurer d’essayer de faire des efforts et pour passer plus de temps avec, ainsi que pour la remercier pour sa présence. La petite brune lui fit un grand sourire et avait les yeux qui brillaient de larmes contenues. Elle était touchée par ses paroles, touchée qu’il veuille faire des efforts, simplement pour elle, elle avait l’impression que c’était Noël avant l’heure ou peut-être son anniversaire.

« Je… Endy, merci, vraiment merci, mais tu n’as pas à changer juste pour moi,
le rassura Hecate. Je serais évidemment ravie de passer plus de temps avec toi. Je sais qu’être social n’est pas ton fort, mais je peux t’aider si tu le souhaites. Mais déjà passer plus de temps en compagnie me fera extrêmement ravie. Je ne sais pas si tu seras prête à me supporter plus par contre. »

Endymion lui demande ensuite de ses nouvelles.

« Ah… euh… bah… Rien de spécial à mon avis, sourit-elle. J’ai cours, sinon je vais au club de Botanique, mais rien de nouveau. Et toi ? »
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyVen 23 Oct - 12:17

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hécate Nightingale
Endy n’était pas quelqu’un de sociable. Il se souvenait quand il était arrivé à Poudlard. Quand Poufsouffle l’avait choisi et qu’ils s’étaient retrouvés loin des sang-purs qu’il connaissait. Endy aurait adoré être à Serpentard, connaissant plus de monde dans cette maison, cela l’aurait peut-être évité de se renfermer encore plus que d’habitude. Quand il avait rejoint les Poufsouffle, son éducation avait refait surface, cette manie de mettre les né-moldus et les moldus en dessous de tout, de sorte qu’il ne s’était pas forcément fait énormément d’amis par cette arrogance, cette manie de se mettre en avant. Mais il se souvenait du moment où il avait rencontré Hécate et ou tout avait basculé pour lui. Lui a qui on avait inculqué des valeurs, qu’il avait prit sans même les remettre en question, avait commencé à réfléchir en rencontrant celle qui était devenue par la suite sa meilleure amie. Elle venait d’un monde moldu et ce qu’elle lui avait raconté par rapport à son univers avait été fascinant pour Endy. Il avait appris que les deux mondes n’étaient pas si différents et comme partout il y avait du bon et du moins bons. Elle avait été un souffle d’air frais, lui faisant comprendre que maintenant les choses pouvaient changer, qu’il pouvait être ce qu’il voulait. Endymion avait pourtant bien du mal, du mal avec les autres, ne sachant pas exactement comment on pouvait se faire de vrais amis, comment parler aux autres sans paraitre pour un imbécile ou un demeuré. Il était heureux qu’Hécate soit là, qu’elle le comprenne et qu’elle puisse le pousser hors de son petit confort dans lequel il s’était installé. Les choses pouvaient changer, il pouvait évoluer, mais la route pour y arriver n’était pas définie, elle était encore semée d’embûches et même si lui avait commencé à essayer de faire face à ses parents, le jeune poufsouffle savait que ce ne serait pas aussi simple de se débarrasser de leur influence. Comme il connaissait l’histoire vague d’Hécate, il comprenait ce qu’elle pouvait subir chez elle. L’ignorance, Endymion savait ce que ça faisait, il en avait parlé à Hécate, du simple fait que ses parents parce qu’il n’avait pas été à Serpentard, avaient commencer à le dénigrer. En même temps quand tout ceux que vous connaissez, vont dans la maison verte et argent et que vous êtes le seul à aller dans une maison moins légitime à leurs yeux, cela n’avait pas plu aux Selwyn. Heureusement sans doute que ses parents été content qu’il y ait un mariage de sang-pur pour redorer un peu leur blason, mais même là Endy n’était pas heureux. Faites des enfants, aimez-les, c’est ce qu’on dit ! Mais parfois certaines personnes ne sont pas faites pour être parents.

Le soleil brillait clairement dans le ciel, amenant une douceur annonçant l’automne qui allait arriver. Endy avait rejoint la bibliothèque dès qu’il était revenu à Poudlard et il n’avait pas vu la lumière du jour depuis un moment lui semblait-il, à part à travers des fenêtes. Hécate avait peut-être raison de le pousser en dehors de ses habitudes, de l’amener sur un terrain qu’il n’emprunter que très peu. Le jeune poufsouffle avait choisit leur route, se dirigeant vers la poste avant d’aller vers la librairie. A ce niveau-là, Hécate l’avait taquiné sur le fait de rester longtemps à l’intérieur de l’édifice, prétextant qu’elle finirait par croire ne pas être intéressante. Comprendre le sarcasme n’était pas une réelle faculté d’Endymion qui s’empressa d’un ton très honnête de dire qu’elle était la personne la plus intéressante qu’il connaissait. C’était totalement vrai, il ne pouvait pas lui mentir, sans elle, il ne saurait pas ce qu’il aurait fait, loupant sans doute des moments cruciaux de sa vie, mais aussi des informations intéressantes autour du monde des moldus. Evidemment Hécate qui voulait simplement plaisanter, fut semblait-t-il touché par ses mots, rougissant légèrement. Elle afficha un sourire, avant de le remercier et de lui retourner le compliment. Il lui avait apprit des choses oui, mais elle lui avait ouvert un monde nouveau. Il afficha un léger sourire à la fin de la phrase de sa meilleure amie. Elle était loin d’être stupide, mais il avait compris la ‘blague’. « Je suis ravis d’éveiller ton cerveau au monde des sorciers, mais tu m’en apprends d’avantage. »  Et pas uniquement sur le monde inconnu des moldus. Mais Endymion n’était pas vraiment quelqu’un qu’on pouvait qualifier de ‘sentimental’, il espérait simplement qu’Hécate sache l’importance qu’elle avait pour lui. Tout deux entrèrent dans la boutique de livres, cherchant ce qu’il pourrait acheter. ENdy avait déjà envoyé un hibou à ses parents pour que ses derniers lui achètent de quoi lire, il n’était pas nécessaire d’en acheter cinq comme il le pensait. Et puis peut-être pourrait-il y retourner ultérieurement si son livre se finissait trop tôt. Cela dit en sortant de la boutique après avoir payé, le jeune garçon se fit la remarque qu’en lisant très vite, dans deux jours il aurait sans doute fini le livre qu’il venait d’acheter. Mais il n’allait pas faire rentrer à nouveau Hécate dans la boutique, elle allait le détester sinon. Au lieu de ça tout en marchant vers le pub des Trois balais, il informa Hécate d’une information qu’il avait appris, aimant bien lui faire part de ses découvertes. Le village avait été créer par un poufsouffle. Tout deux auraient pu être fier d’appartenir à cette maison, mais alors que sa meilleure amie lui faisait part de ce sentiment, Endy repensa à ce que cela avait engendrer pour lui. Il avait beau tenter de tout faire pour être bien dans maison, ses parents restaient dans son esprit comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Ils s’installèrent à une table dans un coin, tranquille pour discuter alors que l’animation se faisant dans le pub. Endymion attendit que la serveuse vienne, mais Hécate en profita pour lui demander ce qu’il avait acheté. Tout heureux de la question, il lui montra le livre. C’était un livre très connu, mais récemment de nouveaux écrits avaient été trouvés et Endy n’avait pas résister à l’envie de le lire. Chez ses parents il avait déjà un exemplaire des Métamorphoses d’Ovide, mais ce dernier était assez vieux étant l’un des premiers livres qu’on lui avait offerts. Intriguée, sa meilleure amie lui demanda si elle pourrait le lire par la suite et évidemment Endy acquiesça. Elle semblait curieuse de voir quels textes avaient été rajoutés. Tout deux adoraient lire, c’était certains, mais c’était des livres totalement différents qu’ils choisissaient. Il lui retourna la question et elle lui montra un livre de contes qui reprenaient des histoires basées sur la tradition orale. Endymion observa le bouquin. Avant qu’il n’ait put répondre, la serveuse vint prendre leur commande et une fois fait, le poufsouffle reprit la parole : « Je crois qu’on va pouvoir faire un échange de livres, si ça te convient. » Il était aussi intriguée de voir ce que les écrits du contes d’Hécate pouvait bien raconté, surtout que cela devait avoir attrait à l’histoire des pays d’où venaient les écrits. Encore plus de savoir, Endymion ne pouvait pas refuser de lire un tel livre. Mais alors qu’il finissait sa phrase, elle lui expliqua être heureuse qu’il sorte enfin de sa tanière. Evidemment il ne comprenait pas la taquinerie, se sentant gênait l’espace d’un instant. Elle lui lança un regard pour savoir ce qu’il se passait et il ne manqua pas de lui demander si elle trouvait qu’il passait trop de temps à la bibliothèque. Endymion savait que c’était son havre de paix, mais il savait aussi que ce n’était pas une bonne chose socialement. Malheureusement cette question mit à l’aise Hécate qui s’excusant, tentant d’expliquer son raisonnement à son ami. Endy ne voulait pas la voir triste, surtout pas par rapport à quelque chose qu’il venait de dire. Il trinqua avec elle au défaut, alors que la serveuse venait de leur apporter leur commande, puis il lui fit la promesse d’essayer d’être un peu plus souvent avec elle. Hécate afficha alors un sourire et en l’observant, il remarque l’humidité dans ses yeux. Il ne voulait pas la faire pleurer, clairement pas, mais elle lui assura qu’elle ne voulait pas qu’il change pour elle, mais qu’elle serait ravie de passer plus de temps avec lui. « Je ne vais pas changer … mais je pense que c’est nécessaire. Et puis te voir plus souvent ça m’étonnerait que je ne le supporte pas.  » répondit Endymion avec un léger sourire. Elle avait des émotions que parfois il ne comprenait pas, espérant qu’il n’ait pas dit quelque chose de mauvais, il comptait bien tenir sa promesse dans tous les cas et continuer à la voir sourire. Endymion changea de sujet demandant comment allait sa vie et elle lui répondit qu’il n’y avait rien à part les cours et le club de botanique. « Pas grand-chose non plus, la bibliothèque, les cours, le mariage forcé … bref ma vie n’est pas hyper passionnantes.»  répondit-il à la demande d’Hécate. Il but une gorgée de sa boisson, avant de reprendre la parole. « Ça a été ton été ? Enfin si tu veux en parler »  Il espérait que oui, mais il ne voulait pas la forcer à parler, connaissant la situation avec son père.

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Hecate Nightingale
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyDim 15 Nov - 6:05

Hecate Nightingale
Les opposés s’attirent, en tout cas, c’était ce que disait le célèbre dicton. Ce proverbe avait beau plutôt faire allusion à l’amour, il pouvait tout autant convenir à un autre type d’amour, l’amitié. En tout cas, il convenait très bien pour l’amitié entre Endymion et Hecate, il décrivait parfaitement leur relation. Ils étaient de parfaits opposés, il était sûrement difficile de faire plus opposés qu’ils ne l’étaient et pourtant, cela ne les avait pas empêchés de se trouver et de construire une très belle amitié, ils n’étaient pas devenus meilleurs amis sur des fondements en cartons, non les bases étaient solides. Bon après, ce proverbe n’était pas totalement correct, car dans le cadre de cette amitié, l’attirance n’avait pas été mutuelle. A cause des préjugés qui avaient malheureusement bercé l’enfance d’Endymion mais aussi de sa très faible sociabilité, et encore le mot faible était justement pas assez fort, il n’aurait jamais fait le premier pas, ou cela aurait été aussi probable qu’une météorite finissant sa course dans une cheminée. Mais heureusement, ce n’était pas du tout le cas d’Hecate, qui elle, avait justement été attirée par le manque de sociabilité de celui qui deviendrait son futur meilleur ami. Voir quelqu’un qui restait dans son coin, qui s’isolait et qui ne faisait justement pas l’effort d’aller vers les autres donnaient envie, à la fille très sociale et sociable, d’aller voir cette fameuse personne et de lui parler. Pour elle c’était impensable qu’une personne apprécie de ne presque jamais avoir de contacts humains, si elle s’isolait, c’était sûrement par timidité, par peur des autres, par peur des moqueries, etc… Il y avait sûrement une bonne excuse mais elle en faisait fi et allait voir la personne. Endymion ne faisait pas exception à la règle, loin de là. Assez rapidement, alors qu’elle avait déjà de nombreuses belles rencontres de son âge ou plus âgées, depuis son arrivée à Poudlard, que cela soit dans sa maison, parmi les Poufsouffles, mais aussi dans les autres maisons, elle avait remarqué que ce garçon, dans la même maison qu’elle, une maison pourtant réputée par la sympathie de ses membres, restait toujours dans son coin, entourés de livres et qu’il passait une grande partie de ses journées à la bibliothèque. Elle avait saisi sa chance dès que l’occasion s’était présentée, pour un cours, elle devait lui adresser la parole et elle n’allait pas s’en priver. Le plus gros avait été fait, le reste avait continué tout seul. Une première question en avait amené une deuxième, puis une troisième, ensuite une nouvelle conversation et de fil en aiguille, ils étaient devenus les meilleurs amis. Cela avait pris du temps, mais ce n’était pas insurmontable pour Hecate, elle n’avait pas lâcher l’affaire. Aujourd’hui, quelques années d’amitié plus tard, elle était heureuse de pouvoir compter Endymion par ses amis, très heureuse même qu’il soit devenu son meilleur ami. Il n’était peut-être pas le meilleur ami idéal, ayant encore la fâcheuse tendance de s’enfermer, mais elle s’en moquait, elle l’aimait avec ses défauts, et même si elle essayait de le rendre un peu plus sociable, de le sortir de son cocon, de lui faire faire de nouvelles rencontres, elle ne voulait pas non plus le transformer en une nouvelle personne. Elle était déjà très satisfaite d’avoir balayé une partie des préjugés de son éducation, de lui avoir ouvert les yeux sur le monde moldu, de lui montrer que partout, il y avait des gens bons mais aussi des gens mauvais, qu’ils soient sorciers, moldus, britannique ou russes, hommes ou femmes, ministres, professeurs ou artisans. La preuve, ils avaient tous les deux des parents pourris, alors qu’ils n’avaient pas la même pureté de sang. Comme quoi, les gênes ou le sang ne rendait pas un parent meilleur qu’un autre. La petite brune, ayant surtout grandi dans le monde moldu, malgré le fait que sa mère était une sorcière, lui apprit plusieurs informations sur le monde dans lequel elle avait grandi, en harcelant évidemment Endymion de questions sur le monde sorcier, questions auxquelles il avait toujours répondu patiemment, et il en fallait de la patience avec Hecate.

Mais bon, même si Hecate ne voulait pas changer son meilleur ami, elle voulait quand même passer plus de temps en sa compagnie, elle allait finir par croire qu’il préférait passer plus de temps en compagnie de ses livres qu’avec elle, et le soleil d’aujourd’hui était une parfaite excuse pour le faire sortir de sa tanière qu’était devenue la bibliothèque, c’était peut-être le dernier beau jour de l’année, c’était inadmissible qu’il le passe dans l’obscurité entre les rayons remplis de livres. Elle y était parvenue, elle en était heureuse. Maintenant, elle ne l’avait que pour lui pour toute la fin de la journée. Bon, pour le faire sortir, elle avait dû user de ses charmes et de l’argument : je te promets que tu pourras choisir le programme de la journée, mais pour cela tu dois quitter cette bibliothèque. Il avait alors proposé d’aller à la poste, il avait sans doute une lettre à poster, parce que c’est souvent ce qu’on faisait là-bas, puis de faire un tour à la librairie, un tour plus ou moins long, pas trop long espérait Hecate, et de finir leur journée, au chaud, aux Trois Balais, devant une bonne boisson. La poste avait en effet été une étape très rapide, mais elle craignait de perdre son meilleur ami entre les étagères bondées de la librairie. La petite Poufsouffle lui demanda combien de temps elle devait l’attendre et ajouta en plaisantant qu’elle allait finir par croire qu’elle était moins intéressante que les livres. Evidement, c’était une plaisanterie, elle ne le pensait pas vraiment, enfin si, mais le point n’était pas là. Mais Endymion ne l’avait pas vu comme cela, et il complimenta sa meilleure amie, qui lui rendit aussitôt son compliment, il lui avait appris énormément de choses à son arrivée dans ce monde qui lui était presque totalement inconnu. Elle plaisanta de nouveau en lui disant qu’elle se couchait moins idiote, et pourtant il y avait du boulot. Mais aux du jeune garçon, c’était elle qui l’ouvrait plus sur le monde. Elle n’était pas d’accord avec ça mais ne dit rien. Ils étaient finalement rentrés dans la librairie, chacun s’éloignant le temps de trouver et d’acheter leur future lecture du soir.

Après cela, ils s’étaient enfin dirigés vers l’endroit où ils allaient finir leur après-midi, les Trois Balais. En chemin, Endymion lui apprit que le village avait été fondé par un Poufsouffle, information qui ravit Hecate, fière de faire partie de cette maison, déjà fière avant de le savoir, mais qui n’eut pas un impact aussi flamboyant chez son ami. En même temps, à cause de sa famille, difficile d’être fier de quelque chose que des abrutis, ouais car la famille d’Endymion, c’était des abrutis, lui reprochaient. Une fois dans le fameux pub, ils s’assirent à une table qui leur offrait la tranquillité de passer un moment tous les deux sans être trop dérangés. Hecate, immédiatement, demanda à son meilleur ami ce qu’il avait acheté. Ovide. Super intéressant. Il lui donna tout de suite envie de lire ce livre et lui promit de lui prêter. Il lui retourna la question. Elle, c’était un livre de contes du monde entier. Dès que la serveuse eut fini de prendre leur commande, il lui fit comprendre qu’il était aussi intéressé. Elle lui fit un très grand sourire rayonnant.

« Avec plaisir. »

Tout de suite, Hecate fit la bêtise d’exprimer sa joie de voir Endymion, de passer une après-midi avec lui, et de le voir hors de la bibliothèque. Quelle nouille ! A cause d’elle, elle avait mis mal à l’aise son meilleur ami, il lui demanda si elle trouvait qu’il passait trop de temps à la bibliothèque. Chouette ! Elle le faisait se remettre en question. Elle allait peut-être le perdre avec toutes ses bêtises. Déjà qu’elle ne comprenait pas comment quelqu’un pouvait être ami avec elle, encore moins accepter d’être son meilleur ami, mais elle allait vraiment le faire fuir si elle continuait. Quelle nulle, la pire des idiotes ! Evidemment, elle s’excusa, son intention n’avait pas été de le mettre mal à l’aise et lui expliqua qu’elle souhaitait juste passer plus de temps en sa compagnie, mais elle ne voulait surtout pas qu’il change pour elle, elle ne le méritait pas. Elle décida donc de trinquer aux défauts, il trinqua avec elle. Endymion, en tant que meilleur ami que pouvait avoir Hecate lui fit promettre de faire l’effort de passer plus de temps avec elle. Cette promesse fit sourire la petite brune, qui était tellement joyeuse qu’elle avait les larmes aux yeux, pas des larmes de tristesse, non, pas du tout, mais des larmes de joie. C’était la plus belle promesse qu’il pouvait lui faire. Elle était ravie qu’il veuille passer plus de temps avec elle. Il ajouta qu’il pensait que c’était nécessaire de faire des efforts de socialisation, et qu’il pourrait toujours supporter de la voir plus souvent. Lui faisait un léger sourire, elle un immense sourire. Il lui faisait plaisir à un point qu’il ne s’imaginait sans doute pas. Il lui demanda ensuite des nouvelles, mais elle n’avait rien d’intéressant à lui apprendre, seulement les cours, le club, les amis, rien de bien intéressant quoi. Cela semblait identique pour Endymion, la bibliothèque, ah bon ?, les cours, et le mariage forcé. Hecate était triste pour son ami, elle avait été étonnée quand il lui avait annoncé qu’il était déjà fiancé mais qu’il ne connaissait toujours pas sa fiancée, à l’époque en tout cas. Comment le monde sorcier pouvait tolérer une tradition si archaïque ? Trouver des mariages forcés dans ses livres l’attristait toujours, mais savoir que cela existait dans le monde réel, cela la dépassait. Malheureusement, c’était la réalité de son meilleur ami.

« Je refuse que tu te maries avec une femme, un homme ou un mouton, que tu ne connais même pas, se leva Hecate, normalement calme mais ici indignée. Je vais tout faire pour t’aider, pour faire en sorte que ce mariage n’ait pas lieu. Tu ne vas pas te marier, c’est hors de question ! »

Hecate se rassit, toute rougissante. Elle n’aimait pas autant se faire remarquer. Ce n’était pas son genre de faire des scènes mais elle était vraiment indignée par la situation de son meilleur ami. Elle se faisait toute petite. Le silence tomba entre eux, la petite brune en profita pour boire une gorgée de sa boisson pour se remettre de ses émotions. Endymion brisa le silence pour lui demander comment s’était passé son été. Elle ne savait pas si elle devait sourire ou pleurer. Sourire, parce qu’elle n’arrivait même pas à s’étonner que son meilleur ami ne lui demande qu’en novembre comment s’était passé son été alors que cela faisait déjà deux mois que les cours avaient repris et que l’était était fini. Pleurer, parce que l’été n’était pas des plus joyeux. C’était le pire été qu’elle avait vécu. Bon d’accord, elle disait cela de tous ses étés, que celui-ci était le pire des étés, mais soit c’était parce que chaque été, elle oubliait l’horreur de l’été précédent, soit parce que son père devenait de pire en pire chaque année, ce qui était fort probable. Elle détestait devoir rentrer chez elle pendant les vacances d’été, et essayait de le faire le moins longtemps possible, mais malheureusement, étant mineure et n’ayant nulle part où aller, elle rentrait dès que l’école était finie. Chaque année, elle était quand même contente de revoir son père, car elle l’aimait malgré tout son petit papa, chaque année, elle avait l’espoir qu’il redevienne le papa qu’elle avait connu dans sa jeunesse, le père aimant et attentionné, qui chérissait sa fille, qui la considérait comme la prunelle de ses yeux, mais chaque année, elle était déçue, la difficile vérité de la réalité la rattrapait, cela ne serait pas un été facile. Il ne venait pas la chercher à la gare de King’s Cross, il ne l’attendait pas non plus au perron de leur maison, il ne lui posait aucune question sur le déroulement de l’année scolaire qui venait de s’excuser, il ne la saluait même pas, il ne lui adressait pas une seule parole, pas le moindre mot. C’était toujours le cœur serré et les larmes aux yeux qu’elle montait sa valise à l’étage pour rejoindre la solitude de sa chambre. Mais il ne l’ignorait plus une fois qu’il avait trop bu, là c’était une toute autre histoire. C’était la violence physique et c’était la violence psychologique, c’était les cris et c’était la colère, c’était la haine et la colère, c’était les remontrances et les accusations. Elle en ressortait toujours marquée de ces scènes, marquée physiquement, elle avait les marques de la colère, les bleus quand cela allait, parfois pire, mais aussi marquée psychologiquement, c’était difficile de ne pas croire ce que lui disait son père, après tout si son propre père le disait, c’est que c’était sûrement la vérité. Il avait détruit la confiance qu’elle avait pu avoir en elle. Bref, tout ça pour dire qu’elle n’avait pas passé le meilleur des étés mais elle ne se voyait pas le dire à son meilleur ami, en tout cas la seconde moitié, elle n’était pas encore prête, elle avait honte, elle avait peur, elle se demandait comment la situation pourrait changer, en pire ou en mieux. C’était pour cela qu’elle inventait des excuses « Je ne peux pas rentrer pour Noël, car mon père travaille beaucoup », « Oh cette blessure, ce n’est rien, je me suis pris une porte, que je suis maladroite. » et plein d’autres mensonges de ce genre. Personne ne s’en doutait pour le moment, elle prenait toujours soin d’effacer les marques des coups, ou de les cacher quand elle ne savait pas comment les soigner, elle prenait toujours soin de mentir sur son père. Seul Endymion savait la partie la plus belle, c’est-à-dire quand il l’ignorait, personne ne connaissait l’autre moitié, la plus violente moitié. En pensant à cela, le sourire qu’elle avait sur les lèvres avait complètement disparu.

« Ce n’est pas le meilleur des étés, tu t’en doutes sûrement, mais au moins ça me fait aimer encore plus Poudlard, se força à sourire Hecate, elle ne voulait pas inquiéter son meilleur ami. Et toi ? Je suppose que ce n’était pas terrible non plus. »

C’était là la force d’Hecate, même si elle ne la voyait pas, toujours trouver le positif dans la pire des situations. Elle avait eu une mauvaise note, pas grave, elle ne pouvait que s’améliorer, son père l’ignorait, pas grave, au moins, il ne la frappait pas, son père la battait, pas grave, à Poudlard, cela se passera mieux. Et cela la faisait sourire. Un truc qui la faisait moins sourire par contre, c’était le comportement des parents d’Endymion envers leur fils. Comment des parents pouvaient ne pas être fiers de leur enfant ? Comment pouvait-il le traiter de cette manière ? Elle ne comprenait pas, cela lui échappait complètement. Cela l’attristait qu’il soit obligé de subir leurs remarques. Elle aimerait pouvoir faire quelque chose pour améliorer sa situation, elle aimerait trouver la solution pour que le jeune garçon se sente aimé dans sa famille, que ses parents soient fiers de ce qu’il entreprend et qu’ils oublient cette très mauvaise idée de la marier à une demoiselle de sang-pur, parce que c’était la tradition. C’était surtout des idées arriérées, qui mériteraient de finir à la poubelle et d’appartenir seulement à la fiction et au passé.
Hecate Nightingale
Informations Générales
Date d'inscription : 07/08/2020
Messages : 181
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur
Endymion A. Selwyn
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion EmptyMer 18 Nov - 14:10

Endymion A. Selwyn

Sortir ne peut pas faire de mal
Endymion Selwyn & Hécate Nightingale
Certains diront que l’amitié n’existe pas entre un garçon et une fille, que ce n’est qu’une forme d’amour caché. Alors déjà il faut vous rentrer dans la tête que si c’est possible et qu’en plus de ça il n’est pas nécessaire que l’un des protagonistes soit homosexuel. Et puis pour Endymion, avoir une amie comme Hecate était quelque chose de précieux. Il n’avait pas de sentiment qu’on pouvait dire amoureux loin de là, elle était tout simplement celle en qui il avait le plus confiance en ce monde et ce n’était pas le destin qui dirait le contraire. Les choses avaient fait qu’ils se soient rencontrés, deux univers et deux mondes totalement opposés qui n’auraient jamais dû se croiser logiquement. Il se souvenait des a priori qu’il avait eu, de la honte également qui l’avait amené à se refermer sur lui-même au début de sa scolarité à Poudlard. Honte d’être un poufsouffle. Il aurait pu, il aurait dû protester contre le choixpeau, mais ce dernier avait sans doute très bien lu dans ses pensées. Endymion avait toujours été le parfait petit garçon pour ses parents, celui qui restait dans le droit chemin, celui qui était correct en société, respectueux et qui ne faisait pas de vague. Mais le jeune garçon n’était pas que ça, il avait lui aussi envie de faire des bêtises, de s’amuser comme tous les garçons de son âge et même si ce n’était pas si simple pour lui de sortir de sa coquille au final être dans la maison de poufsouffle l’avait peut-être fait prendre conscience que pour une fois il pouvait être ce qu’il voulait sans que ses parents ne se mêlent de sa vie. Il avait le droit de rencontrer des amis comme Hecate, des personnes qui lui feraient changer sa vision du monde, mais qui lui ferait également jouer un double jeu face à ses parents. Le jeune garçon s’il avait eu du courage aurait sans doute pu tenir tête plus facile à ses geniteurs en affirmant avoir une amie qui avait un père moldu, mais s’il avait eu plus de courage, sans doute que le jeune Endymion aurait dû être envoyer à Gryffondor. Aurait-il rencontré Hecate si les choses ne s’étaient pas passé comme prévu ? S’il avait été à serpentard par exemple, avec Scorpius et Albus, formant un beau trio. Il aurait peut-être été plus insupportable envers les né-moldus, sans doute aurait-il été comme ses parents voulaient qu’il soit et il était fort à parié qu’il n’aurait pas été si solitaire. C’était ce fait-là qui avait amené Hecate à venir lui parler. Parce qu’elle ne voulait pas le laisser seul. Parmi toutes les personnes dans la maison de Poufsouffle qui avaient leur âge, la jeune brune avait décidé de venir lui parler à lui et à personne d’autre. Et pour une fois il s’était sentit accepter comme il était. Associable, fasciné par le fait d’apprendre, curieux et insensible à l’humour. Elle lui avait fait comprendre que ce n’était pas la naissance qui faisait ce qu’on était, mais ce qu’on décidait d’être. Oui Hecate lui insufflait au fond de lui une envie de s’accepter comme il était.

Aujourd’hui tout deux avaient une amitié sans faille, malgré les nombreux défauts que pouvaient avoir Endymion. Il était associable, passait son temps à la bibliothèque ou à étudier et même s’il savait qu’Hecate adorait elle aussi apprendre des choses, Endymion était bien conscient qu’il aurait pu passer un peu plus de temps en sa compagnie. C’était aussi pour cette raison qu’il avait accepté de venir à pré-au-lard avec son amie. Il n’était pas associable pour rien, le jeune poufsouffle adorait les livres parce qu’au moins eu ne le jugeaient pas et ils écoutaient parfaitement les confidences, les problèmes. C’était une compagnie agréable. Hecate était sans doute la personne qui lui rappelait cette sensation qu’il pouvait avoir lorsqu’il était à la bibliothèque. Elle ne l’avait jamais jugé, elle était toujours là pour l’écouter et le remettre en place dès qu’il disait quelque chose qu’elle n’approuvait pas. Elle n’hésitait pas à dire les choses profondes auxquels Endy pensait, des choses véridiques comme dire que ses parents étaient des imbéciles. Au moins elle n’avait pas peur des représailles, elle osait tout simplement, et puis elle était également là pour l’écouter, comme lui essayait de faire son possible pour l’écouter également. Endymion pouvait être un ami déplorable parfois, il ne se rendait pas forcément compte qu’il pouvait se montrer blessant ou distrait quand on lui parlait et il essayait vraiment de faire un effort. Si pour lui Hecate était sa meilleure amie, la personne la plus chère pour lui au monde, il se demandait aussi comment elle faisait pour le supporter continuellement. Après tout elle était quand même obligée d’aller le chercher dans la bibliothèque, de lui faire à moitié du chantage pour qu’il accepte de venir. Bon d’un autre côté vu comment il se sentait dehors sous le soleil automnale, Endymion se fit la remarque qu’elle devait sans doute savoir mieux que lui ce qui était bon pour lui. C’était fort possible après tout. Il avait choisi leur route et même si le poufsouffle n’était pas forcément d’accord à la base pour aller dans le village sorcier, il s’était souvenue que non seulement il pourrait envoyer sa lettre à ses parents, mais en plus de ça il y avait une librairie. C’était l’occasion pour lui d’acheter de nouveaux ouvrages pour combler son manque de lecture.

Tout deux avaient donc traverser le village, passant par la poste, puis par la librairie, Hecate voulant sans doute faire de l’humour sur le fait qu’elle pensait que les livres étaient plus intéressant qu’elle, mais Endy ne comprit pas de suite qu’elle plaisantait. Il avait un sérieux problème avec ça, ne comprenant nullement les blagues que les gens pouvaient faire ou dire, même s’il essayait de comprendre au fur et à mesure le sarcasme. C’était déjà un bon début s’il comprenait quelque chose. Endymion avait sans doute de la merde devant les yeux comme diraient certains, il ne captait pas toujours les gens qui étaient avec lui en cours, il avait parfois dû mal à saisir les sentiments des autres et il était certains que si jamais quelqu’un s’intéressait à Hecate, ou pire, à lui il faudrait sans doute que quelque chose se passe devant ses yeux pour qu’il le perçoive parfaitement. C’était son gros souci, comme il se rendit compte, lorsqu’une fois posé devant leur boisson au Trois Balais, Hecate parla du fait qu’elle aimerait passer plus de temps avec lui. Il n’avait pas compris ça, il n’avait pas perçu ça et Endymion se sentit très mal d’un coup, demandant s’il passait trop de temps à la bibliothèque. Elle nia, mais il la connaissait bien et évidemment que cela ferait plus plaisir à sa meilleure amie s’il essayait de sortir de sa coquille. Mais comme elle disait cela faisait sans doute parti de ses défauts, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir des qualités. Endymion accepta de trinquer avec elle, lui promettant d’essayer de faire des efforts. Au fond de lui ça le tracassait réellement, se demandant comment faire pour être plus sociable. Déjà il devrait prendre des cours de discussions, ne sachant pas comment entamer une conversation avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas. En général il pouvait se montrer soit aidant quand on parlait de livre, soit totalement agressif. Oui Endy pouvait se montrer agressif, protégeant sans doute ce qu’il était vraiment. Au moins il n’était pas comme ça devant Hecate.

Il lui demanda alors soudainement comment sa vie se passait, s’interrogeant sur le fait qu’elle ait pu faire de nouvelles rencontres, mais il ne semblait que rien de nouveaux avaient changé dans la vie de sa meilleure amie. Elle lui retourna toutefois la question et il répondit de la même manière, parlant également de son mariage. Maintenant il avait un prénom à mettre sur celle à qui ses parents l’avaient fiancé sans son approbation. Sa meilleure amie était bien sûr au courant de tout cela et il connaissait sa pensée. Elle partageait également son dégoût vis-à-vis de ces traditions, cette envie de dire non et elle n’y manqua pas en affirmant qu’il ne se marierait pas avec une personne, homme ou femme, ou même un mouton sans qu’il ne le souhaite. Elle ne comptait pas le laisser se marier, prête à l’aider si besoin. Endymion semblait amusé de la réponse de son amie, surtout de la voir se lever pour protester contre quelque chose que personne ne pouvait pas empêcher pour le moment. Ce n’était pas si simple de dire non pourtant. « J’ai un nom au moins à mettre sur elle. Elle s’appelle Mikaëlla. Mais je ne veux pas me marier et tu le sais. » répondit-il en buvant une gorgé de sa bierraubeure. Il reposa son verre et regarda la salle qui regorgeait de jeunes élèves. « Mais ce n’est pas si simple. Je suis … tiraillé. D’un côté ça m’évite d’avoir à m’embêter avec les histoires de cœurs, ça rendra fier mes parents, mais d’un autre côté, j’ai l’impression d’être prisonnier de quelque chose que je ne veux pas. Et puis je n’ai pas envie de m’imposer dans la vie d’une personne qui ne m’aimera pas vraiment. » répondit-il en rebuvant une gorgée de sa boisson. Et le silence retomba. Parler de son futur mariage restait un sujet sensible alors qu’Endymion n’arrivait pas à trouver de solution pour s’en sortir indemne. Il pourrait fuir c’était vrai, mais à quoi bon ? Être renier, ne plus avoir de famille, risquer de ne plus voir Hecate, se retrouver seul plus personne. Lui qui était pourtant associable, avait du mal à concevoir cette idée.

Après un moment de silence, Endymion lui posa une question qui n’avait rien d’anodin également. Même s’ils étaient bien loin des vacances d’été, il lui demanda comment ça c’était passé avec son père. Ce dernier ignorait sa fille la plupart du temps, Endy en était au courant et il comprenait parfaitement ce que pouvait ressentir la jeune fille vis-à-vis de tout ça. Chez lui ce n’était pas toujours rose, mais il cherchait également à recevoir les baffes. Et puis il avait sans doute plus de chance car même si ses parents l’ignoraient la plupart du temps, il pouvait au moins faire ce qu’il voulait dans la grande demeure des Selwyn. Si seulement le jeune poufsouffle était au courant de ce qu’il se passait au sein de la maison des Nightingale, il était fort à parier qu’il ne serait pas content d’apprendre ça. Endy se mettrait surement en colère s’il apprenait ça, ayant envie de faire comprendre au père d’Hecate à quel point il avait de la chance d’avoir une fille comme elle, mais il ne le savait pas. Malgré un paternel comme ça, elle restait souriante, elle semblait ne pas se préoccupait de ce qu’il se passait chez elle, tout comme Endy chacun avait trouver un refuge à l’école Poudlard. Elle expliqua que ça n’avait pas été le meilleur été de toute sa vie mais qu’au moins elle aimait encore plus revenir à l’école de sorcellerie. Elle afficha un sourire. Endymion soupira. Et elle lui retourna la question à son tour. « Pas le meilleur non plus, mais on fait avec. Au moins j’ai pu profiter pour lire beaucoup. » répondit-il. Et alors qu’il parlait, il réfléchit à une possibilité, une chose qui pourrait être intéressante pour les deux amis et ne pas supporter les déboires de leurs deux familles. « Dis-moi, tu crois qu’on pourrait faire un stage l’été prochain ? Je ne sais pas quel genre de stage, mais trouver un truc à faire ensemble pour partir loin de nos parents ? » C’était une idée en l’air, mais s’ils pouvaient le faire, sans doute qu’ils passeraient un bon moment. Ils pourraient aller sur la côte est ou ouest, passer du temps sur la plage, profiter du soleil et surtout ne pas se préoccuper de ce que leurs parents pourraient en dire. Ils pourraient même voir pour travailler là-bas, trouver un moyen de s’occuper. Passer des vacances bien meilleurs que celle des années précédentes. C’était farfelus, mais l’idée lui plaisait bien.

electric bird.
Endymion A. Selwyn
Informations Générales
Date d'inscription : 14/04/2020
Messages : 298
Fiche de personnage

Feuille de personnage
Inventaire:
Relations/Rps:
Mes compétences: Lien vers mon carnet de joueur

_________________
Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Kit_en11
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion Empty

Contenu sponsorisé
Informations Générales
Fiche de personnage

Le temps que l'on donne à un ami est toujours du beau temps, quelque soit la météo. //Ft. Endymion

Impedimenta :: The Magic World :: Pré-Au-Lard :: L'Impasse du Trio d'Or :: Les Trois Balais


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: