Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

La romance n'attend pas || Karl

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: La romance n'attend pas || Karl
Dim 4 Juin - 15:41
Le couvre feu était bientôt passé et Evangeline ajustait sa tenue alors qu'elle descendait pour rejoindre les cachots et sa salle commune. Elle était restée jusque tard en compagnie d'un charmant jeune homme qui lui tournait autour depuis un moment et avec qui elle avait... officialisé les choses, pour rester poli.
Elle n'était pas quelqu'un qui accordait une grande importance au sexe, ni à ce qu'on disait d'elle à ce sujet, elle ne cherchait pas particulièrement quelque chose de sérieux dans ses relations et c'était pour ça qu'elle se permettait tant de liberté. Pour elle tout ça n'était qu'un jeu sans grande importance qu'elle maîtrisait plutôt bien.
Et si sa réputation de fille frivole n'était plus vraiment à faire ça ne l'empêchait pas de faire tomber quelques personnes sous son charme.
Les pauvres.
Ils pensaient bien souvent qu'avec eux les choses seraient différentes mais ce n'était jamais le cas.

Son rendez-vous de ce soir était pourtant un garçon charmant – Greg, il s'appelait – et il était attentionné en plus d'être plutôt mignon. Mais quelque part, ça ennuyait un peu l'adolescente qui avait grandie nourrie par les grandes histoires d'amour de la télévision. Son film préféré ? Titanic. Elle rêvait d'une romance pleine de passion, crevait d'envie de voir l'admiration dans le regard de son amant alors qu'ils fuyaient une autorité étouffante. Elle avait également un faible pour Roméo et Juliette.
L'amour maudit lui plaisait.
Passionné, consumant, meurtrier presque.
Bien sûr elle tenait à sa vie mais rien ne valait le drame de toute une vie pour prouver son amour à quelqu'un.

Arrivée tout en bas du château elle s'arrêta devant le mur qui gardait l'entrée de la salle commune des verts et argents. Elle murmura le mot de passe avant d'entrer dans l'élégante pièce où se réunissaient les serpents. Comme souvent les choses étaient plutôt calme : certains étudiaient sur les tables, seuls ou en groupe, alors que d'autres discutaient entre eux à voix basse pour ne déranger personne.
Si les Serpentards n'étaient pas toujours de ceux à faire attention à ce qui les entourait, ici c'était différent. La solidarité qui les habitait les poussait à se respecter les uns et les autres pour faire front face aux maisons qui bien souvent les méprisaient.

Après avoir fait le tour des lieux d'un regard perçant, elle repéra son meilleur ami. Elle sourit doucement avant de se diriger vers lui. Installé confortablement il lisait un livre, ce qui n'empêcha pas la fausse blonde de venir s'imposer à lui.
Le plus naturellement du monde elle s'approcha et glissa sur ses genoux comme si de rien était. Evangeline avait toujours été une personne particulièrement tactile, aussi il n'était pas rare qu'elle se retrouve installée sur quelqu'un, que ce soit son meilleur ami ou des personnes plus éloignées d'elle.
Elle cherchait et désirait le contact humain.
Elle n'écouta pas ses éventuelles protestation. Ce n'était pas le plus intéressant à ses yeux, d'autant qu'elle savait qu'il était au courant pour son rendez-vous avec son éventuel petit ami. Un de ses nombreux prétendants.
Elle vint déposer un baiser sur sa joue, un peu joueuse, et lui offrit un sourire amusé.

« Je vois que tu es là où je t'avais laissé en partant. Rassure-moi, tu as quand même bougé un peu entre temps ? » le taquina-t-elle. Elle s'empara du livre et lu le titre rapidement. « Ca a l'air plutôt ennuyeux. Tu ne veux pas plutôt écouter le palpitant récit entre ma merveilleuse personne et Greg ? Je te promets que ce sera au moins mille fois plus passionnant qu'un vieux bouquin. » Sa vie était toujours plus passionnante de toute façon. Il faut dire elle était certainement la personne la plus incroyable de cette école, avec son meilleur ami, donc ce n'était pas difficile. Elle n'attendit pas vraiment de réponse pour continuer. « Je savais que tu voudrais que je te raconte ! »

Elle ajusta sa position sur ses genoux, prête à lui offrir un récit plein d'aventures et de rebondissement, le plus beau best-seller du monde entier, à savoir, sa propre vie. Sexuelle, la vie. Autrement ça n'aurait que peu d'intérêt d'un coup d'un seul.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 4 Juin - 18:01

   


La romance n'attend pas


Le mois de septembre était particulièrement froid, les branches de arbres pliaient sous les assauts incessants du vent et le soleil préférait se cacher derrières les nuages audacieux. Karl ne se plaignait pas du climat, habitué à la froideur de l'Irlande, l'atmosphère de l'automne lui amenait un brin de nostalgie. La journée s'était agréablement passée et les cours s'étaient montrés captivants, le sommeil n'était pas venu le saluer.

Le repas passé, l'albinos avait rejoint les quartiers de sa maison puis son dortoir pour attraper ses lunettes, son lapin et un bon bouquin d'histoire. Il était descendu et avait bondi sur son fauteuil favori, ses jambes se balançant sur un des accoudoirs. Poussière fut déposé au sol et fila à travers la salle commune, heureux de pouvoir se dégourdir les pattes après une journée enfermé dans sa cage. Son maître s'était déjà plongé dans sa lecture, ses doigts remontaient son col roulé noir.

Il ignorait les élèves qui passaient devant lui pour rejoindre leurs lits dans des bavardages parasites. Sa concentration était toute posée sur les lignes qui défilaient sous ses yeux, sa mémoire prenait notes au fil de la lecture. Il s'autorisa à lever les yeux vers les quelques amis et leur accorda un sourire franc puis quelques mots francs. Il ne manqua pas le passage d'Evangeline et leva les yeux au ciel face à sa remarquer sur son côté rat de bibliothèque.

Les heures passèrent et Karl restait fidèle à son poste dans son fauteuil, Poussière avait succombé au sommeil au bord de ses pieds. Les pages se tournaient lentement au rythme de sa lecture et de ses pensées subjectives. Il se gratta l'arrête du nez et arqua un sourcil quand la porte de la salle commune s'ouvrit. L'albinos retira ses jambes de l'accoudoir et abaissa le bouquin. Tiens, sa meilleure amie faisait son apparition, à quelques secondes du couvre-feu.

Il n'eut pas le temps de prononcer le moindre mot qu'elle prenait place sur ses genoux. Ses yeux roulèrent dans leur orbite et il protesta quelque peu. Ce n'était pas comme si elle avait l'habitude de le prendre pour son siège, mais il ne s'en laissait pas. Quoi? Elle sentait bon et comme ça il n'avait pas froid. "Je suis déjà assez sympa de te laisser t'asseoir sur moi alors que t'as même pas pris une douche." Un ricanement s'échappa de sa gorge et Karl se laissa aller contre le dossier, son bouquin quittant ses mains. "Les vikings sont trop compliqués pour toi pour ça que c'est pas intéressant pour Princesse Eva."

"Quoi? Eh non! Pitié je ne veux pas savoir ça!" Il fit mine de se boucher les oreilles et bougea les genoux pour la faire dégager de là. Il jouait certes le dégoût et la surprise, mais Karl était loin d'être innocent par rapport à la vie de son Evangeline, à tel point qu'il n'avait même plus besoin d'entendre ses histoires, son imagination faisait très bien le travail. "Pitié Eva je voudrais dormir sans faire de cauchemars."
© Frimelda, sur une proposition de © Blork


Dernière édition par Karl Fahey le Ven 30 Juin - 10:15, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Sam 10 Juin - 13:48
Ce fut le tour d'Evangeline de lever les yeux au ciel. C'est bon, elle n'avait pas la lèpre non plus, ou une quelconque autre maladie contagieuse. Et puis ce n'était pas non plus la première fois qu'ils se côtoyaient après certaines... activités de la part de la demoiselle.
A sa remarque sur les vikings elle haussa les sourcils. Comment ça trop compliqué pour elle ? Elle était une excellente élève s'il ne se rappelait pas. Ou tout du moins une plutôt bonne élève. Après tout elle travaillait beaucoup et il était bien l'un des seuls à le savoir puisqu'elle faisait tous les efforts du monde pour ne pas le montrer et passer pour naturellement intelligente.

Pour se venger elle lui proposa un récit détaillé de ses aventures et elle eut un sourire gentiment moqueur à sa réaction. Qu'est-ce que son ami pouvait être prude parfois. Bien sûr elle savait que ce n'était qu'une façade, une comédie dans laquelle il excellait puisqu'au final il finissait toujours par tout savoir.
Ou presque.
Et elle était presque certaine qu'il était heureux de savoir quand tel ou tel garçon – ou fille d'ailleurs – était un mauvais coup. Comme ça ils pouvaient se moquer ensemble de la pauvre personne. Ou en tout cas Evangeline pouvait se moquer et Karl écouter. Combien de fois avait-il appris la taille de certains de ses collègues de classe ?
Sans doute trop de fois pour lui.
Elle s'accrocha à sa nuque pour ne pas tomber, les deux bras l'entourant bien alors qu'elle resserrait ses jambes vers elle pour se rapprocher de lui.

« D'accord, d'accord, mais arrête de remuer ! » Elle lâcha un petit rire. « Aussi, Greg en a une petite mais il sait s'en servir. » Elle éclata ensuite de rire. Elle adorait verser dans le TMI avec son meilleur ami, c'était toujours très drôle.

Après sa bêtise elle vint poser sa tête contre son épaule. « Alors, dis-moi, qu'est-ce que nos chers amis les vikings ont fait encore ? » Elle s'abstint de dire qu'après tout ça l'intéressait puisqu'elle en descendait partiellement. L'île de Man avait connu son lot de peuple qui l'avaient envahis comme la plupart des îles britanniques après tout, et si elle travaillait son accent pour que tout le monde la pense londonienne, son meilleur ami lui savait parfaitement d'où elle venait vraiment. « Je veux dire, à part être terriblement sexy entre deux pillages, bien sûr, » commenta-t-elle avec frivolité. On pouvait presque la voir baver de là.
Après tout elle était une femme comme une autre et elle n'était absolument pas insensible aux charmes de ces barbares, surtout quand elle les associait à une certaine série qu'elle appréciait particulièrement.
Rien que d'imaginer les muscles de ces hommes et de ces femmes qui se battaient avec vaillance, leurs cheveux comme le soleil, couverts par la sueurs et le sang après une bataille... Un fantasme ambulant pour la serpentard.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Sam 10 Juin - 21:43

   


La romance n'attend pas


Plus Karl s’amusait à bouger aussi seulement qu’un balai, plus Evangeline s’enroulait autour de lui. Sa stratégie n’avait pas été la bonne, il allait devoir redoubler d’efforts s’il ne voulait pas qu’elle vienne à établir son logis hebdomadaire sur lui. Les souvenirs de la semaine où il avait dû la transporter sur son dos entre chaque cours étaient encore frais dans sa mémoire, plus jamais il ne ferait pareille erreur. Non pas qu’elle pesait lourd, mais les surnoms avaient fusé aussitôt et les moqueries avaient été difficiles à étouffer. Un sourire attendri étira pourtant ses lèvres et il finit par la laisser tranquille, n’affichant qu’une simple moue pour afficher son mécontentement de parfait comédien.

« Beuh. » fut sa seule réponse pour la pauvre remarque sur le dénommé Greg, il n’avait pas choisi la bonne fille pour garder son secret bien gardé. Bon, certes, jamais l’albinos n’était venu colporter des rumeurs, mais depuis un certain temps, il rêvait de le faire. Les raisons de ce souhait lui étaient inconnues et il ne voulait pas enquêter dessus. Mais bon si monsieur savait s’en servir, il était bien chanceux le bougre ! Bref, Karl ne voulait clairement pas s’étendre sur le sujet, vraiment pas.

Il chassa quelques mèches sauvages de sa meilleure amie pour éviter de recracher une boule de poils plus tard et tenta de trouver la position la plus confortable possible avec elle sur ses genoux. Il était prêt à lui faire le résumé de sa lecture, ses lunettes de nouveau sur son nez, mais Evangeline semblait être partie sur sa lancée des blagues mal placées. Heureusement pour eux, personne d’autres ne traînaient dans la salle commune à cette heure-ci. Karl, si une personne rôdait, se serait sûrement planqué dans le fond du fauteuil pour ne pas affronter les regards réprobateurs de l’élève de sa maison.

Karl lui donna une pichenette sur la tempe pour la faire taire et la ramener sur Terre puis se racla la gorge afin de pouvoir enfin prendre la parole sans être dérangée par sa moitié particulièrement déchaînée ce soir. « J’étais en plein chapitre sur la découverte des pays de la méditerranée. Et ne commence pas à te faire des films, les Vikings ne sont pas tous comme ceux de ta série moldue. Ils ont toujours tendance à prendre des acteurs beaux pour ne pas faire fuir le public. » Il tourna la page de son ouvrage. « T’aimerais visiter l’Espagne toi ? »

© Frimelda, sur une proposition de © Blork


Dernière édition par Karl Fahey le Ven 30 Juin - 10:15, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 11 Juin - 9:25

La réaction de son meilleur ami à sa précision quant aux performances de Greg fit sourire Evangeline. C'était toujours assez drôle de la voir réagir de cette façon et elle ne pouvait pas s'empêcher de le taquiner avec ça.

Lorsque Karl replaça les mèches folles de ses cheveux le sourire d'Evangeline se fit plus tendre. Elle aimait bien la façon qu'il avait de faire, ses doigts frôlant à peine sa peau avec une tendresse à peine dissimulée, même s'il faisait passer ça plus pour un besoin de confort pour lui-même.
Elle lâcha un petit rire lorsqu'il lui infligea une pichenette. Elle n'y pouvait rien si elle trouvait l'idée des vikings sexy. Des guerriers indomptables... définitivement ça se trouvait dans son top dix des fantasmes. Elle fit une moue lorsqu'il commenta sur la beauté des vikings et le fait que la série éponyme cachait bien la vérité pour éviter de faire fuir son public.
Bien sûr mais ça ne voulait pas nécessairement dire qu'ils étaient tous moches. Pourquoi ne pouvait-elle pas fantasmer tranquillement ?

L'explication satisfait en tout cas l'adolescente qui se blottit un peu plus contre son meilleur ami. Elle avait toujours eu ce besoin de contact, de sentir la présence de quelqu'un à ses côtés, et ce même s'il s'agissait de gestes parfaitement platoniques.
A sa question elle se redressa toutefois pour le regarder.
Leurs visages étaient proches l'un de l'autre alors qu'elle réfléchissait brièvement à une réponse. L'Espagne... C'était un beau pays, de ce qu'elle avait entendu, très différent de ce qu'ils connaissaient ici. Et surtout il y faisait plus chaud.

« C'est vrai que j'aimerai bien y aller. Au moins je n'y mourrais pas à moitié de froid. » Elle rit un peu et repose sa tête contre l'épaule de Karl. « Tu te rends compte ? Tu n'aurais pas à subir mes câlins constant ! Le rêve pour toi. » Elle frotte un peu sa joue contre l'épaule de son ami et sourit doucement.
La vérité serait certainement qu'elle aimerait pouvoir être qui elle voulait là-bas, loin de son passé et de tout ce qu'elle avait vécu sur les îles britanniques. Elle pourrait choisir d'être qui elle voulait, recommencer à zéro.
D'un autre côté elle avait fini par apprendre à aimer ce qu'elle était.
« Mais je crois que je reviendrais quand même ici au final. Je veux dire... j'aime pouvoir profiter du froid comme excuse pour venir squatter ton lit. » Même si ce n'était pas vraiment la raison pour laquelle elle cherchait la présence d'une autre personne pour dormir.
En général c'était lorsqu'elle désirait fuir des cauchemars un peu trop présents, qui semblaient un peu trop réels.
« Et puis je suis sûre que je te manquerai trop ! » Elle rit un peu. Elle n'avait aucune intention d'abandonner son meilleur ami tout seul.
« Et toi tu voudrais y aller ? »
[/quote]
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 11 Juin - 13:24

   


La romance n'attend pas


Il était devenu un véritable coussin vivant, celui que tout le monde souhaitait avoir une fois dans sa vie. C’était toujours agréable de posséder une telle rareté, on avait chaud et on ne parlait pas dans le vide. Mais il y avait quelques inconvénients sur le sujet ; Le coussin en question pouvait mourir sous la chaleur que dégageait son utilisateur. Heureusement pour Evangeline, Karl avait le sang tellement froid qu’il ne risquait pas de mourir dans les minutes à venir. Son regard croisa le sien avant de s’y plonger, un sourire naquit sur ses lèvres en voyant l’éclat enjoué dans les yeux de sa meilleure amie. C’était rassurant de voir les flammes joyeuses toujours présentes, il avait toujours cette légère inquiétude de les voir s’étendre et de voir la magnifique fleur qu’était la Serpentard se fanait.

Un rire le prit et il pencha la tête sur le côté pour appuyer son amusement face à sa réponse. Il ne faisait pas forcément froid dans les environs, ils étaient bien logés et les cheminées n’étaient jamais désertées de leur feu chaleureux. Il libéra l’une de ses mains pour remonter son col roulé qui lui démangeait la pomme d’Adam. Et puis, Karl était désormais dans la confidence, il savait très bien que l’élève n’était pas née à Londres et avait connu des climats bien plus terribles que la pluie et le vent mordant des grandes rues. Les traits de son visage se changèrent pour exprimer cette joie exagérée. « Cette libération parfaite ! Enfin j’arrêterai de mourir de chaud ! » Il ricana et esquiva la petite tape qu’elle souhaitait lui donner. « Loupé. »

Au fond de lui, Karl serait dévasté si sa meilleure amie se retirait vers ce pays lointain et exotique. Il aurait cette impression de s’être fait arracher une partie de lui-même et jamais il ne serait capable de vivre correctement sans l’épaule d’Evangeline pour s’y appuyer lors d’un moment d’étourdissement. Ils se connaissaient depuis des lustres, depuis leur première année, et ne s’étaient jamais quittés depuis. Il tenait à elle, plus que personne ne pouvait le penser et compter bien vieillir avec elle, lui casser les pieds jusqu’à son dernier souffle. L’attachement était quelque chose de très important pour Karl qui en avait connu des carences durant l’enfance. Son grand-père considérait l’affection comme une faiblesse et sa mère, malgré tout l’amour qu’elle lui portait, avait eu peu de temps à lui accorder.

Squatter son lit. Un nouveau ricanement lui vint. Encore une habitude que détestait les membres de son dortoir. La serpentard avait toujours eu le don de débarquer à l’improviste pour venir se réfugier dans ses bras pour des raisons parfois obscures. Mais Karl, malgré quelques plaintes peu convaincantes, appréciait de pouvoir la tenir dans ses bras pour un sommeil encore plus réparateur. « Bien sûr que tu me manquerais, ce n’est pas comme si on passait la moitié de nos journées ensemble non ? » Il lui sourit et se redressa légèrement pour ne pas faire souffrir son dos. « Peut-être, je ne suis pas très fan des pays chauds. » Ses épaules se haussèrent. « Mais je n’ai jamais eu l’occasion de voyager, on a jamais eu les moyens donc à part l’Irlande et ici, j’y connais rien au monde. »

Il se gratta l’arête du nez avant d’ajouter, d’un ton plus joueur pour adoucir l’atmosphère. « Et qui sait ? Ça se trouve je vais tomber sur une magnifique créature qui va faire valser mon cœur ! » Il illustra ses propos en faisant tressauter ses genoux, de quoi déstabiliser Evangeline.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork


Dernière édition par Karl Fahey le Ven 30 Juin - 10:15, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 11 Juin - 20:22

Comment ça il serait content si elle partait ! Humpf ! Le culot ! Comment osait-il , le fourbe !
Pour se venger elle leva la main comme pour lui donner une petite tape, mais avant qu'elle ait pu l'atteindre il esquiva, et ce malgré la proximité entre eux. Elle fit une moue et décida finalement de se contenter de lui tirer la langue.
Nah.
Bien fait pour lui, voilà.
Bien sûr ça n'empêcha pas l'adolescente de continuer sur sa lancée par la suite.

Son regard s'adoucit légèrement lorsque Karl admit que oui, elle lui manquerait si jamais elle venait à disparaître en Espagne. Quelque part ça la rassurait toujours de voir que Karl était non seulement son meilleur ami mais que lui la considérait comme tel également.
Une boule de chaleur se répandit dans sa poitrine.
Définitivement elle était heureuse d'avoir parlé à Karl lors de leur première année. Les deux outcast, rassemblés par leurs différences pour ensuite découvrir une infinité d'affinité. Définitivement elle ne regretterait jamais ce jour ni même d'avoir atterrit dans la maison des Serpents, même si elle y a beaucoup souffert lors de ses deux premières années.

Apparemment l'idée de voyager lui plaisait en tout cas. Elle rit un peu à ses dernières remarques et s'accrocha lorsqu'il fit bouger ses jambes, s'accrochant à lui pour ne pas risquer de tomber. Ce serait dommage qu'elle écrase poussière à cause de sa chute.
Elle secoua ensuite la tête.
« On pourra toujours partir en voyage là-bas quand on pourra transplaner. Ca ne devrait pas être trop dur. Et puis si vraiment tu rencontres une belle créature et que par on ne sait quel miracle elle te choisit toi plutôt que moi, » elle eut un sourire taquin, « tu pourras la ramener au lieu de rester là-bas. »
Après quoi elle fit une moue.
« Je veux dire... hors de question que je perde mon meilleur ami pour une bimbo. Tu es à moi. »

Et sur ces bonnes paroles elle enserra sa taille de ses bras et le serra aussi fort que possible, au risque de l'étouffer. Elle relâcha toutefois assez rapidement et ramassa Poussière qui essayait de grimper sur le fauteuil.
« Sauf si tu me laisses garder Poussière, dans ce cas je veux bien ! »
Elle lui offrit un grand sourire qui se voulait innocent en le regardant.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Lun 12 Juin - 13:16

   


La romance n'attend pas

Il aimait bien la faire rire, ça changeait de son ricanement moqueur qu’elle sortait dans les couloirs et de son regard assassin envers ceux qui ne méritaient pas son attention. Il était difficile, parfois, de vivre à ses côtés quand elle endossait son masque de parfaite petite peste londonienne. Et pour deux raisons, la première était qu’ils avaient bravé les tempêtes ensemble grâce à leurs différences et la voir devenir tout ce qu’elle détestait lui fendait le cœur. Et la deuxième raison était que sa propre réputation était salie par ce jeu d’acteurs. Il n’avait jamais cherché à être méchant ou à jouer le fier face au reste des élèves, mais traîner avec elle, impliquait une similitude dans leurs caractères.

Il sourit en la sentant s’accrocher et se retint d’aggraver les choses. S’il avait le malheur de la faire tomber, il était bon pour la consoler pendant une heure par des câlins et autres gestes affectifs. Et puis il ne voulait pas interrompre leur conversation plutôt intéressante pour lui, autant sur le plan de distraction que d’informations sentimentales. Aux dernières nouvelles, Karl n’avait jamais eu de petites amies ou même de petits amis, sa timidité si bien dissimulée l’empêchait de s’impliquer dans une relation, et puis, jamais personne n’était venu tenter sa chance à ses côtés. Son cœur souffrait de cette absence de partenaire, mais il avait appris à faire avec.

Karl fit, lui aussi, une moue. « Arrête de toujours me piquer mes belles proies ! Je vais finir par faire la tronche si tu continues à me couper l’herbe sous le pied ! » Il détourna le regard, cette phrase cachait une vérité qu’il n’avait jamais eu le courage d’exprimer. Mais ce soir n’était pas destiné à une dispute, alors il fit taire son amertume et lui sourit une nouvelle fois. « Je suis à toi ? Où est le contrat que je vois si j’ai réellement signé pour cette affirmation ! » Il rit de sa propre bêtise avant qu’un hoquet de surprise ne le surprenne. Elle avait de la poigne !

Un sourcil s’arque sur son front quand il la vit se pencher pour attraper son adorable compagnon et manqua de protester aussitôt. Karl était assez possessif vis-à-vis de Poussière. Le lapin nain bélier était si agréable avec lui et si doux qu’il ne comptait pas se le faire piquer de la sorte. « Non ! Pas Poussière ! » Il caressa la tête du lapin qui leva son regard dans sa direction, un peu rassuré de le voir là. « Tu sais très bien qu’il panique quand il n’est pas avec moi ! »

Il fit une moue et récupéra l’animal pour le poser délicatement sur son torse, le lapin laissa son museau caresser le menton de son maître avant de se blottir confortablement pour ne plus bouger, calme désormais. « Si tu veux un lapin, j’en ai une collection chez moi. » Sa mère détestait abandonner les lièvres qui se perdaient dans leur jardin et refusait de les donner aux voisins qui souhaitaient les voir terminer dans leurs assiettes. « Mais nous disions donc. Je suis à toi ? Ne me dis pas que tu vas jouer le rôle de la meilleure amie aka maman poule ? »

© Frimelda, sur une proposition de © Blork


Dernière édition par Karl Fahey le Ven 30 Juin - 10:16, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Mar 13 Juin - 19:25
Comme si Evangeline allait vraiment mettre des bâtons dans les roues de son meilleur ami quand il s'agissait d'histoire de cœur – ou d'autres parties du corps. Elle l'aimait trop pour lui faire un coup bas pareil : après tout elle était sa meilleure amie et rien ne changerait jamais ça, surtout pas une demoiselle ou un damoiseau.

En tout cas Poussière était la distraction idéale pour éviter que Karl ne pose trop de question sur sa supposée appartenance à Evangeline. Elle n'avait pas particulièrement envie d'argumenter là-dessus, surtout qu'elle manquait justement d'arguments à lui fournir.
Personne n'appartenait à personne et chacun était maître de sa propre destinée.
Elle ne put s'empêcher de rire lorsqu'il protesta. Elle connaissait l'amour de son ami pour son petit animal de compagnie et elle aimait bien l'embêter parfois à ce sujet et prétendre qu'elle allait lui voler. Bien sûr elle trouvait l'animal adorable, la petite boule blanche avait tout d'une petite peluche qu'on avait envie de caresser et de serrer fort dans ses bras, mais il était à Karl.
Et comme ce dernier le soulignait la petite bête n'aimait pas être séparée de son maître.
Elle devrait peut-être se prendre un compagnon poilu un jour pour éviter la tentation de lui voler. Une idée qu'elle allait soumettre au jeune homme – qui était tout aussi adorable que son lapin lorsque celui-ci se blottissait contre lui – quand il l'interrompit pour revenir au sujet initial.

Uh oh.
Qu'est-ce qu'elle pourrait bien dire ?
« Déjà, je ne joue aucun rôle, je suis ta meilleure amie, » accentua-t-elle. Humpf. Non mais. « Ensuite tu as signé le contrat à partir du moment où tu as passé plus d'une semaine en ma compagnie. C'est écrit dans les étoiles, ou dans le destin cosmique, quiconque me supporte plus d'une semaine devient ma propriété. »
Et toc ! Elle aimerait bien le voir aller contre le destin tiens.

Elle portait un grand sourire fier de sa trouvaille, même si clairement c'était une bêtise complète. Ca ne comptait pas, elle savait que Karl n'essayerait pas vraiment d'aller contre, qu'il ne se risquerait pas à stopper sa meilleure amie. Après tout il n'y avait rien de mal au fait qu'elle plaisante sur le fait qu'il était à elle, et s'il se risquait trop à protester...
C'était déjà arrivé une fois et Evangeline l'avait étrangement mal pris, son regard s'étant assombrit alors qu'un éclat de douleur s'était planté dans son regard brièvement.
Parfois toutes les plaisanteries n'étaient pas bonnes à dire et encore moins à entendre. On ne savait jamais sur quel bouton on allait appuyer chez quelqu'un.

« Et pour les lapins de ta mère, ça dépend, ils sont aussi adorables que le tiens ? Parce que si oui je vais le chercher tout de suite. Je pourrais l'appeler Chanel comme ça. »
Elle lâcha un petit rire.
En réalité le nom n'était pas choisi au hasard parmi les marques connues, sinon autant l'appeler macdo, mais parce que Coco Chanel, coco, noix de coco, blanc.
Oui oui oui, il y avait de la pensée mis là dedans.


Dernière édition par Evangeline C. Hopkins le Ven 30 Juin - 10:20, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Mer 14 Juin - 16:29

   


La romance n'attend pas

Il aimait la gêne qui s’était quelque peu installée sur le visage de sa meilleure amie, il savait qu’elle n’avait pas de justification crédible pour la question qu’il venait de poser, mais il n’en voulait pas, son but premier était de la taquiner. « Je vais devoir donc te demander pour pouvoir épouser quelqu’un ? C’est presque gênant » Il caressa légèrement l’animal qui s’endormait presque dans la chaleur de ses bras. Poussière avait toujours été tranquille quand il était avec lui et il passait son temps à se reposer quand il ne courrait pas partout comme un petit fou. La dernière fois, il avait failli terminer dans le feu de la cheminée, mais Karl l’avait sauvé à temps.

Il lui donna une petite tape sur l’épaule en la voyant si fière avant de lui tirer la langue. « Et je te signale que l’esclavage est désormais aboli, donc je ne peux pas t’appartenir ah ! » Il était lui aussi satisfait de sa réponse, espérant lui avoir coupé l’herbe sous le pied pour quelques minutes. Il vint déposer l’animal au sol et ce dernier prit la direction des dortoirs comme à son habitude. Karl vint prendre tendrement Evangeline dans ses bras pour la rassurer face à sa moquerie. Il savait qu’elle avait peur de le voir sérieux un jour, mais jamais il ne lui ferait du mal, pas volontairement en tout cas.

Il lui caressa le dos et posa son menton sur son épaule. « Alors ça veut dire que tu es aussi à moi. » Il sourit et la regarde, un éclat malicieux dans le regard avant de se redresser, son dos craquant. « Je ne sais pas, elle m’a envoyé une lettre en disant qu’elle avait recueilli une portée de tout noir et de tout blanc ! » Un sourcil s’arqua sur son front lorsqu’elle lui fit part de son idée de prénom. « Pauvre lapin, ça ne va pas être facile pour lui tous les jours. T’as intérêt à bien prononcer le chanel sinon ils vont croire que tu parles de la télé. » Il la porta pour se déloger du fauteuil et la déposa au sol.

Il fit craquer ses articulations et lui sourit avant de s’incliner dans une révérence. « Me laisses-tu t’accompagner au dortoir ? Je commence vraiment à fatiguer. Demain j’ai des contrôles et un entraînement. Que tu as bien sûr le droit de venir voir ! » Il aimait quand elle venait lui rendre visite sur le terrain. Elle avait tendance à faire taire ceux qui osaient se moquer de sa personne. Karl se passa une main dans les cheveux et retira ses lunettes pour se masser les paupières. Le sommeil commençait à étendre son empire dans son cerveau et dans ses muscles.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Ven 30 Juin - 10:47
Gênant, gênant, tout de suite les grands mots. Bien sûr elle le laisserait se marier, mais du coup ça signifiait que sa femme deviendrait aussi sa propriété, c'est tout. Bon, bien sûr elle ne l'informerait pas de ça tout de suite mais c'était une question de pure logique.
Ceci dit en parlant de logique, il signala qu'avec l'esclavage aboli il ne pouvait pas lui appartenir.
Zut.
Son plan de se créer un harem venait de tomber à l'eau. Pas qu'elle avait besoin de l'esclavage pour ça, mais bon. C'était plus facile, comme ça elle pouvait les garder à portée de main. Enfin, tant pis.
Elle fit une moue contrariée à Karl pour seule réponse à sa rhétorique, après quoi elle suivit Poussières du regard. La boule de poils avait sans doute envie de dormir pour de bon, aussi le confort d'un lit était parfait pour ça, surtout qu'il savait que son maître le suivrait sans trop tarder.

Pour sa part, Evangeline profitait du confort des bras de Karl qui venait de la serrer contre lui. Elle ajusta sa position pour que tous les deux puissent être confortables et ferma les yeux un instant, sa tête reposant contre son épaule. Elle était bien comme ça, elle se sentait protégée. C'était agréable.
Ses paroles étaient tout aussi rassurantes que ses gestes en un sens. S'appartenir mutuellement. Ca sonnait terriblement comme s'ils étaient en couple, mais tout le monde savait bien que ce n'était pas le cas. C'était une appartenance purement platonique, et bien plus forte que n'importe quel lien romantique Evangeline pouvait former. Après tout, les romances ne restaient jamais alors que son amitié avec Karl, c'était pour toujours.
Après toutes ces émotions, c'était en tout cas le moment parfait pour parler d'adopter des lapins.

Elle devrait peut-être prendre un tout noir. Elle pourrait l'appeler Suie, il irait parfaitement avec Poussière comme ça. Ils pourraient être adorables à deux de la même façon que leurs maîtres respectifs.
Elle lâcha un petit rire à la plaisanterie de son ami et le regarda un instant, le sourire au bord des lèvres.
« Ton humour est toujours aussi... toi. »
Elle secoua un peu la tête. Il savait très bien ce qu'elle entendait par là. En général ce qu'il disait la faisait rire, mais ça n'empêchait pas que son humour soit déplorable malgré tout. Il se trouvait juste qu'elle avait le même.

Une fois au sol elle s'étira, les bras ramenés en arrière. Cela fit remonter son haut mais pas assez pour dévoiler sa peau. Elle réfléchit un instant aux paroles de Karl avant de lui sourire malicieusement.
« Le contrôle ou l'entraînement ? » demanda-t-elle en plaisantant, se doutant bien de quoi il parlait. Raison pour laquelle elle poursuivit tranquillement. « Je serais plus que ravie de venir te voir t'entraîner. Toi et six autres personnes au physique d'athlète. » Rien que d'y penser il y avait de quoi baver.
Elle plaça ses mains dans son propre dos et se pencha un peu vers lui.
« Ceci dit... je pourrais plutôt aller me changer et te rejoindre dans ton lit ? Je n'ai pas envie de dormir toute seule ce soir. »
Dit comme ça, ça sonnait pour le moins... tentateur, toutefois Evangeline parlait bel et bien de dormir étrangement. Oui, c'était une chose qui lui arrivait d'être sage. Pour bien appuyer ce qu'elle demandait elle ne pu toutefois pas s'empêcher de faire la moue la plus adorable qu'elle avait en stock.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Ven 30 Juin - 11:28

   


La romance n'attend pas

Certaines personnes ne comprenaient pas l’amitié qui avait lié les deux adolescents. Parfois, des amis de Karl venaient l’interpeller et lui retourner le cerveau pour qu’il s’éloigne de cette harpie sans cœur, mais ils se heurtaient toujours au même mur. L’albinos faisait la sourde oreille et leur demandait de s’occuper de leurs affaires. Ils ne connaissaient pas cette fille comme il  la connaissait, et même si quelque fois on lui posait la question de savoir si oui ou non, il souhaitait la voir devenir sa petite amie, il niait les faits et répondait que leur amitié était simplement et parfaitement fusionnelle. Depuis quand n’avait-on plus le droit d’offrir de l’affection à un être cher ?  Il ne l’avait pas embrassé ou murmuré des mots doux, alors ? Les gens pouvaient se taire et retourner à leurs manuels. Voilà qu’il s’énervait tout seul, bravo à lui.

Un rire lui échappa lorsqu’elle fit une remarque sur son humour aussi raffiné et ridicule que celui de la figure d’Homer Simpson, ce personnage jaune et gros, un succès d’un dessin animé moldu que Karl avait quelque fois regardé. Mais l’essentiel était qu’Evangeline riait et se plaisait de sa présence, il voulait la voir heureuse et rayonnante. Il voulait la voir retirer son masque pour redevenir cette drôle jeune fille qui souhaitait posséder le monde. Il leva les yeux à sa remarque et prit soin d’éteindre le feu avant de prendre son ouvrage sous le bras. Ses lunettes furent rangées dans leur boitier et glissées dans sa poche pour ne pas se perdre en route. Il était fin prêt à regagner son dortoir et ses draps, la fatigue commençait à prendre le dessus. « Bien sûr pointes toi à mon contrôle et j’aurais zéro » lâcha-t-il en lui donnant une tape sur l’épaule. « Je parlais évidemment de mon entraînement. »

Il sourit quand elle répondit par l’affirmatif et arqua un sourcil « Tu sais qu’il y a aussi des filles dans l’équipe ? Et puis tu ne peux pas arrêter de baver deux minutes ? Je vais finir par devoir t’acheter un bavoir tu te rends compte à cet âge ? » Il prit un air presque triste, une main sur le cœur et s’empressa d’accélérer pour ne pas se prendre un coup de la part de son amie. Une fois qu’il fut sûr de ne pas mourir dans d’atroces souffrances, il se tourna vers elle. Elle souhaitait dormir avec lui ? Il se gratta la joue.

Ce n’était pas la première fois qu’elle le lui demandait, mais plus elle le faisait, plus la peur de se faire prendre lui tirailler l’estomac. Bien sûr ils étaient sages, il n’y avait pas de ça entre eux, mais l’idée qu’elle puisse se faire punir pour une chose aussi futile lui pesait sur le cœur. Pourtant il appréciait l’idée d’avoir une peluche vivante à ses côtés lorsqu’il trouvait le sommeil et que le soleil lui agressait les yeux pour qu’il se lève. Et puis il savait aussi qu’elle avait besoin de lui parfois pour lutter contre ses démons dont elle se refusait, quelque temps, d’évoquer. « Hmpf. Ok je veux bien, mais tu ne débarques pas comme la dernière fois compris ? »

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Ven 30 Juin - 13:30
Evangeline adorait le quidditch pour une chose : ça lui donnait l'occasion de se rincer l'oeil. Ceci dit, il y avait un problème majeur et c'était que les uniformes des équipes de quidditch permettaient tout sauf de faire ça. Sans parler de leur aspect peu pratique, l'adolescente était triste qu'elle ne puisse pas profiter du sport pour mater les popotins qui passaient sous ses yeux à grand vitesse.
Au moins il fallait reconnaître ça au foot ou au rugby, c'était qu'elle pouvait admirer sans rencontrer la moindre difficulté. Elle devrait peut-être aider à redesigner les tenues de quidditch pour permettre d'obtenir ce même avantage en regardant le sport sorcier et soumettre tout ça à la direction de Poudlard. Elle était certaine qu'ils adoreraient la proposition qu'elle avait en tête.

Ceci dit elle haussa un sourcil quand son meilleur ami fit remarquer qu'il y avait également des filles dans l'équipe, et sa réponse se fit immédiate et de but en blanc. « Les filles peuvent aussi être athlétiques. Tu as déjà vu les bras de la batteuse de l'équipe de poufsouffle ? A tomber par terre. »
Bon, malheureusement elle était désormais partie, mais tant pis. Il y en aurait toujours d'autres.
Elle lui tira la langue à la remarque sur l'achat d'un bavoir et secoua ensuite la tête.

Lorsqu'il accepta qu'elle s'invite dans son dortoir elle bondit sur place et leva les bras en l'air avant de les laisser retomber sur ses épaules pour le gratifier d'un bisou sur la joue.
« Merci ! Et promis ! Pas juste une chemise et un shorty, un vrai pyjama. »
Chemise volée à son grand frère adoptif quand elle était plus jeune. Après ce n'était peut-être pas ça le problème qu'il évoquait, mais elle avait un doute.
Finalement elle le libéra. « J'arrive tout de suite ! »

Sur ces mots elle se retira et gagna son propre dortoir pour aller se changer. Elle discuta un peu avec une de ses amies qui était en train de lire sur son lit, deux autres des baldaquins fermés avec leurs occupantes qui ronflaient déjà. L'adolescente se changea rapidement et mit quelque chose d'à peu près décent – un débardeur et un pantalon de pyjama, comme quoi elle faisait réellement des efforts – et elle gagna le dortoir des garçons, non sans une remarque salace de son amie.
Une fois dans le dortoir des garçons, elle grimaça à l'odeur un peu musquée qui s'en échappait.
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 2 Juil - 11:39

   


La romance n'attend pas

Bon d’accord sa remarque sur les filles n’avait pas été très futée, mais Karl avait encore du mal à l’idée de se dire qu’ils étaient tous les deux attirés par les leurs, bon dit comme ça c’était bien étrange, mais il se comprenait et c’était l’essentiel. Il rit à sa remarque sur une batteuse de Poufsouffle et secoua légèrement la tête, non il ne regardait pas les joueuses, il était bien trop concentré à ne pas se casser la figure durant les matches. La moindre erreur d’inattention pouvait coûter chère.

Karl la laissa aller se changer et en profita pour regagner son dortoir. Tranquillement, il ouvrit la porte et prit Poussière dans ses bras pour le mettre dans sa cage. L’animal protesta quelque peu, mais son ami lui procura caresses et attention pour se faire pardonner. La bête nourrie et logée, elle accepta de se faire prendre dans les bras du sommeil. L’irlandais était désormais libre de se changer et de se coucher. Son regard se promena sur le reste de ses camarades. Deux étaient en train de chuchoter dans leur coin en se goinfrant de friandises moldues alors que d’autres ronflaient déjà à s’en arracher les poumons. Un grognement le prit et pria pour que les ronflements ne durent pas toute la nuit.

C’était ça quand on possédait un sommeil aussi léger qu’une plume. Karl se déshabilla et prit soin d’enfiler rapidement son pyjama. Evangeline pouvait débarquer à tout moment. Jogging sur les jambes et vieux t-shirt sur le torse, il s’autorisa à se glisser sous les draps, prenant son oreiller contre lui pour trouver une position confortable. Ses yeux ne se fermèrent pas, ils étaient bien trop occupés à fixer la porte. Il avait peur, il n’y avait pas honte d’être inquiet à l’idée de se faire prendre, mais il ne pouvait rien refuser à sa meilleure amie. Hélas, Poudlard était sa seconde maison et il avait énormément besoin de son diplôme pour sauver sa mère de la misère.

Il ne voulait plus devenir ouvrier ou simple agriculteur, il voulait faire partie des grands de ce monde et changeait tous les défauts que possédait le gouvernement. Mais pour cela, il devait avoir une conduite exemplaire et excellait dans de nombreuses matières. Son redoublement ne jouait pas en sa faveur, mais il était bien décidé à se reprendre en main cette année pour sauver sa peau.

Le grincement de la porte lui fit redresser la tête et il vint s’asseoir en soulevant les draps. D’un geste de la tête, il lui demanda de se hâter pour qu’il puisse la planquer rapidement avant qu’un des deux garçons encore debout ne fasse un commentaire. « On ne discute pas d’accord ? Je suis crevé. » murmura-t-il au creux de son oreille avant de s’allonger de nouveau pour profiter du confort de son matelas.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Dim 9 Juil - 14:35
Le pire que les deux adolescents risquaient s’ils se faisaient prendre dans le même lit était qu’on leur fasse un sermon, qu’on les envoie voir Madame Pomfresh pour qu’elle leur parle des risques de coucher avec quelqu’un – ce qu’ils ne faisaient même pas – et qu’on leur retire quelques points. Oh, et aussi qu’on prévienne leurs parents, mais au-delà de ça ils ne risquaient pas grand-chose de plus.
Et puis de toute façon aucun surveillant ne passait jamais dans les dortoirs, à partir du moment où ils étaient dans leur salle commune c’était presque comme s’ils étaient libres de la moindre présence adulte.
C’était pour ça qu’Evangeline ne s’inquiétait pas autant que son ami dans le fait qu’elle vienne dormir avec lui. Non, vraiment, le pire qui puisse arriver était que des rumeurs à leur sujet se lancent comme quoi ils sortaient – ou au moins couchaient – ensemble. Autant dire que ce n’était pas grand-chose pour l’adolescente. C’était peut-être un peu plus ennuyeux pour son ami qui avait une réputation inexistante quasiment de ce côté.

Une fois prête elle se glissa hors de son dortoir. Le pantalon avait l’avantage de garder ses jambes au chaud quand elle traversait le corridor qui séparait les deux dortoirs. Elle s’aventura jusqu’à la porte et entra sans frapper. Elle n’avait pas envie d’attirer l’attention.
Deux garçons dormaient déjà dans le dortoir. Elle le devinait aux rideaux tirés et aux ronflements sonores qu’elle entendait. L’avantage d’avoir des lits à baldaquins était que grâce aux rideaux la plupart des sons parvenaient seulement étouffés jusqu’à l’oreille.

Elle se fit toute petite pour ne pas attirer l’attention de ceux encore réveillés et rejoignit le lit de son meilleur ami. Elle se glissa entre ses draps doucement et sourit un peu à sa remarque. Pas de discussion, c’était noté.
« Bien m’sieur. »
Elle resta redressée sur un coude le temps de fermer les rideaux puis elle se rapprocha de lui et se blottit doucement contre son corps chaud.
C’était là tout l’intérêt de dormir avec quelqu’un, et surtout avec un garçon, c’était que la température de leur corps était toujours agréable, rassurante. Elle se sentait bien, elle ne se sentait pas seule et effrayée. Elle savait qu’elle pouvait dormir paisiblement comme ça.
Elle fit un dernier effort pour déposer un baiser contre la joue de son meilleur ami.
« Bonne nuit et encore merci. »
Et sur ces bonnes paroles elle passa un bras autour de lui et ferma les yeux pour se laisser glisser dans un doux sommeil.
Contenu sponsorisé
Profil
Infos

Sujet: Re: La romance n'attend pas || Karl
Page 1 sur 1

La romance n'attend pas || Karl

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: