Impedimenta
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

-57%
Le deal à ne pas rater :
Chromebook Lenovo IdeaPad Slim 3 14” FHD 4 Go / 128 Go (ODR de ...
99.99 € 229.99 €
Voir le deal

[Défi] Retour au bercail

Invité
Invité
Anonymous
Profil
Infos

Sujet: [Défi] Retour au bercail
Ven 3 Mar - 19:52
Je t'aime, c'est ma plume qui te l'écrit
Et c'est mon cœur qui te le dit.
Ne me demande pas pourquoi je t'aime
Car je devrais te dire pourquoi je vis
J.

Mais c’était qui ce J?

Eliott s’était posé la question une bonne semaine avant d’oser poser la question à Samantha, son épouse depuis une petite année et sa petite amie depuis plus de six ans. Le J. en question était un nouveau collègue de travail et il leur arrivait de flirter, sans que cela n’ait de conséquence puisque Samantha assurait que cela n’irait jamais plus loin entre eux, Eliott pouvait en être sûr.

Eliott avait cru son  épouse, n’ayant pas de raison de douter de sa bonne foi. Après tout, ils étaient amis depuis si longtemps, il savait qu’il pouvait lui faire confiance. Et il était sûr que Samantha ne craquerait jamais pour un homme qui tenterait de la conquérir en lui écrivant un poème aussi banal.

Il ne pouvait pas avoir plus tort.

Moins d’un mois après leur conversation, Samantha mis Eliott sur le fait accompli. Elle le quittait pour Julius, son collègue le poète, et exigeait qu’il ait quitté la maison dans l’heure. Il recevrait les papiers du divorce à son ancienne adresse, la demeure de son frère Mitchell dans la banlieue de Londres.


(Devant la maison de Samantha, sous la pluie, en plein après-midi)

Eliott sirotait une bouteille de whisky pur-feu, assis sur les marches devant l’entrée. Un cadavre de bouteille de bierraubeurre gisait à ses pieds. Il n’allait pas bien et l’alcool, qu’il n’avait jamais supporté, ne l’aidait pas.

-Eliott, je ne veux pas te presser, mais Julius ne va pas tarder à arriver. Il faudra que tu sois parti à ce moment-là, tu comprends. Je ne veux pas provoquer de conflit entre vous.

Et sur ces nobles paroles, elle déposa les valises qu’elle avait préparées avant le retour de son mari à la maison.

-T’en fais pas, je serais parti quand ton poète se pointera.

Samantha savait comment prendre son futur ex-époux. Juste en lui parlant de conflit, chose qu’il détestait plus que tout, elle savait qu’il ne protesterait pas.

-Je suis contente que tu le prennes de cette manière, dit-elle d’un ton qui montrait qu’elle n’aurait pas accepté un autre comportement de sa part. Si tu veux arriver chez ton frère avant la nuit, tu ferais mieux de partir tout de suite.


(Devant la boutique de la station-service sur une aire d’autoroute, en début de soirée)

Eliott avait roulé une bonne partie de l’après-midi avant de se rendre compte qu’il avait oublié de faire le plein d’essence de sa voiture. Il venait de s’en occuper et était planté devant le rayon des spiritueux, peu fournise. Comme il n’avait aucune connaissance, il s’acheta une bouteille de whisky à bas prix dont il reconnaissait le logo.

Il était assis à une table de pique-nique et buvait pour oublier ses problèmes. Il avait 40 ans et rien n’allait. Il stagnait dans son métier, il n’arrivait pas à obtenir ce qu’il voulait, sa femme venait de le quitter pour un vulgaire scribouillard et il savait qu’il faisait honte à ses frères qui réussissaient parfaitement leur vie. Ethan était directeur du bureau des Aurors, Archibald avait aussi bien réussi que prévu en devenant le plus jeune Premier Ministre de la Magie et Mitchell commençait à être reconnu comme écrivain.

Il se leva pour retourner à sa voiture mais sa tête tournait fortement et il ne parvenait pas à la retrouver sur le parking de la station-service. Il était crade, ses vêtements portant des traces de coulures d’alcool. Il avait une grande auréole de sueur sous chacune de ses aisselles.

-T’ES OU? Braillait-il comme un veau. T’ES OU?

-J’suis là, arrête de gueuler. Dit un homme en lui tapant sur l’épaule, en manquant de tomber dans le mouvement.

-Hein! Mais z’êtes pas ma voiture! Cria-t-il à l’homme qui semblait dans le même état que lui, si ce n’était pire. Elle est où ma voiture? J’vais quand même pas rentrer chez Mitch en balai, hein! Il gèle! Et j’aurais pas toutes mes valises! Et on peut pas dormir sur un balai! Une voiture, c’est trop cool, c’est parfait! Les sorciers et leur balai peuvent aller se coucher!

Et il eut un mouvement de déglutition avant de vomir tripes et boyaux aux pieds de l’autre poivrot qui avait le regard perdu dans le vide, l’esprit ailleurs. Celui d’Eliott était bien de retour et il repéra sans mal sa voiture.

Malgré tout, il était encore un peu pompette.

-Ma licorne! Je suis tellement content de te revoir. Tu peux pas savoir à quel point je t’aime, ma licorne. T’es le meilleur moyen  de transport au monde. J’te quitterais jamais, j’te l’promais. Je t’aimerais toujours.


(Devant la maison de Mitchell, 3h00 du matin, sous une grosse averse)

Après avoir attendu une heure avant de reprendre le volant pour que son taux d'alcoolémie baisse, il avait repris la route. Il était arrivé chez son frère peu après 2h00 du matin, mais il n’osait pas sonner. Mitchell avait deux jeunes enfants et son frère lui en voudrait sûrement s’il les réveillait en pleine nuit.

Il avait donc replongé et avait bu une bouteille de bierraubeurre qui le rendit instantanément plus joyeux. Il avait envie de s’amuser et après qu’il eut vu une chauve-souris passer devant sa voiture, il en sortit, grimpa sur le capot et écarta bien grand les bras, prêt à se produire, même s’il n’y avait personne pour l’écouter.

-Habitants de Gotham! Ne craignez plus les criminels, les kidnappeurs et les femmes infidèles! Avec moi dans votre entourage, tout ira bien pour vous, je le promets!

Il fit un large mouvement pour se retourner. Il ne s'inquiétait pas pour les vrais habitants qui devaient se demander, pour ceux qui l’entendaient, qui était cet hurluberlu.

-Vous ne  craignez plus rien, habitants de Gotham!

Il fit un nouveau mouvement en parlant.

-Parce que je suis...Aaaaah!

Son mouvement l’avait fait glisser sur le capot trempé de la voiture et il était tombé sur le trottoir, en face de la maison. Il ne s’était pas assommé mais il n’avait pas assez de force pour se relever, alors il s’endormit là.

Sa voiture ne l’aimait probablement plus.


(Devant la maison de Mitchell, 8h00 du matin, sous un léger soleil)

-Papaaaaa!

Le cri de l’enfant réveilla d’un coup Eliott. Il se sentait mal, mais ce n’était plus à cause de l’alcool mais  cause des courbatures dans tout son corps.

-Papaaaa! Le clochard il est mort!

-Mais non Tim, assura l’adulte qui s’approchait. Il n’est pas mort. Et ce n’est pas un clochard, c’est tonton Eliott.

Mitchell avait du mal à garder son sérieux. Il aida son petit frère à se lever et épousseta ses vêtements boueux. Il renvoya Tim à la maison.

-Eh ben, on peut dire que tu sais soigner tes arrivées. J’imagine que tu veux récupérer l’appart au-dessus du garage?

Eliott acquiesça, soulagé que son grand frère le comprenne aussi bien en un seul regard. Comme toujours.

-Je suis désolé d’avoir fait peur à Tim. Super début de journée, terrorisé par son oncle le clochard mort. Comment vont Mary et le bébé?

-T’en fais pas, il s’en remettra. Amy a beaucoup grandi, tu vas halluciner. Mary sera ravie de t’avoir à la maison. Il y aura toujours de la place pour toi, tu le sais bien.

Mitchell l’aida à décharger ses valises tout en écoutant son petit frère raconter ce qu’il s’était passé avec Samantha. A son tour, Mitchell lui raconta des petites anecdotes sur sa vie de famille depuis l’arrivée de la petite Amy.

Eliott était de retour à la maison.
Page 1 sur 1

[Défi] Retour au bercail

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: